Les dits du corbeau noir

Loreena Mckennit :... Retrouver la Terre-Mère...

Bardisme :    LoreenaMcKennit     Beneath a Phrygian Sky

« Raconte moi Ô muse, ceux qui voyagent si loin et si longtemps,                                                      Le clair de lune dansait sur les vagues de la mer,
Les étoiles du ciel scintillaient faiblement depuis une galaxie lointaine,                                  Apportant une voix venue du fond des âges,                                                                                      Comme une étrange musique,                                                                                                        Ces pierres anciennes nous disaient que l’amour nous rendra plus forts,

Je me tenais debout sur la plage et écoutais cette voix, voix,                                                        ces sons jamais entendus auparavant,                                                                                              Et nos combats ne nous laisserons guère de choix car la vérité nous rendra forts,

Nous nous demandons où est Dieu et souffrons devant Lui recherchant sa face dans les étoiles…
Traversant les océans vides et nous demandant quel est son nom…
Et comme le vent chaud a transposé cette chanson dans la nuit,                                                   J’ai fermé les yeux et attendu les lueurs de l’aube,                                                                    Quand la lueur des étoiles a pâli,                                                                                              Quand le soleil nouveau nous a fait renaître,                                                                                C’étaient des moments magiques,                                                                                              Nous rendant prêts à retrouver la Terre Mère. »




Notes : Nous sommes ici dans l’Esprit celtique des « Imrammas » ; ces navigations merveilleuses vers les Iles d’Eternelle jeunesse, l’Ile des Pommes, des Plaisirs, des Femmes, de la  Terre des Vivants, de la Grande Plaine….

C’est une navigation fabuleuse vers l’Ailleurs, le Dehors, l’Autre… Autant d’étoiles à suivre, à épouser, à transmuter, dans la constellation de l’Etre en devenir….

Il nous appartient de « jeter notre coracle sur la mer » si nous voulons aller à la rencontre de ce mystère en nous, de cette matrice archétypale qui nous réenfentera au cours d’une navigation hauturière initiatrice et révélatrice d’une gemme de lumière enchâssée dans la gangue épaisse de la nuit…

A nous de vouloir ou non cheminer et naviguer sur les sentes et sur les vagues inconnues si nous aspirons à renaître dans une nudité première propice à tous les recouvrements majeurs…                                                                                                                                                                                                      Bran du                     14 08 2012



14/08/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 533 autres membres