Les dits du corbeau noir

SOUS LES LUMIERES D'IMBOLC (PREPARATION AU RITUEL) 2019 BRAN DU 05 01 JANVIER

 

 

Sur le chemin d'Imbolc

Eléments de préparation au rituel de début février :

(Source : selon Philippe Jouet : Dictionnaire de la Mythologie et de la Religion Celtique.)

P.S. : On peut également se reporter aux nombreux articles parus sur ce blog à ce sujet en allant dans la rubrique :         la roue de l'année à Imbolc



« ...Mère des Dieux, puissante, étends ton éclat... » Hymne à Brigitte

 

Imbolc ou Imolk ou Imolg ou encore tEm oimolc (le début du printemps lié aux averses) évoque par exemple pour Ch J Guyonvarc'h l'ablution purificatrice. La fête se rapporte également à la notion de lactation via le lait des brebis et l'agnelage... (C'est le temps venu où l'on traite les brebis.)

Les « attestations mythologies » qui font référence à cette fête sont rares....

L'un des combats de Cuchulainn dure (sans aucun repos) du lundi de Samain au mercredi après Imbolc ; soit pendant les trois mois les plus sombres de l'hiver...

Le sommeil réparateur qui saisit alors le héros et le traitement par lequel Lug le guérit relèvent d'un rite de sortie de l'hiver...

Sur l'île de Man, la pluie du 1er février est bénéfique, mais si le temps est beau, la vieille Callaigh my Groamagh se manifeste ; ce qui est un mauvais présage...

En Irlande, Imbolc, dont le nom ne se retrouve pas en irlandais moderne, a été approximativement remplacé par la chandeleur (mais placé au 02 février et non au 01 février.) La fête païenne a été recouverte par la fête de (sainte) Brigite (Féil Brigde.)

Si l'on considère que la Brigit païenne qui a servi à la construction de la sainte, a retenu les traits d'une divinité aurorale, on peut envisager qu'Imbolc inaugurait la période des Aurores de l'année (à laquelle correspond le CO. Gwantwyn, étymologiquement : «la Période de la Lumière ».)

Imbolc se présente alors comme une fête de sortie de l'hiver (sortie qui peut être prématurée!)...

C

Les fêtes d'Imbolc sont bien attestées dans le folklore...

 

En breton, selon les époques, nous avons les termes :

Deiz ar goulou : « Jour de lumière » ou Gouel Berc'hed :

« Jour de Brigitte.»

On peut assimiler aussi le terme Guere-Louann ou Gwere laouen : Etoile du Matin.

Mais aussi bere-louen ou bere-lugen : porteur de lumière.

(Wore ou Wor : l'Aube)

 

 

De l'Aurore :

 

Il y a lieu de ne pas confondre l'aurore naturelle et l'aurore ou les aurores mythologiques...

Il y a une homologie entre l'aurore quotidienne avec l'aurore annuelle qui ramène la lumière...

Ses couleurs sont celles du monde indo-européen :

le noir, le rouge et le blanc...

L'aurore est aussi dite la Fille du soleil dans la Tradition Indo-européenne ; c'est-à-dire la Lumière...

 

L'aurore mythologique est liée essentiellement à la lumière et à l'éveil...

 

L'aurore inaugure le cycle temporel, mais aussi une fin via le crépuscule du soir.

 

Il y a une association étroite des déesses aurorales et de la musique et celle-ci repose sur une conception fondamentale.

Les manifestations des sons, de la musique et de la voix s'opposent au silence, à la mutité, à la rétention qui caractérisent la nuit cosmique...

 

C'est au matin, à l'aurore, que l'on récompense les poètes, musiciens, artisans...

 

L'aurore apporte des « biens »...

(Elle porte une couronne d'or.)

Mythologiquement, l'aurore suit généralement le cours du soleil...

Cette déesse est à la fois fille, mère, épouse des dieux...

Les dieux étaient par nature diurnes, l'aurore qui les précède est leur mère et celle de son propre père : le ciel-diurne.
(Les nécessités « mythologiques » ne connaissent et n'ont pas à connaître la notion « d'inceste ».)

C'est une ancienne divinité à laquelle s'attache une très ancienne mythologie...

 

 

Notes Bran du :

 

Si nous nous basons sur ce qui précède, nous pouvons retenir les « ingrédients» de contenu et de compréhension qui suivent :

 

Imbolc :

Lustration/purification (Eau et feu participant mutuellement à la concélébration)...

Lactation et traite des brebis (agnelage)...

