Les dits du corbeau noir

VUE DE LA-HAUT ! REFLEXION 2018 BRAN DU 02 03 MARS

 

02 03 2018 Notes   Alan dit Bran du

 

 

Vue de la-haut...

 

Ma pensée est une buse qui tournoie dans le ciel de Bretagne

Elle monte dans le courant chaud ascendant ;

ses ailes puissantes largement ouvertes...

Elle s'élève vers le soleil et monte vers la source de lumière

et je monte avec elle, le coeur tournoyant...

 

De là-haut, je contemple tout le paysage ; les verts de la campagne, les bleus de l'océan et le manteau bariolé d'ocres des roches et des pierres...

 

 

Beaucoup d'agitation par endroits sur cette terre armoricaine, des véhicules sillonnent les plaines et les vallons ; beaucoup de précipitation aux abords des villes, des zones industrielles et commerciales ainsi que dans les ports...

Peu de tracteurs dans les champs que quadrillent les mouettes et les goélands...

L'eau à transformée certains labours en étangs...

Les rues et ruisseaux débordent chargés des pluies de plusieurs semaines...

 

 

C'est le mois de mars en Côtes d'Armor (anciennement le Penthièvre)...

Les ficaires et les jonquilles avaient misé sur le redoux et un hiver peu marqué comme ces dernières années (des giboulées au début du moins indiquaient un bon mois d'avance), mais le froid sibérien sévit depuis deux jours maintenant gelant la flore dans son audace et ses élans précurseurs...

 

Les canards, poules d'eau et foulques semblent peu affectés par les intempéries et l'emprise des glaces...

 

 

Les humains, eux, recherchent la chaleur sous une forme ou une autre...

 

 

De tout là-haut j'imagine que soudain une chape de grande froidure fige durablement l'ensemble du territoire obligeant tous et chacun à redévelopper des attitudes d'entraide et de solidarité, faisant reprendre conscience que face à l'adversité, il y a la force coopérative et salvatrice du groupe...

 

 

Ce serait alors comme une réminiscence des valeurs tribales et communautaires chacun étant amené à co-participer au mieux être de tous et de toutes ; a apporter son concours selon ses compétences et moyens à la survie collective, imaginant de nouvelles méthodes, de nouveaux moyens, des outils adaptés, recourant à son imaginaire pour défier les difficultés...

 

 

Cette perspective visionnée à petite échelle pourrait augurer d'une catastrophe bien plus conséquence et quasi planétaire amenant les sociétés humaines à se regrouper et à s'assembler dans un entendement commun et dans une dimension symbiotique ; seule solution efficace et pertinente face aux fléaux qui se seraient répandus et contre lesquels l'individu, livré à lui-même, serait incapable d'apporter une résolution positive !...

 

 

Mon songe est redescendu des hauteurs où il planait tout-à-l'heure...

 

Je suis redescendu me poser sur terre, j'ai repris pied dans l'humus de mon humanité...

 

 

Faut-il attendre, être soudainement confronté à une immense calamité, à une submersion d'éléments déchaînés pour se rendre compte de la réalité de la fraternité d'amour que nous devrions être en chaque nuit et en chaque jour ?

 

Comment une telle pensée peut-elle voir enfin le jour et sortir de la trop grande nuit des siècles passés ?...

 

Comment réussir enfin en "Amour,  quand nous avons tant et tant échoués

hier ?...

 

 

Plus de 5000 ans au moins se sont écoulés depuis que le « masculin » a décidé en sa « virilité outrancière » de s'arroger la conduite du « vivant » et ce, sous toutes ses formes et de l'asservir à son orgueil de plus en plus exacerbé...

 

Tout cela, avec les résultats dramatiques que l'on sait et celui que nous entrapercevons avec forte inquiétude du fait des accélérations de son arrogance à tout vouloir dominer et posséder y compris au détriment de son espèce, de celui des générations à venir et de tous les règnes qui constituent la Création !...

 

 

Comment se fait-il que nous soyons autant aveugles, autant éblouis, autant indifférents, autant suicidaires, autant égocentriques, face à l'absurde, aux illogismes de nos attitudes et comportements ?

 

 

Comment pouvons-nous continuer à perpétuer le meurtre du vivant, à conforter notre paraître, a valider et à cautionner (par notre silence bien souvent) autant d'artifices, de mensonges, de duperies et de faux semblants ?

 

 

Comment pouvons-nous supporter autant de poids humainement insupportables ; Comment pouvons-nous faire des choix aussi aberrants et dramatiques en confiant, par exemple, notre liberté et donc notre responsabilité à des tenants de la dictature politico-financière voire religieuse qui font abondamment emploi de la peur, de l'ignorance, de la manipulation et de la falsification, de l'abus de confiance, formatant les cœurs et les cerveaux, les sens et l'intelligence, afin de les conditionner dans des comportements de soumission docile afin de les rendre malléables à souhaits ?

 

 

Pourquoi cultivons-nous dans nos populations (et ce depuis les plus hautes sphères du pouvoir de décision et d'application) l'hyper individualisme et ce, par le biais de l'hyper compétitivité appliquée à tous les niveaux et dans toutes les strates de la production humaine ?...

