Les dits du corbeau noir

POURQUOI ETUDIER LA CIVILISATION CELTIQUE ET S'Y RAPPORTER AUJOURD'HUI ? BRAN DU / 2016 / 13/02/FEVRIER

Pourquoi Etudier la civilisation celtique et s'y rapporter aujourd'hui ? Bran du 13 02 2015

 

 

Il est important de collecter les données et informations sur la Tradition ; de « savoir » ce qu'il pouvait en être des conceptions, de la doctrine des Anciens Celtes, mais plus important peut-être de traiter cette matière sous l'angle de la Connaissance soit de la faculté de retirer de cela des enseignements adaptables et actualisables au sein de notre société moderne, en tant qu'apport philosophique et spirituel permettant à notre humanité en souffrance de retrouver une dynamique du vivre et une espérance dans sa destinée, celle de la planète et de tout le vivant...

 

Investir ce lointain passé afin d'en exhumer des lignes de force et des axes majeurs éveillant une conscience et l'orientant vers des éthiques de vie, aidant chacun et chacune à vivre, à aimer, à créer, à partager, à mourir, à espérer, à croire...

 

Nous pensons que le monde Celte et la mémoire qui empreint encore notre sol de naissance, notre pays d'accueil, nos territoires de rencontre et d'échange, de découverte et d'expérimentation sont dépositaires d'une sagesse, d'entendements, de compréhensions explicitant, éclairant, donnant des pistes satisfaisantes et motivantes en ce qui concerne les grandes questions existentielles....

 

Nous pensons que cela peut aussi co-participer, avec d'autres sagesses en provenance du temps et de l'espace , à un changement progressif et décisif de « paradigme sociétal » réorientant la pensée et l'action humaine vers des attitudes plus en symbioses avec la vie et son devenir....

Et ce, dès « ici et maintenant »...

 

Ce n'est pas d'une quête nostalgique qu'il s'agit ni du simple plaisir d'accumuler des données historiques sur une civilisation disparue, mais bien une démarche volontaire, obstinée, lucide, libre et consciente d'incarner des valeurs de sagesse et de sapience, d'équilibre et d'harmonie, de paix et de solidarité, qui restituent aux hommes et aux femmes une dignité à Etre qui transcende les perversions de l'Avoir et fait éclater les masques du paraître...

 

Quand nous prenons connaissance des valeurs de la civilisation Celte avant que celle-ci ne soit pervertie tant de l'extérieur que de l'intérieur par d'autres concepts favorisant l'individualisme sur le communautarisme, l'appropriation sur la redistribution des richesses entre tous, la fonction d'autorité et de puissance sur celle d'une régence responsable de la prospérité commune, la primauté du verbiage et du mensonge sur la Parole Vraie, du profane sur le monde sacré, de l'orgueil et de l'arrogance sur le respect des Lois de la Nature et de l'Univers, l'emprise du chaos sur la recherche de la cohérence, de la concorde, de la juste place et mesure... pour ne citer que ces exemples indiqués parmi bien d'autres, on ne peut que souscrire à cette déontologie inspirée aux Sages de « l'Ancienne Celtie » et mise en pratique pendant au moins un millénaire avant qu'elle ne disparaisse sous les assauts répétés d'idéologies contraires....La Matière s'imposant peu à peu à l'Esprit !....

 

Prenons un détail , un détail significatif pour illustrer ce propos :

 

Avant que ne s'en viennent les mois noir et que ne s'ouvre la nouvelle année aux portes de Samonios ; seuil de la grande traversée hivernale et début de la saison sombre jugée toujours périlleuse, les Sacerdotes Celtes jeûnaient, limitaient leurs besoins et s'adonnaient à la méditation, à l'introspection, à la « manducation » des glands de l'Arbre Cosmique....

 

Pourquoi faisaient-ils cela, dans quel but ?....

 

Les textes anciens nous disent qu'ils le faisaient afin que le monde, l'univers, la création ne retournent pas dans la chaos, que le déséquilibre et la disharmonie ne s'emparent pas de la vie en toutes ses formes et manifestations....

 

Comment ne pas souscrire à une telle conception aujourd'hui peut-être plus que jamais ?

 

Ne pouvons-nous pas nous aussi être interpellés par un tel acte qui se préoccupe de la vie toute entière et de sa pérennisation ?

 

Ne pouvons-nous pas nous aussi « jeûner » et procéder, d'abord en nous-mêmes, à des nettoyages, épurations, régulations, repacifications et réharmonisations avant que d'en faire rayonner alentour les bienfaits et de témoigner exemplairement et authentiquement de ceux-ci ?

 

Ne pouvons nous pas nous aussi nous priver du superficiel, de l'artificiel, de l'illusoire, de tout un superflu qui nous sèvre de plus en plus des Energies Forces et Lumières de l'Essentialité ?

 

Il y a de multiples façons de « jeûner » face à la bêtise, aux peurs, aux ignorances, aux aveuglement, à l'absurdité, au dogmatisme idéologique qu'il soit religieux ou politique ou financier...

 

Jeûner ainsi c'est refuser l'absorption d'un poison qui nous fait « pourrir le coeur » !....

 

 

 



15/02/2016
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 565 autres membres