Les dits du corbeau noir

SOLSTICE D'HIVER 2012 : partie IX, 3 poèmes, 28 11 2012 Bran du

SOLSTICE d’HIVER    Derniers additifs   Bran du  28 11 2012

INVOCATION A LUG                   16 12 2001

Toi, Visage du Soleil;
Œil du Jour, Aigle et Faucon,
Epervier à l’immense paupière,
Toi qui veille sur tout l’univers,
Solendeur, est ton nom
Rayonnant comme le miel
Aux vergers de la Terre
Pour la gloire des abeilles
Dans la ruche de Lumière…

O Toi, Le Grand Artisan
Le Multiple Savant…
Toi, le Rouge à la Science Parfaite
Toi qui couronne l’année en ses fêtes
De l’aura de ton renom,
Etend tes longs bras
Vers ceux tendus de notre quête ;
Qu’ils soient animés d’un nouveau sang
Et parcourus par la sève du don
Et par cela que le cœur souhaite
En ton exemple et en ton nom…

Ebroue tes noirs chevaux
A la blanche crinière de flots ;
Que ton char émerge parmi les vagues ;
Que perce ta lance couronnée d’algues ;
Que soit au ciel un ciel nouveau,
Que croisse enfin l’or du rameau
Sur l’arbre d’ombre que tu élagues…

Toi, le Grand Taureau
Au souffle puissant jaillit des eaux
Chaqsse de nos cœur l’épais nuage
L’obscurité et ses fléaux ;
Ouvre-nous le Grand Passage,
Libère l’oiseau en notre cage,
Que soient rompus tous les barrages
Qui font obstacles à nos justes ruisseaux…

Pour toi, je lève la coupe ;
Et, dans la coupe, le sang, le couer, le vœux et l’esprit ;
Le miel d’entendement, la sève de vie
Afin que tes lèvres s’y trempent
Et que battent en nos tempes
Le verbe aimant et inspirant de ton Souffle…

……………………

TROIS SONS…             Solstice d’hiver 2005  Bran du

Voici venue la chape des temps noirs
Voici venu le temps des veilleurs
Le temps, tant attendu, des passeurs,
Le temps où le grain se meurt et, du passé, se dépare…

Quans, son corps, en deux se sépare,
La Lumière de vie, de ce cœur, s’empare
Y déposant la prime et douce lueur ;
Germe et semence d’un nouveau départ
Vers l’Azur et la Blanche Demeure…

Du rameau d’or surgit la pure sphère ;
La boule de feu et de lumière
Par laquelle toute mort est vaincue ;
Par laquelle la chape noire n’est plus…
Car, en chaque aube revenue,
S’avance l’éclat des jours clairs…

Noirs puis blancs sont les moutons
Qui sautent de par et d’autre de la rivière…
Vers l’océan du vivre roulent les eaux et les pierres…
Dans les courants profonds remontent les saumons
Qui ont vive mémoire de leur Celte frayère…

Sage est la parole sur les lèvres plénières
Qui disent qu’il n’est fontaine que dans le don…
Chaque Femme pour l’Homme est sourcière ;
Source qui jaillit des entrailles de la Mère
Ou l’Âme puisatière puise à profusion…

Voici le temps des mutations
Où la flamme est compagne et le feu compagnon
De ceux qui méditent au sein des profondeurs ;
De ceux qui cherchent, sur l’immensité de la mer,
L’Île aux Pommiers, le Royaume d’Avallon…

S’en vient l’instant et s’en viennent les heures
Où l’Enfant naîtra dans toute sa splendeur,
Terrassant en nos nuits le dragon de nos peurs,
Etendant en l’aurore son Epée de Lumière…

Rayonnant de beauté, il épéllera les noms
Des Servants du Chêne, des Servantes du Cœur
Et déposera sur leur front les Trois Sons
Les faisant Âmes frères, les rendant Âmes sœurs…

……………………


Par les Flammes des Vœux :

SOYEZ EN PAIX, EN JOIE ET EN AMOUR      Bran du       05 11 2010

Je le pense et je le dis ;
Chaque jour, chaque nuit,
Soyez de belles compagnies ;
Soyez amis dans la Paix, dans la Joie et dans l’Amour….

Soyez-y, en cette terre ou en d’autres lieux
En ce monde ou en d’autres mondes
En cette vie ou sous d’autres formes de vie
Dans le profond des mers ou le plus haut des cieux
En cette demeure ou en d’autres séjours
En Paix, en Joie et en Amour…

Soyez en Cela, avec Cela et par Cela
Comme la Paix et l’Amour aux deux bras de la Joie
Soyez, parents, proches, amis, soyez couvés en cette vie
Comme un oeuf bleu dans le chaud duvet du nid
Qui au printemps éclosera…

Soyez flamme contre flamme murmurant un chant de braises sous les cendres de la nuit…

Soyez comme ce rêve reposant sur un oreiller de plumes, comme ce rêve jaillissant de l’écume,
Et ce chant sur vos lèvres retrouvant sa forge et son enclume…

Soyez la présence qui ne dit mot mais dont le silence vers vous s’avance chargé de poèmes les plus beaux…

Soyez, vague après vague ; vague douce ou ardente, soyez flot après flot, cette marée de tendresse qui recouvre, fort aimante, la grève dénudée de vos profondes attentes… Soyez de ces feux qui brasillent dans l’eau…

Soyez ce que vous êtes ;
Au plus près de la pierre
Au plus près de la branche
Au plus près des sources qui étanchent
La soif bue par les déserts…

Soyez ce que l’eau est à la source
Et la fontaine à la santé
Buvez, buvez à la source aimée
Et que l’amour seul vous soit ressource…

Soyez
Ce que le pain est à la table
La flamme à la bougie
La danse aux saisons
La nudité aux amants
La vie, la vie délectable
Soyez la neige embrasée de soleil ;
La sève bouillonnant en ses racines ;
Ce grand ballet des ailes
Qui tisse dans le ciel, sculpte ou dessine,
Une spirale pour la vie, absolue, infinie…

Pierre, ruisseau, écume, aurore,
Soyez cela en vos pensées et en vos corps ;
Aussi purs, aussi vrais, qu’une perle de rosée
Déposée sur la branche de Paix, sur la branche de Joie
Pour un instant ou pour toujours, soyez Arbre d’Amour…

……………………………………



28/11/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 533 autres membres