Les dits du corbeau noir

LES DIEUX GAULOIS (SELON CESAR ET LE PILIER DES NAUTES) JP SAVIGNAC NOTE BRAN DU 2016 18 06 JUIN

 

 

 

 

Jean-Paul Savignac Extrait de la Conférence tenue le 18 juin 2016 dans le cadre des 80 ans de la Kredenn Geltiek...

 

Les Dieux Celtes Anciens... leurs noms, leurs fonctions et leurs attributions...

Notes Bran du

 

Le conférencier, chercheur, linguiste et écrivain Jean Paul Savignac également spécialiste du monde Grec ancien nous entretient de ses travaux effectués en ce qui concerne le panthéon gaulois...

 

Il cite comme source à cet effet :

Le texte de César qui présente un rapprochement entre les dieux latins et les dieux gaulois (informations sans doute reprises d'un ouvrage de Posidonios d'Apamée auteur Grec, philosophe et historien né en -135 avJC et mort en -51 avJC)...

 

 

Rappels divers :

Des « grands » dieux gaulois cohabitent avec des « petits » dieux locaux...

 

L'ordre de présentation fait par César ne correspond pas à l'ordre donné dans le Panthéon des dieux latins...

 

Le comput gaulois commence la nuit comme la roue de l'année débute dans les mois les plus sombres...

 

L'iconographie gauloise illustre indéniablement les textes insulaires...

 

Les dieux exercent de très nombreuses fonctions...

 

Une divinité féminine préside à l'ensemble du panthéon des Dieux...

La Déesse est : fille, soeur, amante, épouse de tous les dieux...

Pour les latins, c'est Minerve qui enseigne les arts...

Pour les gaulois, c'est Anna, Dana (Don au Pays de Galles)...

C'est Rhiannon (Epona et Arianrhod)...

 

Tous les dieux jeunes sont des dieux qui, par leur grâce, guérissent...

 

A propos de la bataille de Mag Tured  selon l'auteur de la conférence :

Il s'agit, dans cette lutte et ce combat, avec le concours efficient de la Lumière, du Lumineux, (Lugh), de préserver l'Etre de son retour vers le Non-Etre..
Les dieux finiront lors de la seconde et décisive bataille par terrasser le Non-Être victorieux lors du premier combat...

 

L'ETRE finira par retrouver sa plénitude, sa paix, son équilibre, son harmonie et toute la Création avec lui...

(Les démons que sont les forces du Non-Être (Fomoiré) seront repoussés et devront passer un pacte d'alliance et de juste répartition avec les Tuatha De Dannan aidés par Lugh...)

 

Cette bataille mythique aurait, selon JP Savignac, été en quelque sorte reproduite lors du siège d'Alésia, mais ce sont les forces du Non-Etre qui seraient lors sorties triomphalement victorieuses !

(Et ce sera le grand basculement d'un monde vers un autre...)

Ce serait là une réactualisation du mythe...

 

................................................................................................

 

 

Dis Pater

(Reconnu par la religion druidique de l'époque)

(Tous les gaulois en sont issus)

C'est une divinité archaïque des gaulois (parenté avec Cernnunos)

Lié à l'ombre, au froid, aux eaux....

 

Mercure : Pour les latins, il est l'inventeur de tous les arts...

Il protège les routes, les voyageurs et les voyages...

Il patronne le commerce...

 

Pour les Gaulois, c'est Lougos (Lugh , Salmidanac'h, le Multiple Artisan) (Lleug en gallois), lié à la Lumière car c'est :

le Lumineux... (Phonétiquement il se prononce « lou ».)...

Il sait tout faire. Il est très bon à la guerre et c'est un fin stratège.

Il impulse, il dynamise et motive. Il est incitateur et mobilisateur...

Il entraîne à sa suite tous les autres...

 

Ce n'est pas le plus grand des Dieux, mais il s'impose aux hommes à la guerre... Il est un vecteur d'unicité pour les gaulois...

On possède de nombreuses informations à son sujet : il est grand, beau, jeune, courageux et il court très vite...

Il étend sa protection sur les routes, les voies, les voyages et ce qui circule dessus... (Hommes et richesses...)

 

Il est par son visage : rayonnant, irradiant, resplendissant...
Il est la lumière du matin de la Belle Saison...

Il est dit « à la main rouge »...

Il est fils du très lointain (le Ciel) et de la Terre...
il préside aux ruptures temporelles...
Aux feux sur les collines au début de la Belle Saison...

C'est un fondateur de citée...

Il est défricheur, médecin et harpiste...

Son bestiaire : le corbeau, le roitelet, la tortue, l'aigle, la laie/le sanglier...

 

Lugh (Lugos) a un « jumeau » ; c'est Dylan (qui serait né de la vague...)

Il est métamorphosé en Aigle ; celui-ci mortellement blessé se réfugie dans un chêne, sa chair se détachant peu à peu et tombant de l'arbre...

Il retrouvera cependant sa forme humaine...

 

 

L'Etat major de Lugh en Irlande :

 

Dagda

Goibniu

Dian cécht

Nuada - Ogma/ogme

Gwydion...

Ils sont « comme les 5 doigts de la main d'entendement. »...

 

Chez les gaulois :

Taranus

Gobanos

Belenos

Nodons

Ogmios...

 

Apollon :

Pour les latins, c'est le dieu qui chasse les maladies...

Pour les gaulois, c'est Belenos (lequel serait a priori un surnom de Lugh/Lugos.)...

Il est dit aussi Maponos soit le divin fils

« Le sous terre... J'invoque le divin de bonne force Maponos le guérisseur. » Invocation gauloise

 

Mars :

C'est pour les latins le dieu de la guerre...

Et pour les Gaulois c'est Nodon (Dieu-Roi) (Nuada)...

(Ogmios) Dieu-Champion...

C'est le dieu guerrier qui apparaît sur les champs de bataille (Cependant, il ne doit pas lui-même combattre.)

(Toutefois lors de la première bataille de Mag Tured, Nuada ne pourra pas s'empêcher de combattre et il perdra lors son bras.

De ce fait, amputé, il sera « disqualifié » en tant que roi et Bress prendra sa place non sans graves conséquences pour les Tuatha De Danann!)...

 

Ogmios ; c'est le Dieu aux liens ; un dieu magicien...

Il est l'éloquence même (la bouche de miel des récits bardiques)...

Ils entraîne à sa suite une troupe nombreuse, joyeuse, réjouit et consentante...

Les chaînes qui lient ses lèvres aux hommes qui sont à son écoute sont faites d'or et d'ambre (lequel frotté aimante le fer d'où l'analogie à partir de cette « force d'aimantation »)...

Il met en contact avec l'Au-Delà (l'Autre-Monde)...

 

Jupiter

Chez les latins, il règne sur l'empire des choses célestes...

Chez les gaulois, c'est Taranus (se dit Taranou et non Taranis) soit le Tonnant.... C'est le dieu des orages, de l'écoulement régulier du temps dont il fait tourner la roue...

Sur le chaudron de Gundestrup un des dieux fait tourner la roue (Taranus) et l'autre l'arrête temporairement lors des fêtes sacrées du calendaire...

 

Gwydion ou Dagh da (Dagodevos)...

(Gwydion assure la souveraineté magico-religieuse.)

 

 

DU PILIER DES NAUTES :

 

(Nautes : confrérie de bateliers sur la Seine qui est la Déesse Sequana )

Ce sont des blocs taillés et sculptés à six faces chacun (jadis posés les uns sur les autres pour faire un pilier haut d'au moins 5m chacun...)

 

 

Ce monument gaulois a été retrouvé lors de fouilles effectuées sur l'Île de la Citée et sous Notre Dame de Paris laquelle île devant être le fief des bateliers qui l'ont fait réalisé pour honorer à la fois les dieux latins et les dieux gaulois « de façon équitable et diplomatique» pour ne fâcher personne et conserver une entente cordiale !

 

C'est un pilier à « Jupiter très bon, très grand »...

Les dieux et déesses représentés sont en nombre égal...

C'est une sorte de syncrétisme politico-religieux...

Au-dessus de chaque bas-relief, il y a un nom latin ou gaulois de gravé...

La lecture se fait dans le sens contraire des aiguilles d'une montre...

Mais il y a beaucoup de combinaisons possibles de cette lecture...

 

(A noter que ce monument conséquent pour une meilleure compréhension du monde gaulois est présenté a Cluny dans un sous-sol très sombre et est très peu mis en valeur, ce que J P Savignac trouve des plus déplorable.)(C'était déjà le cas des "antiquités gauloises à ST Germain" du temps du druide J Gestalder qui dénonçait aussi cela il y a plus de trente ans !)

 

 

D'un côté : De haut en bas :

Puis en tournant autour du pilier...

 

Volcanus /Jupiter (Romain)

Taureau Dieu gaulois aux 3 grues / Esus taille un bosquet à la serpe...

 

Puis Castor et Pollux (Romain)

Cernunnos / Smer (Gaulois)...

 

Panneau lié à l'activité des Nautes se représentant eux-mêmes Puis une série d'inscriptions...

Puis Mercure + Déesse inconnue...

 

Vénus + Divinité féminine inconnue

Fortuna (Déesse latine du destin) + déesse inconnue

Dieu Mars + Divinité féminine inconnue

Déesse Sequana (Déesse de la Seine)...