 

 

Parce que, inculquer, à tous les âges, une disposition à l'obéissance face à toute autorité tout en faisant de l'autre celui ou celle que l'on doit vaincre pour assurer ses besoins biologiques naturels pervertis par des besoins artificiels savamment orchestrés, favorise et entretient grandement et durablement tous les diktats de quelque nature qu'ils soient !...

 

 

Et c'est là le véritable programme qui se cache sous toutes les déclarations d'intentions politiques saupoudrées de promesses fallacieuses...

 

 

La compétition entre tous et toutes (un individu contre un autre, une communauté contre une autre, un service contre un autre, une région contre une autre, un état contre un autre, une pseudo « vérité » contre une autre pseudo « vérité », une religion contre une autre etc...) est le meilleur moyen de diviser, d'isoler et de cloisonner pour mieux régner et asservir...

 

 

A défaut de régler la réalité des problèmes et des situations, il est plus aisé de dresser chacun contre chacune, une collectivité contre une autre, un corps de métier contre un autre, une identité ou appartenance contre une autre, une classe d'âge contre une autre, une sensibilité contre une autre, un genre contre un autre genre etc...

 

Fomenter, concevoir, instaurer, établir, fonder un dualisme antagoniste, stérile, conflictuel en pilotant extérieurement les contradictions et générer les affrontements qui en découle en pointant du doigt des boucs émissaires, détourne la conscience collective de ce vers quoi elle devrait en priorité se tourner !...

 

Le siècle passé et ce début de millénaire n'ont jamais autant cumulé de scandales divers et variés dont les plus graves révèlent que l'on n'a pas hésite une seule seconde à sacrifier des vies humaines pour des intérêts politico-financiers et des bénéfices escomptés jugés plus importants !...

 

 

La « démocratie » n'est plus en réalité que la vitrine habilement décorée d'un super marché qui n'obéit qu'a sa seule loi ; le profit à tout prix !...

(Ce qui implique autant la marchandisation que la chosification de l'être humain ramené, abaissé, perverti à une notion d'exploitation de l'homme par       l'homme !)...

 

 

Tout pouvoir à un fort intérêt à disloquer le tissu humain, à séparer et à isoler les fils qui le constituent le rendant de ce fait plus facilement fragile, soumis et corvéable !...

 

 

Cependant quand il s'agit de faire face à « l'ennemi » on s'empresse de reconstituer le dit tissu afin de l'envoyer faire de la chair à pâtée pour des idéaux patriotiques et nationaux et des valeurs, une éthique, une morale, qui curieusement retrouvent alors leur fonction de courage, de dévouement, de noblesse et de dignité...

 

C'est hélas oublié ce qui a fomenté ces guerres, les intérêts masqués qu'il y avait à la faire sans se préoccuper d'envoyer un frère tuer un autre frère, un peuple saigner un autre peuple et ce jusqu'à l'édification de stalags, de chambres crématoires et de charniers....

 

C'est encore oublier que notre modernité n'est pas exempt, en divers coins du monde, (en Amérique du Sud notamment et il y a peu en Serbie et Croatie) de « génocides » plus ou moins « masqués » eux aussi...

 

 

Tous les sociologues « avertis » pointent le risque majeur d'une dislocation accrue des tissus communautaires (de la famille à toutes les autres formes de communauté d'appartenance)...

 

Le tissu humain se trouve donc gravement compromis dans sa texture même et donc dans un devenir qui effiloche de plus en plus ce qui lui donnait cohérence et entendement solidaire...

 

 

Le Drame se tient là dans toute son étendue parsemée d'accrocs et de déchirures...

 

 

Tout tissus est constitué d'une Trame sur laquelle s'ordonnancent des fils qui se croisent et s'entremêlent afin de constituer un recouvrement qui le fortifie et le rend solide aux épreuves et aux usages...

 

 

Il en est de même pour une communauté humaine (quelque soit sa taille)...

 

Cette trame, cette « architexture » majeure, fondamentale, essentielle, primordiale... est constituée d'un enroulement savamment tressé qui associe des valeurs et des sentiments, des capacités et des facultés, des outils adaptés et des méthodes efficaces et pertinentes, des entendements et des compréhensions, une Conscience, une Cohérence, une Equité, des expériences innovantes, un imaginaire créatif, une Force, une Energie, une Lumière, une Essence, Un Principe, un Anima autant socio-culturels que philosophiques et spirituels, soit un « Ensemble », un Assemblage judicieux et sage, qui portent à Harmonie et à Equilibre....

 

Tout l'Univers, tout le Cosmos, visibles ou non, sont constitutifs de ce « Tissu » et chacun chacune de nous de même et toute forme, née et à naître, identiquement !...

 

 

Nous avons cela en convergence d'entendement majeur et la somme représentée dépasse et de fort loin toutes les divergences et mésententes qui font que nous faisons de notre vie et de la vie sur cette planète l'envers même de ce à quoi nous sommes appelés et invités : L'union du microcosme avec le macrocosme, l'Union avec le Ciel et avec la Terre, avec tout ce qu'elle porte et soutien, avec tous les flux et les ondes qui la parcourent la sillonnent et la survolent, avec cet « humus » dont nous sommes tous et toutes originellement et naturellement « t'issus » !...



02/03/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 503 autres membres