Les dits du corbeau noir

POESIES INDUITES 2018 BRAN DU 12 01 JANVIER

 

Beltaine Belgique mai 2016 116pm.jpg

Jephan de Villiers

 

 

 

Poésie induite Bran du               12 01 2018

 

 

Mode d'emploi :

 

Parcourir les photos d'un catalogue culturel présentant les manifestations festives pour l'année en cours, investir les dites photos et ce qu'elles évoquent... Faire « parler l'image » selon ses sens, son intelligence et son « imagination »...

 

Lors, pas de « censure », mais laisser libre cours à ce que la marée apporte à votre rivage d'entendement, pas de licou sur la mouvance de l'intuition, pas de bride sur la cavalcade des mots, des visions, des représentations...

Une liberté absolue qui autorise toutes les fantaisies, toutes les audaces. Ne pas s'interdire celles-ci...

 

Offrez vous l'humour, l'insolite, l'incongru, la marge, le divers, le différent, l'élémentaire, le primordial, soyez « essentiel » "papillonnaire", libertin, pétulant, jouissif, novateur, farfelu, énigmatique, bateleur et jongleur de mots et d'idées!...

 

Osez, essayez de suivre le ruissellement, (la jouissance de se laissez porter dans, l'écoulement qui va de la source au fleuve d'un poème « océan »)...

Si vous avez perçu l'Essence, les sens suivront manifestant Celle-ci...

 

Autant si ce n'est plus que la beauté (qu'elle serre par ailleurs sur son sein) la poésie peut sauver le monde si chacun et chacune font de leurs pensées et de leurs actes une « poétique du vivre. »

 

 

Poésie : étymologie : acte de « faire », d'agir, de mettre en œuvre, de créer, d'enfanter, de donner sens et mouvements à la Vie ; la Vie en Soi et en dehors de Soi...

 

.....

 

 

 

Grèves dahouet 24 02 2015 145pm.jpg
Photo Bran du

 

 

Dommage qu'après avoir « sauter » de joie, il faille retomber !

 

Deux ailes ne suffisent pas pour soutenir le ciel sauf si le ciel c'est l'oiseau !...

 

Quand tu souffles sur le pistil d'une fleur de pissenlit, tu dis à quelques mots de rejoindre leur poème...

 

De la femme il ne voyait que son ombre chinoise se profilant devant une vitre. Il ne savait pas encore que la lumière venait de lui...

 

Le pied léger, musclé, sur lequel s'appuie la danseuse soulève celle-ci et la rapproche de son étoile...

 

Il n'y avait pas songé tout de suite, mais il tenait enfin la solution à ses angoisses et appréhensions ; il suffisait de faire peur à ses peurs !...

 

Il rêvait de s'élancer dans les airs ; une seule chose lui manquait pour cela : Elle !....

 

L'Eve future, pour Villiers de l'Isle Adam était réduite à une ampoule électrique... C'est sans doute pour cela qu'elle grilla son vil amant !

 

 

 

Orleans NOV 2014 030pm.jpgPhotos Bran du

 

De verres, le poème n'en avait pas besoin voyant déjà fort loin !

 

 

La contrebasse était amoureuse du violoncelle, mais ce dernier fut le premier à rompre les cordes d'un accord si prometteur....

 

 

Il avait rêvé à une geisha, mais celle-ci s'éclipsa dès qu'elle eu refermé son éventail...

 

 

Derrière l'immense rideau rouge il y a la salle de l'Univers, l'océan stellaire où des étoiles battent des mains qui ne sont que lumières...

 

 

La mariée était très belle, toute de noir vêtue ; une large faucille à la main !

 

 

Des hommes se sont envolés, emportés par les forts courants de l'air...

 

 

Assis dans l'herbe, ses yeux contemplaient le paisible du paysage s'étendant autour de lui. Lors il ferma les yeux et s'endormit constatant que tout était bien à sa juste place et, au premier chef, lui-même...

 

 

Elle avait plongé dans l'inconnu de ses rêves, mais n'était pas remontée à la surface. Seul un poète, pour la retrouver, aurait pensé vider la piscine de ses rêves !

 

 

La vague dessine sur le sable des ondes serpentines, des sillages éphémères afin que les pas qui les suivent se perdent dans l'infini de la danse des planètes...

 

 

Parce qu'elle avait une robe bleue très « moulante », de la couleur du ciel et de l'océan, il se fît poisson-volant !

 

 

 

Valerie 18 06 2017 024pm.jpg
Photo Bran du

 

 

La peur ne saurait porter couronne, seul le désir est souverain !...

 

 

Elle avait des petits seins, mais au délicieux goût d'été et d'automne, à la chair blanche comme pomme rosissant sous les lèvres de l'amant...

 

 

Il y avait tout en haut de la colline (arrondie et dénudée) un cheval, rien qu'un cheval sur lequel le soleil « cavalier » était monté (un soleil de juin)...

Ils ont disparu tous deux au matin du solstice.

Seules les âmes qui ont suivi la sente solaire savent ce qu'il advient quand le ciel rayonne de toute sa lumière...

 

 

Elle dansait les pieds nus comme pour donner des racines mouvantes à l'arbre dansant de sa joie... La musique lors coulait en elle comme la sève revenue dans l'aubier du printemps...

Ses bras faisant branches joutaient avec le vent, se moulaient à lui, lui chuchotaient à l'oreille de grands frissons de feuilles...

Aucune raison n'aurait osé lever sur elle sa hache...

C'est alors que l'arbre lui dévoila toute sa forêt...

C'est alors que le buisson qu'il pénétra lui offrit le chant de ses oiseaux !...

 

 

Enlacements :

Si les routes, les sentiers, les chemins serpentent sans fin, c'est qu'ils cherchent encore et toujours ce qui sera apte à les étreindre...

 

 

Tout en haut de l'arbre hivernal subsiste une dernière feuille tremblante sur sa tige laquelle est un baiser qui n'a su trouver de front, de joues ou de lèvres pour se poser et mourir !...

 

 

Quand il pensait à elle son cœur faisait souvenance des hautes marées encloses dans la nacre rosée et bruissante de son coquillage...

 

 

 

Divers 08 2017 002pm.jpg
Photo Bran du

 

............................................



13/01/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 477 autres membres