Les dits du corbeau noir

LES DRUIDES ET L'IVRESSE SACREE (SUITE) ETUDE NOTE COMMENTAIRE BRAN DU 2016 02/04 AVRIL

Les Druides (Suite) Notes et commentaires de l'ouvrage de F le Roux et CH J Guyonvarc'h

 

L'ivresse sacrée...

 

 

« ...Le vin, la bière et l'hydromel donnent accès à l'éternité.

Peut-on rêver nourritures plus agréables et plus substantielles, même si elles ne sont que l'illusion d'un moment fugitif, le simple reflet d'une ivresse sacrée... Ces boissons participent d'une vision divine qui n'est pas sans conséquence sur le plan « matériel » et « humain »...

F le Roux CH J Guyonvarc'h

 

 

« Alors les serviteurs se levèrent en vraie foule pour servir et approvisionner l'hôtel. Ils prirent des coupes à boire riches de pierres précieuses, avec de pures gemmes de cristal, d'un art parfait pour chaque gobelet brillant...

 

Et l'on servit des boissons, fortes et fermentées, des liqueurs agréables et douces à ces bons guerriers.

 

La joie grandit chez leurs jeunes gens, la hardiesse et l'esprit chez leurs guerriers, la douceur et la modestie chez leur femme, le savoir et la prophétie chez leurs poètes...

 

...Fergus à la bouche blanche (le file de Finn et des Fianna) se leva et chanta des chants, des lais et de beaux poèmes... ainsi que des légendes... Les Fils de Morna furent joyeux et de bonne humeur à cause de ces compositions poétiques... »

Sylva Gadelica

 

 

« En cas de débordements ce sont les druides et les filid qui apaisent les colères et font cesser les violences... »

 

 

 

Notes et commentaires Bran du

 

Le festin celtique est marqué par la générosité somptueuse, l'accueil, l'abondance, la juste redistribution des biens et des richesses et le respect d'une éthique d'attitudes et de comportements qui président à l'équilibre et à l'harmonie et à leur maintien ou restauration...

 

Le File ou poète y tient une place d'honneur qui est celle de l'enchantement et du ravissement de tous les convives...

Il retrace les généalogies, les « origines », mais aussi les exploits et aventures mythiques et héroïques...

 

Le caractère enjoué de la fête est déterminant de sa réussite...

 

Les mets et les boissons apportent leur concours à ces réjouissances dont des breuvages « magiques » qui amènent certains participants à vivre, à ressentir, à incarner, des états particuliers d'extase ou d'ivresse sacrée...

 

 

« Ni colère, ni violence, ne sont tolérées et les druides sont là, préparent, ordonnent, dirigent le festin suivant les normes traditionnelles » « Il faut insister sur l'obligation de paix et d'amitié .» F le Roux / CH J Guyonvarc'h

 

 

La Parole préside au banquet et elle en est l'âme pour ainsi dire...

Elle est tout le passé, tous le présent et tout le devenir...

Autant de cercles et de spirales superposés sur l'axe vertical, sur le tronc tutélaire du Chêne de la Tradition...

 

Co-participer au festin celtique implique donc de se parer et de s'orner l'esprit et le cœur de la façon la plus agréable et conviviale qui soit...

 

Il ne s'agit pas seulement de « briller » à travers sa représentation extérieure et de se vêtir de ses plus beaux atours, mais bien plus encore, de faire rayonner les splendeurs de l'Âme, de l'Anima, de l'Essence, qui inspirent et mettent en œuvre l'Etre en toutes ses expressions et représentations...

Tous les talents, toutes les compétences, tous les dons, sont requis pour conquérir au succès de la belle Assemblée laquelle ne saurait en aucun cas verser dans le désordre et le chaos....

D'où une vigilance et un « gardiennage » permanent de la classe sacerdotale pour veiller au maintien de l'aspect pacifique et serein du banquet...

 

Le Verbe préside à toutes les articulations du « Poème communautaire »...

Le passé sert de tremplin aux visions du devenir et l'instant présent est la corbeille offerte au temps et à l'espace pour faire mémoire d'un festin concocté par une humanité aimante, consciente et pensante rassemblée en paix et en joie pour concélébrer la Vie et son évolution et fêter l'équilibre et l'harmonie entre tous et toutes...

 

 

Comment ne pas transposer ces heureuses et fraternelles dispositions, non seulement dans nos assemblées festives d'aujourd'hui, mais aussi au quotidien d'une vie qui tient chaque jour banquet de forces, d'énergies et de lumières ?...

 

Il y a bien des façons de connaître, de ressentir, d'exprimer une "ivresse sacrée" sans faire appel nécessairement aux apports d'une "boisson magique" qui est en effet de nature à provoquer celle-ci....

 

Le chant, la musique, la danse et le rituel d'amour ont aussi cette merveilleuse capacité, à dépasser la simple "condition humaine", à susciter un "joyeux dérèglement des sens" selon l'invitation poétique de Rimbaud...

 

C'est placer notre corporéité dans une dimension quasi cosmique, dans une forme d'apesanteur et d'extrême légèreté qui dissout toute "attache" pour rejoindre la fluidité de l'air, de l'eau, de la flamme et les ondes et flux vibratoires émanés de tout l'univers !...

 

Quelle magnifique "expérience" que cela quand l'âme se fait "naturellement" conductrice de tels envols libres de tout artifice, de tout usage lié à une pharmacopée supplétive...


Il y a une splendide "ivresse" à être créateur de joie, de tendresse, de bonté et de beauté !...

 

C'est en cela, en tout cela, que les Sages de la Celtie nous entretenaient de cette nécessité d'orner l'homme et la femme des plus belles parures du Coeur et de l'Esprit...



02/04/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 533 autres membres