Les dits du corbeau noir

NOUS SOMMES CONDAMNES AU BONHEUR ! REFLEXION BRAN DU 28 01 JANVIER

Nous sommes condamnés au bonheur !

Réflexion Bran du

le 28 01 2019

 

 

Certes, la France compte environ 300 000 personnes en «  extrême et dramatique solitude sociale» et également 5 millions d'individus « isolés »... Cette solitude à divers degrés de ses situations et effets concernerait selon les régions et secteurs géographiques entre 6 à 8 français sur 10 ! C'est en effet énorme et on ne mesure pas assez les répercussions de cet état chez beaucoup de nos semblables...

 

 

La vie est échange, rencontre, partage, découverte mutuelle, solidarité et attention... Mais comment vivre et connaître toutes ces joies et « présences » quand l'isolement et ses formes les plus aiguës ne permettent pas ou ne permettent plus cette « jouissance existentielle » ?...

 

 

« l'Autre », à la fois semblable en certains points d'anatomie, mais si différents en d'autres points d'humanité, si « unique » par lui-même, si spécifique, si singulier, est, peut-être, pour soi-même, une source bienveillante et bienfaisante de découvertes, de complémentarités, d'échanges extraordinaires, de stimulations et d'émulations, de soins pour le corps, le cœur, l'âme et l'esprit...

 

 

Sans cet « autre » et son « différentiel », son identité « remarquable » forte ou fragile, mesurée ou jubilatoire, nous ne saurions nous connaître chaque jour, chaque nuit, davantage ; nous ne saurions progresser en conscience, en entendement, nous n'aurions nul « miroir » pour apprendre les traits insoupçonnés ou dissimulés de notre propre visage ; ceux que nous ignorons et ceux que nous ne voulons pas voir !...

 

 

La « solitude » est une compagne laquelle, avec la poésie, constitue dans le rapport au « Féminin » une fidélité à toute épreuve...

 

 

Nous savons l'apprécier à sa juste mesure en bien des circonstances, elle nous est indispensable pour prendre du recul et mesurer nos futures avancées...

 

 

 

Elle est la source où puiser dans l'intériorité de notre être un silence édifiant, pour entendre la sourde et mélodieuse musique de notre âme, pour donner son, voix, chant et lèvres aux poèmes à venir......

 

 

Comment, par quel autre moyen ou support pourrions-nos goûter, de temps à autre,

à l'intensité, à la densité, à l'exaltation heureuse d'une « présence », sans avoir connu au préalable et de façon coutumière et quotidienne, le pesant, l'inconsolable et le douloureux de l'absence ? Oui, comment ?...

 

 

« L'autre » peut être, partiellement, et en certaines circonstances bien précises, cet « enfer » dont parle J P Sartre, (mais il faudrait aussi relativiser et inclure, à titre de circonstances atténuantes dans la dégradation des liens, le poids considérable, qui est le fait que nul n'a bénéficié dans son corpus éducatif d'une enseignement salutaire sur l'art de communiquer ni sur la façon dont un individu réagit par rapport à ses besoins biologiques en termes d'attitude, de comportement, de réactivité adéquats quand il faut les satisfaire au mieux face aux autres sans nuire pour autant à ceux-ci!)...

 

 

Pas plus que l'Amour ou la Poésie, la Vie elle-même n'est en aucun cas responsable de l'état de notre « mal-être », de notre désamour, de notre dé-poétisation et de notre dévitalisation...

 

 

Cet état est directement fonction de celui que nous entretenons, animons voire « subissons » ou « sabordons » au sein des rapports, des relations, que nous avons ou ne pouvons avoir, et ce, selon la nature même de ces relations et les façons dont elles se conçoivent, s'instruisent, se vivent, se partagent, ou non...

 

 

Si l'autre peut donc, en certains cas, paraître comme un « enfer relationnel », il peut tout autant être cet « envers » qui nous aidera à mieux discerner à travers lui, le « revers » bénéfique d'un judicieux et approprié « renvoi » ! Lors nous pourrons dire que nous ferons « belle face » à la Vie !...

 

 

Le plus « insupportable » étant, toutefois, pour un arbre (qui toute sa vie lutte pour faire venir sur ses branches les fruits généreux de sa patience, de son audace, de ses défis), de voir ceux-ci pourrir à terre et sous lui sans que les graines et semences encloses ne puissent trouver humus et terreau à leur convenance !...

 

 

L'age qui dit qu'il vaut mieux vivre seul que « mal accompagné » est recevable et vérifiable en effet... Car la solitude « à deux » est alors renforcée et démultipliée dans ses effets destructeurs...

 

 

Il serait souhaitable sans doute d'intégrer dans le champ relationnel une règle de l'alternance comme celle qui règle nos calendriers luni-solaires et saisonniers, comme ces lois qui régentent l'univers tout entier...

 

 

C'est bien dans la séparation, la distanciation voire la rupture que se pèse tout le poids de ce qui faisait jusque là une heureuse proximité !...

 

 

Les regrets ne changeront rien à cela, sauf si nous tirons objectivement, positivement, leçons de l'expérience vécue afin d'évoluer et de progresser dans l'entendement de nous-mêmes, de nos propres contradictions, de nos propres responsabilités et défaillances !...

 

Cela dont l'autre à capacité de nous « instruire »  pour que nous n'ayons pas à reconduire éternellement les mêmes préjudiciables « erreurs »!...

 

Il y a lors et soudain (et bizarrement) une parcelle de « gratitude » qui s'en vient à émerger au travers d'éventuels « ressentiments » !

 

 

 

Nous sommes, je le pense, condamnés aux « bons heurts », à se heurter donc à la Vie, à en connaître les divers impacts et ce qu'ils produisent de fusions ou d'éclatements, de « cosmunion » ou de rejets, de synergie ou d'opposition, d'entendement ou de confusion etc...

 

 

Mais l'expérience, quoi qu'il en soit, se vaut d'être vécue, avec sens et intelligence si possible, en laissant pleinement œuvrer les « affects » quand il leur appartient d'être les maîtres d'ouvrages de la relation à construire, à établir, à animer, à partager ou en mettant ceux-ci de côté quand c'est à l'intelligence, à l'analyse, à la rationalité, d'intervenir et d'être les garants de la meilleure réalisation et exécution possible du lien recherché et ainsi entretenu... (Bien des conflits pourraient être « économisés » si l'éducation pourvoyait à tous les stades possibles aux enseignements majeurs précités!) (Comment peut-on bien ou mieux « vivre » à défaut de cela ?)...

 

 

Il n'y a pas « d'échec » dans le relationnel, mais un terrain d'expérimentation, un promontoire, permettant de nouvelles envolées, de nouveaux élancements, fortifiés et stimulés par l'apprentissage qui aura été fait et dont sera retiré des nouveaux outils, de nouvelles idées et conceptions, de nouvelles orientations et visualisations, d'autres comportements et attitudes d'autres approches et méthodes etc...

 

 

Le chagrin, la peine, le regret, le ressentiment, l'enfermement sur soi et dans soi, la rancune, la macération silencieuse ou bruyante d'un flux nocif d'aigreurs, de jugements, de haine parfois, (tout miel devenant fiel), le report sur soi-même des douleurs et souffrances accumulées, confortées, voire exaltées ne sauraient être la réponse adaptée à de tels « empaillages » du corps, du cœur et de la pensée, hélas, de plus en plus soumis à de tels ravages qui finissent par laminé l'être tout entier avec des finalités extrêmes comme il arrive encore trop souvent...

 

 

(Comment est-il possible de retirer de soi la Vie quand la Vie elle ne nous a jamais quitté et qu'elle continue de s'offrir à nous avec tous les dons et offrandes qu'elle porte à notre « autel » ?)

La réponse est (sans jugement) : il est regrettable, mais possible !...

 

 

Le repli dans le cloisonnement, l'enferment, est légitime et humainement justifié et parfois indispensable , mais jusqu'à un certain point, jusqu'à une certaine ampleur et limité au-delà desquels les pathologies s'installent et se renforcent et leurs actions grandement dommageables vont faire progresser l'être contaminé par cela vers des formes de « néantisation », vers une « dévitalisation » dont l'aboutissement maximal sera (assez logiquement d'ailleurs) la tendance suicidaire...

 

 

La véritable question étant (quand on est encore en capacité de se la poser)  : est-ce bien la vie, le monde,les « autres » qui ne « veulent plus de moi » ou seulement moi qui, ponctuellement ou plus durablement, ne suis plus, vu l'état de ma situation (plus ou moins réellement et objectivement identifiée et comprise), en mesure, en volonté et en désir d'en être «(provisoirement ou perpétuellement) le Principe, l'Essence et l'Anima ?...

 

 

Qu'on le veuille ou non, la Vie sera toujours plus « forte » que la mort laquelle est appelée à être constamment vaincue, et ce, sous une forme ou une autre, sur un plan ou un autre)( Toutefois nous respecterons cette dernière qui donne aussi tout son sens, son Essence, ses « valeurs » et son existence à la Vie !)...

 

 

La Vie, l'Univers, la Nature, tout cela nous offre en permanence une capacité potentielle au bonheur, à la joie, à l'émerveillement, à l'enchantement ou au réenchantement, tout cela constitue en effet, en réalité et très objectivement, un immense et fabuleux « offertoire » d'une extrême et prodigieuse générosité....

 

 

Nous avons seulement oublié ou nous n'avons pas eu « connaissance » du fait que nous sommes, dans ce concert du « Don » et du « Bon », nous aussi appelés à être, pour Etre véritablement et pleinement, humblement et joyeusement, une Offrande parmi toutes les Autres !...

(Nos rituels traditionnels expriment grandement cela.)

 

 

Et, lors, la notion de « sacrifice » trop souvent minorée et réductrice, conçue comme une « calamité », détournée de son étymologie première, prend tout son sens et retrouve toute son Essence qui consiste à « rendre sacré », à servir, de son mieux, en toute liberté, conscience et volonté, le « sacré de l'Homme, de l'Univers, de la Vie !...

 

 

Gémir, se plaindre, invectiver le ciel et la terre ne servent qu'eux-mêmes dans leur accroissement de charges négatives et déservent le « Vivant de la Vie » ; lequel, comme l'Amour, l'Amitié, la Fraternité, l'Humanité (originelle, mais pervertie) ne saurait être le bouc-émissaire de nos vindictes et colères....

 

 

C'est en l'homme que se tient le pire ou le meilleur... et nulle part ailleurs !...

 

 

Fac à tant de « mal heurt », je ne vois qu'une alternative vivifiante o combien, solide, étayée, argumentée, réaliste, objective, positive, constructive et potentiellement efficace et opérative, bienfaisante et bienveillante de surcroît : celle de considérer que tout compte fait, tout autre éventualité bien analysée, toute autre perspective entrevue et sondée, nous sommes, heureusement, condamnés, tous et toutes au « bon heurt ! »

(Et il faudra s'y faire!)...



28/01/2019
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 560 autres membres