Les dits du corbeau noir

TRADITION CELTIQUE : LECTURE ET COMMENTAIRES (BRAN DU-JANVIER 2015)

DE LA TRADITION CELTIQUE     Etude Bran du           janvier 2015

 

La Tradition à le sens de Transmission...

 

Une Tradition ancestrale ancrée dans des territoires de mémoire où s'ensemence l'avenir...

Bran du

 

Transmettre c'est faire passer d'une mémoire, d'une intelligence, d'une conscience à une autre, un corpus de connaissances, de sagesses, de pratiques, d'expériences, de maîtrises, de croyances et d'espérances...

 

"Ce que nous avons reçu du passé nous le devons à l'avenir enrichi de nos propres apports..."

 

Ce que l'on nomme "la Tradition celtique" est constitué par l'ensemble des témoignages, des oeuvres, des ouvrages, des monuments, des empreintes, déposés et transmis pendant plus de deux millénaires par des populations sur de vastes territoires dits aujourd'hui "européens" (incluant un fragment de l'Asie mineure.)...

 

Bien que diversifiés, ces peuples, issus d'un monde indo-européen encore plus ancien, ont été soudés à l'origine par des éléments d'unification tels que la langue, la culture, la croyance, l'organisation sociale, les mythes et les archétypes...

 

Ce singulier pluriel, et les dénominateurs communs partagés originellement, ont constitué à terme une civilisation...

Une qualification tardive toutefois qui doit son emploi aux efforts considérables de chercheurs, universitaires, archéologues qui depuis les années 1800 n'ont cessé d'apporter des éléments justifiant amplement une telle qualification refusée jusqu'alors à ce que l'on considérait comme des sociétés "barbares" !....

 

Nous pouvons ou non nous considérer comme les "héritiers" de cette civilisation enfin reconnue à juste titre...

 

On s'accorde sur les "mérites", sur les "valeurs", sur la maîtrise des métiers pratiqués et sur l'indiscutable savoir faire des artisans et artistes celtes....

 

Nous savons ces peuples très "religieux" soit très soucieux des domaines du sacré et du divin...

 

Nous connaissons aussi leurs faiblesses, mais également leur courage et leur bravoure devant une mort qu'ils ne craignaient pas....

 

Nous savons que la "Femme Celte" bénéficiait d'égards et de privilèges que bien des femmes des peuples voisins leur enviaient...

 

Nous connaissons l'extrême importance tenue par la Parole et l'extrême respect des engagements formulés...

 

Nous avons connaissance également que ces peuples considéraient la "mort" comme le "milieu d'une très longue vie" et que l'âme pour eux étaient donc immortelle...

 

Ils s'adonnaient régulièrement aux rites et remerciaient les dieux et les déesses pour leur bienfaisance et bienveillance...

Ils faisaient don, à ces entités mystérieuses, de leurs plus belles offrandes et richesses...

 

Un collège de "sages", penseurs, philosophes, praticiens en de nombreuses disciplines, théologiens, enseignants, historiens, diplomates, artisans talentueux, sacerdotes, bardes et ovates, organisaient la société en recherchant les points permettant l'instauration ou la restauration des équilibres indispensables à une saine évolution...

 

Une doctrine souple, flexible, évolutive donc et non figée en quoi que ce soit...

Un ensemble de règles de conduite, une éthique de vie, impliquant d'honorer les forces et énergies qui régissent toute forme de vie visible ou non, de ne pas nuire à cette dite vie et de faire preuve de courage et de bravoure pour la défendre...

 

La Nature et le Rapport instauré avec Elle sont au coeur de la pensée celto-druidique... La "Maîtrise" liée à la connaissance des "éléments" est l'un des piliers de l'apprentissage dispensé...

La mise en cohérence, en concordance ; l'application de la juste mesure, de l'équité, relèvent aussi des enseignements majeurs.

(La recherche de l'harmonie demeurant une clef de voûte de cet édifice éducatif et pédagogique.)...

 

..............................................//////////////////////....................................

 

Une méthode possible :

 

Comprendre les assises, fondements, axes majeurs et lignes de force de la pensée celto-druidique :

 

Une pensée "trinitaire"

 

Il s'agit d'aller de la source à l'estuaire , de la racine au faîtage...

