Les dits du corbeau noir

VIOLENCE/LUTTE/COMBAT ET SENTIMENT D'IMPUISSANCE REFLEXION 2016 BRAN DU 09 10 OCT

VIOLENCE, LUTTE ET COMBAT ET « Sentiment d'Impuissance »…

Réflexions Bran du 09 10 2016

 

Une pluie de sang frappe les carreaux de ma fenêtre...

Une pluie de sang ruisselle devant ma porte et son seuil...

C'est le sang de l'humanité, c'est le saignement perpétuel d'un monde qui se vide par ses veines ; des veines ouvertes par la haine et le tranchant d'une cruauté innommable dont l'homme s'ingénie à parfaire sans cesse la monstruosité...

 

Le « spectacle du monde » est une tragédie permanente qui a pour décor, acteur, scénariste et metteur en scène l'orgueil, le mensonge, la cruauté, la peur et l'ignorance...

 

Il nous en est donnés chaque jour une terrible vision ; si terrible qu'elle fini par susciter une indifférence ; une banalisation, un refus de voir et d'entendre ou une tétanisation du cœur et de la pensée, saisis, tous deux, d'un intolérable sentiment d'impuissance aboutissant à un renoncement à Etre ; à son inhibition...

 

Que pouvons-nous faire ? Que puis-je faire contre ce déluge de sang qui macule la planète toute entière... Comment empêcher cela qui s'impose à la terre et au vivant depuis des millénaires ? Comment stopper cette hémorragie de la Vie toute entière ?

 

Constater lucidement objectivement que l'homme est ontologiquement constitué du pire, mais aussi du meilleur, qu'il a en lui-même, en ses gènes, cette bipolarité qui oscille entre construire ou détruire, haïr ou aimer...

 

Le constat ne suffit pas, ne suffit plus ; il s'agit d'acter et d'agir de la façon qu'il nous est possible , là où nous sommes, dans l'environnement immédiat qui est le nôtre, avec les moyens, idées, expériences, capacités, volontés, désirs et potentialités qui sont les nôtres.....

 

Il s'agit de ne pas cautionner, de ne plus valider tacitement, par notre silence, nos abandons, nos renoncements, nos résignations ce monde sanguinaire ; ce monde assoiffé de sang innocent...

 

Chaque lutte, chaque combat, chaque résistance, chaque rébellion, chaque initiative courageuse et audacieuse entreprise au service de la Vie, chaque acte lucide, cohérent, libre, mais responsable, individuel ou collectif opéré en pleine conscience de ce qui est, de ce qui ne serait être ou encore de ce qui se devrait d'être, en terme d'humanité, libère le monde, proportionnellement (et au-delà même) de l'emprise meurtrière....

 

La capacité de « meurtre » réside en chacun et en chacune d'entre nous, et c'est à ce niveau-là que toute véritable lutte commence ; à ce niveau-là que s'opère ou non une œuvre de conscientisation ; laquelle est l'outil, l'instrument, la méthode, de toute véritable et profonde délivrance vis-à-vis de nos impulsions violentes et dévastatrices pilotées par un « Moi » dictateur et dogmatique qui à défaut d'aimer et d'être aimé ; à défaut d'un véritable sentiment altruiste et compassionnel, à défaut d'une sagesse et d'une spiritualité porteuse d'équilibre et d’harmonie ; à défaut encore de faire preuve de tolérance et d'entendement, à défaut de trouver un sens profond et élevé à sa propre existence ici-bas... s’emploie à haïr et à détruire ; à faire table rase des assises et fondements de sa propre humanité, à perpétuer le suicide de ses élans de cœur, de leur bonté et de leur générosité...

 

Toute la redoutable difficulté dans ce combat réside dans le fait qu'il paraît inégal ; inégal si l'on considère que le plus « fort » l'emportera toujours sur le plus faible, si l'on admet qu'il est mille fois plus aisé et à la portée de chacun de détruire en quelques minutes ce qui a demandé beaucoup de temps, d'effort, de patience, d'épreuve, d'obstination, de courage pour être enfin au monde...

 

Aimer demande beaucoup ; en fait aimer demande tout, requière tout, sollicite tout, implique tout l'individu (son corps, son cœur, ses sens, sa pensée, son esprit, son intelligence, son âme...) et ce, inconditionnellement...

 

Alors que haïr et détruire ne reposent que sur une impulsion immédiate commandée par une violence sourde et aveugle vis-à-vis d'une conscience susceptible de s'y opposer...

 

C'est parce que l'Amour mobilise l'être entier, toutes ses facultés, capacités, potentialités, qu'il fait appel à « l'humain » dans sa totalité d'actes et de pensées , qu'il demande et sollicite de l'Etre la totalité de son don et de son offrande, la pleine capacité à « sacraliser » en quelque sorte l'acte qu'il réalise, qu'il trouve devant lui autant de réticences, d'oppositions, de freins, de faux justificatifs, d'arguments fallacieux, mensongers et lâches....

 

Si grande est son exigence, qu'elle est repoussée et refusée la plupart du temps, car nous ne sommes pas « prêts » à « tout donner » de nous-mêmes, au meilleur de nous-mêmes, à l'autre, aux autres, à la Vie toute entière...

