Les dits du corbeau noir

LECTURES NOTES ET COMMENTAIRES 2018 ALAN DIT BRAN DU 15 02 FEVRIER

Début Août 2017 divers 008pm.jpg

Photos Bran du

 

 

 

Lectures Février 2018  Notes et commentaires Alan dit Bran du



Mais où sont passés les Indo-européens ? Jean Paul Demoule

(Le mythe d'origine de l'Occident.) Points histoire éditeur



« C'est un monde « multipolaire » et en permanente recomposition...

Si on cherche une solution à travers l'interdisciplinarité des recherches effectuées on arrive au constat qu'il n'y à par (pour l'heure) de solution satisfaisante quant à la compréhension de l'origine et de la connaissance précise de ces peuples...

L'hypothèse la plus fréquente est celle d'une localisation sur des territoires allant du Nord du Danube, vers la Mer Noire, les Balkans, l'Anatolie (Turquie)...(Eurasie)...

La construction du mythe Indo-européen est à la fois celle d'un mythe d'origine et celle d'un mythe identitaire....

On constate des indéniables apparentements entre des langues et des mythes, sinon des gènes, d'une partie de l'Eurasie...

A l'heure où des européens se cherchent des raisons de vivre ensemble au-delà d'une concurrence économique « libre et non faussée » et de réglementations opaques, ne seraient-ils pas secrètement réunis par une communauté d'esprit venue du fond des âges ?

Et, derrière ce « miracle européen » si souvent célébré et déjà déclinant, n'y aurait-il pas au fond un « miracle indo-européen ? »



Notes Bran du :

 

Si l'on veut creuser les choses, on se souviendra que, si l'on remonte dans le passé, la déesse grecque « Europe », qui rassemble de nos jours sous son vocable nombre de pays de ce continent occidental, a subi les violences de Zeus qui a abusé d'elle ! Ce n'est peut-être pas le meilleur des « fondements » pour faire cohérence et cohésion au sein des dits pays !...



Il est heureux enfin que l'on cherche d'autres dénominateurs communs susceptibles d'une plus profonde cohérence que les critères politico-financiers et pseudo économiques car nous avons grandement besoin d'une nouvelle et plus fondée stabilité d'entendements.

 

Je pense (avec mesure) depuis longtemps que le « monde Celte » et plus largement le monde « indo-européen » pourraient donner une nouvelle assise aux projections d'avenir à partir de valeurs communes jadis amplement partagées à travers la langue et les mythes et ce qu'ils évoquaient de compréhension et d'attente pour tous et chacun. N.D.R Bran du février 2018



///....

 

 

Début Août 2017 divers 009pm.jpg



Nature : le Réveil du Sauvage par Jean Paul Genot édition L'Harmattan

 

« Tant que les hommes ne ressentiront aucune empathie pour les autres espèces vivantes, pour l'altérité sauvage, il n'y a aucune chance de rompre avec l’anthropocentrisme dévastateur de la civilisation anti-nature mondialisée, ni d'espérer améliorer les relations interhumaines...

Cette nouvelle éthique de la nature ne viendra pas de grands principes adoptés à la suite d'une catastrophe ou par obligation réglementaire, mais par un réveil de nos sens vis-à-vis de la nature...

Ce pourrait bien être cela que la pensée sauvage, une manière de se sentir relié au monde sauvage, d'où la conscience d'être profondément affecté par son recul ou sa disparition comme s'il s'agissait d'une part de soi-même. »

 

Notes : Bran du

 

L'ensauvagement, vu non comme une « mode », mais bien comme une restitution d'un composant essentiel à l'humain ; composant dont il a été spolié, amputé idéologiquement, est un retour conscient, libre, volontaire, désiré, aux sources et racines de notre humanité...

 

C'est re-convoquer les instincts et les sens perceptibles afin qu'ils participent pour leur part à un nouvel entendement du monde, une nouvelle compréhension de l'Univers, remettant l'humain à sa plus juste place...

 

Le « sauvage » en nous n'est plus à « réprimer »sous prétexte que l'on donne à ce terme des connotations abusives et arbitraires qui en déforment le sens et l'Essence, mais à retrouver afin de l'inviter à co-participer avec nos autres facultés innées ou acquises à une Présence au Monde plus élémentaire, primordiale, originelle et essentielle que la triste, stupide et dangereuse représentation que nous en faisons...

///...

 

« La vitalité que procure le séjour en forêt est un don des sous-bois. »

Remi Caritey

 

« La somme de ce qui nous touche, on l'appelle la nature. » Novalis

///...

 



Divers 08 2017 007pm.jpg

 

 

S'Emerveiller Belinda Cannone Edition Stock extrait présentation



« Parfois, le silence règne, nous sommes paisibles et « concentrés », la lumière est belle et notre regard vigilant ; alors l'émerveillement nous saisit.
D'où vient ce sentiment fugitif ?

Il ne résulte pas forcément de la nature grandiose de la situation ou du spectacle.

Souvent, c'est un état intérieur favorable qui nous permet de percevoir une dimension secrète et poétique du monde.

Soudain, on vit pleinement, ici et maintenant, dans le pur présent.
Cette disposition intime est la conséquence de désir de vivre et de la faculté de joie
. »



« Le désir général de vivre, comme celui plus aigu d'aimer, est une réponse à l'enténèbrement. »

« Nous avons une fastueuse connivence avec ce qui existe. »

« Ici est notre séjour, y porter un regard attentif est le plus sûr remède contre le nihilisme. »

« J'essaie plus souvent de vivre au présent, d'atteindre la vigilance poétique qui confère à chaque être, chaque chose et chaque événement leur sur-présence. J'essaie. »

« Être vivant, être ici et libre et partager cette liberté avec mes semblables. »

« L'amour comme la poésie est un art du détail. (Le détail, maître-mot de la joute des amants œuvre à l'illimité.)

Vivre, enfin, comme dans une étreinte. »



Du sentiment « océanique » (terme inventé par Romain Rolland)

« C'est la fusion avec le monde, être dans le sein du monde, une immersion dans le tout...Un état d'immobilité, une échappée intemporelle et non une « relation »...

C'est l'expérience du monde et de l'existence comme un tout unitaire où moi et non-moi ont cessé d'être distincts, c'est pourquoi on peut le dire altruiste. »... (Altérité = non moi.)



Note Bran du : S'émerveiller

ou l'éveil de la Mère ou la veille de la Mère ;  car les mères veillent !

 

Un état d'être, (un sentiment d'être) qui n'isole plus, ne sépare plus, ne distingue plus, mais qui adjoint, complète, conjoint, étend, associe, englobe, étreint... C'est une respiration amplifiée qui prend souffle dans le souffle cosmique...

C'est un sentiment d'appartenance à l'infini, à l'inconnu, à l'absolu, à l'illimité, au plus large, au plus haut, au plus profond que soi...

C'est un ravissement face à ce qui fût, est et sera dans l'éternité d'une évolution permanente, époustouflante de mystères et de merveilles à laquelle nous sommes humblement, mais jubilatoirement associés...

S'émerveiller, c'est prendre feu dans la flamme et écume dans la vague... C'est monter sur les chevaux du vent, être agrippé à la crinière des étoiles... C'est monter a cru sur la chaude nudité du monde...

C'est rire avec les enfants qui rient, qui jouent, qui chantent et qui dansent pour la belle et pure innocence d'un monde où vivre est un rire, un jeux, un chant et une danse éternelle...

....///...

 

Divers 08 2017 002pm.jpg



15/02/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 487 autres membres