De l'alpha à l'oméga...du "non être à l'Etre"...

Cela peut s'appuyer sur des triptyques de conceptions et d'associations (appelés "triades" dans la tradition celtique.)...

 

Equilibre, Harmonie, Maîtrise...

Homme ou Etre, Cheminement ou Navigation, Quête ou Expérimentation...

 

Désir, Volonté, Conscience...

 

Bonté ou Générosité, Ferveur sacrée et divine, Courage et Bravoure...

 

Mesure, Concordance, Cohérence...

 

Vie, Mort, Transcendance...

 

Thése, Antithèse, Synthèse...

 

Réception, Emission, Transmission ou Retransmission...

 

Passé, Présent, Devenir...

 

Primordialité, Essentiatilé, Fondamentalité...

 

Vie, Mouvement, Evolution...

 

Coopération, Solidarité, Attitude et Pensée Symbiotique...

 

Connaissance, Sagesse, Amour...

 

Liberté, Responsabilité, Discernement...

 

Observer, Apprendre, Créer...

 

Indignation, Rébellion et Résistance, Mise en oeuvre constructive...

 

Etre, en Plénitude, La Vie...

 

Confiance, Tolérance et Patience...

 

Lignes de Force, Axes majeurs, Clairvoyance...

Magie, Alchimie, Transformation...

 

Dignité, Noblesse de coeur, Exemplarité...

 

Tout cela disponible dans le Chaudron de la Mère et avivé par le Souffle de l'Awen : Un Chaudon suspendu par trois chaînes ou reposant sur un "trépied" et comportant en son entour neuf anneaux protecteurs !...

 

Un chaudron qui nous invite sans cesse à concevoir un monde "Neuf" !

 

 

...................................////////////////////////////////.............................

 

INFOS : 15è congrès International des Etudes Celtiques...

 

Université de Glasgow du 13 au 17 juillet 2015...

S'adresse aux chercheurs effectuant des travaux sur les langues, les littératures et les traditions culturelles des peuples de langue celtique....

 

...................................................................................................

 

Le Prince de Glaubert           Bran du      Janvier 2015

 

Il y a environ 2500 ans régnait à Glaubert en Allemagne un prince Celte... Au centre de son royaume a été édifié un monticule sous lequel repose le prince. Au-dessus de la butte a été placé une statue qui le représente qui est une parfaite réplique du Prince lui-même...

Cet édifice n'a pas été édifié au hasard, mais son emplacement a été méticuleusement choisi...(En fonction d'une lecture savante de la carte du ciel soit selon des paramètres astronomiques et notamment axé sur le lever de la lune au plus haut point de son rayonnement.) La chaussée qui mène au sanctuaire est alignée sur le cours du soleil...

Cette édification est considérée comme une merveille astronomique...

C'est le lieu de grandes assemblées (fêtes et cérémonies)...Et de rituels multiples et complexes....

Ce site pose bien des questions difficiles, en l'état, à élucider...

Il n'y a pas chez les Celtes, une obsession de la domination et du pouvoir centralisé...

Les Princes Celtes tiennent leurs biens d'une économie basée sur l'échange et le commerce et peut être de "droit de péages" lors de la traversée de leurs territoires...

 

La coiffure symbolique du Prince ; coiffure en forme de feuille de gui bien attestée dans l'art celtique est un attribut considéré jusque là comme sacerdotal, religieux...

Mais, un roi ou prince, membre de la deuxième fonction de la société celtique, n'est pas censé être représenté avec ce qui appartient symboliquement à la première fonction !

 

Serions-nous ici en présence d'une exception où un prince cumule le mandat druidique avec celui de la royauté ?...

 

Fonctions séparées ou cumul de mandats ?

 

Une exception en effet car les textes irlandais et leurs études universitaires nous enseignent que la classe sacerdotale qui gère les communautés celtiques et qui assure la cohésion de celles-ci en maintenant leurs régents dans une série de devoirs et d'obligations, évitant des dérives arbitraires et préjudiciables, a pris soin de séparer les fonctions tout en assurant des relations efficientes entre elles...

C'est une forme de binôme "Druide/roi" qui est au commande ; chacun se répartissant un rôle en coordination avec l'autre, mais sans empiétement dans un sens ou dans un autre...

