Les dits du corbeau noir

L'ART DE BIEN COMMUNIQUER (Approches) Bran du 07 04 2014

 

La communication est un art (Science-savoir-moyen-méthode-façon- aptitudes-manières-procédés-règles-ensemble de connaissances, de savoir faire... qui tendent à une certaine fin, à un résultat. Dans un sens second : ce que l'homme ajoute à la nature)...

 

 

 

Cet « art », dénoué en tant que tel, n'est pas enseigné dans les divers cursus pédagogiques qui accompagnent un enfant vers l'âge adulte... Et cette « omission » a de très graves conséquences et des douloureux effets dans toutes les étapes de l'existence !...

 

 

 

Jacques Salomé, spécialiste s'il en est, en art de la communication à alerté le Ministère de l'Education, à de très nombreuses reprises, sur la nécessité d'un tel enseignement mais en vain !...

 

 

 

Il nous faut donc palier à cette carence et à l'absurdité et la surdité de ceux et celles qui ont en charge et à tous les niveaux,l'éducation...

 

 

 

Cet « art » obéit à des règles qui ne peuvent être délaissées au risque certain de n'en faire qu'un artisan supplémentaire de chaos et de confusion dans un milieu ambiant qui n'en manque pas...

 

 

 

Prendre conscience que l'art est difficile et ne pas perdre de vue que le but est l'entendement entre les partenaires de la discussion...

 

 

 

On peut avoir le sentiment d'avoir « convaincu » quelqu'un, réticent à nos propos, à force d'arguments et de conquêtes verbales, mais, il n'y a en fait aucun vainqueur dans le débat engagé dans un rapport de force et de persuasions lourdement accumulées, mais deux vaincus dans leur impossibilité à se faire clairement comprendre avec intelligence, écoute, attention, respect de la personne, de sa parole, de sa pensée !...

 

 

 

Tout « écran » qui s'interpose entre un émetteur et un récepteur complique singulièrement le processus recherché d'entendement... Aucun outil aussi utile et performant soit-il ne saurait égaler en efficacité constructive et positive un dialogue tenue de cœur à cœur, d'oreille à oreille, d'esprit à esprit...

 

 

 

D'où l'importance à accorder, pour s'accorder mutuellement, au lieu, au temps, à l'espace, à l'environnement du « terrain » de la communication et à en évaluer les difficultés et obstacles pouvant interférer négativement avec la qualité de l'échange recherché... (Eviter les parasitages divers et variés qui sont de nature à brouiller la fréquence d'émission et de réception)...(Le calme, la sérénité, une certaine ergonomie favorisant l'écoute sont plus propices aux échanges...)

 

Bien communiquer implique donc de faire le choix du meilleur moment et du meilleur endroit pour cela...

 

 

 

Il est d'usage de considérer que, communiquer, c'est entrer dans un champ de mines prêtes à éclater selon les écarts réalisés par rapport à l'axe majeur que trace une bonne communication...

 

 

 

S'adresser à l'autre demande des aptitudes et des comportements qui selon le cas favorisent ou non l'entendement des interlocuteurs et une satisfaction légitime mutuelle pour la qualité partagée de cet échange...

 

 

 

Parmi les nombreuses règles qu'il est souhaitable d'appliquer il y a celles-ci...

 

 

 

Eviter tout jugement de la personne...

 

 

 

Respirer, faire une pause, un silence, avant de répliquer à chaud dans l'emportement et en perdant la maîtrise de sa parole...

 

 

 

Mettre les affects de côté quand ils n'ont pas de préséance dans la nature de la relation instaurée ou les mettre en avant dans le cas contraire ( quand ils relèvent davantage d'un cerveau gauche ou d'un cerveau droit ou d'une association sensible et intelligente des deux encéphales !...)

 

 

 

Eviter un questionnement direct du genre : « tu es ceci, tu es cela... », mais se soustraire à l'instauration d'une dualité affrontée et conflictuelle toujours dangereuse en posant la question sous la forme : « comment faire ENSEMBLE  pour se comprendre, s'écouter avec davantage d'attention et de respect, de considération et d'écoute... » S'associer à une résolution recherchée hors un environnement basé sur des oppositions stériles lesquelles renforcent des « égos » qui ne feront qu'envenimer la situation...

Prendre soin de son langage, de son vocabulaire... Expliciter un terme peu commun ou sujet à interprétation... Ne pas hésitez à reformuler en changeant au besoin le terme peu compris... S'assurer périodiquement du suivi des propos...

 

 

 

Faire part au préalable de son ou de ses INTENTIONS....

 

Bien des échecs en communication sont la résultante de projections et d'interprétations hâtives, impulsives et donc excessivement réactives...

 

Communiquer demande aujourd'hui (bien moins qu'hier semble-t-il) de désamorcer les explosifs qui parsèment le terrain des échanges en faisant part, avant même l'échange, des intentions qui accompagnent ceux-ci...