 

Ce que déversent les médias dans la piscine de l'information alimente un « bain de sang » dans lequel nous plongeons à leur écoute si tant, que nos pensées en deviennent poisseuses !...

 

C'est une réalité si criante qu'elle perce le tympan de la raison et celui de l'espérance en l'Homme  si tant, qu'elle détruit nos facultés « d'entendement »!...

 

Il semble impossible qu'un curseur humain soit en capacité, au moins, d'équilibrer le plateau de la balance ; un plateau empeser par des tombereaux de sang... .(Un sang de mort qui semble bien peser doublement, triplement au regard de celui de la Vie !)...

 

La Balance !

Quelques milliards d'individus sur terre et des centaines de millions de mort ne relevant, en leur cause, que de l'homme fratricide ; un homme qui à travers le meurtre qu'il commet s’assassine lui-même !

 

« Pour survivre il suffit d'une seule personne qui vous aime vraiment. »

 

La Vie sans Amour, sans les Forces, Energies et Lumières que dispense Celui-ci, ne peut-être la Vie, mais un simulacre de Vie , ne peut concerner l'Etre, mais seulement le paraître...

 

Nous ne sommes véritablement en Vie que quand nous sommes en Amour, que lorsque nous incarnons Celui-ci, que lorsque nous rayonnons de ses vibrations et de sa radiance...

 

Nous sommes indéniablement Cela qui Fut, qui Est et qui Sera Force, Energie et Lumière d'Amour...

 

Mais, nous sommes Cela qu'en Conscience de l'Etre pleinement, inconditionnellement !...

 

C'est pour cela je pense que l'Etre est encore à naître en l'homme comme en la femme et comme en ce couple qu'ils tentent tous d'eux de réaliser et d'épanouir au-delà et par-delà ce qui y fait obstacle...

 

Je sais parfaitement, mieux je connais intimement mes pulsions intérieures qui peuvent m'amener à l'irritation, à la mauvaise humeur, a l’agressivité et plus rarement heureusement, à la violence...

 

Je sais cela en moi ; cela qui peut surgir dès que je ne maîtrise plus ces pulsions... Je sais que je ne pourrais qu'en déplorer, hélas,les tristes et funestes effets une fois celles-ci exprimées...

 

Ce n'est pas comme si j'avais ignorance de ces pulsions inhérentes à tout être humain inaccompli, « inachevé » en tant qu'Etre encore en devenir et s'acheminant non pas vers une perfection absolue, mais s'en approchant le plus possible...

 

Je sais quel peut être le cri puissant, ravageur, de ma sourde colère trop longtemps contenue...

Je sais que cette colère est elle-même suscitée par d'autres colères extérieures qui l'induisent, l'attisent et l'animent...

(La colère est un virus des plus contagieux!)...

 

Je sais qu'il peut exister des « justes colères », une énergie même de la colère qui peut trouver un emploi salutaire, bénéfique, au profit d'une « noble cause », contre des iniquités abominables, des asservissements inacceptables par exemple ... Reste à savoir comment je fais utiliser cette énergie sans qu'elle me dévore moi-même , sans qu'elle alimente à son tour d'autres colères en retour etc...?...

 

Gandhi le disait à sa façon en nous faisant remarquer que, à force d'appliquer l'adage « œil pour oeil », le monde finirait aveugle !

 

Conscience, Connaissance et Maîtrise ; c'est là une triade qui peut répondre à bien des questions que posent nos problématiques majeures...

 

La vengeance appelle la vengeance, le meurtre, le meurtre et cela sans fin même si le commencement repose sur des manipulations et falsifications ; même si on a oublié ce qui a engendré une telle action ou réaction....


Combien d'intérêts politiques et ou religieux, idéologiques ou financiers, ont-ils appelés aux comportements fratricides qui jalonnent de sang le parcours historique de notre humanité ?

 

Combien avons-nous cultiver la mésentente là où l'entendement était possible et souhaitable ?

 

La Planète et tout l'Univers visible ou non ainsi que toute la Création ne peuvent que porter à convergence du fait des milliers de « miracles » qu'elles représentent si on veut bien y porter notre attention, notre intelligence et nos études, analyses objectives et réflexions les plus profondes, et ce, à partir de cette compréhension majeure et universelle qui veut que nous soyons singulièrement UN ; une Unité riche de sa diversité, de ses processus symbiotiques et de ses complémentarités époustouflantes...

 

Nous sommes les enfants de la Terre et de l'Univers dont l'existence même ne saurait être le fruit de l'Arbre de la Violence , de l’Assassinat et du Meurtre...

 

Faisons de sorte de ne pas être l'humus et le terreau d'un tel arbre, faisons en sorte qu'il ne puisse recevoir de nous-mêmes le moindre minéral et la moindre sève , ne soyons pas ce qui permet sa croissance !...

 

Là, en cela, réside, salutairement, la première des luttes, le premier des combats !...

 

Cette lutte, ce combat, il n'importe qu'à moi-même de le mener ou non !...



09/10/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 477 autres membres