Les dits du corbeau noir

LE SOLSTICE D'HIVER OU LE SOLEIL INVAINCU SENSIBILISATION AU RITUEL 2018 BRAN DU 19 12 DECEMBRE

GGui et Baie de jospînet 25 02 2016 017pm.jpg

 

 

 

 

Solstice d'hiver

ou le soleil invaincu...

Bran du              décembre 2018

 

Au moment même où les ténèbres étendent leur emprise, où le monde nocturne submerge peu à peu

les territoires de la Lumière, naît, dans le berceau sombre de la nuit, un embryon d'or, un embryon solaire,

dont l’œuf vient d'éclore...

 

Ce que l'on appelle le Mabon, ou Mac Oc ou encore le "Jeune Fils", né de l'accouplement divin du Dagda et de Boand (ou Ethne) en la longue nuit de la Samain, partira progressivement à la reconquête de son royaume de clarté...

 

 

C'est, en ce Solstice d'hiver, cet "Enfant Lumière" que nous fêtons et qui témoigne à lui seul de l'impossibilité pour le Roi des ombres de maintenir son étreinte sur la Belle-Saison, captive pour l'heure, d'un royaume enténébré...

 

C'est, cette promesse printanière, qu'il nous faut aller délivrer et d'abord en nous-mêmes,

dans l'emprisonnement que l'on mène contre tout ce qui aspire à jaillir au grand jour et qui s'en veut sourdre d'amour...

 

L'Enfanté de l'Aurore a prit naissance en la vasque de bonté, dans le bassin où Dieu et Déesse ont tressé, par désir et volonté, de leur esprit et de leur chair, son brillant et lumineux destin...

 

Cet acte d'amour, ce rituel amoureux, cette embrassée de sens et d'Essence, enfantent, donnent naissance, au Principe igné invaincu qui va submerger les nues de sa radiance flammée...

 

..............

 

Ce qu'il importe de vivre et d'incarner de cela selon l'Esprit même de la Tradition c'est la transposition symbolique et surtout analogique des manifestations extérieures que formulent en un temps et un espace donnés la Nature, l'Univers, selon les Lois qui les régissent et ce dans l'alternance des Forces, Energies

et Lumières qui prévalent et président alors au "Rite"...

 

Il s'agit bien donc d'un "accompagnement" intime, fervent, aimant et profond, au sens où nous partageons un semblable "pain" d'entendement, de conjonction, de conjugaison, de désir, de volonté consciente

et cohérente et de connexion....

 

Le « dehors » nourrit, « substante », abreuve et anime le « dedans », « en plénitude de connaissance »,

«en plénitude d'être » ; ainsi se remplit la corne d'abondance ; ainsi se déverse, se reverse, le haut

et magique breuvage sur les terres en gésine, sur les terres gastes de la déshérences, sur les jachères du cœur humain...

 

Ce qui est « en haut » est lors comme ce qui est en bas et la spirale du vivre entrelace les plans et niveaux,

les creux et les pleins, les fonds et les formes, les silences et les chants, la sève et l'écume, les fleur de nuits

et le grand Arbre du jour...

 

Tout se tisse et se tresse pour que soit réalisé la Corbeille du Vivant ;corbeille en attente des fruits des saisons arbustives, en attente des semences qui gisent en nos pensées et des graines mises à sécher dans la chaleur de nos mains....

 

Recueillir le gui dans le lin de blancheur trouve ici son exacte correspondance, sa concordance première ;

la vie, enveloppée de mort, se remet à fleurir, repousse l'assaut des ténèbres et les fait fléchir. Que peuvent-elles lors face à la Fleur de Lumière, face aux rayons et rameau d'or ?...



19/12/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 533 autres membres