 

(Soit une déclaration préalable formulant la dite intention... exemple : « Je ne souhaite ni te blesser, ni te porter atteinte, mais j'aimerai essayer de réfléchir ensemble à telle ou telle situation, mésentente, malaise, difficulté d'entendement...)

 

 

 

Bien communiquer, c'est cultiver la réussite et ne plus entretenir l'échec si préjudiciable par ailleurs...

 

 

 

Bien communiquer c'est, avec l'apprentissage et la culture du libre arbitre, de la libre et saine critique, doter l'homme d'outils et de moyens performants lui permettant d'assumer au mieux sa liberté et sa responsabilité...

 

 

 

Un moine chrétien, deux lamas, un « homme-médecine » appelé Aigle-Bleu et Pierre Rabhi ont pratiqué efficacement l'échange. Celui-ci est relaté dans un ouvrage intitulé « Ce que nous dit la Nature »(Edition Le Relié)...

 

Je reviendrais sur le dit ouvrage et ce qu'il propose de réflexions et d'actions pertinentes mais je propose de demeurer dans la suite de la réflexion initiée préalablement....

 

 

 

En terme de communication efficace je vous livre les extraits suivants :

 

 

 

« … La viabilité d'une communauté est fondée sur l'esprit de chacun, sur sa capacité à entendre l'autre, à être souple, à communiquer de façon féconde...

 

Le ciment du groupe est effectivement la pratique de la connaissance de soi, l'affinement de la perception que nous avons de nous-mêmes et de nos relations avec autrui. Etre capables en nos méditations de reconnaître les conditionnements dans lesquels nous sommes, ce à quoi nous nous identifions et ce à partir de quoi nous réagissons et qui est souvent source de conflits et de confusions. …/... « Toutes les guerres naissent dans l'esprit et se solutionnent dans l'esprit » Déclaration de l'UNESCO... Il nous faut donc connaître la nature de notre esprit. »

 

(Lama Lhundroup)

 

 

 

Empruntons maintenant à la pensée amérindienne colportée par Aigle Bleu :

 

 

 

De la pensée circulaire...

 

« … Même avec la meilleure idée du monde, nous n'avons pas prévu la manière de nous entendre et de prendre les décisions ensemble....

 

Dans la pensée « circulaire » amérindienne, il suffit qu'une seule personne ne soit pas d'accord pour que l'on continue ensemble à se questionner jusqu'à trouver ce qui est « bon » pour l'ensemble... C'est un type de décision appelé consensus qui implique tout le monde dans sa recherche et son aboutissement...

 

Chacun est considéré et on ne discute jamais « contre quelqu'un »...

 

Chacun expose ce qu'il pense et il se dégage de cela une synthèse qui résume l'ensemble...

 

Dans la pensée circulaire tu n'imposes jamais à l'autre ta pensée...

 

Tout le monde travaille ensemble dans le partage en demeurant toujours dans le lien tissé et entretenu qui forme la communauté des échanges...

 

Il suffit de prendre un objet (bâton ou cruche ou autre...) et de le faire tourner pour que chacun s'exprime aussi longtemps qu'il a quelque chose à dire. Ainsi la personne est vraiment respectée...

 

Il ne faut pas parler directement à la personne, à quelqu'un, mais s'adresser au Cercle. (Il y a souvent au milieu du cercle un feu qui représente l'esprit médian et régulateur garant des équilibres et harmonies indispensables aux échanges.)

 

On ne parle jamais de ce que l'autre à dit mais de ce que nous ressentons à son écoute...

 

On s'exprime avec vulnérabilité, honnêteté et avec le cœur...

 

 

 

Lorsqu'un groupe de personnes vibre en synergie dans un même esprit, l'énergie qu'il dégage, le potentiel qu'il a est bien plus élevé que la somme des potentiels de chaque personne individuellement. »

 

 

 

Voilà donc quelques pistes soumises à notre réflexion et à nos pratiques...

 

 

 

Dans la tenue de nos enseignements, échanges et rituels, j'ai hérité des Anciens et Anciennes le fait de me placer, en mes actes et pensées, sous le TRIBAN, soit sous les Trois Traits Lumineux et Sonores Incréés afin que ceux-ci me maintiennent, verticalement et horizontalement, en équilibre et harmonie et me protègent des excès préjudiciables et de la perte de maîtrise qui engendrent le désaccord et la discordance ainsi que la démesure...

 

 

 

Il était aussi d'usage, dans de très anciens collèges ou clairières druidiques, de mettre au centre de la discussion ou des échanges, mais aussi des rituels, une croix druidique rappelant à tous et chacun la nécessité de se garder dans l'Esprit seul garant de nos meilleurs formes et manières d'être au monde et de co-animer celui-ci...

 

 

 

Garder le Centre au Coeur de l'assemblée équitable et demeurer dans la Verticalité spirituelle nous assure de la bonne conduite de nos actes et pensées tant individuels que communautaires.

 



08/04/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 551 autres membres