Les dits du corbeau noir

Passeurs de géopoésie Kenneth White

 

En compagnie de Kenneth White

 

C'est en dansant la danse que le danseur avance en nudité.” K White

 

Un monde ouvert Anthologie personnelle des poèmes de Kenneth White

Poésie Gallimard édition extraits

Préface de Gilles Plazy

... Rien ne me paraît plus négligeable que le poète réduit au poète.” P Valery

 

La seule voie grande et sûre par les temps que nous vivons : celle du retour aux principes.” André Breton

 

POUR Gilles Plazy, Kenneth White, selon le mot d'Hölderlin, est “celui qui habite poétiquement la terre” un habitant du “monde blanc”, de la “terra incognita”...

Son écriture est une invitation à voyager hors de notre monde cloisonné, à laisser nos esprits respirer, rêver, penser, en recueillant les signes qui viennent du monde entier, d'un monde ouvert...

 

Il s'agit en cette pratique de concilier, de confronter intelligemment, sensiblement, le “lieu et la formule”, les “limites et les marges” ; une formule qui serait le sésame qui ouvre les sens, la pensée, l'imagination...

Tout commence à ce moment où la conscience se retourne sur elle-même et jouit de sa lucidité, qui se confond avec le vide dans une candeur incandescente...

C'est avoir un sens vif de paysage, faire l'expérience d'un monde, dont la nature, peu transformée par l'homme, nous rappelle à notre origine...

 

Etre là, simplement, ce n'est pas rien.” La simplicité n'est pas donnée ; elle est à conquérir, comme la poésie...

Une poésie du regard, du constat, de la présence au monde...

(Pérégrination – Poème – Recherches : des éléments de la “géopoésie”.)

 

La plus haute poésie arrive à se dire dans un langage extrêmement clair et simple... pénétrer dans cette simplicité n'est pas facile...”

Si tu t'attaches à la poésie, tu ne comprends rien ; si tu t'attaches à la sagesse, elle se déssèche.”

 

Fréquenter, dans la littérature, les esprits de haute volée existentielle (Nietzsche, Rimbaud, Giono, Breton, Thoreau, St John Perse, Segalen...)

Etre selon le terme de René Char “ en commune présence.”

Et trouver, habiter, animer, les territoires de l'être...

S'imprégner de “l'esprit du monde flottant”...

Seule importe la présence au monde et la présence de l'homme au monde...

 

La beauté est partout, incompréhensible, inexplicable. Elle surgit unique et nue, c'est à nous d'apprendre à l'accueillir en nous.

Le monde est flottant, les choses sont mouvantes et, dans cette confusion qui est la vie même, la poésie ordonne des signes et des symboles; dégage des harmonies nouvelles...

Affirmer la nécessité de se mouvoir, méditativement, dans un espace élémentaire et de pénétrer jusqu'à une conscience première où, à une sensation d'immensité, s'allient quelques perceptions précises, quelques moments exacts...

 

K White initié le “poème-essai” qui vraiment parle et dit ce qu'il a à dire...

Avoir des gestes absolus dans un espace clarifié.”

Etre là, regarder, sentir, s'ouvrir au monde qui est mouvement et lui-même sans clôture...

Une fondation mouvante et posée...

Avec des traits, si fulgurants, que dans leur nette énergie, ils relient toutes choses en les faisant irradier...

Ouvrir un espace de pensée poétique planétaire, sous le double signe de l'intensité et de l'amplitude... Selon le double mouvement de l'investigation et de l'expansion...

 

La limite n'est pas une frontière, la marge n'est pas un dehors ; ce sont des interfaces, des lieux de transit et d'échange dans l'ouvert et l'indéfini...

 

La géopoésie projette l'homme en dehors de l'humain...

C'est un rendez-vous radical...
Une aptitude à l'extravagance (extravaguer : quitter l'autoroute de la pensée.)

 

En poésie, il n'y a pas de conclusion, seulement la nudité et la figure d'une danse...

................... … /// … /// … /// …........................

C'est seulement lorsque nous sommes seuls avec nous-mêmes que brillent soudain à nos yeux les dernières vérités” Léon Chestov “Sur les confins de la vie”

Si l'on suit cette méthode, on trouver de l'eau séminale en abondance, le feu de l'esprit s'éclairera et la terre des pensées se condensera et se cristallisera.

T'ai I chin Hua Tsung Chih

.................... … /// … /// … /// … …....................

 

( Réédition des “Cygnes sauvages” de K White le Mot et le Reste éditeur) extraits et notes

 

Le cygne, avec les oies et les grues, est un des grands voyageurs du monde.” Homère

 

“On voyait clairement

remontant

le cours de la rivière

un étroit chemin de lumière.” Chant Aïnou de l'oiseau rouge sang.