Aurore (déesse aurorale) (aube) (lever du matin)(fille du soleil)

sortie de l'hiver

Calendes d'Imbolc : Ouverture de la période lumineuse, laquelle suit la course solaire...

L'éveil...

La Musique, les sons, la voix...

La récompense matinale des musiciens, artistes, bardes, artisan...

Le patronage de Brigde... (Forge, médecine, poésie...) apporteuse de « biens » (et d'inspiration)...

Jour de lumière : par extension cela peut aussi s'entendre comme la fête des porteurs ou porteuses de lumière...

l'aurore « ramène » au grand jour la lumière retebnue dans la grande nuit...

Via les crépuscules journaliers du matin et du soir : inauguration d'un temps, d'un cycle temporel, d'une période et clôture de celui-ci ou de celle-ci.

 

.........................

 

 

Suggestions non exhaustives :

 

La mise en œuvre du rituel d'Imbolc devrait comprendre sur ces bases les éléments précités et ce sous la conduite et préséance d'un Féminin qui préside à toute la rituélie...

 

Se tenir à l'aurore, à l'aube, au lever du jour...

Comporter des couleurs noires, rouges et blanches

Après un temps de veille, de méditation, de silence « nocturne » faire naître progressivement le son, la musique, la voix et le chant... (poème et chant appropriés)...

Lustration, purification par l'eau (de source de préférence) et par les fumigations (encens...)

Symboliser le passage de l'obscurité à la lumière par l'allumage d'un feu ou d'une lumière (torche, bougie...)

Une incantation, prière, évocation ou hymne à Brigit...

Une pensée envers le Mabon, Mac Oc, Oengus ou Jeune soleil qui chaque jour fait reculer un peu plus les sombres territoires...

Exprimer sa gratitude à partir d'offrandes ( chaque participant étant la première de toutes les offrandes déposées et réunies dans le Cercle de la célébration.)...

(Possibilité de verser du lait sur la terre nourricière ou sur une pierre d'autel.)...

(Il est de tradition populaire de planter lors des « perce-neige » et/ou du trèfle.)...

 

 

Questions : Si notre cheminement terrestre est, par nous, librement et désirablement conçu comme une pérégrination ou une navigation vers la plus grand clarté possible, sommes-nous, souhaitons-nous, aspirons-nous, avec humilité, joie, enthousiasme, lucidité, conscience et cohérence, sincérité et authenticité, être, devenir, des porteurs ou porteuses de « Lumière » ?...

 

 

L'assombrissement, l'obscurité, le royaume des ténèbres, étendent leur puissance sur tout ce qui, en nous et dans nos communautés d'appartenance, résiste de « lumière » et, de ce fait, fait obstacle à cette emprise qui tend à outrepasser les limites « cosmiquement »

et « spirituellement » imparties ; limites qui ont pour fonction essentielle, d'instaurer, de maintenir, de conforter, de restaurer, des équilibres et des harmonies, des cohérences et des concordances, sans lesquelles notre monde sociétal et planétaire retournerait « finalement » au chaos....

 

 

La Sagesse celto-druidique ancestrale comme d'autres traditions considérées comme des « âmes-sœurs », nous invitent en toute liberté/responsabilité à « amoindrir l'emprise de l'obscurité et à accroître de ce fait celle de la lumière » et ce, en nous et à travers nous, en nos pensées, en nos actes et en nos œuvres...

(Voir ou revisiter, en ce sens et en cette Essence, les Triades bardiques majeures et premières.)...

 

 

Cette Sagesse est par ailleurs hautement Féminine et c'est le Féminin qui préside lors en ces calendes d'Imbolc et qui en ordonnance le déroulé...

 

 

L'Aurore, les Déesses « Aurore », Brigit, les « Mères des Dieux »... sont la manifestation de l'Essence, de la Matrice de toutes les matrices, de la Puissance, de la Force, de l'Energie-Mère, de la Substance « principielle » et ce, plus particulièrement, à ce moment de l'année où toute la création « s'Initie » de nouveau à la Lumière...

 

 

Quelle Lumière pouvons-nous, désirerons-nous « inaugurer », « initier » en nous qui soit de Principe, d'Essence, d'Anima, de Substance, de Contenus et de Nature à « éveiller » et « éclairer » spirituellement, philosophiquement, poétiquement... notre propre univers intérieur et celui avec lequel nous cohabitons planétairement et universellement ?...

 

 

Bonne réflexion et préparation dans la bonne joie des yeux, des oreilles, des sens et du cœur.

 

 

Fraternellement Bran du 05 01 2019



05/01/2019
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 551 autres membres