Les dits du corbeau noir

REFLEXION L'INITIATION 2 Bran du 14 09 2012

REFLEXION….   L’INITIATION  (Suite 2)  Bran du        14 09 2012

« Le chemin initiatique ne mène en fait que vers un seul point : l’éveil de la conscience. »
G LESCOUEZEC Entretien avec un Druide (Ed du Prieuré)

 

Passage par l'O !


La « pénétration » dans le Cercle de la Tradition ( là où les champs vibratoires cosmiques, telluriques… s’interpénètrent), se fait à partir d’un pas sage par l’eau (O)…
(Interpénètre peut se comprendre sous la forme Un Ter Paix et Naître avec un développement dans le sens : La Paix Naît de la Terre du Un par exemple !)…

 

Se forger un bien fondé !

 

Pour G. LESCOUZEC, Grand Druide de la Gorsedd de Bretagne, « l’initiation est un acte fondamental et le début de l’approche de toute chose. » On peut aussi comprendre le mot fondamental comme évoquant l’idée de « fondre le mental »… Fonder, c’est assurer le socle et l’assise de toute réflexion aspirant à une solide élévation… On retiendra aussi que l’AME se tient dans ce fondAMEntal, prète à conseiller, guider, acheminer, soutenir, accompagner l’Oeuvrier, le Cheminant... (Par ailleurs fonder s’apparente à forger et forger implique de passer par le feu et l‘eau…)

L’eau est à l’origine de la vie et sa disparition peut entraîner le désert et la mort…



Le conteur revient à zéro !

 

On comprend l’importance de cet élément qui est au commencement de toute vie et donc de toute initiation ( Initium à le sens de «commencement »)… Dans Origine nous avons pour initiale la lettre O qui se rapporte aussi à un cercle par son graphisme…

Remettre les choses à ZERO (O) n’est-ce pas permettre un recommencement ?….

Le « mécanisme » essentiel, le modèle symbolique, analogique et psychique qui opèrent, les phases alchimiques de toute trtansformation, relèvent de l’ouvrage sacré et divin. L’Esprit agit sur la Matière en vue d’une « spiritualisation » de celle-ci…


Faire encore et toujours le POINT

Au cœur, au centre de ce Cercle se tient le point d’équilibre, agenceur, régulateur, dispensateur de l’harmonie de l’ensemble… Ce point est aussi source et puits de sagesse et s’apparente également à un point d’eau (. d’O)… Le point étant aussi le Cercle dans son origine et future expansion… (Il donne naissance au Cercle !)

C’est en ce point que rendez-vous est donné à notre cœur « puisatier », à nos pensées « sourcières »…

En ce point se concentrent ( font centre avec) les Forces, Energies et Lumières, les Ondes, Flux et Vibrations premiers… (Appelés aussi Dieux, Déesses, Entités….)
Tout cela émanant du Creuset, du Chaudron, de la Matrice, d’une Forme Mère donnant naissance à toute forme en laissant les dites formes libres ou non de se rappeler leur origine et leur génitrice, de lui rendre hommage ou de l’oublier…



Un revêtement sur le chemin !

 

C’est en ce lieu, en ce point, en cette origine, en cette essentialité que notre « nudité » d’impétrant, recouvre sa réalité majeure, primordiale, élémentaire et que nous pouvons lors prétendre nous envelopper d’un « habit de lumière » qui diffuse sa force sereine et son énergie féconde, bienveillante et bienfaisante…

Abreuvés, désaltérés, en ce point d’eau, en cette source matricielle, en ce bassin aux neuf coudriers de sagesse, nous aurons à reprendre le chemin du désert, celui qui en l’homme creuse son aridité et fromente ses sécheresses tant dans le corps, le cœur que l’esprit avec toutefois cette  conscience et cette croyance/espérance que tout désert est beau puisqu’il cache un puits quelque part !…


Des apprentis sourciers !

 

Aider chacun, chacune, à retrouver leur propre source de vie, ce n’est pas sorcier certes mais bien sourcier !…

Pénétrant afin d’être pleinement pénétrés , nous franchirons plus qu’une  porte, un seuil ; au-delà duquel plus rien ne sera comme avant, car nous franchirons ce passage en sagesse, conscience et amour… Nous resterons, a priori, en partie et sous certaines formes semblables à notre état antérieur, mais en réalité différent dans le tout qui nous constitue….

