Les dits du corbeau noir

REFLEXIONS 2018 BRAN DU UN DEUX TROIS... SOLEIL ! 27 01 JANVIER

Iconographie et divers dec 2016 080pm.jpg
Dessin reproduction Bran du

 

 

 

 

UN DEUX TROIS ...SOLEIL !

Bran du 27 01 2018

 

Le monde Celte se positionne « clairement » (en toute clarté donc) face au « principe d'une opposition de deux termes complémentaires » et ne reste en aucun cas enfermé dans une dualité ou un dualisme stérile et infécond (dès qu'il cesse d'être associé et concilié en s'enfermant alors dans un antagonisme permanent.)...

 

 

La pensée celtique « transcende » en quelque sorte l'enferment et l'opposition duelle  par une conception à la fois unitaire et ternaire des dynamiques existentielles porteuses d'équilibre et d'harmonie...

 

 

Deux notes qui « résonnent » ensemble ne forment pas ce que l'on appelle un « accord » mais plutôt une « dissonance » alors qu'une seule note ou trois expriment une justesse de son...

 

L'analogie entre les nombres et leur projection et application dans le domaine musical est assez explicite en ce qui concerne les valeurs ou vertus du Un et du Trois...

(Mais on ne saurait atteindre le Trois dont l'unité sonore accordée renvoie au Un que par recours incontournable au Deux!)...

 

 

Les "Dioscures", les jumeaux divins, la gémellité, comme Lug et Cernunnos par exemple, sont très présents et « significatifs » dans les textes mythologiques celtiques.

 

Ils animent un jeu subtil et alternatif de justes répartitions qui président et assurent le bon ordre social et cosmique à la fois sans quoi la prédominance absolue devenant permanente et sans revirement possible ferait verser les hommes et leur univers dans le chaos absolu, infini, éternel !......

 

 

La pensée celtique s'accorde à considérer que toute chose à son contraire sans lequel elle ne saurait se distinguer et trouver son sens, sa compréhension et sa signification...

 

Le principe dit « opposé » à donc sa nécessite et son utilité lesquelles se dégagent pour notre entendement quand on conçoit et célèbre la « noce des contraires », ce à quoi toute sagesse traditionnelle nous engage et invite « sagement » et avec art, connaissance et maîtrise !...

 

 

Dans la pensée celtique le trois n'est jamais guère éloigné ou séparé du deux (ni le quatre du cinq, ni le huit du neuf etc...)

 

 

Quand, par exemple, le Nord irlandais fait face au Sud irlandais, le taureau blanc au taureau brun, il faut qu'un troisième élément intervienne pour remettre chacun à sa juste place avant qu'il ne porte un préjudice des plus néfastes dans un sens ou un autre...

 

(L'excès, la démesure, la discordance, la dissonance, l'iniquité, le déséquilibre et la disharmonie sont les fléaux majeur de la pensée celto-druidique.)

 

 

Iconographie et divers dec 2016 080pm.jpg

 

 

La recherche d'une juste répartition des fonctions et des territoires, y compris diurnes, crépusculaires et nocturnes, est au cœur même des deux batailles de Mag Tured qui engagent dans l'affrontement une famille de Dieux (principaux et auxiliaires) : les Gens lumineux et éclairés de la Déesse Dana ou Danu, aux forces et divinités obscures : les Fomoires qui par ailleurs maîtrisent l'art de l'agriculture lequel fait défaut aux Tuatha Dé Danann !...

 

Le conflit aboutira à répartir plus équitablement les choses et les situations, à réconcilier les contraires même au prix de combats et de luttes...

 

Il en va ici, comme dans une majorité des récits mythologiques majeurs du monde Celte, du rétablissement du bon ordre cosmique de l'Univers et dans des sociétés humaines qui en dépendent pour leur survie !...

 

Cette notion, cette vision, cette perception, cette conception, cet entendement, sont les fondements et les assises qui structurent la pensée et les actes en adéquation avec celle-ci du monde Celte...

 

 

Deux éléments confrontés ne peuvent le demeurer éternellement sinon la Roue de l'année s'arrête et avec elle toute Vie et toute évolution de cette Vie !...

 

 

L'homme, y compris sacerdotal, a deux visages comme le druide Gadhra et selon vers qui se tourne celui-ci, amis ou ennemis, son apparence sera claire ou ombreuse, bienveillante ou néfaste...

 

 

Mais, heureusement, un troisième « éléments» gouverne les pensées, actes, attitudes et comportements ; un troisième élément doué de connaissance, de conscience, de cohérence, de maîtrise et donc de discernement lui permettant d'opérer des choix judicieux et adéquates dans la résolution attendue et souhaitable de la problématique conflictuelle en présence...

 

Ce vecteur, cet agent « trinitaire » ; c'est un « Esprit » dépendant d'un Principe et d'une Essence le dotant de l'Anima apte à opérer une résolution satisfaisante...

 

 

Iconographie et divers dec 2016 080pm.jpg

 

 

Des exemples notoires :

 

Entre un bout de la massue du Dagda et l'autre bout; il y a le discernement et le choix pesé et mesuré fait par Celui-ci...

 

Entre deux armées qui s'affrontent, il y a le gué appelé Cuchulainn...

 

 

Entre une rive hivernale et l'autre rive de la Belle Saison, il y a le héros qui assure les passages...


Entre la peur et le désir, la couardise et le courage, il y a Bran qui se fait pont...

 

Entre Nede et Ferchterne, il y a la primauté d'une Parole de Vérité qui s'impose...

 

Entre ce monde et l'Autre Monde, il y a la navigation de Bran et les enseignements que nous retirons de celle-ci...

 

Entre la Fée, messagère du Sid et Conn le beau, il y a le choix d 'Amour et les félicités qui en résultent...

 

Entre la période sombre et la période claire, il y a le règne alternatif et complémentaire de Cernunnos et de Lug...

 

Entre le dragon blanc et le dragon rouge s'interpose Arthur conseillé par Merlin...

 

Entre l'informe et la forme, il y a Taliésin et l'incarnation successive du Verbe et de ses hautes, profondes et mutantes conjugaisons...

 

Entre la source et l'océan, l'océan et la source, il y a les voyages périlleux et salvateurs du Saumon de Sagesse et de Vérité...

 

Tout ceci se doit d'aboutir à un « rééquilibrage », à une « ré-harmonisation », à une revalorisation, à une redynamisation et revitalisation, des Forces, Energies et Lumières en Présence...

 

 

Toute « conciliation » est plus importante que la « Terre gaste » qui résulte des affrontements menant à « castration » ou mutilation définitive d'une partie ou d'une autre !...

 

 

Là où le deux épuise, le trois régénère !...

 

On peut par ailleurs ramener aussi le deux au un, le cas des postures magiques (sans doute ritualisées) est significatif en ce sens. Cela consiste à ne faire reposer une dualité que sur un pied, (à réduire de moitié le deux)...

Ramener à « un jour et une nuit » ; c'est signifier l'unité éternelle du temps et des cycles...

 

De même que trois jours, trois crépuscules et trois nuits ou encore trois fois neuf jours expriment une régénération (voire une « guérison ») totale...

 

Si le Un est l'Inspirateur, via l'Awen, des actes et pensées, la mise en mouvement dynamique de cet ensemble est le fait du Ternaire sacré...

 

 

Iconographie et divers dec 2016 080pm.jpg

 

 

Le monde Celte pense et agit en BASE TROIS !...

Ceci parce qu'il vise à l'unité fondamentale laquelle se traduit dans la remise permanente, incessante, à l'équilibre et l'harmonie de tout être, de toute situation,  de tout « état » et de toute chose !...

 

La cohérence, la plénitude, l'accomplissement, une approche de la perfection, l'efficacité pleine et entière, s'acquière par cette somme qui est trois...

 

Si le druide (un sacerdote participant à rendre sacré ce qui aspire à l'être et faisant "respirer" cette dimension sacrée) est par Nature, Anima et Essence un Médiateur : (il assure et assume des médiations) ; c'est qu'il a fait apprentissage, connaissance, expérience et maîtrise  du "curseur" philosophique et spirituel apte à ramener tout être et toute situation au point d'une plus juste balance...

 

 

Si le Trois exprime également les trois aspects d'une même divinité et est aussi le triplement d'intensité de celle-ci...

 

La divinité peut avoir « trois visages » ou siéger en majesté entourée de deux autres représentations divines qui sont en lien avec elle et sur lesquelles elle a prédominance...

 

On mesure donc combien s'articulent, se complètent, se concilient, se renforcent, s'équilibrent « symbiotiquemen » et bénéfiquement l'unité et la triplicité...

 

 

La forme philosophique et spirituelle de ce qui précède se retrouve en écho et résonance ajustée avec les triades celtiques anciennes et plus récentes et ce qu'elles amènent de sens et d'intelligence dans la pertinence et l'efficience de leurs usages et emplois...

 

 

Faire la lumière au sein de toute obscurité, amoindrir celle-ci pour que rayonne davantage l'autre, cheminer fraternellement, en toute clarté, avec courage et ténacité, en paix et en joie, sur la sente conduisant au Gwenvedd, voilà ce que propose, ce à quoi invite depuis toujours, en toute liberté, responsabilité, cohérence et lucidité, la Tradition celto-druidique à travers les spécificités, mémoires, inspirations et singularités qui sont les siennes...

 

 

iconographoes celtes 2017 009pm.jpg



27/01/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 516 autres membres