Les dits du corbeau noir

SOUVERAINETE ET ROYAUTE EN NOUS ET A TRAVERS NOUS ! REFLEXION BRAN DU 2018 23 09 SEPTEMBRE

Toulousemonapapillonoct2013 124.JPG
Photo Bran du

 

 

Dans le cadre du Futur colloque du 11 novembre à Paris, je réalise et propose une série d'études et de réflexions sur la place du Féminin dans la société et la religion celto-druidique...

(Ceci prolonge et complète de nombreux articles publiés ici en ce sens et en cette "Essence" ; une Essence que nous transmet à travers des mythes une Tradition "immortelle"...

 

En amorce et préliminaire à cette nouvelle étude j'aborde ici la notion de :

 

Souveraineté et de Royauté telle qu'elle ait conçue dans le monde celtique et telle que j'en propose une transcription et adaptation "ici et maintenant"...

 

 

L' exemple interpellatif de la Souveraineté détenue par le féminin  et conjointement au sein du couple royal :

 

 

 

archives photosVerbatim bran du 4434pm.jpg
Photo Bran du

 

 

 

La mort de la reine ou la dissociation/dislocation du couple royal sont dans la mythologie et la pensée celtiques une source de dépérissement du royaume dont ils ont la régence (effets sur la fécondité devenant stérile, sur la dureté des conditions climatiques bouleversées et sur la terre elle-même devenant « gaste »...

 

 

Si la « souveraineté » dans sa plénitude d'exercice n'est plus amène de faire régner l'équilibre et l'harmonie, le chaos s'installe avec toutes les conséquences néfastes qui l'accompagnent...

 

 

Quelle « Souveraineté » subsiste aujourd'hui en la Femme et en l'Homme qui serait de nature à faire échec à la discorde, au désaccord, à l'incohérence, à la dissonance, à la défiance et méfiance, à l'antagonisme et aux conflits forcenés, stériles et destructeurs, o combien ?...

 

 

Quelle bienveillante et bienfaisante « régence du monde » peut-on espérer aujourd'hui quand le royaume intérieur de chacun est livré à autant de mésententes et de troubles qui ne font qu'amplifier un sentiment de « perdition », de « soumission » et donc et de « renoncement » ou exacerber l'orgueil et l'arrogance individuelles ?...

 

 

C'est la grande et immortelle vertu, la sagesse, la sapience des mythes de nous interpeller sur nos errances et divagations existentielles en faisant rappel des valeurs fondatrices d'une humanité éclairée spirituellement, accompagnée philosophiquement, soudée communautairement par des entendements majeurs reposant sur des critères entendus, partagés et validés « d'essentialité »...

 

 

Dans quel état se tient notre royaume intérieur, notre domaine intime et profond, notre territoire intrinsèque confié à l'être que nous sommes, que nous tentons de devenir plus exactement ?...

 

 

Nous avons été « confiés » à la Vie non pour alimenter un conflit perpétuel avec elle, avec nous-mêmes, avec l'autre, les autres, avec tous les êtres et toutes les choses, avec tout le « vivant », mais bien pour coopérer, co-participer, par notre existence même à son déploiement, à son rayonnement, à toutes ses expressions et manifestations et à sa pérennisation...

 

 

Les récits mythologiques, légendaires, épiques, qui reproduisent les thèmes narratifs véhiculés par les Porteurs de Parole que sont les Sages, Druides, Bardes ou « Filid » ou encore les Prophétesses et Devineresses de la Tradition celtique, sont là comme autant d'étoiles dans le ciel crépusculaire de notre siècle obscurci par ses propres et factices éblouissements !...

 

 

Ils transmettent depuis toujours des réalités dont l'évidence et la véracité ne sauraient être contestées sauf à être formaté par la plus mauvaise foi ou par une stupidité naïvement entretenue...

 

 

Une telle sagesse traverse le temps et l'espace et ne se préoccupe pas de l'Histoire que se façonne les hommes pour justifier de l'injustifiable de leur attitude et comportement envers la Vie...

 

 

Pourtant elle peut, en chaque génération qui se succède, toucher durablement le cœur, l'intelligence et l'âme de chacun et de chacune et provoquer un éveil ou réveil de nature à bouleverser une existence, à faire surgir une conscience apte à redonner sens et essence à tous et chacun...

 

 

Ceci vaut donc pour tout individu suffisamment ouvert et offert à une telle visitation et réception, mais aussi pour concevoir un nouveau champ relationnel entre le Féminin et le Masculin qui ne relèvent plus alors d'un héritage judéo-chrétien et des projections sociales induites avec toutes les conséquences néfastes que nous connaissons hélas, mais qui s'investissent de pensée, de cœur, de sens et de corps dans un schéma mythique, originel et original, élémentaire, primordial, fondamental et novateur apportant une dynamique stimulante et motivante dans un rapport d'unité spirituelle et de complémentarité solidaire axé sur la recherche tant individuelle que commune d'équilibre et d'harmonie !...

 

 

Nous sommes loin ici des querelles médiatiques sur le « genre » qui parasitent nos ondes et entretiennent des polémiques exacerbées et confusionnelles qui ne font que creuser davantage le précipice de la séparation, de l'incompréhension et de la mésentente !...

 

 

La Vie est le Royaume existentiel qui nous est confié et nous en avons la libre, la désirable, la volontaire, la consciente et responsable régence et pour cela nous avons grandement besoin d'un Féminin et d'un Masculin pleinement, mutuellement, conjointement, accordés, cohérents, efficients et concordants à cet effet...

 

 

........................

 

A Suivre ...

 

     archives photosVerbatim bran du 7561pm.jpg



23/09/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 521 autres membres