Les dits du corbeau noir

SOLSTICE D'HIVER 2012, Partie I, Préparation /imprégnation

SOLSTICE d’HIVER             Préparation - Imprégnation - Méditation…  
               

Des Braises sous la Cendre Bran du

Des ténèbres à jaillit l’aurore.
De l’aurore à resplendit le ciel diurne…
Lors, l’enclos des nuées s’est dissipé,
La vie, serrée, cloîtrée, confinée, dans l’enceinte nocturne ;
Toute la vie, vive, enflammée, est sortie de sa gangue de mort…

Le jour monte sur la lisse de l’horizon…
Hommes et Femmes ne sont que fils qui ondulent en la chaîne…
Les êtres qu’on dit humains, tous à leur navette,
Vont, entre joie et peine, espoirs et illusions…

Les rêves sont de lin, de chanvre, de laine
Ou bien d’amour ou de haine, c’est selon…

Les tisserands, cela est bien connu, ont la langue bien pendue
Autant que les tailleurs dit-on !…
Tanné est le cuir de la parole… Et claquent les ciseaux de l'absence…

Les dieux demeurent silencieux sur leur nuage de coton !…

La langue s’enroule de nouveau autour des quenouillettes…

Vie et mort s’entrelacent dans la trame de l’espace et du temps…

Vivre ? Est-ce ce filet qu’un pêcheur rapièce,
Une fois passées les marées du songe et du sang ?…

Nos regards, nos conceptions, sont des « transpositions »…
Malgré les brumes et les brouillards, le givre des dits regards, il nous faut voir
Sans confondre ressemblance et transparence…
La « transcendance » éclaire ce qui se confond !…

Jamais, n’oublions,
Que nous ne sommes qu’une terre de brumes ;
Opaques sont nos pensées,
Les mots ne sont que buées sur la vitre des mondes !…

Nous nous tenons là, prostrés au seuil des crépuscules
Où des grillons nous surprennent parfois à émettre des sons…
L’hiver en l’homme n’a que trop duré ;
C’est le cri que j’entends du printemps à l’été !…

Seul, le cœur qui sonde, saura trouver
La source et la pureté de son onde…

En nous réside un soleil captif, un soleil emprisonné,
Une Lumière enténébrée, un prince endormi, le sommeil d’une fée !…
 


Je ne fais que répéter, de janvier en décembre, d’année en année :

« - Sont les braises sous la cendre !… »

……………………

L’Enfant Solaire / L’Enfant-Lumière Bran du NOV 2012

Il est né l’Enfant-Lumière
Il est né en notre Terre
En l’humus de nos pensée,
Dans le terreau des destinées ;
Les lèvres accrochées au sein de la Terre,
Il tête l’Eternité…

Il s’en vient l’Enfant-Solaire
Il s’en vient l’espoir nouveau-né
Avec lui s’ouvre une nouvelle ère ;
Vivre, vivre, peut commencer…
Dansons comme l’arbre en sa clairière
Par de nouvelles sèves, avivé…

Nous sommes cet « Enfant-Lumière
Nous sommes cet « Enfant-Solaire »
Nous sommes son sanctuaire, nous sommes son foyer
Nous sommes son printemps, nous sommes son été
Par notre amour, allaité…

Son étoile, c’est la polaire ;
Son nid sont nos pensées…
Nos cœurs sont la clairière
Pour l’adorer et le fêter…

Merci au Père et à la Mère
Merci pour l’Amour enfanté,
Pour les joies ensemencées
En nos sillons bien éphémères…

Nous sommes les bergers
Du ciel et de la terre ;
Les transhumants, les passagers ;
Les arpenteurs des sentes sacrées,
Les frères solaires, les sœurs lumières ;
Marcheurs aimants et obstinés…


21/11/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 533 autres membres