Les dits du corbeau noir

QUE S'EN VIENNE EN MOI LA PAIX Pensée hivernale BRAN DU 01/NOVEMBRE 2015

Que s’en vienne en moi la paix      Bran Du   Nuit du 27 12 2009

 

 

Que la paix s’en vienne sur la terre gaste de mon cœur…

 

Qu’elle s’en vienne à pas de neige, à petits pas feutrés, enveloppée de son manteau aux broderies d’étoiles…

Qu’elle s’en vienne comme la voile inespérée qui fait retour au port de son amour…

Qu’elle s’en vienne sur un sentier fait de pétales de roses

Qu’elle s’en vienne comme une aube printanière

Qu’elle soit en mon jardin, en mon verger, de toute beauté, éclose

Qu’elle soit les ambassades de la plus douce des lumières…

Qu’elle s’en vienne de la rosée sur les joues, du givre sur les tempes

Qu’elle s’en vienne en dansant comme une musique dans les bras du silence

Qu’elle s’en vienne comme une brume de septembre

Qu’elle m’enveloppe d’une même transparence

Que celle que me renvoie le grand miroir de la glace…

Qu’elle me recouvre comme une pluie bienfaisante

Qu’elle soit ce ru, ce ruisseau, s’épandant dans le lit sec de mes attentes…

 

 

Que s’en viennent la paix et les heures sereines

Qui chassent tout chagrin, qui noient toute peine…

 

Que me submerge cette haute marée de tendresse…

Que ne soient plus la mémoire qui blesse, l’avenir incertain,

Mais que soit, en moi, la paix, reine et souveraine, de mon territoire humain…

 

 

Que la paix soit cette feuille étendue au soleil…

Cette grève luisante où sèche chaque grain…

 Que l’azur règne et reteinte le ciel

Où les nuages s’éloignent en se donnant la main…

 

 Que la paix soit ce pelage enroulé contre la chaleur maternelle…

Que la paix soit cet enfant assoupi et repu sur le sein…

Qu’elle s’avance, féminine et nue

Qu’elle s’avance et que je sois ému

Comme l’aurore peut l’être revêtant le matin…

 

Qu’elle s’en viennent, cette paix auréolée d’amour

Qu’elle s’approche, un fin linge à la main ;

Qu’elle humecte mes lèvres de l’eau et du parfum de sa source…

Que sa joie m’éclabousse, que sa joie soit mon bain…

Qu’elle soit ce fleuve épousant les rives de son cours

Et qu’elle soit ce rire "soleillant" dans le printemps des fleurs…

 

 

 Que la paix soit un mot venu du cœur

Un mot chuchoté et plein de douceur

Accompagnant tout ce qui se meurt

Terrassé de tendresse et succombant d’amour…



03/11/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi