Les dits du corbeau noir

Marée de "119" 21 03 2015 Bran du

Marée de "119"           St Malo         Mars 2015              Bran du

 

 

 

imbolc 2015 023.JPG

 

En sept mouvements...

 

1 :

Qu'est-ce qui "monte" en moi qui ne serait soumis au "baissant" ?...

 

"Ce que le flux apporte, le reflux le remporte" dit la chanson de la vieille de Beara regrettant sa jeunesse retournée dans le replis des flots...

 

Les vagues à la crinière d'écume, les Celtes les chevauchaient à coté de Mananànn Mac Lir ou de Dylan ; le Fils de la Vague...

 

Je n'ai pour l'heure que mes rêves montés à cru !...

 

L'Iroise ; la Femme est d'Iroise au profond regard d'émeraude ; sa cape de bruines légères est tissée d'aubes et d'aurores...

 

L'Iroise ; les dauphins y jouent, jaillissent, de rouge revêtus, du calice du couchant...

 

 

2 :

Dans ce que roulent les flots, quel sera mon lot de sel noir ou de sel blanc ?...

 

 

3 :

Ce que la vague veut dire et que l'on n'entend pas, que l'on ne veut pas entendre ; une autre le répète, et une autre et une autre encore....

 

4 :

L'horizon délimite les territoires du ciel et de la terre, qui demain, dans l'alcôve de brouillard, s'épouseront séant !

 

 

5 :

Le rivage se tient là, accueillant, attendant monter, sur la très longue lèvre, la chanson des amants.... L'Amour aussi se tient, au lit des grèves....

 

 

6 :

Toutes ces fenêtres, ces balcons, ces terrasses, tournées vers la plage, mais combien de vrais regards portés vers cela qui se meut entre le sable et la lumière pour serpenter, jouissif, en notre sang ?

 

 

7 :

Cela qui va mourant aux rives de l'estran nous dit, des marées, le désir obstiné, la volonté incessante de recouvrir l'espace et le temps...

 

 

Le rivage, de toutes les vagues, attend le printemps !

 

...///...

 

 

En Supplément :

 

Derrière la vitre panoramique du bar "la Caravelle", des habitués des lieux ont réservé pour être aux premières loges de la "Grande Marée" encore appelée "Marée du siècle"... (En réalité une fois tous les 27 ou 28 ans !)...

 

La vedette, cette fois, n'est pas au piano ni derrière un saxo, mais en solo sur sa piste de danse avec les mouettes et les goélands pour orchestrer les lignes mélodiques déployées sur la digue...

 

La mer dans toute sa fureur, dans toutes ses clameurs, se brisant sur les pieux (en fait des troncs entiers rapprochés les uns des autres pour calmer son ardeur et la faire renoncer à arracher des lambeaux de terre, de continent.)...

 

Qui assez peu humain, mais terriblement sauvageon, pour sentir en soi parcourir de pareils frissons ?...

 

Comment ne pas souhaiter à tous et chacun de connaître, au moins une fois dans sa vie, une telle amplitude,                              une telle déferlante ?...

 

Un secret demeure dans l'oreille des coquillages !...

 

...///...

 

Les badauds qui s'en viennent voir la mer qui monte lors plus qu'à l'ordinaire, ne viennent contempler, de la mer, que sa fureur légendaire...

Combien d'entre eux capables de se hisser comme elle dans les hauteurs ?....



22/03/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 548 autres membres