 

Une vidéo est disponible sur internet à ce sujet.

 

....................................////////////////////////////////...................................

 

Terry Jones Barbares, les Celtes primitifs ? Extraits


Alésia ; c'est un million de morts et un million d'esclaves...

L'un des motifs majeurs de cette conquête pourrait bien être la main mise sur les mines d'or gauloises estimées à 400 environ....

 

.....................................................................................................

 

Les Celtes histoire d'un mythe par Jean Louis Brunaux (extraits)

 

"Le terme de "Celte" renvoi à une image puissante et prégnante, qui imprègne toute notre culture. Il est donc parfaitement convenable que nous consacrions un peu de temps à essayer d'en comprendre les arcanes." Barry Cunlife

 

"Les Celtes (.../...) sont un sac magique dans lequel on peut mettre ce que l'on veut et d'où peut sortir à peu près, n'importe quoi...

(Tolkien, grand utilisateur de l'imaginaire celtique, en sortira une bonne partie de son oeuvre...)    J L Brunaux

 

Les Celtes sont une machine qui s'alimente elle-même et dont la puissance s'amplifie au cours des temps...

 

Nous sommes plongés par nombre de chercheurs dans l'illusion d'une réalité antique face à des êtres énigmatiques qui tiennent plus de la légende que de l'histoire....

 

La "celticité" n'a pas gagnée en clarté. Les Celtes : une nébuleuse de concepts les plus divers, parfois les plus contradictoires où il n'est plus possible de distinguer aisément la réalité du rêve, l'histoire de la fiction, les "faits" de la pure idéologie....

 

Autant l'historicité des Gaulois m'apparaît forte autant celle des Celtes m'apparaît faible...

Le mot "Celte" est-il encore utilisable de nos jours ? Quelle véritable identité ?

 

Certains se demandent même s'ils ont existé ? Ils n'ont cessé d'être l'objet des mythes les plus divers, les plus poétiques...

 

Ils ont toujours paru indéfinissables...

 

Chacun peut s'imaginer ces hommes à sa manière et les utiliser dans des théories qui souvent ont peu à voir avec l'histoire objective...

 

Il est temps aujourd'hui de rendre les Celtes à leur réalité et de faire, dans les récits qui ont été donnés de leur histoire, la part de l'invention...

 

Nous sommes les héritiers inconscients d'une civilisation deux fois millénaires...

 

La conception que les Celtes antiques se faisaient de leur propre identité était déjà elle-même pétrie d'une idéologie ethnique et culturelle...

 

"S'il y a "invention", elle ne date pas d'aujourd'hui. Elle paraît bien ne pas avoir été le fait ds autres peuples voisins, mais aussi des Celtes eux-mêmes qui se sont forgées leur propre image....

 

Il s'agit donc de chercher l'image que les Celtes se faisaient d'eux-mêmes et le regard que les autres ont posé sur eux...

(Quelle conscience de soi et des autres, quelle identité, quelle altérité ?)...

 

Aucun fait ne nous est donné, en toute objectivité, comme une réalité qu'on ne peut mettre en cause...

 

Les Celtes sont inscrits dans l'inconscient des européens ; peut-être à tout jamais. Ils résistent et résisteront encore à toute forme de rationalisation...

 

L'appellation de Celte tient de la généralisation et favorise l'amalgame...Seule la culture matérielle a été, très partiellement, commune à tous les Celtes...

 

De l'archéologie selon l'auteur :

L'archéologie ne peut se substituer à l'histoire dont elle n'est que l'auxiliaire... C'est une pourvoyeuse de données matérielles...

Mais le conflit existe bien entre une archéologie qui se considère comme une science autonome qui n'a pas à faire appel aux sources historiques et celles qui se subordonnent à ces sources...

 

Notes : Bran du

 

Il est important pour les "nouveaux chercheurs", pour se faire un nom et trouvé sa place spécifique au sein des collèges universitaires, pour attirer l'attention des médias et des lecteurs, de remettre à plat et de contester les travaux de leurs prédécesseurs ; une attitude qui peut être pertinente selon les résultats produits et les avancées objectives réalisées, mais qui peut tout autant relever d'ambiguïtés dissimulées...

(Ainsi les travaux de G Dumézil, de CHJ Guyonvarc'h par exemple pour ne citer qu'eux...)

 

Il y a également chez certains une propension accrue à entretenir l'idée que la "celticité" contemporaine repose sur un ramassis d'idéologies extrêmes, dangereuses et nauséabondes et à en rajouter des relents à chaque publication... (La peur encore une fois quasi pathologique de voir resurgir des problèmes ethniques et raciaux et une globalisation de cette peur projetée sur l'ensemble de la diaspora celtique suspectée d'intégrisme, d'intolérance, d'exclusions raciales etc...)

 

C'est bien méconnaitre la pensée celtique développée depuis ces trois derniers siècles et réduire celle-ci à une marge microscopique, certes déplorable et qui a existé, mais qui ne serait refléter à elle seule, l'ensemble de la diaspora celto-druidique et des apports prodigieux et conséquents de ses talentueuses réflexions et créations...

 

Bien des chercheurs universitaires, surtout en France, méconnaissent la réalité de la pensée libertaire celto-druidique qui a su faire face aux entreprises d'infiltrations de ses structures traditionnelles par l'Extrême-Droite en excluant de ses collèges les quelques membres qui se réclamaient de cette obédience idéologique incompatible avec les valeurs et l'éthique défendus par la très grande majorité des structures et organisations "druidisantes" et celtisantes...

 

Il n'est que de lire le préambule des chartes publiées par les principales fédérations druidiques et de nombreux collèges mettant clairement à connaissance les positions adoptées par nos frères et soeurs, bannissant de leurs communautés des attitudes et des comportements sectaires, racistes, intégristes, mercantiles, contraires à l'éthique dont ils se réclament...

 

Réitérer sans cesse ces accusations non fondées, c'est vouloir maintenir dans la lorgnette un point de visée récurrent et peu objectif qui fait d'une exception une généralisation fortement préjudiciable pour la Tradition celtique dans son ensemble forcée de trainée derrière elle ces casseroles stupides et injustifiées...

 

Chaque auteur abordé en ses ouvrages devra, pour le lecteur, faire l'objet d'un discernement entre subjectivité et objectivité, démarqué, si possible, des enjeux personnels de la part de l'un et de l'autre...

 

Retenons ce qui est pertinent, solidement argumenté, de façon déontologique, honnêtement et intellectuellement recevable même et surtout si cela bouscule salutairement nos conceptions et convictions...

 

N'oublions jamais que, en l'état des lieux et des réelles connaissances, le monde Celte reste et demeurera encore pour longtemps, un monde difficile à comprendre et encore bien "mystérieux" du fait de sa grande complexité et du manque de "clef" d'entendement pour l'aborder dans l'esprit même qui la mit au monde et qui a assurer, par-delà les siècles, les hommes et leur "Histoire", une bien étrange et efficace transmission qui ne cesse d'ailleurs d'interpeller le coeur et la pensée d'un nombre grandissant de nos contemporains...

 

Bien des propos écrits relèvent encore d'une part non négligeable "d'interprétations", ceci parce que le Monde Celte a refusé obstinément d'être enfermé dans une "définition", refusant les étiquettes pour mener librement et avec audace les quêtes dictées par son éthique !...

 

Ce que propose l'univers celtique :

 

Le monde Celte nous incite et nous propose à faire oeuvre de discernement et ce par nous-mêmes et avec objectivité sans tomber pour autant dans un intégrisme et un dogmatisme étrangers à leurs conceptions basées sur le respect de la Loi dite d'Evolution... (Soit une alchimie subtile, intelligente, fervente, aimante, émotionnelle, axée sur la "transformation" et le passage d'un état d'être à un autre état d'être, d'un plan de conscience à un autre plan de conscience.) (Le microcosme que nous sommes se conjoignant en cela au macrocosme de tout l'univers !)

 

Une pensée mouvante et émouvante :

 

Chaque matin, chaque aube, chaque crépuscule, chaque jour, chaque nuit, chaque instant est "différent" de celui ou de celle qui l'a précédé... Il est en ainsi de la pensée celtique, mouvante et émouvante, souple, fluidique, flexible, qui ne se laisse ni réduire ni définir (ce qui déconcerte en effet des pensées rationnelles et cartésiennes qui ont besoin, pour leur sécurité intellectuelle et morale, de cataloguer et d'identifier tout concept une fois pour toutes.)

