Les dits du corbeau noir

Reflexion de la matière à l'esprit bran du juillet 2012

REFLEXIONS ESTIVALES              Bran du   26 07 2012

De la Matière vers l’Esprit…………

On ne compte plus à ce jour les publications consacrées aux gaulois ou au monde celte plus généralement et cela est heureux car toutes ces publications restituent une réalité et une vérité longtemps occultée et ou falsifiée sur une part non néligeable du passé européen constitutive de la mémoire des peuples qui y vécurent et en façonnèrent les paysages en imprégnant la terre de leur sang, de leur songes et de leur sueur…

On découvrait il y a plus de trente ans le formidable pouvoir des musiques dites celtiques, (une déferlante qui n’a cessé d’ailleurs d’apporter son sel et son écume sur les grèves de notre quotidien….)  Cette marée de créateurs et de créations s’est répandue dans le monde entier apportant aux rivages des dynamiques et des émotions aptes à régénérer les rapports humains au sein de l’océan de la vie…  

La bande dessinée et le cinéma n’ont pas manqué de puiser avec abondance et souvent avec talent dans la « mémoire celtique », dans le légendaire, les archétypes et les mythologies, dans le fabuleux chaudron de l’imaginaire celte régulièrement revisité…

Les travaux des universitaires et chercheurs, des archéologues ont également participé de cet « engouement » pour la matière celtique donc celle de « Bretagne »…

De grandes expositions, des musées, des festivals, des colloques sont consacrées à l’histoire de ce que l’on appelle enfin une véritable civilisation celtique…

On peut admirer de plus en plus le savoir faire et le savoir être de ces peuples constitutifs de la future Europe ; des peuples indo-européens dont les territoires actuels ont su garder bien des empreintes au cours des quelques dix siècles et plus pendant lesquels ils ont organisé de vastes territoires agricoles, créé de véritables villes, des échanges commerciaux, des foires et marchés…

L’éblouissant Art Celte témoigne du haut degré de maîtrise et de connaissance des artisans lesquels oeuvraient dans la matière en vue de fonctionnalités diverses toujours rattachées à la pensée et au sacré… (En contenant en un langage secret mais significatif les arcanes mêmes de l’esprit et du cœur qui conduisaient et instruisaient la main et son ouvrage…)

Depuis ces dernières années le monde gaulois apparaît au grand jour et dans sa véritable lumière à travers de nombreuses revues qui réhabilitent cette société en mettant à bas les clichés et idées reçues à son sujet…. L’image d’Epinal disparaît pour une réabilitation  jusitifiée très interpellative quand au « génie » que l’on redécouvre ainsi…

Ce passé enfin dignement restitué nous redonne une assise et des fondements constitutifs de notre devenir non pas en flattant des nostalgies déplacées ou en alimentant malgré lui des idéologies diverses, défigurantes, falsifiées et avariées, mais en nous amenant à interroger les valeurs de la dite société et ce que celles -ci sont à même d’apporter d’élements utilisables de façon efficiente pour consrtuire un autre avenir que le déclin, l’impasse et le désastre cyniquement proposés… Cette nouvelle « passion » pour l’Histoire authentiquement restituée ne doit pas être un « refuge » face aux insécurités croissantes du devenir mais un terreau, un humus pour faire croître et s’épanouir des « arbres de vie individuels » souchés sur des enjeux collectifs »…

Ici aussi il faudrait plutôt parler de recouvrance, de restitution que de découverte…

Il importe cependant que nous sachions discerner dans l’éventail déployé par un « génie » civilisateur les lignes de force, les axes majeurs qui sous-tendent cette « civilisation » à part entière et toutes ses réalisations innovantes et fonctionnelles dans le déploiement fascinant des activités humaines de cette époque…

Il importe de partir de la Matière pour remonter à l’Esprit…

C’est en effet un esprit qui a inspiré, éveillé, conduit, enseigné, formé, accompagné et guidé toutes ses évolutions spécifiques et singulières… Toutes ces « productions » savamment et techniquement élaborées; tous ces modèles d’organisation de la société humaine, ces pratiques, ces croyances, résultent d’un agencement, d’un ordonnancement prodigués par des êtres appelés Druides soucieux d’équilibre et d’harmonie qui ont dignement servis une sagesse, une phylosophie de l’existence, une loi d’évolution permanente grandement inspirée de l’observation méticuleuse des lois de la nature, des cycles des saisons, des rythmes de l’univers…

C’est cette réalité constructrice sous-jacente, mais o combien présente, que l’on va peu à peu aborder et explorer à travers ses formes d’expression et de manifestation révélées au grand public avec justesse et équité…    Le Fond sacré qui a donné forme va apparaître lui aussi de plus en plus et devenir « lisible et compréhensible » en livrant sa Substance, son Anima, son Principe, son Essence… « Cela qui fut, est et sera » livrera ses clefs pour une ouverture éclairée des cœurs et des consciences…

L’Arbre retrouvera sève et racine plongeant celles-ci sans la Source première des recouvrements essentiels et fondamentaux…

Lors, l’Oiseau du devenir viendra de nouveau se poser en paix sur la branche d’Homme et le chant de celui-ci se conjoindra à celui de l’Oiseau…



26/07/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 551 autres membres