 

Une sorte d'allégorie au devant d'un bateau comportant de chaque côté une déesse marine montée sur le dos d'un dieu marin qui l'emmène vers la proue du vaisseau...(Un dieu de l'Amour emmenant la déesse vers la couche nuptiale ? : hypothèse de JL Savignac.)

 

Tout cela semble bien être un pilier en l'honneur de la déesse de la seine : Sequana ; laquelle est invitée à aller à la rencontre de son époux ou plutôt amant pour une union féconde et bénéfique pour tous et pour toutes...

L'heureux époux ou plutôt amant n'est pas connu, mais il pourrait être une sorte de Neptune gaulois...

(Sequana serait alors comparable à la Boyne en Irlande qui va rejoindre le Dagda (Dagodevos) pour enfanter le Mac Oc le Fils jeune en répondant pour cela à l'appel du ciel diurne, peut être bien Taranus donc.)

 

La rivière, les eaux en général, réfléchissent la Lumière du Ciel et se marient ou sont fécondées en quelque sorte par les dieux régents de la voûte céleste diurne... Taranus par exemple...

 

Les 3 grues ou plutôt « aigrettes » blanches évoquent le milieu aquatique (et sont comme les cygnes) des oiseaux-Femmes messagers de l'Autre-Monde, conduisant leur élu vers les îles bienheureuses etc...(C'est aussi l'oiseau-signe !)...

C'est la femme dans sa nudité, sa blancheur première...

Mais cela peut-être aussi la façon dont la Déesse Rivière ou Seine se transforme pour échapper à son époux jaloux et rejoindre son amant... (Lequel est peut être bien celui qui s'est transformé en taureau !) (Le mugissement pouvant être analogiquement comparé au tonnerre, on peut donc penser à Tauranus, dieu céleste.)...

 

Esus : celui du Feu...

Le savoir du feu en correspondance avec Volcanus...

Il serait le gardien du « Feu dans l'Eau »...(Nechtan)...

Avec sa serpe il recherche peut-être Sequana (a priori son épouse) cachée dans l'épaisse végétation ?

 

(Note Bran du : selon Ph Jouet : Nechtan est le gardien de la bonne circulation des eaux. Il est le frère du Dagda, ce dernier usera d'une ruse pour l'éloigner de sa femme Boand avec laquelle il aura un enfant, Boand sera toutefois noyée par les eaux à la fin du récit.)...

 

Pollux et Castor, mais aussi Smer et Cernunnos qui sont sans doute considérés comme de très grand dieux, leur bloc étant plus haut que les autres et donc leur gravure...

 

Smertios : celui qui pourvoit, qui prend soin de...

Il organise la société humaine...

 

Il n'y aurait pas de dieu gaulois ou romain de la guerre sur le pilier...

Il y aurait des dieux pères et des dieux fils...

Cernunnos et Lugos seraient des jumeaux (une sorte de Dioscure?)

Lugos (régent du semestre clair de la Belle Saison) aurait le royaume de la rive gauche de la Seine sous son pouvoir et son frère la rive droite... (Une grande zone de marais à l'époque.)...

 

Voilà quelques éléments de lectures et d'interprétations argumentées proposés à tous et à chacun...

 

Ce pilier pourrait être l'expression, la volonté reconnaissante, de la confrérie des Nautes envers leur Déesse Sequana pourvoyeuse de leur « richesse », de leur bon commerce...

 

Celle-ci, entourée de Forces, D'énergies et de Lumières qui lui doivent leur existence en tant que sœur, amante, fille, épouse, divine et sacrée qui pour féconder la vie va à la recherche d'un époux céleste alors que son époux terrestre ou marin la recherche désespérément (les amants s'étant transformés en taureau et aigrette pour convoler ensemble à son insu...)

 

Pour ne pas fâcher leurs clients romains, ils ont représenté en équivalence ou correspondance ces mêmes « Forces, Energies et Lumières » selon les conceptions romaines et gauloises et ce à égalité de représentation...

 

 

 

Par ailleurs, et la piste à suivre est des plus séduisante, Jean Paul Savignac nous entraîne vers des approches philosophiques pertinentes...

A savoir les "passages" du Non-Etre à l'Etre... Lesquels passages constituent bien en effet une bataille philosophique majeure et primordiale au demeurant !

Quels sont donc en nous les Forces, Energies et Lumières (notre tribu faisant allégeance à la Déesse Dana) et quels sont nos "Fomoires" ?

A nous de revisiter, en notre "fort" intérieur, les deux épisodes mythologiques !

 

....................................................



21/06/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 521 autres membres