 

Des valeurs, une éthique, une sagesse, un imaginaire, tout un fabuleux héritage à réactualiser...

 

Les Celtes, leur pensée, culture, sagesse et spiritualité sont une base, un fondement, ils constituent un "matériau" abondant, exemplaire et stimulant pour "concevoir", inspirer, l'homme ou la femme d'aujourd'hui et de demain, car ils sont les porteurs d'une dimension imaginaire rarement atteinte à ce jour....

 

Leurs valeurs, teintées d'éthique, de sacré, de divin, de respect, de courage, d'audace, de bravoure, de résistance, de rébellion, d'équité, de solidarité, d'inventivité, de novation, d'équilibre et d'harmonie mais aussi d'intelligence et de génie, d'art et de poésie, d'ouverture à la nouveauté, d'intérêt pour toutes les sciences et disciplines, d'égalité entre l'homme et la femme, du sens aigu de la famille et de la communauté, de la parole donnée, des engagements pris, du sens de l'organisation sociale, de la juste répartition des "richesses"... sont de nature à enrichir, à fortifier, à développer la nôtre...

 

Un monde non dogmatique :

 

Le monde Celte n'est pas un modèle qui relève d'un dogme, d'une dictature de quelque sorte que ce soit, (politique, idéologique, religieux...) et ceci est suffisamment rare pour interpeller notre "modernité"...

Ce n'est pas non plus, à contrario, un référent en terme de "perfection", car ces peuples en tant qu'êtres humains ont aussi été soumis aux faiblesses et aux maux de toute humanité...(Guerres fratricides par exemple.)...

 

Toutefois, leur "éthique", leur déontologie et morale, leur pensée, espérance et croyance, la place occupé par la spiritualité, l'art et l'importance donnée à la Parole et toutes les autres formes d'expressions artistiques, le rapport à la nature, au cosmos, à tout l'univers, pour ce citer que cela, sont des éléments positifs et constructifs qui peuvent nous aider sur différents plans à concevoir par transposition, analogie et adaptation des lignes de force et des axes majeurs pour actionner en nous une nouvelle dynamique du vivre ; un rapport à soi-même, aux autres et à tout le vivant plus serein, plus dense et plus intense, plus motivant et stimulant, plus créatif et novateur...

 

Fluidité et non fixation...

 

Nous sommes dans ce monde fluctuant et difficile à "cerner" à l'abri d'une "fixation" sclérosante et dans une invitation permanente à naviguer en nous-mêmes et sur l'océan du possible...

 

Il y a en cela une forme "d'intemporalité" qui se condense dans l'instant vécu en pleine conscience, en pleine participation par rapport à ce qui fut, est et sera...

 

Oui, il s'agit bien de bâtir sa "légende personnelle", d'incarner des mythes et archétypes, de puiser dans la mémoire collective, dans l'expérience individuelle, un ensemble de "sagesses" porteuses de devenir et de mutations indispensables tant au niveau de l'individu que de son appartenance planétaire et cosmique...

 

Un "trésor inestimable"...

 

André Breton qualifiait ce fabuleux "héritage" celtique de "trésor inestimable" enfoui dans le coffret de notre inconscient ; un trésor qui, un jour, serait ramené sur la grève de nos enchantements et de nos émerveillements, après avoir été hissé des profondeurs que sont nos propres abysses intérieurs...

 

Un cheminement lumineux....

 

Non seulement ce Monde Celte a su préserver sa mémoire et ses facultés agissantes d'adaptations permanentes, mais il suscite également et, de plus en plus, d'attention et de regards, d'interpellations et d'études, de recherches et d'applications...

 

C'est une Force, une Energie, qui véhiculent de siècle en siècle, un pouvoir régénérant, une puissance dynamisante, un art de vivre et de se relier à soi, tout être et à toute chose, dans un désir lucide et une volonté éclairée, d'entendement, de cohérence, d'équilibre et d'harmonie...

 

C'est un chemin que se veut éclairer la Lumière !....

 

 

...........................................///////////////////////......................................



13/01/2015
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 533 autres membres