Les dits du corbeau noir

SONS, VOIX, CHANTS, VIBRATION... DAVID HYKES et DANS NOTRE TRADITION (IOV ou IOY) BRAN DU 01/NOVEMBRE 2015

Musique, sons, chant et voix

 

 

 

 

Hillion 15 11 2015 119pm.jpg

 

 

Photos Bran du "visages de l'origine"



Première partie : David Hykes

(Colloque ORBS Nov2015) Les Passeurs du Vivant



Un pèlerinage à nos fondations et à nos origines....



« La musique, c'est le don du souffle, l'offrande du souffle. »

(Une qualité harmonique et non une quantité dispensée ; un corps sonore...)

Espace – Conscience – Présence...

Une sphère corporelle...

Une biocosmologie musicale...

Vibration/création ; soit une présence conjointe...

Les nombres expriment des qualités vibratoires que traduisent, transmettent les sons...

Géométrie et nombre expriment le vivant...

 

Des pratiques contemplatives...

Recherche d'une harmonisation globale (mantra sonore)

Reconnexion et réharmonisation du monde...

Dans un monde qui s'arme de plus en plus rechercher un son « désarmant »...

Evacuer les pensées « stagnantes » (pranas)...
Il s'agit de « nettoyer » nos canaux de circulation de nos énergies...

Transfuser un souffle est un cadeau !....

 

(Au passage et à méditer : Quel est notre véritable centre de vie interne ?)

 

 


Hillion 15 11 2015 113pm.jpg





Eléments de pratique :



Il s'agit de retrouver les essences vibratoires primordiales.

(De laisser « fleurir » en nous et spontanément la vibration originelle, et ce avec humilité et gratitude.)

L'assise contient tout... (Vibrer avec nos racines...)
Accord de base, note de base... Socle, fondation et silence (s'asseoir dans le silence) écoute et attention...



(Le Big-Bang est partout et au même moment!)



Pervibrer avec l'univers :

 

Pour cela : être l'accompagnateur silencieux de tout ce qui se passe en soi et à l'extérieur de soi. Etre sans analyse, sans fabrication mentale, mais dans la « sen sa tion » (de ce qui fut est et sera...)

 



Hillion 15 11 2015 076pm.jpg

 

 

Première inspiration :

 

L'aube des temps...Neuf inspirations... Passage du O au I puis retour vers l'O....

Il s'agit d'évacuer le son « matriciel » (base du mandala intérieur)

(Ne pas laisser stagner les « forces » en nous.)

 

Tout se passe dans le corps, au dedans, avec le souffle continu aérodynamique... Cela entre autant que cela sort... Sentir lors l'espace tant en dedans qu'en dehors...

Il s'agit d'acquérir une stabilité ; une assise pour tout fondement....

O A AI exprimés en souffle... C'est la lumière en haut de la montagne... C'est opérer la traversée du col...

 

Le I (par exemple) (son aiguë en haut du spectre sonore) se trouve sur les hauteurs (son supersonique) ; il est complètement libre, détaché, planant ; il est proche du sommet de la montagne sacrée....

Nous montons de la vallée vers la montagne et redescendons de celle-ci... Ceci afin de trouver notre jardin harmonique (une bancelle à mi-pente!)



Le A ; c'est un peu comme lorsque nous montons un cheval bien appuyé sur nos étriers ; c'est une assise, une « assiette », un fondement où nous nous tenons et maintenons en équilibre au sein d'un « balancier », d'une pendulation oscillante !

Le cheval nous accompagne sur la Route Solaire, sur la Sente de Lumière ! NDR



Le 0 est un arc souple sans flèche (pas de « contrôle »)

Nous sommes libres de trouver notre « plan de vol vibratoire »..
le son est « induit » puis « produit »...

C'est l'A.D.N harmonique qui vibre... (En spirale)...

 

 

Hillion 15 11 2015 081pm.jpg

 



Deuxième partie : Des Vibrations sacrées dans la Tradition celto-druidique

Notes Bran du :

 

Le O trace le cercle et le I se plante en son centre comme un poteau chamanique, un arbre de vie, un pilier du monde...     (Tout naît dans le Cercle et y retourne!)

 

(Black Elk, sage amérindien, planta, dans sa vision, un bâton rouge au cœur d'un Cercle afin que revive l'Arbre de vie de sa Nation!)(On peut lors imaginer le chant qui accompagna cela!)

 

Le son O «O»uvre son assise, son fondement, son socle, son promontoire pour l'envol du souffle qui par le I trouve lors son axe vertical et ascensionnel....

Nous sommes lors hissé au sommet enneigé de la montagne !

Puis nous redescendons dans l'expire vers la plaine où repose notre propre assise.

 

 

Hillion 15 11 2015 068pm.jpg



Le Barddas gallois nous enseigne que l'Incréé ne peut « s'entendre » au double sens du terme, s'exprimer, se formuler, pour nous, que sous la forme abstraite, mais symbolique dite du Tribann et que, des Trois Traits de Celui-ci, ont jaillit le Nom avec lui son Verbe, son Souffle, sa Lumière et la VIE (ceci fort proche du prologue de St Jean soit dit en passant.)

(« Nom » autrement imprononçable si ce n'est peut-être dans le grand silence du cœur !)

 

Le « Nom »résumé, concentré en trois lettres : O I V ou Y (peut se prononcer IYOU ou IOV ; c'est selon)

Le V et le Y ont valeur symbolique ou analogique de « réceptacle » ; c'est la coupe ou mieux encore le Chaudron ; et nous sommes cela quand nous nous plaçons sous les Trois Traits Lumineux, Irradiants et Sonores....

 

Ils ont aussi valeur d'orant car ils figurent l'homme levant ses mains, paumes et bras vers le ciel en signe de salut, de réception et d'accueil, d'appel et d'invocation, du sacré et du divin...

C'est l'arbre de vie qui invoque et reçoit la sève céleste laquelle parcoure tout son être enraciné dans la matrice terrestre et qui assure, en cette divine circulation et irrigation, sa croissance...



(La vie commence par une clameur qui ouvre la bouche et la mort clôture cette ouverture....

Mais, cependant, le dernier souffle rejoint la Matrice de tous les Souffles!)

 

 

Hillion 15 11 2015 103pm.jpg



Le passage vers l'Inconnu, ou l'Un enfin connu en tant que Vibration Mère, commence en effet dans le Cercle de l'O et l'eau « phonétiquement » est bien un « pas sage » ouvrant à toutes les « traversées essentielles »...

( L'Eau est bien à l'origine d'un monde dont ont nous dit qu'un jour elle sera la conclusion avec le feu...)

(C'est par l'eau que nos âmes sont conduites au Pays de l'Eternelle Jeunesse, à l'Île de Lumière, selon les récits anciens !...)

 

Par analogie ou symbolisme, le O est la barque, l'embarcation, au centre de laquelle se hisse le mât du I et sur laquelle la Voile que nous sommes alors reçoit la poussée du souffle, du son, sacré !...



Nous ne pouvons « user » de ce son divin et de la force, énergie et lumière qu'il contient que dans des occasions ou circonstances qui justifient son emploi, soit au sein des cultes, rituels et cérémonies...

Curieusement si nous prenons le son sacré OM et le décomposons nous voyons qu'il est formé d'un cercle O et d'un M qui en fait représente un V s'appuyant sur deux colonnes formant le I ! on retrouve ainsi O I V le son sacré de la Tradition celto-druidique...

 

.////....

 

Hillion 15 11 2015 131pm.jpg

 

Le sens à scion (souple, flexible...) (Sensation, émotion, perception sensible...) Cela va des sens à l'Essence...

 

La voix, le chant, sont une corbeille d'offrandes, un pommier dans le printemps des fleurs, un florilège de dons, un lit nuptial, les noces de l'eau et du feu, une marée dans l'amplitude de son sel et de son écume....

 

Inspirer et expirer ; ce sont là nos propres vagues allant et venant sur les rivages de la vie...Se mouvant à la rencontre de cette « terre » dont nous sommes aussi l'humus...


Le souffle s'en vient des profondeurs inconnues du ciel et il se lève en nous qui soulevons notre pesant afin de le diluer dans la légèreté de l'air... Le souffle à une « portée » alchimique qui donne vie à la matière inerte que nous sommes aussi...



Le son, la voix, le chant sont les vecteurs privilégiés de notre relation au divin et au sacré. Tout étant « vibration » ; ils sont la vibration qui par Excellence nous reconnecte à L'Essence vibratoire, aux Lèvres cosmiques, au Souffle du Très Haut....

 

 

Hillion 15 11 2015 112pm.jpg

 

 

 

On ne saurait concevoir un rituel, une cérémonie, sans que ces éléments vibratoires n'ouvrent toutes les portes et ne dressent l'axe ascensionnel de l'égrégore terrestre réalisé afin qu'il s’élève vers le point éthérique, absolu et inconnu où se conjoignent les Trois Traits du Tribann...



Lorsque, en amont de la célébration et au seuil de pénétrer le Cercle de reliance, d'alliance et de « cosmunion », nous formons un premier cercle de fraternité et d'unité, c'est pour nous mettre à l'unisson, au diapason de nos voeux et intentions afin que notre corps sonore individuel et collectif soit parfaitement accordé...



Nous ne saurions nous exonérer de cet « accordage » introduit par cette invitation : « accordons-nous » signifiant que notre corps au don se noue !... (Nous sommes lors bien ce cordon fraternel et solidaire avec lequel nous allons nous hisser dans les hauteurs jusqu'à la neige, jusqu'au « blanc du monde »)



Dans les Traditions les plus anciennes, les voyelles représentent un vocable sacré, un son pour l'assise et le fondement, la régulation, la médiation et l'harmonisation, la maîtrise et l'équilibre...

Les voix ouvrent la voie !

Les consonnes pouvant « décoller » à leur tour une fois les voyelles exprimées....



(Les Ogams (le « signaire » druidique des initiés) devaient se « chanter » en étant accompagnés de « postures » et de gestes favorisant leur efficience opérationnelle.)



Voici donc de quoi méditer et de quoi mettre en œuvre...

 

 

 

Hillion 15 11 2015 108pm.jpg



18/11/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 493 autres membres