Les dits du corbeau noir

TALIESIN / DES HOMMES PRIMORDIAUX . DU SAUMON . DE L'HERITAGE BARDIQUE 2018 BRAN DU 26 09 SEPTEMBRE

 

 

Ceridwen 30%.jpg

La Naissance de Taliesin par Sylvie Honoré

 

 

 

TALIESIN :

 

Source : Philippe Jouet :

Dictionnaire de mythologie et de Religion Celtique...

 

 

 

"Taliesin est l'ancêtre mythique de Merlin.


La figure importante dans la Tradition celtique est bien elle du devin qui contrôle non seulement le bon usage de la parole prophétique, mais aussi l'administration du sacré (incluant la magie, la médecine, la divination)

Le devin est lié naturellement à la royauté sacrée.

 

L'histoire de Taliésin est un récit qui raconte l'origine mythique des dons divinatoires chez l'ancêtre de tous les bardes...

Les celtisants s'accordent en effet pour reconnaître que l'histoire de Taliésin colporte de très vieux thèmes mythologiques qui remontent au fonds le plus archaïque de la culture celtique...

 

L'histoire de Taliésin comporte les motifs clefs de la mythologie celtique du devin telle qu'on la retrouvera chez Merlin...

(Le don de prescience / Le pouvoir de métamorphose / Une naissance extraordinaire/ Un rôle de conseiller du roi...)"

 

 

Le récit : Ceridwen fait bouillir pour son fils, quelque peu déficients sur certains plans, un breuvage devant lui apporter des dons intellectuels rehaussant sa « situation » au regard de sa position à la cour d'Arthur...

 

Elle met, dans un chaudron dit de science et d'inspiration, des « plantes mystérieuses » qu'elle fait chauffer pendant un an et un jour sous la garde d'un vieillard aveugle et d'un jeune garçon (Gwyon Bach).

(Il est à noter que toute la science du monde réside dans le chaudron de Ceridwen.)

 

 

Celui-ci reçoit trop gouttes sur son pouce et, suçant le pouce brûlé , il reçoit aussitôt tous les dons réservés au fils de Ceridwen.

 

Après une série de métamorphoses animales mutuelles, Ceridwen, sous la forme d'une poule noire, avalera Gwyon Bach sous la forme d'un grain et enfantera celui-ci (Grossesse dite par absorption) qu'elle livrera aux eaux du fleuve (comme par « hasard » un premier mai !)

 

 

L'enfant sera sauvé des eaux par Elphin qui lui donnera son nom qui sera désormais Taliésin « le front brillant » (de vive intelligence)....

Gwyddno est le père d'Elphin parti relever ses filets le jour où ceux-ci sont censés être pleins (ils seront vides), mais Elphin trouvera l'enfant...

 

Elphin présente l'enfant à son père :

 

« - Qu'est-ce ? »

« - C'est un poète. »

« - Hélas, qu'elle pauvre chose te rapporte-t-il ? »

L'enfant prend la parole et répond :

« - Il lui rapportera plus que sa pêche ne t'a jamais rapporté. »

Le père interroge l'enfant qui parle déjà :

« - Es-tu homme ou esprit ? »

« - Je suis premier barde de sa chair. »..

« - Je suis capable de dire plus que tu n'es capable de demander. »

 

Gwion Bach absorbe donc le breuvage de science qui s'accompagne du pouvoir de métamorphose ; et il est aussitôt investi du pouvoir de divination et sait donc ce qui va se passer.

Il deviendra lui aussi un « enfant sans père », mais grandement doué dès sa « naissance »...

 

 

A noter que Mordra, l'aveugle, peut-être considéré comme le garant de l'acquisition des pouvoirs druidiques par Gwion Bach et que c'est pour cette raison qu'il sera « sanctionné » par Ceridwen.

 

 

La mythologie du saumon de science est sous-jacente à l'ensemble de l'histoire de Taliésin.

Pour comprendre et obtenir une clef précieuse à cet effet à propos du devin doué de prescience, il nous fait aller regarder du côté du saumon celtique à la très riche mythologie.

 

 

Voyons ce qu'en dit Philippe Jouet dans son dictionnaire de la Mythologie et de la religion celtique :

 

 

Ceridwen 30%pm.jpg

 

 

 

Du Saumon mythologique :

 

".......... Le saumon de science est le poisson Celte par excellence.

Il est l'homologue du porc/sanglier comme animal sacerdotal détenteur de la science sacrée. Il est lié à la divination...

C'est grâce à ce poisson que Finn Mac Cumail devient poète et devin...

 

 

Le devin celtique possède une relation privilégiée avec la mer...

Le mot Merlin serait a rapprocher d'un terme ancien signifiant au mieux : « le maritime » (plutôt que la « forteresse de la mer », terme avancé par ailleurs...

(Ce serait un vieux et sage « Loup de Mer » ; un « Bar-de la mer ! » N.D.R)

 

 

Les saumons obtiennent leur savoir en mangeant les baies d'un sorbier à Ossory (ils ont des taches rouges sur le ventre.)

 

« Finnecés le poète capture un saumon dans l'étang de Feic.

Il charge un jeune homme de le faire cuire ; celui-ci se brûle le pouce et le porte à sa bouche (il acquiert alors les dons de poète), Finnecès comprit alors que le jeune homme était celui qui désormais devait manger le saumon à sa place. »

 

 

Le récit est en relation avec les dates de « migration » du saumon...

(Les gros reproducteurs arrivent en automne ce sont les saumons d'hiver, les plus jeunes arrivent en mars et mai, ce sont les saumons de printemps.)...

 

 

Le symbole du Christ-poisson ne fait que prolonger le mythe païen du saumon de science qui donne à celui qui communie à sa chair l'esprit d'une vraie parole inspirée.

 

 

Mais d'où le saumon tient-il le pouvoir de dispenser la science de connaissance ?

 

Du coudrier ou du sorbier dont il a mangé les fruits.

Il y a un lien mythique entre le saumon et le coudrier qui est l'arbre de la connaissance et de la sagesse.
Les coudriers merveilleux poussent à côté d'une source primordiale que le roi Cormac admire lors de son voyage dans l'Autre Monde...

 

 

«Les coudriers pourpres jetaient leurs noix dans la source.

 Les 9 coudriers de Buan étaient au-dessus de la source et les cinq saumons de science qui étaient dans la source s'en saisissaient.

Ils jetaient les coquilles dans les ruisseaux. Le bruit de la chute de ses ruisseaux était plus doux que toute mélodie que l'on chante. »

(Les exploits d'enfance de Finn mac Curail)...

 

 

Le saumon apparaît comme une sorte d'animal primordial qui a recueilli le dépôt d'une science initiatique et initiale procurée par le noisetier (coudrier) et le sorbier qui sont des arbres magiques employés par les druides dans leurs incantations.

 

 

Une source magique procurait la science dans le Dindsenchas de Rennes... 

« ...Sinand ; celle-ci alla à la source de Connla qui est sous la mer. Sinand alla pour chercher la connaissance et elle ne voulait rien d'autre que la sagesse. »

Elle sera submergée par la rivière qui aujourd'hui porte son nom (Voir le mythe de Boand.)

 

 

Cuchulainn essayera lui aussi de s'emparer du saumon de science, mais il n'y parviendra pas le guerrier ne peut prétendre à la science sacrée qui n'appartient qu'aux druides.

 

 

Le mythe du saumon nous reporte ainsi vers l'être primordial, détenteur d'une science qui remonte aux origines du monde...

 

 

Ce saumon primordial transmigre parfois en un être humain et divin...

 

 

Ceridwen 30%.jpg

 

 

 

Fintan Mac Bochra (Fintan est le saumon de science)

(Mais aussi Manannan Mac Lir ; son fils Mongan, Amorgen et Tuan Mac Cairill ...)

 

Il est aussi transformé en saumon car tel et bien l'aspect de l'animal primordial omniscient comme doit l'être un devin...

«... Une autre fois j'ai été formé : j'ai été vert, j'ai été un jeune saumon... »

 

 

Le poème à l'allure surréaliste correspond à la croyance celtique des multiples états de l'être et l'état saumon est un état parmi d'autres dans une série d'états multiples qui donnent au futur devin une connaissance intime et universelle du monde.

 

 

Une fois consommée le saumon permet l'engendrement d'un grand devin.
Fintan est en effet un homme primordial et un druide mythique qui comme Tuan mac Cairill à vécu sous diverses formes, depuis le déluge jusqu'à la conversion de l'Irlande au christianisme.

 

 

Il peut ainsi transmettre son savoir et sa connaissance qui constituent les annales de l'Irlande.

Le personnage ayant prit l'apparence d'un saumon récapitule donc toutes les formes de la connaissance qu'il est capable de transmettre aux humains. Il est bien le prototype du devin...

 

 

Dans le Livre des conquêtes de l'Irlande, le poète Amorgen affirme aussi cet « état saumon » :

« ...Je suis le saumon dans la mer... »

 

 

Manannan, fils de Lir (l'Océan) est le roi de l'Autre Monde dans l'Immran Brain (la Navigation de Bran)

Il possède le don de métamorphose et d'ubiquité ; il transmet ce don à son fils Mongan :

 

« ...Il prendra l'apparence de tous les animaux …///...

Il sera un saumon tacheté dans l'eau profonde. »...

 

(Ce n'est pas là une transmigration de l'âme dans une série de corps, mais « une application celtique de la notion métaphysique des multiples états de l'être. »)

 

 

Dans un autre récit gallois Taliesin entame un dialogue avec Merlin ; dialogue assez proche d'ailleurs du « Dialogue des Deux Sages » ; soit une sorte de « compétition » entre les deux meilleurs devins de tous les temps.

 

Merlin s'impose en conclusion :

 

« Puisque moi, Myrddin (Merlin), j'ai vécu plus longtemps que Taliésin, c'est ma prophétie qui sera véridique. »

 

..........................................

 

 

Ceridwen 30%pm.jpg

 

 

 

Notes et réflexions Bran du    Septembre 2018

 

 

Taliésin s'inscrit mythiquement parmi les « Grands Anciens » ;

c'est-à-dire parmi les Hommes primordiaux Comme Fintan Mac Brocha ou Tuan Mac Cairill ; soit encore parmi ceux qui ont été témoins des « Origines » et ont vécu divers états et étapes de l'Evolution, ce qui en a fait de « Grands Connaissants », des « Très Savants » au même titre que des Druides et notamment ceux des Îles du Nord du Monde qui dispensèrent le druidisme aux Tuatha De Danann avant leur venue en Irlande (Des Hommes qui instruisent des Dieux !)...

 

 

Ces hommes primordiaux (nous n'avons pas connaissance en l'état des études et documents de «Femme primordiale »), ont connu ce que l'on peut appeler des expériences exceptionnelles qui ont consisté en un ensemble de métamorphoses principalement animales qui leur à permis de vivre différents et multiples états de leur être ainsi instruit au plus haut niveau des plans et niveaux de conscience...

 

 

Leur « savoir » est donc immense et se double d'un état poétique, d'une « science poétique » inégalée dont ils dispensent le fond et les formes, les contenus et concepts, les bases et fondements car ils sont tous des serviteurs d'une Tradition dont la vocation est de transmettre aux générations futures ses axes et lignes majeures afin d'en perpétuer la mémoire, les valeurs, l'éthique à ceux et celles qui en feront un choix de Vie et une référence merveilleuse, bienfaisante et enchanteresse...

 

 

Taliésin a le front brillant de vive et lumineuse « intelligence » d'où son nom. Lui aussi a connu différents « états » et a retiré de cela des leçons et des enseignements d'abord pour lui-même puis pour ceux et celles qui viendront s'instruire près de lui et de ses œuvres par la suite...

 

 

Ce dont sa Parole parle, évoque, clame et chante a eu sang, nerfs, chair, cœur, os, pensées, mais aussi écailles, plumes, écorces, écumes, cornes, becs, ramures et griffes....

Elle sait plus que tout autre langage celui des primes commencements, des mutations et transformations, des évolutions progressives par lesquelles l'Etre est venue au monde avec des lèvres pour faire louange de Cela...

 

 

C'est une Parole issue du Grand Chaudron de l'Univers ; Chaudron matriciel et « féminin » émanant de l'Essence de tout être et de toute chose.... Parole de source, de puits et de fontaines, ; Parole de souche et de sève, de terreau et d'humus... Parole tourbillonnant à la surface du monde et générant le cycle des âges et la ronde des saisons...

 

 

Ceridwen 30%.jpg

 

 

Parce que le Barde sait, à eu connaissance en naissant et en renaissant à chaque fois à de nouveaux niveaux d'entendement, en « mourant » à un état et en revenant au monde sous un autre, il possède les clefs de l'ultime compréhension des mystères de la Mort et donc de la Vie qu'il considère lors et à juste titre comme un voyage, une navigation et un « passage» provisoire et éphémère dont le but est d'initier sans cesse aux lois de l'Univers et de ce qui l'Anime...

 

 

Il a acquis de ce fait un pouvoir maîtrisé, clair et lucide, de « divination », Il sait et de ce fait voit, perçoit, pressent, visualise, écoute et entend, puisant dans le passé l'eau sourcière et révélatrice du devenir et de la destinée des choses et des êtres...

 

 

Cette maîtrise vaut tout autant pour son propre langage prophétique ou non ; un langage dont le foyer ardent est celui du cœur dont les braises et les flammes dansent et s'enlacent en lui...

D'où cette « Parole de Feu » qui éclaire, irradie, rayonne et illumine ceux et celles qui s'assemblent autour, réchauffent leur corps, leur esprit et leur âme, hier comme aujourd'hui...

 

 

Parmi tous les états vécu par Taliésin, il y a l'état de saumon ; état amplement et pleinement partagé avec bien des « hommes primordiaux », de grands bardes, devins et druides car le saumon est considéré comme l'animal le plus ancien du monde, il vivait dans les « Eaux primordiales », dans « l'Océan des Origines » et avait capacité de remonter les cours des rivières et des fleuves du passé, du présent et de l'avenir !...

 

 

Ce qui est toujours le cas, une possibilité, une potentialité, une source et ressource, pour tous les bardes d'aujourd'hui qui ne sauraient en aucun cas se passer de cette référence mythologique si leur légitime prétention est d'être dans l'accomplissement et la plénitude de leur fonction de « Porteurs du Verbe des Origines"...

 

 

Voici encore et toujours matière et esprit à méditer, à réfléchir, n'est-il pas ?

 

 

Celtival Bran du 2018 849pm.jpg
La Fontaine de Connla par Sylvie Honoré



26/09/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 511 autres membres