Les dits du corbeau noir

Réflexions diverses et variées Bran du Juin 2014

 

Réflexions Du "couple", de la culpabilité, de la violence, du mensonge, de la peur et de la Vie

 

Bran du Juin 2014

 

 

 

Nous n'avons pas à connaître ni à cultiver la notion machiavélique de culpabilité inculquée par une culture idéologique et religieuse qui tend à faire des êtres ses esclaves et entretenant pour cela et à ce sujet toutes les peurs et toute l'ignorance possible...

 

 

 

Nous savons ; notre corps, notre esprit, notre âme, savent quand nous sommes "faux", en dissonance, en disharmonie face à la lumière du monde et aux fréquences vibratoires qui circulent en celui-ci ; des fréquences que nous "parasitons" dès lors que nous ne sommes plus, en Vérité", des êtres de liberté, de conscience et de responsabilité...

 

 

 

Notre Tradition, en sa sagesse, enseigne que ce qui est de nature à provoquer le déséquilibre, la disharmonie en l'être et dans l'univers, c'est le mensonge, l'orgueil et la cruauté envers soi, ses semblables et tout le vivant présent et à venir...

 

 

 

La seule "nécessité" de la "souffrance", sa raison d'être en quelque sorte, c'est de nous enseigner l'Amour et sa pratique qui s'exprime dans le don et la générosité, la compassion et la solidarité, l'entraide et le soutien mutuel, l'accompagnement et l'épaulement...

 

 

 

Nous sommes amener à rencontrer la "haine" qui n'est jamais que de l'amour qui na pas su trouver son emploi et usage car haine et amour résultent d'une même force-énergie dont il nous appartient d'assurer la maîtrise, l'équilibre et l'harmonie et la meilleure utilisation possible...

 

 

 

Cette "expression" même n'est pas dénouée d'attentes en retour car l'être "biologique" à besoin pour son existence même d'une "reconnaissance" et d'une "valorisation/gratification" sous diverses formes, mais ces dernières se doivent de demeurer au niveau même du DON et ne pas aller au-delà

 

de ce juste retour en prenant des disproportions qui amenuisent la nature et la qualité même de ce qui est offert à l'autre, aux autres et à tout l'univers passé, présent et à venir...

 

 

 

L'arbre est heureux et naturellement "fier" des fruits qu'il offre au présent et à l'avenir, de toutes sa force et de toutes ses énergies et ce, malgré les obstacles qu'il rencontre pour atteindre ce but...

 

L'homme et la femme ont également droit de ressentir une légitime "fierté" pour avoir offert le meilleur d'eux-mêmes sans que cela ne verse dans l'orgueil, l'immodestie, le calcul intéressé... etc...

 

 

 

L'expérience de la vie nous amène au constat souvent douloureux et amer qu'hommes et femmes ne trouvent pas en eux, ne cultivent pas, ne développent pas, ne fortifient pas, cette capacité et faculté à gérer cet extraordinaire dépôt fait de force, d'énergie et de lumière que l'on appelle aussi l'Amour...

 

 

 

Si l'amour en tant que tel ne divorce jamais des êtres humains qui se lient un jour ou l'autre à lui bien des êtres humains divorcent du lien qu'ils ont instaurés en son nom... Mais ce ne sera jamais l'Amour qui sera cause de cette séparation, de cette rupture, mais bien l'être humain plus soucieux de lui-même et de ce qu'il attend d'une relation humaine...

 

Par ailleurs nous ne "faisons jamais l'amour", mais c'est l'amour qui nous "fait" et nous qui nous séparons de lui !...

 

 

 

Il n'y a rien de plus intolérable dans une relation entre une femme et un homme que le fait pour l'une ou pour l'autre de devoir "quémander" auprès de l'autre le don de cette force-énergie d'amour...

 

La demande d'amour ne peut être le fait d'une "mendicité" et requérir pour cela une attention, un don, qui ne s'exprime pas "naturellement" mais que sous l'effet d'une demande qui crée une situation qui "déséquilibre" le couple par sa disparité de dons et d'offrandes...

 

Une fontaine d'amour se déverse sans compter, en permanence, et ne mesure pas l'eau qu'elle offre aux faims et soifs humaines qui se penchent sur elle afin que l'être soit "vivifié" ou "revivifié" par cet extraordinaire apport de vitalisation ou revitalisation...

 

 

 

"Je ne suis pas une photo encadrée sur le mur ou le rebord de la cheminée, je suis celui ou celle dont l'image, la figure, aimante et aimée, anime ta demeure intérieure donnant séjour à un amour qui se veut et se souhaite attentif et partagé."

 

Colère et violence sont tout autant intolérables qui agressent la vie elle-même et en opèrent la destruction. Elles sont le fait d'un "mécanisme" auto-destructeur qui veut que l'être incapable de "construire", de "se construire" (ce qui demande effort, exigence, lucidité, courage, humilité et amour de soi, de l'autre, des autres et de toute la création visible ou non) participe dès lors de son propre "anéantissement" emmenant avec lui et dans celui-ci tout ce qui l'entoure... L'incapacité à aimer, à donner et à offrir son amour, entraîne le "désamour"... Ce qui ne va pas vers la vie, ne s'offre pas à elle, va vers une forme de mort et parfois vers la mort elle-même !...

 

 

 

Il ne s'agit pas, dans un couple, comme nous en instruit Khalil Gibran de "boire dans une même coupe", mais bien de verser chacun dans la coupe de l'autre ce breuvage de vie, cet élixir de vie et de jeunesse aimante et amoureuse, que représente l'Eau de Feu de l'Amour...

 

Il me paraît totalement concevable que chaque être humain aspire à la paix, à la sérénité, au calme, à l'entendement et à la compréhension qui sont les conditions premières pour son épanouissement, sa croissance équilibrée et son évolution heureuse... Quand la "guerre" ets en soi et à travers soi elle se répand alentour et dans le monde et l'univers...

 

Les grands conflits naissent dans les ténèbres de l'individu, à partir des peurs et de l'ignorance qui cohabitent en lui, mais aussi en prenant source dans ses tendances égotiques et l'exaltation d'un sur-moi qui se veut tout posséder de la vie et la vie même...

 

 

 

L'homme ou la femme ne sont pleinement que dans leur capacité à être "présent" et "offert" au monde et lorsqu'ils expriment ensemble ou séparément leur dimension humaine dans un acte de synthèse qui est le fait de "mettre au monde" soit d'être aussi "créateurs" en ce monde... Cela qui donne sens et essence à l'existence passe par un partenariat avec la vie créatrice de vie...créatrice de beauté, d'émotion, de sensation qui donnent à la vie, profondeur et élévation...

 

 

 

On ne peut véritablement créer de la vie que dans une dimension amoureuse et aimante afin que ce qui s'en vient au monde soit porteur de cette force et énergie même; force et énergie qui se perpétuent et se répandent au-delà même des géniteurs de cette création...

 

 

 

L'indifférence que manifeste un être pour un autre est tout aussi intolérable et insupportable pour celui qui est l'objet et le sujet d'une forme de mépris qui ne dit pas toujours son nom, mais qui s'exprime comme tel...

 

Quand dans un couple, l'homme ou la femme n'a pas, n'a plus, le sentiment d'exister aux yeux de l'autre, sa propre existence est remise en cause...

 

L'attention vigilante, renouvelée, entretenue, que l'un ou l'une porte à l'autre est l'un des fondements de la relation... Si la vie que l'on porte en soi n'a plus pour "être" le regard que l'autre lui porte, elle ressent au plus profond d'elle-même une forme de "négation de sa propre existence"... Et nul ne peut longuement gérer une telle douleur...

 

 

 

La culpabilité a été inventée pour mieux assurer et assumer l'emprise d'une souffrance sans que l'on est pour cela besoin de recourir à des éléments extérieurs ; la victime étant et devenant son propre bourreau et sa propre victime !... C'est la pire des inventions qu'à pu produire l'esprit humain avec hélas une géniale perversité dans l'efficacité opératoire de cette disposition à se soumettre à l'inacceptable !...

 

 

 

On ne saurait accepter au regard de la vie une telle attitude et la valider et la cautionner en demeurant sous le joug permanent de la dite culpabilité en témoignant ainsi que cette dernière serait plus forte que tout désir et toute volonté et donc plus forte que l'Energie et la Force d'Amour que l'on souhaite servir et honorer en soi, pour soi et à travers soi...

 

 

 

Notre rébellion, notre résistance, nos actes de libération sont au service de la vie et luttent contre son asservissement... Le premier et décisif combat se livre d'abord en nous-mêmes !...

 

 

 

Que souhaitons-nous incarner de la vie, des forces aimantes de la vie qui sont en nous ?

 

Quel visage souhaitons-nous donner à cette vie qui nous anime au regard de la vie elle-même, de nos enfants, de nos amis et parents ? Un regard de liberté ou de soumission ? Un regard de courage et d'audace, d'exigence et d'authenticité ou un regard fait d'abandon et d'illusion, de désenchantement et de désespérance, de servilité et de soumission, d'impuissance et de  résignation ?

 

 

 

Il y a de la "dignité" à être homme ou femme et vivant parmi le vivant...

 

 

 

Nul n'est le sujet d'un autre, mais chacun est son propre Verbe, libre, conscient et responsable de toute ses conjugaisons...

 

 

 

Notre vie n'est ni un travail ni un labeur, mais bien une Oeuvre unique qui co-participe de toute la Création... Ceci humblement certes, mais non sans la légitime fierté d'offrir le meilleur de soi pour le meilleur emploi et usage du monde et de son devenir...

 

 

 

Soyons le plus possible "disponible" pour la Vie, la nôtre et celle qui anime le corps et la pensée de l'autre, du compagnon, de la compagne, de nos enfants etc...

 

 

 

Nous ne pouvons par faiblesse, par peur et crainte, continuer de nous soumettre au mensonge ou d'en faire usage pensant ainsi "protéger" ce qui peut subsister ou résulter d'une relation devenue stérile et inféconde c'est-à- dire "dévitalisée"... Entretenir cela est des plus destructeurs et ce sur tous les plans ( psychiques et physiques)...

 

Etre vrai dans le coeur de ce monde, sur le sein même de notre Terre qui est aussi notre "Mère", demande en effet courage et audace, mais, en relativisant, pas plus que ce que la vie met en oeuvre en toute plante ou en tout animal pour que celui-ci se batte pour être et se perpétuer dans des environnements qui peuvent s'avérer des plus austères, âpres et difficiles qui soient !...

 

 

 

La vie est bien la "cirrhose du choix ", mais si nous sommes en capacité et devoir d'en faire, c'est bien parce que nous sommes encore en vie et que la vie nous a doté de sens et d'intelligence pour habiter la vie ici et maintenant, pour nous projeter dans les horizons du futur, pour avoir conscience du fait que nous avons à répondre sans cesse à la question majeure de notre "origine", du pourquoi de notre "présence au monde" et de quelles orientations et destinations nous avons besoin de concevoir et de suivre pour éclairer et dynamiser notre "devenir"...

 

 

 

Si l'on veut coparticiper de la délivrance de l'être humain asservi à lui-même et à ses propres diktats, à ses aveuglements et éblouissements, si l'on veut autoriser et susciter et incarner au coeur du monde et en son sein, une ré-évolution salvatrice et salutaire, il nous appartient en premier lieu d'exercer et de mettre en pratique ce désir légitime et cette volonté farouche en nous-mêmes !...

 

 

 

Tout commence là ! Et de là se diffuse l'expérience, l'expérimentation pionnière, l'exemplarité, l'adéquation et l'ajustement de pensée et d'action qui tranche consciemment entre volonté et involonté, entre audace et résignation...

 

Que voulons -nous réellement ? Faire semblant de vivre, survivre ou être pleinement acteur de la vie ; c'est-à-dire en intensifier et en densifier les valeurs fondatrices, fondamentales, primordiales et essentielles ?

 

 

 

La "vérité", qui est aussi équilibre et harmonie, vaudra mieux que tout mensonge qui nous maintient dans le chaos d'une non existence, dans l'infirmité à être et les souffrances qui en résultent...

 

 

 

Nous n'avons pas à nous soumettre à la peur, à la violence, à la colère, à l'ignorance, à la "culpabilité, au "mensonge" et contribuer ainsi à l'emprise destructrice de l'homme sur l'homme et sur tout le "vivant"...

 

 

 

Nous sommes, de coeur et d'esprit, la Vie à l'Oeuvre et l'Oeuvre de la Vie !

 



08/06/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 533 autres membres