Les dits du corbeau noir

SOURDS et AVEUGLES Rechercher la juste adéquation

REFLEXIONS            BRAN DU                28 11 2012

SOURD et AVEUGLE !!!!   Ou la recherche d’une juste adéquation…
 
Il y a deux façons d’avancer : en regardant son nombril et en le prenant pour une boussole ou bien en levant le cœur et la pensée vers le ciel afin d’y trouver l’Etoile qui correspond à celle qui brille en nos nuits intérieures et qui sera seule, apte à nous guider et à nous faire progresser en dignité, en vérité, en lucidité, en conscience, en amour et en ferveur…

Il est dit en nos héritages traditionnels, en nos plus sages entendements et enseignements, que le temps de Samain est le temps « consacré » à la Grande Paix et à la Grande Réconciliation…

Les Filids de jadis, relayés de génération en génération par les porteurs de Braise, de Mémoire et de Parole, nous l’on dit, chanté et clamé… SAMAIN RESCELLE LES PACTES d’AMITIE que l’année écoulée à vue se distendre et parfois se rompre…. ON RENOUE l’ALLIANCE, ON LA CONFORTE et ON EN CREE  DE NOUVELLES…;

On ne saurait se rendre d’ailleurs en la Samain que « paré des plus nobles vertus et attributs »…

Si l’on célèbre la SAMAIN en son esprit, en sa claire compréhension, en toute fidélité aux sens et à l’Essence de cette célébration, on ne peut que formuler et faire acte de cette réconciliation qui participe avec d’autres plans au retour des équilibres et des harmonies qui  permettent le meilleur passage, la meilleur entrée dans l’hiver et ses épreuves…

La paix est INDISPENSABLE à SAMAIN plus encore que dans tous les autres rituels de la Roue de l’année… Il n’est pas possible de célébrer ce GRAND PAS SAGE en gardant au cœur rancune et blessures humaines, de garder rancœur en ce cœur par rapport à des événements passés qui se trouvent alors « RECONDUITS » au sein de la nouvelle traversée et ce en contradiction totale et flagrante avec ce qui se doit d’être véritablement et authentiquement célébré…

La fonction sacerdotale se doit d’être garante et de témoigner des équilibres et des harmonies, elle a fonction de médiation et de régulation et ne peut et ne doit afficher d’aussi flagrantes et incompréhensibles contradiction entre Pensée et Action, Tradition et Réalité de sa remise aux mondes…

Nous recherchons la concorde et l’accord, l’ajustement, l’adéquation, la juste mesure et la bonne résonnance afin de demeurer « branchés » sur les Hautes Fréquences dispensées et enseignées…

Comment pouvons-nous, lucidement et en conscience, continuer d’opérer des « DISTORSIONS »…

C’est face à cette CONSCIENCE que je me place moi-même et que j’incite tous et chacun à se placer…

Que pèse la foi de nos Serments et de nos Initiations au sein de notre Tradition ( en terme de « Vérité » à partager avec qui aspire au partage, de Fidélité au Principe et à l’Essence, en terme d’Exemplarité et d’Authenticité en nos actes et pensées…) et ce, face à nos défaillances, à nos égarements, à nos confusions, à nos « éloignements », à nos « défigurations »  par rapport à ce qui censé nous fonder et fonder nos engagements sacerdotaux ?…

Si nous sommes jugés, observés, appréciés ou dépréciés, par rapport aux vues et perceptions extérieures, c’est bien sur nos attitudes et sur nos comportements et sur le fait, constaté de visu, qu’ils correspondent  pleinement ou non à une éthique, à une déontologie, à une charte, à des engagements ritualisés et à des vœux formulés lors de nos passages successifs et progressifs dans le cercle des Initiés…

Je suis moi-même bien conscient et sincèrement peiné de mes « propres écarts », bien excusables par ailleurs, s’il relevaient de l’ignorance et de la méconnaissance, s’ils ne s’exerçaient qu’en tant que « profane » non soumis à quelques règles spirituelles que ce soient…Mais voilà, je me dis « sacerdote » et de plus « sage et connaissant » soucieux de maîtrise et de concordance….

Et il m’arrive, peut m’arriver, de « sonner faux » en prétendant participer des Symphonies de l’Univers….

L’humilité ne saurait faire place à un orgeuil dissimulé… Elle est la voie à emprunter pour retrouver le point d’exactitude que j’avais « distendu » ; elle est l’outil du retour à une juste balance et à un plus juste « curseur »… Il est indispensable, nécessaire, de savoir que l’on est faillible sur le chemin d’une progressive mais jamais définitive « perfection » ; cette dernière relevant plus de l’Autre Monde que de celui-ci qui l’approche en partie mais non en totalité dans la durée…

Reconnaître nos faiblesses, nos appropriations, nos détournements, c’est renaître en équilibre et restaurer l’harmonie dangereusement rompue…

Cette reconnaissance en conscience de nos défaillances se fait par la PART DU DON que d’autres appellent encore le pardon…

Incarnons ce don qui est ouverture, confiance, tolérance et réconciliation…

Ici, je fais don, à mes compagnes et compagnons, à mes frères et sœurs, de mon acceptation…
J’accepte la réalité de mes erreurs et je demande en cette part du don à ceux et à celles qui ont pu être peiné, affecté, par celles-ci de bien vouloir ne pas ou ne plus m’en tenir rancune et rigueur et de me restituer en cela ma dignité et l’amitié qui envers eux à fait défaut… Ce dont j’exprime ici le sincère regret… En juste retour et parce que cela relève de l'amour en ses amitiés et relations, je leur accorde de même cette "part du don"...

Nous ne pouvons, ne pourrons, certes, toujours nous comprendre et nous entendre, les êtres ont entre eux plus ou moins "d'affinités", mais, au moins, faisons que point malsaines soient nos INTENTIONS… Nous pouvons en effet être maladroit, malhabile  en nos relations humaines, nous pouvons effectivement ne pas ou plus maîtriser les réactivités de nos « affects » et de nos « sensibilités parfois exacerbées » mais veillons à ne pas « blesser » par volonté de nuire, d’atteindre, d’affecter…

Gandhi nous disait qu'à force d’appliquer l’adage « Œil pour œil.. » le monde deviendrait aveugle !

Même s’il n’y a pire sourd que celui qui ne veut pas entendre nous pouvons encore espérer servir la compréhension en remplaçant la tension par l’attention par exemple…

TOUT CECI NE SE VEUT PAS « DONNEUR DE LECON », ceci relève de nos enseignements les plus élevés et les plus profonds… C’est simple et humble SAGESSE que cela , une sagesse qui ne cesse d’interpeller l’homme en ses folies , des folies qui commencent dans le tumultueux royaume de son être avant de s’étendre à toute la planète …en vue de destruction !…

Jamais n’oublions que pour demeurer sœurs et frères notre TRADITON nous à offert (à profusion) l’ENTENDEMENT, L'HARMONIE et la LUMIERE !…



28/11/2012
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 533 autres membres