Les dits du corbeau noir

Le LIVRE DU SECRET DES CHOSES (XIIIè siècle) Martine Laffon (extraits)

Martine Laffon “ Le Livre du Secret des Choses”                                                            Ed Alternatives   extraits

 

“Celui qui veut rendre joyeux et gais ses convives, prendra quatre feuilles et quatre racines de verveine, qu’il fera cuire dans du vin, puis il aspergera de ce breuvage, aux quatre directions, l’endroit où l’on doit se réunir et prendre le repas…

 

Comme le soleil chasse les chevaux noirs de la nuit, la tristesse et la mélancolie du coeur et de l’âme feront la place aux rires...

 

La verveine : c’est le soleil qui lutte contre les ténèbres, et régénère la peau du dedans, comme au solstice d’été il régénère la terre...

 

Il faut, pour acquérir le savoir des vertus du végétal, regarder et écouter le secret des herbes...

 

L’eau du creux d’un chêne, où pousse le gui d’avant la Noël, peut être employée dans les macérations.

 

Elle est légèrement caustique, et elle peut activer la force des fleurs, en s’y mêlant...

 

Les voyageurs disent même que la rosée des feuilles laissée par le matin est vivifiante comme l’écume de la mer.

 

On peut la trouver dans le coeur d’une clairière...

 

S’approcher de l’eau avec foi, c’est reconnaître que la vie vient de l’eau et qu’elle ensemence la terre pour la faire germer...

 

En ce qui concerne les correspondances des plantes et des astres, il faut savoir que l’univers est comme un grand corps où tout se correspond...

 

Il y a un lien invisible qui relie toute chose, une empreinte du monde d’en-haut sur le monde d’en-bas...

 

Pourquoi les herbes de la St Jean, les mille-pertuis, l’armoise, la verveine et l’achillée, guérissent-elles tant et tant contre les inflammations excessives ?

 

Parce que ce sont des plantes solaires gorgées des forces de lumière...

 

Qui ne respecterait pas les plantes avant, pendant et après leur cueillette, ne saurait aucunement s’approprier la force végétale.

 

On doit la demander à la plante elle-même en grande humilité, et dire pourquoi on l’a cueille...

 

Selon qu’elle est de feu, de terre, d’air ou d’eau, il faut faire correspondre la plante aux humeurs des saisons...

 

On doit cueillir en lune croissante...

 

Il faut se purifier et jeuner, se vêtir de blanc, marcher pieds nus...

 

Le livre du Secret des Choses  (Ce qui précède est extrait du Liber de proprietibus rerum  oeuvre du franciscain Barthélémy de Glanville XIIIè siècle)

 

Extrait du texte de Martine Laffon :

... « La poésie qui prend l’âme au bord des rêves...

 

J’ai aimé d’amour la vie comme secret de la connaissance car à quoi sert de connaître sans aimer ?

 

Tout est vie, imperceptible battement secret des choses...

 

Car rien n’est du hasard et tout est signe, le silence de la mort comme le bruit de la vie...”



09/07/2015
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 533 autres membres