 

Pour connaître le vrai bonheur, il faut voyager dans un pays lointain et même hors de soi-même.” anonyme

 

Approcher les choses ainsi : “dans un état d'esprit libre, léger et sans complication”

Nagai Kafû

 

un corbeau perché

sur une branche nue

crépuscule d'automne.” Bashô

 

Il dort, le chat, puis se réveille

baille longuement

et part sur le sentier de l'amour. Issa

 

Bienheureuse réédition que ce texte écrit en 1990 lors d'un voyage au Japon de Kenneth parti sur les traces de Bashô et autres “ passagers du vent et du silence”...

 

En ces temps de saturation auditive, d'opacité, de manipulations médiatiques, de verbiages outranciers, d'agressions diverses et variées, de confusionnisme savamment alimenté, d'hyper hyper consommation et compétition, de "surgelisation" et de "pasteuration" de la pensée il est sain, salutaire, de revenir à l'essentiel ; un essentiel qui ne se défini pas, mais qui se respire, se hale, se souffle, se partage, danse et s'enlace à tous nos sens heureux d'être les convives de cette tablée immédiate et existentielle...

 

Ecoutons l'ami K White :

 

Se concentrer en quelques lieux... ici et là... (un espace pour l'esprit) et approfondir la notion même de “monde”...

La question qui se pose : comment sortir d'un état de confusion grandissant et recommencer ? (Faire usage, lors, d'une “puissance poétique”)

 

Comment déconstruire nos systèmes de pensée et désenchevêtrer nos signaux ? “

Certains théoriciens de la pensée ont pénétré jusqu'aux commencements dépourvus de tous présupposés et “évidents par eux-mêmes”....

(Manuel de Diegez “ Une Histoire de l'Intelligence”.)

 

L'acte primordial demeure celui de Rimbaud : “Chercher le lieu et la formule.

 

Malgré le bavardage ambiant qui s'étale... discrètement, presque secrètement, en dehors de tous les enclos et de toutes les enceintes, suivant les voies et les lois d'une grande migration mentale, un autre espace de l'esprit commence, graduellement, à s'ouvrir et à se dessiner... K White

........................ … / …

 

Sol nippon : Littoral et montagne. Golfes, baies, promontoire. Terre volcanique, convulsée, ravagée, lavée par le vent et le pluie, par les marées et les brouillards, par un jeu vaporeux d'eau, de brume et de soleil. Torrents fougueux, cascades et feuilles rouges...

Je voulais m'immerger dans tout cela : dans l'énergie et le rythme et la lumière de tout cela... Et si possible voir les cygnes sauvages venus de Sibéries s'abattre avec leurs cris d'outre-terre sur les lacs du Nord où ils viennent hiberner... Oui, oui, voilà ce que je voulais....

Le “U turn” au Japon c'est le demi-tour. Comme si le progrès était allé suffisamment loin et que maintenant il soit temps de retrouver et de cultiver ce qui avait été perdu....

On se demande si l'humanité ne pourrait pas s'arrêter tout simplement pendant quelque temps et jeter un coup d'oeil autour d'elle et dire, d'accord, il est temps de refaire le cercle....

 

Mais où est l'humanité ? Où sont les humains ?

Quelle chance le monde a-t-il dans toute cette foire de folies furieuses ?

On brûle les arbres et les herbes. On bétonne la terre.

Tout ça au nom d'Une chose ou d'une Autre.
Le seul espoir est dans une sorte de vide, d'anonymat...

 

Du shintô : voilà une religion sans dogme, sans système métaphysique, sans code moral, seulement un champ d'énergie vive gouverné par le soleil (“Respirez l'esprit du soleil”), et un monde mytho-poètique dans lesquels les rôles principaux sont joués par la mer, le vent, la tempête, le tonnerre, l'éclair, la pluie, les rochers et les arbres.

 

Les “torri” (portails de couleur rouge) sont des espaces sacrés qui invitent l'esprit à la fois à l'expansion et à la concentration... La symbolique de l'oiseau est forte dans le shintô. Sa couleur propice est le blanc et sa direction le Nord...

 

Le texte sacré est le texte naturel pour les Yamabushi (des ascètes errants)

Le bruit du vent dans les cîmes des arbres, le grondement des vagues, sont des voix sacrées.

 

L'idée du voyage zen ou disons, du voyage méditatif (voyager sans but et sans raison) était de “se laisser aller avec les feuilles et le vent.”, de dériver sans attaches. Cela impliquait de vivre dans le vent et le beau , c'est-à-dire avec le sens de la beauté éphémère et “de porter dans son coeur le mouvement du ciel.”

 

Oter ses chaussures

et marcher nu-pieds

Parmi les monts et les brumes...

 

A propos de Bashô : Bashô ne se plia à aucune discipline imposée. Trop homme de mouvement pour cela, trop désireux de rester “ un homme du vent et des nuages”... Il avait a priori un sens de l'impermanence, du caractère transitoire de toutes choses... Une perception claire des choses de la nature... (Il souhaitait semer les graines du Haïku)...

 

A propos des Aïnous : Entre montagne et mer (deux grandes forces) vivent dans un champ de force les Aïnous ; des humains qui essayent de vivre une bonne vie guidés par l'ours et la baleine, le hibou et le saumon...

 

Ce que dit le hibou :

C'est moi qui ai

appris aux humains

dans leur sommeil

dans leurs rêves

que certaines choses

ne sont pas à faire

et soudain

un beau jour

ils ont compris.”

 

K White

........................... … / …

 

K WHITE : l'apport des Celtes dans la culture européenne... extraits

 

éIls sont venus de loin – peut-être à l'origine (c'est une hypothèse qui me plaît et qui n'est pas sans fondement) des steppes eurasiatiques. A l'aube de l'histoire européenne. Ils sont concentrés ans le Sud de l'Allemagne, en Suisse, au Nord des Alpes, en France (où ils se lient avec les Ligures), en Espagne (où ils rencontrent les Ibères), sur l'île de Bretagne (où ils côtoient les Pictes). Plus trad, ils pénétreront en Italie, en Bohème, en Grèce (où ils se moqueront des dieux anthropomorphes), dans les Balkans, en Anatolie. Plus tard encore on les retrouve en petites bandes, ou individuellement aux quatre coins du monde ; partout et nulle part encore. Ils ne portent pas toujours le nom de “Celtes”. Peut-être n'ont-ils d'ailleurs jamais porté ce nom ? Il se peut que “Keltoi” n'ait pas même été le nom d'une petite tribu du Sud de la Gaule, mais celui que lui ont donné les Grecs de Marseille (à l'époque Massalia). Ce n'est que peu à peu que ce nom s'est généralisé. De toute façon qu'importe que ce nom. Ce qui compte, c'est un esprit...

 

Si, dans certains poèmes celtiques, il y a autant d'exploits guerriers, autant d'éloges de héros que chez Homère, ce qui frappe chez d'autres, c'est la part immense qui y est donnée à la nature. Il faut traverser toute l'Europe et aller en Asie pour trouver l'équivalent, mais les poètes Celtes ont leur propre accent. …

Avec un sens de la magnitude du monde et une perception fine des choses... qui pour avoir été trop marginalisé, voire supprimé, à manquer trop longtemps à la culture européenne...

 

Au moment de l'arrivée du christianisme dans nos contrées, les Celtes sont parmi les porteurs les plus fervents des nouvelles idées, tout en gardant leur intérêt pour leurs valeurs païennes antérieures... D'où une effercescence intellectuelle de premier ordre – à tel point qu'Ernest renan allait pvuvoir dire qu'ils étaient “maîtres en langues et en littérature de tout l'Occident”.

 

Dès la retraite des armées romaines de l'Île de Bretagne, on entend parler de “douze maisons de Dieu” dans les collines du Pays de Galles. Peu après, Ninian, fonde sa “maison blanche” sa “candida casa”, dans le Sud de l'Ecosse, d'où partent des moines (on retrouve chez eux le goût de l'errance) pour l'Irlande, les Orcades et Thulé (l'Islande). Patrick s'active lui aussi en Irlande. Ces installations, ces propagations ne vont pas sans résistance de la part des païens – une résistance non dépourvue d'humour.

 

Que comprendre à une religion s'écrie un vieux druide savant et lettré, où les hommes intelligents vont étouffer en enfer, pendant que tous les ignares imbéciles montent tout droit au ciel ?” Et plus d'un vieux poème insiste sur le fait que quand vivaient Finn et les Fianna “landes et rivages leur étaient plus chers que l'église” et que Finn “préférait le chant du merle au bruit de la cloche chrétienne.” Mai, en fait de paganisme, ou plus précisément le sentiment païen de la nature, va être traduit en termes chrétiens, constituant ainsi un des éléments qui font la particularité du christianisme celtique...

 

Un autre élément constitutif de l'originalité du contexte culturel celto-chrétien est l'influence venue directement du Moyen-Orient... il puis il y a Pélage, et le pélagianisme. L'extraordinaire chez Pelage, c'est qu'au moment ou la nation paulinienne et augustinienne du pêché originel est en train de devenir dogme, il la nie complétement. : la nature n'est pas viciée, il suffit de la travailler, il suffit de la cultiver. Les moines celto-chrétiens travaillent, se travaillent... l'étude va devenir élan...

 

Eric d'Auxerre évoque “ tous ces philosophes qui débarquent sur nos rivages”, en ajoutant que “plus ils sont instruits et plus ils ont envie de voyager.”

...Certaines autorités ecclésiastiques en place n'aimaient pas du tout ce “réseau nomade” qui est en train de se créer en dehors de leurs fiefs, “pour qui se prennent-ils”, s'écrie un évêque, “ces Scots qui ose être en désaccord avec tout le monde ?”...

Surtout que certains commencent même à propager des idées hautement inorthodoxes ; Clément n'était plus si sûr que le célibat était une bonne chose, et Samsom avait des doutes sur le baptême... bref, on fit tout pour arrêter et encadrer le mouvement, comme on excommunia Pélage.

 

L'histoire gagna, du moins en surface, mais un courant souterrain subsista, émergeant de temps en temps chez certains individus. Parmi eux : John Scot Erigène (IXè siècle), Duns Scot (XIIè) Georges Buchanan natif d'Ecosse, maître en latin et littérature de Montaigne à l'époque de la Grande Renaissance...

 

Plus prés de nous, nommons Victor Segalen, qui tout en ouvrant d'autres pistes, approfondit le curieux rapport qui existe entre l'Esprit Celte et l'Orient. André Breton qui fait l'éloge de Pelage “Ta tête droite sur tous ces fronts courbés.” :

Pierre Mac Orlan, né Pierre Dumarchey à Péronne où, à une époque, il y avait tellement de Scots qu'on l'appelait Peronna Scottorum, Blaise Cendrars, le bourlingueur dont la mère était d'origine écossaise. Saint John Perse, très conscient de ses affinités celtiques, pour qui “être un homme d'Atlantique ou un Celte semble être une même chose.”...

 

Aujourd'hui, il est question de l'Europe ;d'une Europe nouvelle. Si l'on veut (et il faudra bien y venir) qu'il y ait, sous ce nom, un authentique et inspirant “champ de culture”, où le local et le global puissent se joindre, ce n'est pas, ou pas seulement, en termes de rassemblements inter-nationnaux, inter-ethniques, inters-culturels ( un orchestre consciencieusement mixte, un parlement avec ses portes paroles patentés...) qu'il faut penser.

Il faut renouveler les choses à la base, sortit des soi-disants “destins historiques”, pour revenir à un sens de la migration, dépasser l'idéologie de l'identité et mettre en place un nouveau jeu d'énergies. Tout cela se traduira, en fin de comptes, en oeuvres.

A la base de toute culture durable, on trouve, non des rapports diplomatico-sociologiques, mais des oeuvres qui ouvrent des mondes, susceptibles de voyager d'esprit en esprit.

Ce qui marque à mon sens les oeuvres significatives surgies des champs de culture Celtes, c'est un sens de la nature (d'énergies premières, d'espaces premiers, de connexions subtiles), un élan explorateur, une effervescence intellectuelle, un humour éxubérant...

 

Vive le “génie fervent” des Celtes, qu'il continue à évoluer en dehors de tous les cadres, y compris ceux de la celtitude.”

 

Une stratégie paradoxale ( “Essai de Résistance Culturelle”) Presses universitaires de Bordeaux.

...................... ... /// ... //////// ... ... /// ..................

 

 

Kenneth WHITE Anthologie personnelle “Un Monde Ouvert” extraits

 

 

 

Le monde entier n'est qu'un immense flux !” Li Po

 

 

 

C'est du plus proche que l'homme est le plus éloigné” Héraclite

 

 

 

De tout temps le rivage a été un lieu de révélation pour les poètes.” Vieux texte Celte

 

(le dialogue des deux lettrés)

 

 

 

Ecoutant aux limites du monde

 

le silence des commencements.” Mandelstam

 

 

 

A propos de Xénophane de Colophon (poète et philosophe)

 

 

 

Il parlait de la mer, du vent, de la terre

 

des nuages, des rivières

 

et disait que Dieu était rond.”

 

........ … /// … …...........

 

 

 

Lettre à Erigène :

 

...les anciens signes montent du matin

 

le crâne s'emplit et se vide avec la marée

 

énergies ramassées, le premier acte

 

 

 

côte rocheuse, rocailleuse, vents rudes

 

le langage nous dénoue, nous dénude

 

 

 

province de roc, racines – et lumières.”

 

....... … /// … …............

 

 

 

Héron des neiges

 

 

 

Et Tchouang-tseu demanda : que

 

voit-il donc, ce grand oiseau qui s'élève

 

si haut dans le vent ? Est-ce la matière

 

 

 

originelle tournoyant en poussières d'atomes ?

 

L'air qui donne vie aux créatures ?

 

Ou la force innommée qui anime les mondes ?

 

 

 

Sur la branche brisée le héron

 

telle l'ombre d'une réponse

 

dans le vent se balance

 

 

 

et fixe intensément le monde questionneur.”

 

........... … /// … …...............

 

 

 

Mes propriétés ( pour Henri Michaux)

 

 

 

Propriétaire je suis moi aussi

 

j'ai douze arpents de silence blanc

 

tout au fond du cerveau.”

 

............ … /// … ….............

 

 

 

Lumière de Scalpay

 

 

 

Voici le sommet de la contemplation, et

 

nul art ne saurait l'atteindre

 

bleu, si bleu, le lointain archipel, et

 

la mer qui miroite, miroite

 

nul art ne saurait l'atteindre, ne peut

 

que tenter de s'y accorder

 

de s'apaiser, de s'espacer, tenter

 

de s'ouvrir, tranquille, au-delà du monde

 

révélé à lui-même en terre de diamant,

 

dans la lumière, au-delà des mots.”

 

.................... … /// … …............

 

Ecrire l'essentiel paysage”

 

............ … /// … ….................

 

Le Grand Rivage...

 

 

 

..............

 

Car toujours revient la question

 

comment

 

dans la mouvance des choses

 

choisir les éléments

 

fondamentaux vraiment

 

qui feront du confusions

 

un monde qui dure

 

et comment ordonner

 

signes et symboles

 

pour qu'à tout instant surgissent

 

des structures nouvelles

 

ouvrant

 

sur de nouvelles harmonies

 

et garder ainsi la vie

 

vivante

 

complexe

 

et complice de ce qui est -

 

seulement :

 

la poésie

 

......................................... … /// … …............................

 

............ Sachant que le poème

 

qui parle du dedans

 

donne aussi la vie

 

.............................. … /// … …........................

 

........ un principe d'ordre et de beauté

 

se cache

 

au coeur du chaos

 

la vie

 

se laisse infiniment pénétrer

 

........................ … /// … ….................................

 

. Elle reviendra

 

la pensée vivante

 

sûre comme ces ailes

 

qui renvoient la lumière

 

exacte en sa beauté

 

............................ … /// … ….................................

 

..............Ma vie à fonder

 

les fondements

 

d'un monde

 

.................... … /// … …..........................

 

........... et maintenant

 

j'ai dans la tête

 

une vie

 

comme un cercle qui se dilate

 

sans cesse

 

à force de connivence

 

et de compréhension

 

plutôt qu'un centre farouche

 

de pure conscience de soi

 

je veux le tout

 

circonférence et milieu

 

dans le centre c'est la fin des combats

 

maintenant

 

que de signes tout autour

 

..................... … /// … ….............................

 

........ Souvent

 

l'ordinaire de ma vie

 

effacé par l'oubli

 

par l'habitude

 

tout à coup s'illumine

 

matéria poética

 

d'une réalité nouvelle

 

toujours plus riche

 

et j'avance

 

 

 

aussi quand un physicien

 

très loin dans sa recherche

 

affirme

 

que la porte vers l'inconnu

 

est un “univers de contrastes

 

groupés en

 

ensemble de relations

 

avec des aspects

 

d'ordre et de désordre

 

des changements

 

réels et possibles”

 

je dis c'est là

 

mon espace

 

c'est le monde où je passe

 

où je voudrais voir

 

.................................. … /// … …......................................

 

.......... je vis à l'estime

 

et j'écris

 

mais je n'oublie pas

 

que du hasard de la vie

 

du hasard

 

toujours l'essentiel surgit

 

....................... … /// … ….................................

 

......... et aussi

 

l'effort

 

de saisir et de directions

 

cela

 

tout le foisonnant univers

 

que l'homme quelquefois

 

si peu

 

rassemble
…....................... … /// … …..................................

 

.......... Enfin

 

la figure complexe

 

qui affirme

 

l'union des contraires

 

et pose

 

l'un dans le multiple

 

la possible

 

et difficile harmonie

 

de la conscience humaine

 

 

 

mais toujours

 

ce langage exemplaire

 

subtil comme la fleur

 

fluide comme la vague

 

souple comme le rameau

 

puissant comme le vent

 

dense comme le roc

 

unique

 

comme le moi

 

beau comme l'amour

 

.......................... … /// … …...............................................

 

NORD-SUD...

 

 

 

Ici au pays blanc

 

 

 

tout arbre est totem

 

tout rocher un autel

 

..................... … /// … ….....................

 

MAHAMUDRA...

 

 

 

.... ma métaphysique est une danse

 

au coeur de l'existence

 

........................ … /// … ….....................

 

. Toujours cette recherche du lieu et de la formule,

 

de la localité essentielle et de quelques mots nécessaires

 

..................... … /// … ….......................

 

à la lisière du monde

 

dans la vacuité

 

gardant les liens

 

le contact primordial

 

les principes selon lesquels

 

la réalité prend forme

 

sur les rives de l'abstrait

 

 

 

et toujours la question

 

est d'unifier

 

de simplifier

 

de pénétrer

 

 

 

...../........

 

La violence de la poésie

 

est calme et silencieuse

 

et pénètre loin -

 

jusqu'à l'os

 

jusqu'au blanc

 

........................ … /// … …...................................

 

LE TERRITOIRE DE L'ETRE

 

.......... tant de vie vécue

 

pour cette seule flamme

 

tant de chemin parcouru

 

pour cet unique point -

 

l'intelligence tremble

 

à l'approche de l'être nu

 

 

 

 

 

où n'est-ce encore qu'un signe ?

 

Couvrir mon corps nu

 

de signes

 

et être un signe parmi les signes

 

ou aller au-delà des signes

 

dans la lumière

 

............................. … /// … …...................

 

LETTRE DE HARRIS

 

..........

 

les dix mille scintillements

 

ce matin la mer des moines

 

scintille à perte de vue

 

................................ … /// … …...................

 

Mâhamudrâ....

 

sitôt dépouillé de son vêtement

 

la conscience apparaît nue

 

et l'énergie pure se manifeste.” pensée zen

 

 

 

tout comme le sel se dissout dans l'eau

 

l'esprit fond dans son principe”

 

 

 

le feu le vent la terre l'eau

 

l'espace aussi – honorez-les”

 

 

 

Voici le Réel longtemps caché

 

dans les noms et les formes

 

 

 

la pluie aussi fait partie du chemin”

 

 

 

flux de conscience pure

 

courant d'émotion incolore”

 

............................. … /// …....................................

 

ATLANTICA

 

 

 

. Tous les oiseaux

 

parlent la langue de l'aurore

 

dans des dialectes divers
…....................... … /// … …..................

 

 

 

Je dois entrer dans cet univers de bouleaux

 

et parler de l'intérieur

 

je dois entrer

 

dans ce silence incandescent

 

 

 

la contemplation ne suffit pas

 

 

 

n'est jamais réalisée

 

sans les mots nécessaires.

 

 

 

Sans les mots nécessaires

 

 

 

mais les mots essentiels

 

sont aussi les plus rares

 

et comment venir à eux

 

mutilés que nous sommes

 

 

 

si ce n'est à travers

 

une puissance qui nous élève....

 

................. … /// … …....................

 

 

 

Je suis venu sous les arbres

 

leur faire l'amour avec mes mains muettes

 

 

 

car la beauté se laisse au moins caresser par les sensations

 

 

 

j'ai suivi des doigts le noir sur le blanc

 

comme un poème inachevé -

 

 

 

sans cesse interrompu, sans cesse recommencé.

 

.................. … /// … …........................

 

 

 

LA ROUTE DE l'OCEAN

 

........... “ce qui compte ? Me disais-je,

 

rien d'humain, c'est certain”

 

....................... … /// … …......................

 

eros, logos, cosmos

 

............. … /// … …............

 

Le dernier voyage de Brandan....

 

........

 

Brandan était de ceux-là

 

Dieu pour lui était le grand geste

 

qui avait mis le monde en branle

 

mais aussi une grande idée voguant à travers l'espace

 

plus brillante que la lune et le soleil...

 

 

 

.et ils ramaient, plus loin, toujours plus loin

 

vers les blancheurs inconnues.....

 

...................... … /// … …...............

 

LABRADOR

 

..........

 

j'ai rêvé d'un lieu primordial

 

un lieu de pierre, d'eau vive et de vide

 

où chaque matin le soleil montait

 

des mers fraîches du Levant

 

et tout le jour durant brûlait

 

au-dessus des rocs et des eaux

 

 

 

la terre d'alors n'avait pas de nom...

 

.................. … /// … ….....................

 

autre chose m'appelait

 

m'appelait au dehors

 

autre chose qui peut-être

 

voulait qu'on l'appelle

 

 

 

une chose sensuelle

 

et abstraite à la fois

 

terrible et belle à la fois

 

une chose qui me dépassait

 

mais était à la fois

 

plus moi-même que moi

 

............... … /// … …................

 

Tout un champ nouveau

 

où travailler et penser

 

à chacun de mes pas

 

je sentais en moi une étrange vigueur

 

l'esprit chaque jour plus vif, plus clairvoyance...

 

 

 

mais toujours pas de nom pour le tout

 

je voulais bien nommer les parties

 

mais pas le tout

 

 

 

l'homme a besoin d'arrimer son savoir

 

mais il lui faut un espace vide

 

dans lequel se mouvoir...

 

 

 

seule me restait la poésie

 

une poésie comme le vent et la feuille d'érable

 

que je me récitais

 

en parcourant le pays....

 

................ … /// … …............

 

 

 

les chants de ceux qui sont partis”

 

ils sont vieux comme le monde

 

 

 

entendre ces chants

 

c'est entendre la mer

 

battre contre une vieille falaise

 

c'est comprendre

 

la première intelligence

 

du temps et de l'univers.

 

............... … /// … ….................

 

Dans le restaurant de Saint Pierre

 

 

 

Après une assiette

 

de lentilles et de riz

 

 

 

long regard

 

sur la mer aux dix-mille diamants

 

 

 

tandis que les ruines de Saint Pierre

 

dorment au soleil

 

 

 

et que la jeune serveuse

 

semble ne pas savoir

 

à quel point elle est belle

 

.................. … /// … …...........

 

 

 

contemplation active : pas d'idéaux, pas d'idoles

 

et pas de projections trop hâtives

 

trop personnelles, trop poétiques

 

plutôt des reconnaissances de longue portée

 

dans l'espace et dans le temps...

 

.................. … /// … …...............

 

Je suis las des lieux où l'homme se donne en spectacle

 

j'ai assez vu le théâtre humain

 

les gesticulations de ses pantins

 

toutes leurs petites histoires

 

ce qui m'intéresse à présent

 

ce sont les champs silencieux

 

qui s'étendent alentour

 

les mouvements de la mer

 

le ciel semé d'étoiles

 

le rapport entre mon corps et l'univers

 

entre les nébuleuses et mon cerveau...

 

 

 

j'ai connu les tempêtes mentales

 

des émotions sidérales

 

des aurores boréales de l'intellect

 

comme si l'univers et moi

 

ne faisions qu'un :

 

j'ai été

 

le vol d'un corbeau

 

j'ai été

 

une averse de pluie

 

j'ai été des vagues noires se brisant dans le ciel

 

j'ai été l'horizon d'un monde insoupçonné...

 

 

 

je m'initie à une nouvelle vigueur

 

à une nouvelle fraîcheur

 

je voudrais des traits

 

si fulgurants

 

que dans leur nette énergie

 

ils relient toute chose

 

et les fassent irradier

 

 

 

...trouver, qui sait, la source

 

d'une autre lumière.

 

 

 

.................. … /// … …..................

 

Archives nordiques

 

L'aube point

 

dans le cri de l'oie sauvage

 

........... … /// … …..................

 

je suis ici

 

ici, je commence.

 

............. … /// … …..........

 

Chronique orchestrée de l'Ile

 

 

Isolément.
Etre avec la terre, qu'avec la terre...

 

le rendez-vous radical.

 

.........

 

Allongé sur la plage comme un morceau de bois flotté.

 

..................... … /// … ….............

 

Le domaine de Gwenved : …

 

 

 

Entendu crier des mouettes

 

mais quand j'ai levé la tête

 

rien que la lune.

 

.......................... … /// … …...............

 

K WHITE Terre de Diamant extraits

 

Ce lieu... cette région antérieure que nous ne pouvons désigner que sous le voile du “non”, comme néant, mais néant qui serait aussi le voile de l'être.” Blanchot

 

Seuls ceux qui ont l'esprit diamantin et qui ont réalisé le non-moi peuvent reconnaître la lumière.”

 

L'esprit lucide a son gîte en lui-même.” Sutra du Yoga

 

O caractères tracés par mon pinceaux

soyez mes guides vers la Terre Pure” Carnet des Heures Oisives Kenko

 

Quant au monde solaire, il se conquiert sur la voie du Nord, en recherchant le soi.” Prashna Upanishad)

 

Se “chercher” en essayant de suivre une voie et en voulant reprendre contact avec le monde, le voir avec des yeux neufs...

Eprouver la lumière et la densité u monde...

Des moments plus exacts que les autres saisis par un oeil lavé de tout ce qui obscurcit la vision et encombre l'esprit...

 

 

Nébuleuse du Cancer

Ton intellect a sa demeure dans une grande masse lumineuse” Bardo

 

 

Dans ce lumineux chaos je

vis et jouis de mon être

dans cette masse incandescente

d'où pourrait naître un univers

 

dans ce lumineux chaos je

ne pense ni ne sens, mais suis

mêlé à ce tourbillon de matière

la forme que j'étais ne me renferme plus

celle que je serai – pas même imaginée

 

............... … /// … ….................

 

Randonnée

 

Merci pour cette poignée de jours d'avril

pour le vent blanc qui souffle

pour la terre sombre et les herbes entremêlées

et la fille qui marche à mes côtés.

(Au pays des douze collines, Irlande)

/// … … /// … //// …

 

La porte de l'Ouest (extrait)

 

Puis les collines, fougères rousses entre-

mêlées et les ronces et les roses sauvages et

le houx rouge-sacré dans la neige

et les arbres très noirs dégoulinant de pluie -

marchand sur des chemins de glace bleue les

ruisseaux impétueux l'air mordant

et cette lumière d'une clarté folle

cette lumière abrupte angélique démentielle

qui fait surgir le monde dans sa nudité

réel toujours changeant clair-obscur perpétuel.

 

/// … /// … /// … /// … //// …...

La vie dans les collines (extrait)

 

L'hiver je vois tomber longuement sur la vallée

dans la nuit la neige à gros flocons

je regarde mon feu et j'ai du mal à croire

qu'autrefois je vivais dans les rues d'une ville.

 

/// … /// … /// … /// …. /// …...

 

Exemple

 

Comme un mince filon de quartz dans le grès

qui a derrière lui toute la géologie

et dont la pureté est au-delà de la perfection.

 

/// … /// … /// … //// … /// … /// …

 

Quartz rose

Il y a des pierres dans lesquelles toute la gloire de la nature est comme concentrée, de sorte qu'une seule pierre suffit à certains hommes pour qu'ils possèdent la contemplation suprême et absolue de la nature.” (Pline l'Ancien)

 

De quel noir ouragan

de quelle flambée d'enfer

de quels tourments de quelles métamorphoses

 

saisie enfin en une matrice de cristal

saisie enfin en sa forme sauvage

saisie en son aura parfaite

 

est venue cette pierre incandescente

et venue cette gloire immaculée

est venue cette idée e la terre

 

pour illuminer le ciel glacé.

 

/// … /// … /// … /// … /// … /// … /// ….

 

Le territoire

 

Ici au pays blanc

 

tout arbre est un totem

tout rocher un autel

 

découvre – c'est ici même !

 

Ce sol est mortel

 

et annihile

tout ce qui n'est pas essentiel

 

poète – ton royaume.

 

/// … /// … /// … /// … /// …

 

Soirée intellectuelle “L'idée devient femme” Nietzsche

 

J'ai lu beaucoup de textes hindous

ces dernières années

cent ouvrages étudiés à fond

mais quand je me suis trouvé ce soir là

près de la fille

au sari bleu

alors qu'on attendait de moi

quelque conversation brillante

je n'ai pu penser à rien d'autre

qu'au sari bleu

et à la nudité qu'il couvrait.

............... … /// … …..................

 

De lieu en lieu

 

1

Un bois en février

le bruit de mes pas

sur les feuilles givrées. (Huelgoat)

 

.............. … …................

 

Ile de Bréhat

 

Je marche entre les pierres grises

et pense à une chose sans nom.

..................... … ….............

 

La ligne côtière

 

Ecrire des poèmes ?

 

Plutôt suivre la côte

fragment après fragment

 

ça avance

 

ça respire

 

ça se déploie.

............ … ….............

Le mistral blanc

 

...Par-delà ce tumulte

qu'est vivre, aimer et mourir

le ciel soudain s'éclaircit

 

balayé par un grand vent blanc.

............ … …............

Yoga du soleil... extrait

 

C'est le matin d'un monde

et je suis là comme un roc à respirer

 

à respirer vers le soleil.

.................. … ….............

Savoir

 

J'ai tout brûlé de mon savoir

j'apprends à vivre nu avec la seule blancheur

 

l'art à mes yeux n'est plus l'oeuvre créée

mais pure pathologie du corps et de l'esprit

 

au coeur d'un monde allègre et terrible.

.................... … ….............

 

Pierres de la forêt brumeuse

 

1

Où s'arrête le chemin

les changements commencent

et les rochers surgissent

idées de la terre.

2

Allongé dans la brume

parmi les rochers rouges

attentif aux leçons

du vent et de la pluie.

3

Au dire du vieil homme

ici dans la montagne

tout contre le ciel

chaque rocher est un lotus.

................ … ….................

Ecrire l'essentiel paysage.

............... … …..................

Wakan

 

Que c'est beau, que c'est beau

Il n'y a rien de plus beau

 

la lumière bleue qui point sur la montagne

la lune qui descend dans la pluie

 

Rien, il n'y a rien de plus beau.

..................... … …....................

 

Nouvelle d'un coin du Sud-Ouest (extrait)

 

quelque part quelqu'un

doit apprendre à vivre serein.

.................. … ….......................

 

Un domicile discret

 

J'ai tout retiré de ma chambre

hormis quelques images

 

il reste trois fois rien

 

l'aile d'un goéland

un bloc de pierre froide

la photo d'une fille nue -

 

au centre de ce vide

mon âme danse.

........................................................

 



12/12/2013
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 562 autres membres