Les dits du corbeau noir

Passeur d'espérance François CHENG 5 méditations sur la mort

 

Passeur d'espérance...

 

Illustrations  peintures de Moniqu FEY

Photographies  Bran du

 

François CHENG (De l'Académie Française) Cinq méditations sur la mort (autrement dit sur la vie) Albin Michel éditeur (extraits) »

 

« La vie engendre la vie, il n'y aura pas de fin. » Livre des Mutations / Yi Jing

 

« Meurs et deviens ! » Goethe

 

« La mort est chargée de pratiquer, jusqu'au fond de nous-mêmes, l'ouverture désirée. » Pierre Theilhard de Chardin

 

« Le prodige de ce grand départ céleste qu'on appelle la mort, c'est que ceux qui partent ne s'éloignent point. Ils sont dans un monde de clarté, mais ils assistent, témoins attendris, à notre monde de ténèbres. » Victor Hugo

 

« Une vie ne vaut rien,mais rien ne vaut une vie. » « La mort transforme la vie en destin. »

A Malraux

 

« L'essence de la vie est éternelle. » Spinoza

 

« Si la vie est éphémère, le fait d'avoir vécu une vie éphémère est un fait éternel. »

Jankélévitch

 

« La terre est un lieu d'initiation où l'on se transmue en âme. » J Keats

 

« Ce qui est provient de ce qui n'est pas, et ce qui n'est pas contient ce qui est. » Lao-Zi , Père du taoïsme

 

« Le degré suprême de la beauté est la grâce, mais par le mot grâce, on entend aussi la bonté. Car la bonté suprême, c'est cette générosité d'un principe de vie qui se donne indéfiniment. C'est le sens même de la grâce. » Bergson

 

« L'amour, c'est l'espace et le temps rendu sensible au cœur. » Proust

 

P1060641pm.jpg

........................................................................................................................................

 

François Cheng :

 

« Peu m'importe la durée de ma vie, pourvu que je meure d'une mort qui soit à moi, que je meure en poète. » « en impliquant tout le travail de l'esprit et toute la révélation de l'âme. »

 

« La création artistique est une des formes par lesquelles l'homme tente de vaincre son destin mortel... » « L'artiste …/... célèbre le fait de vivre ici et maintenant, tout en re-suscitant ce qui semblait perdu. Ce faisant, le créateur se met dans la posture du Créateur qui, à partir du Rien a fait advenir le Tout. Ainsi la voie artistique, en sa plus haute dimension, relie l'humain au divin. »

 

« Envisager la vie à partir de la mort. »

 

« S'il n'y avait aucun sens possible à notre existence, l'idée même de sens ne nous aurait jamais effleurés. »

« Pour nous le principe de vie est contenu dès le départ dans l'avènement de l'univers . »

« L'Esprit participe de l'Origine, et par là de tout le processus d'apparition de la vie et sa stupéfiante complexité. »

« La bonté est garante de la qualité de la beauté ; la beauté, elle, irradie la bonté et la rend désirable. »

 

nov2013 champs et mijo 014pmjpg.jpg

 

Du Tao et de la Voie :

 

La Voie, cette gigantesque marche orientée de l'univers vivant, nous montre qu'un Souffle de vie, à partir du Rien, à fait advenir le Tout. (La marche de la Voie est circulaire.)

A l'instar de la marche circulaire de la Voie qui n'a de cesse de regagner l'origine pour se ressourcer, Lao-zi invite chacun à effectuer de même en sa propre vie le « retour précoce ». celui-ci signifie justement le retour aux racines, le retour à l'origine où se trouve la source de la vraie Durée.

La Voie va du Rien vers le Tout et du Non-être vers l'Etre...

Contenant la Promesse du Tout, le Rien désigne le Non-Etre, ce Non-Etre n'étant autre que ce par quoi l'Etre advient... le Vide et le Rien sont liés par le Qi (le Souffle)...

Du Tao d'origine, conçu comme le Vide suprême, émane l'Un qu'est le Souffle primordial, le quel engendre à son tour les deux souffles complémentaires le Yin et le Yang ; ceux-ci par leur incessante interaction, engendrent tous les êtres qui parviennent à faire naître en eux l'harmonie grâce au troisième souffle qu'est le Vide médian...

Prendre appui sur le Vide, c'est être dans le sens de la Voie, laquelle n'a de cesse d'effectuer ce mouvement qui va du Vide vers le Plein et retourne au Vide où le Souffle primordial se ressource.

Le Tao ; dont le mouvement est circulaire où tout se relie et se tient, l'univers peut être en continuelle expansion, il reste tenu par un Souffle qui circule et ne lâche pas. Si une telle vision est valable, tout point rejoint le Tout. Là où il y a un œil ouvert et un cœur battant, là est le centre.

 

Etre... C'est faire acte d'Etre à partir du Non-Etre

 

Les « morts » qui sont passés par la Grande Epreuve sont en quelque sorte des « Initiés »...

Ils peuvent à leur manière nous protéger, nous guider, nous conseiller...

 

cherbourg  jan 2014 033pm.jpg

De la Mort :

 

St François d'Assise appelait la mort : « notre soeur »...

 

C'est notre conscience de la mort qui nous fait voir la vie comme un bien absolu, et l'avènement de la vie comme une aventure unique que rien ne saurait remplacer.

La mort est ce nœud de nécessité autour duquel s'articule la vie...

A envisager la vie à partir d'une compréhension approfondie de notre mort, nous jouissons d'une vision plus ouverte dans la mesure où , justement, conformément au processus de l'origine de la vie, nous prenons part à la Grande Aventure, et chaque moment de notre vie et alors un élan vers la vie....

Prendre conscience que c'est la proximité de la mort qui nous pousse dans cette ardente urgence de vivre... Et surtout que la mort est en dedans de nous comme un aimant qui nous tire vers une forme de réalisation... La mort naît de nous tel un fruit...

Rejoindre « à l'avance » sa propre mort (la visualiser en quelque sorte et l'accepter), c'est

rejoindre la source de la vie, c'est rejoindre plus loin l'Origine d'où est partie l'impensable aventure qui à partir de Rien à fait advenir le Tout.

Le « Double-Royaume » unit les deux versants de la vie et de la mort... nous sommes invités à résider en son cœur... Afin de jouir d'une vue plus globale de l'existence, de notre devenir personnel au sein du devenir universel...

Incorporer la mort dans notre vision, c'est recevoir la vie comme un don d'une générosité sans prix....

La mort est le fruit de notre être...

Nous ne pouvons penser la vie sans penser la mort mais au sein de ce binôme insécable, c'est la vie qui a la prééminence...

A côté de la certitude de la mort, il y a en nous cette certitude d'être les maîtres de l'instant... L'instant est une instance de l'être où notre incessante quête rencontre soudainement un écho, où tout semble se donner d'un coup, une fois pour toutes.

La conscience de la mort fait naître en nous l'idée du sacré de la vie, confère à celle-ci toute sa valeur...

 

cherbourg  jan 2014 019pm.jpg

De la vie :

 

C'est quelque chose qui advient et qui devient.... Voilà ce qu'est la vie...

La vie n'est vie qu'en devenant...

L'absolu de la vie signifie que, s'offrant en don à chacun, elle est aussi une exigence...

Des besoins vitaux, des désirs irrépressibles : désir de réalisation, désir de dépassement, désir de transcendance...

La vie ne nous appartient pa s, c'est nous qui appartenons à la vie...

le Souffle qui a fait advenir la Vie n'a jamais trahi, ne trahira pas...

 

De l'Etre :

 

Tout être, de par son unicité, tend vers la plénitude de sa présence au monde, à l'instar d'une fleur ou d'un arbre...

 

cherbourg  jan 2014 037pm.jpg

Des poètes et de la poésie :

 

Nous nous fions aux paroles des poètes en raison de la fulgurante intuition qui les a suscitées, de leur formulation éminemment incarnée.

Poïen en Grec signifie « faire » au sens de la Poïesis la « création »...

C'est par ce « faire », par le travail en vue d'une que l'homme donne un sens à sa vie, qu'il devient le « poète » de sa vie. Telle est sa vocation, ce à quoi il est appelé...

 

De l'humanité :

 

Elle se retrouve dans chaque individu et chaque individu, s'il épouse la vie, prend part à l'aventure de l'humanité qui est partie intégrante d'une aventure bien plus vaste : celle de l'univers vivant en devenir...

 

Chacun de nous est relié aux autres, et tous nous sommes reliés à une immense Promesse qui assure depuis l'origine la marche de la Voie...

 

Par delà tous les antagonismes inévitables, il existe comme une solidarité foncière qui s'établit entre les vivants. On finit par comprendre que le bonheur recherché provient toujours d'une rencontre, d'un échange, d'un partage...

 

cherbourg  jan 2014 027pm.jpg

De l'Amour :

 

Quand le corps à corps s'enrichit d'une « âme à âme », l'amour connaît un changement qualitatif, il inspire à chacun respect et gratitude pour l'autre... … l'âme en son état le plus élevé se soustrait alors à la contrainte du corps et à celle de l'espace-temps, en résonance avec l'âme de l'univers vivant. …

Sans l'amour, aucune jouissance ne prend son sens premier ; avec l'amour qui engage tout l'être, tout est pris en charge, le corps, l'esprit et l'âme.

La beauté du cœur et de l'âme ont pour source la Donation primordiale, et pour expression l'amitié et l'amour... La Donation rappelle l'avènement de la Vie même, elle rejoint le beau geste originel qui est d'inspiration divine...

De « Dieu » :

 

Pour qu'émerge l'ordre de la vraie vie, Dieu aura besoin de rien de moins que de toute l'expérience vécue par l'humanité sur cette terre. Le désir humain fait partie de l'aventure de Dieu, il est donc lui-même en devenir... Pour que les vivants parviennent jusqu'à la conscience, au point de pouvoir connaître l'univers créé, au point de pouvoir dialoguer avec le Créateur, il fallait qu'ils soient doués d'intelligence et de liberté. Condition plus nécessaire encore si la Création devait être animée par le principe d'amour.

/ …

 

cherbourg  jan 2014 038pm.jpg

Autres pensées et réflexions :

 

Ce qui nous importe avant tout, c'est « d'être vrais »...

 

Notre vérité n'est pas dans le nivellement et l'effacement, elle est dans la transmutation et la transfiguration.

Le verbe, sa magie, a le don de nous propulser vers le règne de l'infini...

 

Il ne peut y avoir d'esthétique sans éthique...

 

On avance pas à pas vers l'inconnu de l'esprit, vers la résonance des âmes, vers un in-fini ouvert...

 

Rien n'est isolé, ni en nous, ni dans les choses, et si même une seule fois la joie a fait retentir notre âme, toutes les éternités étaient nécessaires pour créer les conditions de ce seul moment... L'éternité se vit et se trouve dans l'instant ; instant de rencontre où l'élan vers la vie et la promesse de celle-ci coïncident

 

cherbourg  jan 2014 032pm.jpg

Du corps, de l'esprit et de l'âme : ...Dépasser le dualisme instauré par le couple « corps-esprit » en introduisant un troisième élément (médiateur et transcendant) : l'âme qui permet à l'homme de communier sans entrave avec l'âme de l'univers...

La pensée chinoise a toujours préféré la démarche ternaire pour expliciter la constitution et le fonctionnement de la vie humaine... On se rappelle que le taoïsme, basé sur l'idée du Souffle, met en avant l'interaction entre le Yin, le Yang et le Souffle médian, tan,dis que le confucianisme se fonde sur la relation interdépendante du Ciel, de la Terre et de l'Homme...

La tradition chinoise considère que tout être humain est constitué de trois composantes : le jing (le « sperme »), le qi (le « souffle », et le shen,  le « divin »... On peut rapprocher le jing du corps, le qi de l'esprit et le shen de l'âme... Si l'âme est intimement personnelle, l'esprit, lui, à un aspect plus général, plus collectif... L'âme procède de l'essence de chaque être, elle est là, entière, dès avant sa naissance, et elle l'accompagne, toujours entière, jusqu'à son état ultime...

Sur le plan concret l'esprit fait appel au cerveau, l'âme opère à partir du cœur... l'esprit s'appréhende par l'intellect, l'âme se saisit par l'intuition...

L'esprit se meut ; l'âme s'émeut ; l'esprit raisonne, l'âme résonne....

....................................................

« …/... Les désirs que nous portons

Ne sont-ils pas plus grands que nous ? Si grands

Qu'ils rejoignent le Désir originel par quoi

La Lumière fût.../... Laissez donc ma flamme

Monter et déchirer la nuit, laquelle, accueillante,

Ouvre la Voie lactée

De la Transfiguration. »

.....................................................

 

cherbourg  jan 2014 024pm.jpg

Extraits de poèmes de François Cheng :

 

« Douleur et douceur s'épaulent l'une l'autre »...

 

« …/... Rien. Rien que le bleu d'où un jour

A surgi l'ardente métamorphose... »

...................................

 

« La mort n'est point notre issue,

Car plus grand que nous-

Est notre désir, lequel rejoint

Celui du Commencement,

Désir de Vie. 

/...

La mort n'est pas notre issue,

Mais elle rend unique tout d'ici :

/... Ces murmures qui ressuscitent les mots natifs... 

/...

Elle n'est point notre issue

Posant la limite,

Elle nous signifie l'extrême

Exigence de la Vie,

Celle qui donne, élève,

Déborde et dépasse. »

.......................................

« S'abaisser jusqu'à l'humus où se loge

La promesse du Souffle originel. Unique lieu

De transmutation où frayeurs et douleurs

Se découvrent paix et silence. » …/...

......................................

cherbourg  jan 2014 025pm.jpg

 

« Puisque tout ce qui est

Se relie, » …/...

......................................

« Nuit, mère des lumières

En son sein Lumière est.../... »

......................................

« Pourtant il nous reste encore à célébrer

comme tu le fais

Célébrer ce qui, jailli d'entre nous,

tend encore vers la vie ouverte... …/...

Célébrer le fruit, plus que le fruit même

mais la saveur infinie.

Célébrer le mot, plus que le mot même

mais l'infinie résonances

/... En nous l'à-jamais-perdu

Que nous tentons de retourner en offrande

Seule voie où la vie s'offrira sans fin

paumes ouvertes. »

 

cherbourg  jan 2014 031pm.jpg

 

....................... /// … /// …....................



17/01/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 548 autres membres