Les dits du corbeau noir

PENSEES EN PASSANT 2018 BRAN DU 13 02 FEVRIER

 

AHAE et étang d'art aout 2012 193pm.jpg


 oeuvre brodée de Noëlle Gauthier

 

 

 

Pensées en passant   Alan dit Bran du           Février 2018



C'est la sensation fraîche, limpide, agréable, acidulée, mentholée parfois, de respirer à son rythme avec tout ce qui « respire » et ce, chacun à sa façon, en prenant souffle et inspiration dans une commune Matrice ou un commun Chaudron...

 

Quand le grillon chante sur le deuil du solstice et que monte l'alouette dans la verticale du ciel, quand ploie la chevelure blonde des blés ou du seigle et que les colombes semblent nager dans le ciel à grandes brassées de désir et d'amour, je me sais respirer avec cela à plein poumon de joie...

 

L'enfant qui joue, seul, à la marelle dans l'estival des vacances n'est plus vraiment de notre monde ; il navigue dans les paliers du ciel, enjambe l'espace et le temps, saute d'un continent à l'autre, met son rêve dans la poche de son tablier et l'emporte dans les jardins secrets de sa plus belle innocence...



Il m'arrive de sauter avec lui ou d'être le palet projeté d'une contrée à une autre faisant de l'enfer un paradis qui se prend de compassion pour l'enfer et qui lui adresse des ambassades sautillantes accrochées à des soquettes blanches...



Tant qu'il y aura de l'eau dans le puits, tant que la fontaine sourdera un chant de dessous terre, je puiserai, m'épuiserai certainement, accompagnant le flux des ondes en leurs ruissellements féconds, généreux et abondants, faisant moi aussi déversoir par mes paumes et par mes lèvres de cela qui porte jusqu'à la mer le rêve bondissant des sources du possible...

 

 

AHAE et étang d'art aout 2012 206pm.jpg



La vie est partout, silencieuse ou bruissante, manifeste ô combien par ses formes, ses couleurs, ses senteurs, les sons qu'elle produit, les phénomènes quelle agit : elle donne tout ce qu'elle peut au Verbe qui l'anime et qui lui offre un éventail de conjugaisons qui fait lien et « lian » avec tout l'Univers...

Il est si dommage que nous portions regard sur elle à partir d'un angle mort !...



L'acte amoureux est une brassée de silence ; une embrassée de silence qu'on plisse dans un chant qui fait choeur avec celui de l'Univers lointain, lointain, mais empreint dans ses années lumières !...

 

 

AHAE et étang d'art aout 2012 193pm.jpg



La joie !

 

C'est, par exemple, lors d'une grande marée estivale, au plus bas des roches découvertes, retourner une pierre et découvrir en dessous tout un micro-monde grouillant de vies minuscules : jeunes crabes, crevettes, écrevisses, anémones et étoiles de mer, poissons divers et variés, palourdes, bigorneaux, moules, vers, algues, toutes les richesses en expansion de l'océan à venir...

C'est remettre avec précaution la pierre en place...

C'est se dire alors que l'on n'a pas été au fin fond de l'Amazonie, que l'on n'est pas allé en fusée dans l'espace, mais que le monde que l'on a furtivement et avec ravissement visualisé et qui s'est offert à nous dans son écosystème secret et caché, très peu de nos semblables y portent attention...

Cela ressemble à ce qu'un enfant enfoui dans sa poche avec son couteau et ses rêves pour les ressortir et les regarder, le soir venue, sous les draps épais de la nuit...

 

.......////............



AHAE et étang d'art aout 2012 206pm.jpg

 

Chacun cherche sa meilleur façon de vivre... Puissiez-vous trouver la vôtre et en faire votre contentement, comme le four fait son pain et la nature son printemps...

Façonner, c'est sculpter, mettre en forme, modeler, lisser, polir...

Vous êtes cette « matière », cette argile de chair...

Laissez l'Esprit, la main de l'Esprit, les paumes et les doigts de l'Esprit, vous modeler, vous arrondir, vous affiner afin que le temps et les vents puissent glisser sur vous comme sur les montagnes et les vallées, lors, l'Etre sera son souffle et son passage...



Il n'y a que les sots pour éteindre les feux d'une question flamboyante ! …



Les nuages passent, esseulés ou agglomérés, pour se diluer dans le lointain et l'ailleurs... Ils pourraient sentir les feux de bois, avoir du sel sur la langue et être empreints de mille chants d'oiseaux mais, ce n'est pas leur attribution essentielle puisqu'ils colportent l'Essence du Ciel...

Ils masquent souvent, il est vrai, le soleil, remplissent des mares où l'enfance saute à pieds joints et ne se privent pas de déverser leurs averses comme un petit garçon retourne son pâté de sable, mais, de cela surgit l'arc de couleurs qui, dans la vive et neuve lumière, nous réjouit...



La joie venait d'ailleurs mais, mal accueillie, elle est repartie !...

 

 

AHAE et étang d'art aout 2012 193pm.jpg



On voudrait pouvoir offrir à tout ce qui réduit et rétrécie, à tout ce qui confine et rapetisse, l'élargissement sans fin...



Je ne sais pas pourquoi nous courrons les déserts à la recherche d'un puits alors que nous sommes des porteurs d'eau ?...



Il n'était pas « mort », il avait seulement retenu son souffle aussi longtemps qu'il avait pu. Maintenant, il s'était conjoint au vent ; il avait à faire avec le vent comme ont à faire, avec le vent, les ailes des oiseaux...



Elle voulait ardemment que son enfant soit « comme les autres » mais, chez bien d'autres, il n'y avait déjà plus d'enfant !...



Il y a des banquets de jour et des festins de nuits pour les affamés d'amour...



Il avait mit la nappe blanche, et, au mitan de celle-ci, un vase en faïence bleue surmonté de tulipes rouges en bouton...

Rien d'autre, rien de plus essentiel. Simplement cela qui dit l'accueil quand les bras sont absent et les lèvres en deuil...

Un soir semblable à l'ordinaire des soirs, elle est entrée (on ne sait de quelle façon ni par où elle est venue).
Elle s'est assise sur la chaise recouverte de paille dorée et tressée puis elle s'est rapprochée de la table...

Il est allée au devant de la dame, s'est présenté à elle et lui a demandé son nom...

« - Solitude, je m'appelle solitude a-t-elle dit. »

C'était dit et bien dit, et, depuis, elle n'est jamais repartie !...

 

 

AHAE et étang d'art aout 2012 206pm.jpg



Celle que l'on aime n'a pas de prénom, mais elle seule peut nommer toutes les plantes, toutes les bêtes et toutes les étoiles...



Il parlait d'elle, mais aucun mot ne sortait de sa bouche bien que la bouche savait tous les précieux mots qui enrobent le rubis de l'amour... Près de lui,le chat du silence ronronnait d'entendement...

Il fallait maintenant « retourner » dans le monde, dans ce monde qui vous retourne les rêves et le sang !....



Si j'ouvre encore ma fenêtre, ce n'est pas pour faire entrer l'air, la lumière, la chaleur du jour, mais pour mettre mon cœur, une nouvelle fois, au devant du possible !...



///...

 



AHAE et étang d'art aout 2012 193pm.jpg

 

 

On attend, fiévreux, délicieusement fiévreux, celle qui doit venir du bout du monde où on l'a enfin et miraculeusement trouvée ;

elle et son attente, elle et son semblable désir de renverser le jour et la nuit dans le « tremblé » de l'amour...

 

Le train arrive à l'heure convenue et déverse son flot de chair, de pensée et de vie... Tout cela passe devant vous et devant vos yeux aux aguets sans se soucier (et pourquoi?) de ce cœur qui bat la chamade à chaque seconde écoulée...

 

Le quai se vide avec les derniers retardataires (ceux qui prennent leur temps ayant délaissé les pas de courses et la contagion de l'empressement, le virus de la précipitation...)

 

Le mouvement est parti ailleurs, le vide retrouve tout son espace, la motrice fumante respire encore un peu et relâche...



Mais de votre amour point ; point de robe rouge, point de valise, point de soleil sur le visage, point de bras à s'écarter pour ceindre plus immense qu'un corps dans on élan...



Elle ne viendra pas, elle ne viendra plus, son rendez-vous est ailleurs avec d'autres rires, avec un autre cœur mieux adapté au sien... Ce que j'apprendrai plus tard !...

 

 

AHAE et étang d'art aout 2012 206pm.jpg



///...



Dieu n'écrit pas, on écrit pour lui, on dit les silences et les cris, ce qui agit ou tait l'existence... Et ce faisant on oublie qu'il est le livre et toutes les pages que le cœur et la pensée formulent, expriment et publient !...



Dans le grand théâtre de la vie, il est regrettable que l'amour ne soit que le décor...

 

L'amour est bleu comme l'océan, comme le ciel... Il est rouge dans ses incendies et noir en ses deuils... Il est vert aussi dans ses mousses et dans ses feuilles ; il est blanc quant tout a été vécu et que tout a été dit !...



La réincarnation : c'est quand les morts feuillettent un manuel de survie ! 



Il dit :

étonne-moi, enchante-moi, émerveille-moi, surprend-moi, étincelle-moi, enflamme-moi, torsade-moi, ensource-moi, ruisselle-moi, ensève-moi, envoûte-moi, arche-moi, arc-en-ciel-moi, pour enfin se trouver dans les bras enfournés de l'amour qui est plus que nous et plus que toutes les embrassées de nos joies...



 

Te parler à toi qui a ouvert les volets du cœur sur un chant de passage aux ailes noires et au coeur de lumière alors que les persiennes, ailleurs, demeuraient fermées voyant dans l'oiseau des ténèbres la mauvaise augure de leur journée...



..............................

 

 

AHAE et étang d'art aout 2012 193pm.jpg

 

 



13/02/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 503 autres membres