Nous aurons été immergés dans l’océan des transmutations et des métamorphoses ; goutte d’eau tombée volontairement en cet océan de potentialités nous serons aussi, en quelque sorte, cet océan même… (Pour paraphraser Rûmi)

Nous aurons alors charge aimante et consciente d’animer, à notre humble façon mais avec une vive ferveur, les hauts courants de la vie qui sillonnent tout l’univers…

L’initiation fait de nous des porteurs d’eau, des rassembleurs au point d’eau, des passeurs de rive, des colporteurs de braises, des puisatiers et des forgerons de l’Esprit…

En ce passage invocation est faite aux Dieux et Déesses de nous « visiter » et d’élire en nous leur « bon et durable séjour »…

La reconnaissance implique un visage (Connu, reconnu…) (Nu avec…), une représentation, une figure, qui ne peut être sans avoir de NOM. Le NOM exprime une idéntité particulière, singulière, spécifique ; un concentré de vibration, d’énergie, de lumière contenant une « charge émotionnelle » compréhensive des Dieux et des Déesses venus en « reconnaissance »…    La Re/Con/Naissance faisant fonction de Naître avec et à nouveau… et avec le remerciement qui en découle naturellement…



OUI, Un NOM... Non de non...

 

Un NOM insufflé, inspiré, et donc un NOM qui nous a été « Soufflé » en quelque sorte…
Lors, aspirer, respirer, ce Souffle qui est Souffle de l’Awen, Souffle de l’Origine, Souffle des Souffles….

Par ce NOM, nous avons existence réelle en ce monde et en l’Autre Monde tant sur le plan de l’horizontalité de notre existence que sur celui de la verticalité qui le transcende…



De la Mer à la Mère :

 

Nous allons par la Mer vers la Mère !…   Vers l’Ile Mythique, ses énigmes et ses mystères….
C’est là notre navigation hauturière…. C’est une conduite vers la Matrice suprême , vers la Reine de tout Royaume, vers le Chaudron de Renaissance, vers le Creuset indicible…



Conduire les sens vers l'Essence, laquelle est sans pénurie !

 

Il s’agit d’aller en toute lucidité et limpidité, en toute conscience de ce qui est et advient, vers « l’Essence de l’Etre » ( de nature à la fois temporelle et intemporelle)…

S’éveiller en conscience…. C’est à cela que nous invite Taliésin «  lequel nous parle des états multiples de l’être et des conjugaisons plurielles au sein du dialogue avec la nature et les dieux. » comme l’enseigne G LESCOUEZEC et notre Tradition…

Celui-ci ajoute : « Notre relation aux dieux passe toujours par le monde… L’initiation druidique fait passer, théoriquement, celui qui la parcourt de la réalité symbolique et poétique pour le mener à une réalité spirituelle et vécue. On change de plan de conscience et tout devient langage des dieux (la nature et tout ce qui la compose)… (Lors soufflera l’Awen !)…

Cette initiation dans son positionnement universel est ouverte à tous ceux qui abordent et acceptent les valeurs de l’Ame Celte (Le druidisme est ouvert à ceux qui le comprennent)…

L’initié, lors de son initiation, épouse ( dans tous les sens du terme) la nature et les forces qu’elle contient. A partir de cela il sera en mesure de dialoguer en conscience avec la nature et avec les dieux. »   G LE SCOUEZEC


« J’avais revêtu d’autres formes… …/…
Une poule m’a reçu, aux pattes rouges, à la crête dentelée
Je suis resté neuf mois
Enfant à naître dans son sein …
J’avais été tué à ce qu’il me semblait
J’étais mort, puis à nouveau vivant.
Je chante tout par quoi je suis passé. »      Taliésin   Traduction JG Evans 1910



Naître en paix en cela qui pénètre...

 

L’ETRE est à NAITRE et ne peut « n’être » dans le paraître !….
Sa naissance implique le passage à travers diverses transformations, à travers divers bains aptes à révéler peu à peu la part de lumière enclose dans les profondeurs obscures, dans la chambre noire interne à chacun, là où elle se tient en attente de surgir au grand jour… afin de faire la lumière sur toute obscurité…



14/09/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi