Les dits du corbeau noir

LE SOLSTICE D'ETE 2019 ELEMENTS DE SENSIBILISATION BRAN DU 29 05 MAI

Photos feu Coetquidan 2019 019pm.jpg

Photo Bran du

 

 

 

 

La Tan Tad ou le Feu-Père en Breton

La fête du solstice d'été (L'apogée de la course solaire.)

Bran du      le 29 Mai 2019

 

RITUEL A VENIR :

P.S. Bran du célébrera le Tan Tad (Solstice d'été) le samedi 22 juin en Brocéliande ou en Côtes d'Armor (sur la grève)...

Pour participer à ce rituel merci de prendre contact au préalable avec :

brandu35@free.fr ou au 06 62 10 15 83

 

Le présent Blog comporte de très nombreux articles sur le Solstice d'été (dans la Roue de l'Année). Il peut être utile de s'y reporter en complément de ce qui suit...

 

 

 

 

Feu – Soleil – Chaleur – Lumière – Apothéose et déclin - Ombre et Lumière....

 

 

« Le feu fut surpris en nous avant que d'être arraché au ciel. » Gaston Bachelard

 

 

Une apothéose qui, du fait le de la règle dite de l'alternance, annonce un déclin...

 

 

Le « Mabon », le Mac Oc, le « Jeune fils », « Oengus » (né au solstice d'hiver ; au début de la sombre période dite hivernale) a peu à peu regagné dans le ciel ses rayonnants territoires et ce, en combattant chaque jour contre l'emprise de l'obscurité et de l'opacité.....

 

 

Il atteindra le 21 juin le Zénith ultime de son nouveau couronnement pour, de nouveau, être confronté à la revanche des ténèbres....

 

 

La pensée celto-druidique s'articule dans toutes ses dimensions autour de ce mythique combat, de cette lutte incessante entre le diurne et le nocturne, entre le faste et le néfaste, entre l'ombre et la lumière qui l'a produit....

 

 

Toute la Nature, tout le règne végétal, animal, humain, sont régentés par cette règle de l'alternance, mais aussi par les lois évolutives des cycles de vie, de mort et de renaissance....

 

 

Notre Tradition étant une résultante de l'observation assidue et attentive de ses lois, de leur connaissance approfondie et comprise, elle nous instruit de tout cela et nous invite à vivre, en nous-mêmes et dans toutes nos relations, des processus analogiques qui résultent de ces entendements...

 

 

Lors nous vivons, nous incarnons, avec sagesse, avec compréhension, avec lucidité, avec discernement, avec volonté et désir, cet « Esprit » de cohérence, d'équilibre et d'harmonie au sein de ce que j'appelle l'état relationnel, fervent et aimant, de « Druidité. »...

 

 

Cette relation relève donc pour l'essentiel d'une forte et vive spiritualité laquelle guide, conduit et inspire des pratiques dites « religieuses » dont le but ultime est de mettre en rapport, de créer des liens, entre la matière corporelle que nous sommes et les royaumes et domaines du divin et du sacré...

 

 

 

Ceci implique évidemment que nous ayons, connaissance, volonté, désir et conscience de cette œuvre quasi alchimique qui consiste à autoriser la dite « Matière » que nous sommes à œuvrer spirituellement en nous-mêmes afin de dégager du lourd et du pesant de notre existence toute la part « subtile » enclose en celle-ci. (Une part qui se réfère à la notion éthérique, vibratoire, lumineuse... « d'âmes ».)...

 

 

Rien de cela ne serait possible, réalisable, sans l'emploi judicieux de la conscience, sans la maîtrise et je juste emploi des « connaissances » requises, sans la capacité de discernement permettant d'effectuer des choix appropriés et adéquats, sans la recherche permanente d'équilibre et d'harmonie et sans vivre en soi-même la Loi D'Evolution par transposition des Lois observées et comprises au sein de    l'Univers , de la Nature et de tout le « Vivant » ; ceci animant une corporéité matérielle humaine volontairement et lucidement associée, partenaire même, des mécanismes et processus permettant le passage du non-être à l'Être réalisé et accompli dont l'extrême finalité, mais aussi Eternité, est celle de la « Pleine Lumière du Gwenved » ; celle du « Monde Blanc », celle de la toute et ultime Blancheur...

 

 

 

 

 

Photos feu Coetquidan 2019 020pm.jpg

 

 

 

L'Eau, le Feu et tous les « éléments » sous leurs formes visibles ou non co-participent de ce Grand Œuvre qui fait de nous le creuset, l'athanor même, de cette réalisation, mais aussi l'opérateur, l'alchimiste lui-même...

 

 

Nous sommes lors, le sel, le souffre, le mercure des lentes mutations et transformations, les phases au noir, au rouge et au blanc ( les couleurs du monde indo-européens par ailleurs) qui ponctuent la progression de cette œuvre ; une oeuvre qui naît au plus profond et obscure des mondes ténébreux puis qui jaillit dans l'aurore des premiers matins du monde puis qui rayonne de splendeur, de lumière, de chaleur à travers la voûte céleste du jour...

 

 

Vivre consciemment (en « phases ») la Roue de l'année et celle du jour procède aussi de cette « haute et profonde alchimie » très « révélatrice » et très « initiatique »...

 

 

Accompagner la Marche du Soleil jusqu'à sa plénitude puis « redescendre » avec lui en connaissance, volonté et conscience ; c'est aussi faire « marcher, cheminer, pérégriner, l'Esprit en nous » dans une rotation d'entendements de nos sens, de nos « intelligences » accordées à l'Essence de ce qui Fût, Est et Sera...

 

 

Les Equinoxes et Solstices suivent et précèdent les quatre fêtes « sacerdotales », majeures intermédiaires.... Ces quatre barreaux de la Roue sont des étapes ponctuelles qui annoncent chacune des quatre autres ; elle en sont aussi un « récapitulatif »...

 

 

 

Les huit barreaux qui progressent, qui évoluent par rapport au Centre (l'essieu de la Roue) trouvent leur unité, leur complémentarité, leur cohérence et leur dynamisme en Celui-ci...

 

 

 

 

 

Photos feu Coetquidan 2019 021pm.jpg

 

 

 

Des Solstices ( Selon le dictionnaire des Symboles)

Jean Chevalier et Alain Gheerbrant (Robert Laffont Editeur)

 

 

« Le symbolisme des solstices doit retenir l'attention en ce qu'il ne coïncide pas avec le caractère général des saisons correspondantes. En effet, c'est le solstice d'hiver qui ouvre la phase ascendante du cycle annuel ; le solstice d'été qui ouvre la phase descendante d'où le symbolisme gréco-latin des « portes solsticiales » représentées par les deux faces de Janus, ultérieurement par les deux Saint Jean, d'hiver et d'été. Il est aisé de constater que c'est la porte hivernale qui introduit à la face lumineuse du cycle, la phase estivale à sa phase d'obscurcissement... »

 

 

C'est donc bien de la nuit, de l'obscurité, des ténèbres, que surgit « l'Enfant Lumière » porté par les « Aurores » ;

le crépuscule du soir ( la fin du jour, la tombée de la nuit) accompagnant la déclinaison de l'astre solaire...

 

 

Le jour est issu de la nuit et c'est la nuit qui « prémédite les aurores » (Rig veda)

 

 

Cette rotation journalière et aussi l'alternance annuelle de six mois de jours et de six mois de nuit... (Sans doute un héritage du Nord de la Tradition.)

 

 

Nous avons ces « rotations » en nous-mêmes et menons même combat entre nos parties claires et lumineuses et nos parties sombre et opaques ! (La conscience de luttes intestines, de dragons qui s'opposent et qu'il nous faut maîtriser et concilier afin de tendre vers un équilibre certes précaire, mais qui nous instruit de l'harmonie du monde et des modes....

 

 

 

C'est aussi l'invitation, la recommandation première du Barddas ( le Livre des Bardes) de diminuer l'emprise ténébreuse afin, de ce fait, d'accroître le « lumineux » en nous et autour de nous...

 

 

Le soleil est chez beaucoup de peuple non le « Dieu », mais une manifestation de la divinité. La ferveur, la croyance celtique, ne font pas du soleil le « dieu », mais en effet l'une de ses manifestations... Bien des héros et héroïnes Celtes ont une « radiation solaire » et bien des récits « initiatiques o combien » relatent une « quête solaire »....

 

 

Nous pouvons être tout autant ici et maintenant de tels héros et héroïnes !...

 

 

(Tout mythe est transposable, adaptable et actualisable puisque transcendant le temps et l'espace et ignorant toute fixité historique ; il renaît à chaque nouvelle génération dans le cœur, l'esprit, la pensée et les « tripes » de celui ou de celle qui l'accueille et l'héberge et lui fait un « amical », un stimulant, un merveilleux et respectueux séjour...)

 

 

 

 

 

Photos feu Coetquidan 2019 022pm.jpg

 

 

 

 

Qu'est-ce qui est fondamentalement célébré dans ce rapport sacré au Soleil si ce n'est le fait que Celui-ci est bien la Source de Lumière, de Chaleur et de Vie ?

 

 

« Ses rayons figurent les influences célestes » (ou « spirituelles » reçues par la terre...

Les textes hindous font du Soleil l'origine de tout ce qui existe, le principe et la fin de toute manifestation, le « nourrisseur »...

 

 

Comme tout symbole majeur le Soleil est « ambivalent » et il peut être tout autant « constructeur » que « destructeur »...

 

 

Le cycle solaire journalier nous rappelle le cycle alternatif de la vie, de la mort et de la renaissance...

... Un enseignement parmi les plus « essentiels »...

 

 

Le soleil est un aspect de l'Arbre de Vie, de l'Arbre du Monde.... Ses rayons sont des branches, une ramure...

 

 

Dans les hymnes védiques le Soleil est dit « le cœur du monde » ou « l’œil du monde. »... Nous disons aussi « Oeil de Lumière »...

 

 

Il peut être aussi considéré comme un « centre spirituel primordial. »...

 

 

///...

 

 

Selon CH J Guyonvarc'h :

 

 

En celtique on disait « la soleil » et non « le soleil. »...

(Comme dans toutes les langues indo-européennes anciennes)

 

 

Sa personnification mythologique est Lugh (le Lumineux » lequel est dit : Grianainech ( à visage de soleil)...

 

 

Le Soleil est surtout vu par les Celtes comme un élément fondamental de l'Univers...

 

 

Il est le témoin le plus important sur lequel s'appuie une des formules usuelles du serment irlandais (avec la lune, l'eau, l'air....)

 

 

Un texte celtique parle de la grande science du Soleil (Imbus gréine)...

 

 

 

Dans tous les textes irlandais ou gallois, il est utilisé pour des comparaisons ou des métaphores... (L’œil du jour chez les Gallois)...

 

 

 

(Le nom de l’œil en irlandais : sùil était à l'origine celui du soleil. PH jouet)

 

 

Le soleil sert à caractériser non seulement le brillant ou le lumineux, mais tout ce qui est beau, aimable, splendide...

 

Comme le soleil par ses rayons, le feu par ses flammes symbolise l'action fécondante, purificatrice et illuminatrice, mais il présente aussi un aspect négatif : il obscurcit et étouffe par la fumée, il brûle et il détruit...

 

 

C'est un symbole de purification et de régénérescence...

Un moteur de régénération périodique...

 

Le feu, dans les rites initiatiques de mort et de renaissance sont associés à l'eau (tous deux éléments de « purification »)...

 

 

Le feu de l'incinération ou employé en d'autres rites de « passage » est un feu « transporteur », messager, un transmetteur, un « véhicule »...

 

 

« La flamme montant vers le ciel figure l'élan vers la spiritualisation. : l'Intellect sous sa forme évolutive et serviteur de l'esprit... » Paul Diel

 

 

 

 

 

Photos feu Coetquidan 2019 023pm.jpg

 

 

....////....

 

 

Le Soleil était considéré dans les temps pré-chrétiens comme relevant d'un genre féminin comme l'arbre en breton...

 

 

Ce sont là deux symboles considérables qui relèvent à l'origine du Féminin, de l'Essence de tout être et de toute chose, de la Matrice de toute les matrices, de la Source et de la Racine fondamentale, primordiale, élémentaire et « essentielle » (Au sens d'Essence du Ciel !)....

 

 

Notre rapport d'Homme avec ce « Féminin» se devrait de retrouver urgemment ce sens, cette dimension, et cette Essence sacrée et divine et toutes les facultés heureuses et initiatrices que peuvent prodiguer un nouvelle, fructueuse et vivifiante relation d'entendement et de complémentarité entre des polarités non plus opposées stérilement, mais conjointes, complémentaires et symbiotiques ; c'est-à-dire transcendées analogiquement, spirituellement et amoureusement...

 

 

Les cultes, rituels et initiations que nous opérons se devraient

d'incorporer davantage de telles conceptions et ceci analogiquement, symboliquement, mythiquement, traditionnellement et spirituellement....

 

 

.....////....

 

 

 

Pour Philippe Jouet dans son Dictionnaire de la Religion et de la Mythologie Celtique :

 

 

On connaît essentiellement la fête de Beltaine (le feu de Bel) en Irlande à l'ouverture de la Belle saison début mai... Des feux allumés par les druides sur une colline ; St Patrick allumera son propre feu (un contre-feu en fait) sur une autre colline en face de celle-ci pour imposer sa croyance et sa doctrine aux druides....

 

 

 

Ce ou ces feux comportent une symbolique visiblement solaire.

 

 

« Solstice d'été et d'hiver marquaient le centre des deux moitiés de l'année et constituaient aussi l'aboutissement des sacrifices célébrés durant les trois quinzaines précédentes...

 

 

Les sessions poétiques sont associées « au milieu du mois de juin une fois tous les sept ans. »

(P L Henry : « The Caldron of Poésie »

 

 

St Eloi, au VIIè siècle, ne voulait pas qu'on se réunissent aux solstices :

« Qu'on ne danse ni ne saute autour du feu ni ne chante des chansons le jour de la St Jean.»

 

 

.....................................

 

 

PH Jouet à propos du Soleil :

 

 

Le Soleil joue un rôle majeur dans l'art et la religion des Celtes.

L'observation de la « marche du Soleil » a permis l'élaboration d'un calendrier occidental celtique luni-solaire...

 

 

Les étapes de la carrière solaire sont reflétées par la mythologie.

 

 

Le parcours diurne du soleil a été réglé par Trefhuilngid Tré-éochair ( chargé du retour cyclique du Bon-Ordre) qui commandait au « lever du Soleil et à son coucher »...

 

 

Issue des conceptions indo-européennes communes, l'imagerie solaire est décelable dans de nombreux récits fondés sur l'alternance des cycles saisonniers et politiques...

 

 

Le Soleil est fils du ciel diurne et de l'Aurore-rivière...

 

 

Une des figures mythologiques est celle du soleil menacé, enlevé ou captif puis libéré (Thème cosmologique)...

 

 

La barque du Soleil sort des eaux , elle monte au zénith et redescend, mue successivement par un poisson, un rapace, un cheval et un dragon, qui correspondent aux solstices et aux équinoxes, sa direction varie en conséquence...

 

 

Le Soleil passe des eaux inférieures au ciel diurne...

 

 

le Soleil est une source d'illumination ; c'est l'origine des 7 chaînes de l'éloquence déposée sur la langue de Fintan Mac Bochra ( un homme primordial) premier sage d'Irlande...

 

 

......//////......

 

 

Il appartient à chacun et à chacune d'investir sa pensée, sa réflexion, son inspiration, son intuition dans l'exploration sensible et intelligente, rationnelle et irrationnelle de ce corpus de données et d'informations, mythologiques, symboliques, ésotériques et analogiques... et d'en dégager des éléments d'entendements actualisés, compatibles et adaptés, profitables pour élaborer des rituels en adéquation avec les fondements et conceptions essentielles et majeures de « l'Esprit de Druidité »...

 

 

Cette « matière » ici mise à disposition grâce à d'éminents chercheurs et spécialistes du monde Celte se doit d'être visitée, explorée, interpellée, questionnée objectivement par chacun et chacune d'entre nous...

 

 

Aux bardes et penseurs de nous aider dans cette quête et recherche de ce qui sonne juste, de ce qui est « cohérent » et accordé...

 

 

Le Verbe, par la Parole, est fortement associé à l'eau et au feu, à toute initiation fondée et réelle.... En quoi et comment les paroles que nous prononçons lors des dits rituels sont bien celles qui con-célèbrent les Noces de l'Eau et du Feu, c'est-à-dire celles de la Vie elle-même ?

 

 

Une Vie « luni-solaire » dont l'échéance (transitoire) ne laissera finalement place, selon nos très très Anciens, qu'à l'Eau et qu'au Feu...

 

 

Photos feu Coetquidan 2019 025pm.jpg



29/05/2019
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 565 autres membres