Les dits du corbeau noir

REFLEXION / REGARDS SUR UNE SOCIETE EN TRANSITION / BRAN DU 2019 24 02 FEVRIER

 

Réflexion... Regard sur une société en transition

Bran du 23 02 2019...

 

 

« Hier, on m'a traité de casseur, aujourd'hui, on me traite d'antisémite, de raciste, demain on me traitera de terroriste ? »

(Un gilet jaune durement apostrophé par la foule alors qu'ils venait dire sa compassion et apporter son soutien à ceux et celle qui manifestaient contre les attaques xénophobes dont ils font l'objet.)

 

 

Des dérives et des débordements préjudiciables accompagnent inévitablement des revendications populaires ; elles relèvent à chaque fois d'infiltrations par des individus ou des groupuscules qui utilisent à leurs fins des mouvements légitimes de protestations.

Cela est d'autant plus inévitable quand il s'agit d'un mouvement qui ne souhaite pas se doter d'une organisation ni de leaders représentatifs par crainte (vérifiée) de voir leur mouvement trahi par des mandataires manipulés par le pouvoir ou séduit par lui...

 

 

Ces ingérences extérieures volontaires, organisées elles, servent des intérêts de politique politicienne qui n'ont pour seul but que d'accroître le chaos social et les désordres, les peurs et les craintes, afin d'amener à ulcération une majorité, certes sympathisante au début des mouvements revendicatifs, mais demeurant silencieuse sauf si cela affecte ses propres intérêts ce qui peut amener à un renversement de gouvernement ou et des mesures de plus en plus liberticides, arbitraires et autoritaires de la part de celui-ci...

 

 

Le dit gouvernement à par ailleurs lui tout intérêt à ce que le discrédit s'instaure autour des manifestants et de leur mouvement, et tout ce qui concoure à générer de plus en plus cela est le bienvenu...

Tout excès est producteur de déséquilibre et il suffit de quelques spécialistes de l'excès pour amener une population à se retourner peu à peu contre une autre en état légitime de révolte et de rébellion...

 

 

La généralisation de faits isolés et déplorables montés et grossis médiatiquement, désinformés, ne peut qu'amener l'opinion à une condamnation globale et sans aucune distinction du mouvement de protestation...

 

 

La peur (avec la répression policière excessive, disproportionnée, ponctuée de « bavures » et condamnée par de nombreux observateurs et juges) provoque une désolidarisation progressive, une diminution des « sympathisants » et donc un essoufflement puis une dislocation des protestataires qui tentent de faire durer malgré tout le mouvement jusqu'à son extinction faute de combattants....

 

 

Ces mouvements non « organisés » institutionnellement ne sont pas dotés d'un service d'ordre suffisant pour éviter des débordements préjudiciables au sein de leurs manifestations dont la conclusion provisoire se solde hélas et trop souvent par des actes de violences réciproques et des exacerberations et provocations mutuelles...

 

 

Cette insécurité volontairement instaurée et entretenue fait le jeu des manipulations mises en place afin de renverser un pouvoir (par des partis « extrêmes ») ou de donner à celui-ci un renforcement de son appareil répressif et liberticide...

 

 

La révolte, la rébellion, la dénonciation d'un monde absurde ; bouffi d'orgueil, n'ont pas de leviers assez puissants pour soulever et renverser, pour l'heure, une masse pesante et décadente qui entend continuer de s'abattre sut tout ce qui, vers la vie, fait œuvre et mouvement...

(un monde d'inégalité et d'injustice, qui opprime les plus démunis, les plus fragiles, les plus délaissés de nos contemporains... Un monde du capitalisme et du libéralisme forcenés, amateurs de roulette russe, qui n'hésite pas à gréver lourdement l'avenir même de ses enfants  en détruisant et en pillant par ailleurs son environnement naturel et tout ce qui tente de survivre à ses prédations récurrentes !)...

 

 

L'édifice sociétal où ne se hissent que ceux qui s'appuient sur le pouvoir et la puissance pour soumettre les autres à leurs diktats et ambitions démesurées repose paradoxalement sur le socle même des plus exploités et asservis qui détiennent sans même le savoir les clefs de leurs propres libérations quand ils éveillent leur conscience au fait qu'une démocratie c'est bien le « gouvernement du peuple par le peuple et pour le peuple »  et que la devise républicaine par excellence est bien Liberté, Egalité et Fraternité !...

 

L'édifice se lézarde, se craquelle, se fissure en ses assises mêmes car le pouvoir en place et ceux qui s'en servent aux dépens des autres ou qui, par leur puissance financière, s'exonèrent des devoirs qui leur incombe, n'ont aucun scrupule à trahir leur mandat électoral, leurs promesses ou pour d'autres « privilégiés » leurs simples, mais solidaires obligations de « citoyens landa »...(Notamment au niveau de leur fiscalité!)...

 

 

L'absence manifeste de confiance sape l'orgueilleuse et mensongère construction qui vacille sur elle-même et cherche à s'étayer en ayant recours à tout un appareillage juridique et étatique de plus en plus coercitif et autoritaire voir arbitraire...

 

 

Penseurs, écrivains, artistes, lycéens, étudiants, ouvriers, paysans, commerçants, petits entrepreneurs, agents de l'Etat, mais aussi scientifiques, économistes, spécialistes, homme et femmes de bons sens, tous et toutes mettent l'incurie et l'injustice en accusation...

Tous et toutes pointent du doigt des institutions et des élus, des lois et des règlements, qui ne répondent pas ou plus aux plus vitales et légitimes des attentes et aspirations du plus grand nombre d'entre nous...

 

Sur le bureau des décideurs, dans les cabinets ministériels s'agglutinent des flots de pétitions, de doléances, de remontrances et de revendications confrontés au silence voire au déni ou au mépris... où, la encore, à des processus de manipulation et de récupération à partir de pseudo débats* censés réduire la « chauffe sociale » tout en servant de promontoire et de candidature pour des élections européennes à venir avec les « extrêmes » en embuscade !...

(*85 % des cahiers de doléance reprennent les thèmes principaux des revendications ; des revendications amplement partagées donc et de ce fait déjà connues et parfaitement identifiées !)...

(Tout cela conçu pour que le « mouvement » s'épuise dans la durée!)...

 

 

Le manque réel de réelles discussions, le déficit de dialogues, de consultations et de concertations respectueuses, le déni et le mépris qui entourent cela entretiennent en France plus particulièrement un rapport de force récurrent seul moyen pour penser et espérer être enfin « entendu » !...

 

 

L'affrontement, le conflit, le culte de l'antagonisme, les dialogues de sourd sont les seuls aboutissements des tensions sociales alimentées et suscitées par nombre de facteurs cumulés en terme d'injustice et d'inégalité...

Les causes , les origines, qui produisent ces sentiments pourraient fort bien être traitées de façon préventive dès l'apparition des mésententes et des incompréhensions, mais on préfère laisser monter la colère et qu'elle prenne de telles proportions car on justifiera alors les mesures répressibles prises à son encontre !...

 

 

Notre ami Fabien Régnier directeur de la Revue Keltia Magazine à parfaitement raison de faire un comparatif étayé entre l'Esprit celtique et le mouvement actuel de revendications légitimes... :

 

« Nous sommes la voix de celles et ceux qui ont toujours refusé la dictature de la pensée et qui, tout au long des siècles, ont représenté contre vents et marées, l'esprit libre de la Celtie. »  "Un peuple "frondeur" a commencé enfin à prendre conscience de ce qu'on lui fait subir, s'est révolté en dehors de toute forme d'embrigadement, de toute chapelle syndicale ou politique, avec la spontanéité du cœur, avec ses propres solidarités établies sur le terrain et non dictées d'en haut, avec son ressenti plus qu'avec de grandes théories." "Il y a dans cette levée populaire non encadrée un esprit indéniablement celtique."

                                                     Keltia N° 49 Imbolc 2019

 

 

La soi disant « paix romaine » a été régulièrement ponctuée de révoltes gauloises durement réprimées (les Bagaudes), une actualité récente a fait souvenir de la révolte bretonne des Bonnets Rouges, de celle de Pontcallec, de celle de Plogoff etc... (Sans parler des luttes irlandaises, de l'opposition écossaise etc...)

 

Il y a une récurrence libertaire (un legs, un héritage) dans les anciens pays dits celtiques à revendiquer la justice et l'égalité et à s'opposer à tout arbitraire...

 

On peut constater par ailleurs que la culture héritée du monde romain et du christianisme est davantage portée sur la soumission et l'obéissance absolue de tout individu envers toute autorité ce qui se reflète encore au sein même de l'Education Nationale aujourd'hui !...

 

 

Sous-jacentes aux dramatiques problématiques sociales, il y a des origines « culturelles », des conceptions différentes de ce qui fait « société », de ce qui relève du rapport à la Vie, à la Nature et à l'Environnement, à l'Univers , au Cosmos, au « Visible » et à « l'Invisible », mais en incluant aussi et surtout les Dimensions divines et sacrées qui fondent et animent une Spiritualité et donnent convergence, entendement et cohérence à une communauté humaine...

 

Génération après génération, des mécanismes idéologiques de formatage et de conditionnement se sont renforcés en utilisant toujours le plus efficace de tous les outils coercitifs : la Peur...

 

 

Sauf, dans le cas où le ciel viendrait à leur tomber sur la tête (on penserait aujourd'hui à un grave accident nucléaire), nos ancêtres gaulois n'avaient nulle peur y compris face à la mort, ce qui leur donnait donc tout le loisir de se consacrer entièrement à la Vie, à sa célébration et à sa pérennisation...

 

 

Hélas plusieurs siècles de conditionnements (quasi mortifères) répétés nous ont fortement éloigné de cette saine, sereine et joyeuse attitude...

Elle semble cependant refaire surface et, là, est l'espérance ; une espérance fortifiée quand on voit un Etat perdre en parti contrôle de lui-même ; la peur engendrée, manipulée, revenant comme un boomerang dans le rang des lanceurs de contre-révolte !....

 

 

Cet ensemble de situations réellement inquiétantes o combien a pour effet salutaire d'initier un énorme brassage entre les neurones et les synapses de nos contemporains qui prennent conscience lors d'en avoir une, laquelle les invite à réflexion majeure, à faire œuvre de compréhension et acte de réponse adapté aux questionnements examinés...

 

 

Les causes parfaitement identifiées produiront hélas les effets redoutés faute d'avoir su écouter les « lanceurs d'alertes » et les avertissements des personnes compétentes dans les domaines qui nous préoccupent, tout ce que nous pouvons faire, selon Aurélien Barrau et d'autres penseurs et scientifiques, c'est d'en réduire autant que possible l'impacte et l'amplitude...

 

 

Cela commence comme toujours par les attitudes, les comportements individuels, qui cumulés peuvent participer de cette réduction de conséquences néfastes, mais aussi du « politique » qui se doit de hisser l'écologie au plus haut niveau des préoccupations nationales et tenir enfin les promesses et les engagements issus des derniers grand rendez-vous donnés aux humains afin qu'ils ne tronçonnent pas la branche sur laquelle ils se tiennent dans un inconscience ou une hypocrisie coupable !...

 

 

 

Les bilans sont faits, les constats établis et l'évidence est là qui valide l'état plus que préoccupant des lieux et des situations avec le refus de l'acceptation de ce qui est et de ce qui se profile et la non mise en œuvres des « remèdes » appropriées...

 

 

 

C'est le fait de l'immédiateté de la jouissance consumériste, illusoire et aveugle qui contente certains au détriment des autres et de la vie elle-même... Certains « mortels » se conduisent comme des « immortels » avec l'arrogance comme quotidien et l'orgueil comme préséance !...

 

 

 

Il y a quelque chose de « mort » au sein de nombre d'individus et cette présence « mortuaire » se répand dans le corps, le cœur, les songes, les pensées et les actes et ce, au point d'endosser prématurément un habit de deuil et de recouvrir le vivant d'un suaire et d'un linceul...

 

 

 

La Vie, qui n'a pas de prix, fait l'objet d'une dévaluation constante et inégalée et d'une spéculation de nature funéraire et mortifère...

 

La vie compte de très nombreux fossoyeurs et nombre de nos semblables creusent leur propre tombe et celle de leur famille !...

 

 

 

 

Ni optimiste ni pessimiste, mais être réaliste, objectif et lucide...

 

L'humanité face à sa déshumanisation...

 

Les interpellations majeures sont telles, si complexes, si inextricablement imbriquées qu'il devient fort compliqué de les appréhender efficacement sans aboutir à des constats qui suscitent un sentiment d'impuissance, d’inhibition et de résignation !...

 

 

 

On ne peut semble-t-il démanteler cet iceberg de stupidité suicidaire avec le pic à glace du bon sens et de la sagesse objective...

 

Une partie hélas décisionnelle de ce monde semble vouloir en finir avec la Vie (un meurtre, un génocide, prémédité!)

 

 

 

Sont des femmes et des hommes qui renonçant à aimer, doutant même de l'Amour, inversant cette Energie extraordinaire, laissent lors toute sa place à la haine et à ses emprises... d'où le renversement des valeurs constitutives d'humanité !...

 

A SUIVRE

 



24/02/2019
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi