Les dits du corbeau noir

INITIATION regards sur d'autres Traditions Bran du Sept 2012

Initiation   Suite et prolongement… Regards sur d’autres Traditions Initiatiques… Bran du   Sept 2012

« Que l’on répande les anciennes connaissances pour que se déploient et s’accomplissent les forces et leur lumière… …/… En l’espace de très pures vibrations… …/… Si le cercle a été rompu ce fût pour revenir élargi, habité, entrouvert et pour moitié spirale et labyrinthe… »

« Ne renoncez  pas aux étoiles mais acceptez leur inaccessibilité. »
            Michel Capmal   ( Le retour du Grand Temps…)

Un tour dans le Cercle de la Tradition Soufie…

Le soufisme incarne la dimension mystique de l’Islam. Il se veut une voie initiatique pour accéder à une connaissance personnelle expérimentale du divin.  Cette quête par purification du moi et élévation de l’esprit vise l’union avec Dieu ou plus précisément l’extinction du temporel dans l’intemporel, du matériel dans l’immatériel, du fini dans l’infini… Cette voie, c’est la « Tariqa » «  le Chemin ». Elle se suit sous l’influence spirituelle d’un « Cheikh », un « Maître » qui a lui-même accomplit toutes les phases du voyage intérieur…

La pratique soufie fait usage de rituels personnels ou communautaires. (Le chantr, la danse, la musique, sont pour les soufis comme des expressions du désir de l’âme de se rapprocher de Dieu…

Au Xiè et XIIè siècle, le soufisme se constitue en confrérie. Il est apparu au Ixè siècle en Mésopotamie (Irak-Syrie)… Il y a deux formes de soufisme ; l’une orthodoxe sans ostentation , l’autre plus démonstrative, prolixes en rythmes et musiques susceptibles de conduire à la transe….

(In Ensemble musical Ibn Arabi)

« Tu seras à jamais voyageur, et ne pourras t’établir nulle part. »       Ibn Arabi

…………………………………………………

Et du côté de la Chine avec le Taoïsme :


Source : Isabelle Robinet « Comprendre le Taoïsme » Albin Michel éditeur extraits :


« Le nouveau… ne peut provenir que d’un processus de destruction et de mort suivi de renaissance. » « Les processus de mort jouent un rôle positif dans les processus de vie. »… « La véritable nouveauté surgit la nuit avec la renaissance de la lune. »…

« Tout se passe comme si, en réfléchissant aux derniers développements de la pensée occidentale, on retrouvait une vieille sagesse qu’on avait perdue et qu’on reformulait aujourd’hui différemment. »… (Une sagesse oubliée dont le contenu conceptuel est à redécouvrir. »
H Atlan  « Entre le Cristal et la Fumée » le Seuil éditeur


«  On ne sait quand le taoïsme est apparu réellement. Il faut partir d’un passé culturel toujours vivant.  La pensée taoïste rejoint celle des Grecs anciens sur certains points, les grands mystiques mais aussi les philosophes modernes. Cette pensée évolue constamment en de multiples facettes et se renouvelle sans cesse.

Ce n’est pas une religion unifiée. Elle constitue un foisonnement de pratiques sous-tendues cependant par un esprit qui lui est propre…
C’est un courant philosophique, mystique et religieux qui courre sur environ vingt cinq siècles…

Le Tao déployé est source du monde, esprit de vie…
(Il y a une l’idée d’une parcelle de lumière pré-cosmique qui est en toute chose…) et la notion « d’instant d’éternité »…
C’est « une Essence très fiable » placée dans le chaos indistinct…

Le taoïsme apprend à détecter cette « petite Lumière », ce qui demande l’expérience de la ténèbres. (le Grand Yin n’est pas absolue, elle n’est que le point de retour du Yang, la Lumière.) Cette Lumière doit demeurer évanescente, libre, fugitive. On ne saurait se l’approprier. Cela consiste à « réduire une distance qui ne doit jamais être abolie. » Il s’agit d’entretenir une passerelle avec elle…

C’est une religion libre de fondement absolu, incluse dans une dynamique universelle et dans un univers relationnel. En cela l’être est libre. Son cheminement est sans fin et sans but en lui laissant toute disponibilité pour aimer le cours naturel des choses, sans se plier à des idées ou à des normes préétablies ou à réaliser…

Chaque activité est un « dao », un cheminement dans la vie et vers la vie… Se ressourçant à la générativité incessante des forces de l’univers. Il est transit, passage, mouvement sans fin ni but… Il n’y a jamais eu en Chine de fanatisme religieux ni de volonté de maîtriser la nature et l’univers…
La dualité se veut être comprise comme une des formes de la relation qui unit/oppose les contraires. Elle fait partie de la dynamique du monde…

L’écoute intérieure du corps est importante. Cette vision et cette écoute intérieure débouchent sur la Source première qui n’est en fait ni intérieur ni éxtérieure… Le Taoïsme n’est pas par nature partisan du prosélytisme (sauf quand il a du se défendre contre le bouddhisme)… Le besoin de solitude, le goût du silence, le contact avec la nature, se réalisent à travers les voies qu’offrent le Taoïsme…

Le Taoïsme est le lieu privilégié du déploiement de l’imaginaire…
Il développe l’Esprit de Création spontanée et empreinte au merveilleux et au dynamisme de la vie dans un contact direct avec la réalité…

« Le vide ne se manifeste et n’opère que par le plein… » « Intégrer le fini dans l’infini… » (F Cheng - Souffle et Esprit)

C’est un esprit de « fluidité » en rapport avec l’inconsistant, l’indéterminé, l’aléatoire, le chaos originel… C’est le « coagula » et le « solva » de l’alchimie dans une pensée toute attentive à les conjoindre…

« C’est le rôle créateur de la lutte des contraires qui par leurs conflits et leurs unions constituent « une figure de complexité » à la fois « d’ordre et d’harmonie » et qui porte en elle l’idée tourbillonnaire et le principe d’harmonie. »  Edgar Morin

« Le Ciel et la Terre, croisant leur mouvement, les Deux Emblèmes (yin et yang) s’unissent dans la Vérité, le Yin et le Yang font descendre leurs Souffles ; en correspondance en haut avec les Neuf Mystères*, les neuf révolutions du Cinabre mouvant * nouant le Souffle en Essence ; l’Essence se transformant se forme en esprit, l’esprit se transmutant forme l’homme. C’est ainsi que l’homme est à l’image du Ciel et de la Terre… »

* Neuf Mystères : Les 9 cieux primordiaux, les 9 palais…
Cinabre mouvant : Les 9 transformations opérées par les flux cosmiques et divins… le 9 exprime à la fois la totalité et le « retour » à l’origine…

C’est un chemin qui se fait en cheminant. L’origine fait état d’une « Mère du Monde » qui circule sans errements ; une Mère - un Principe premier de l’univers -  dont tout a découlé en une longue gestation. La Mère engendre et sustente…

« L’Un est vide est parce que vide contient tous les germes du monde. »…
(Il concilie tous les contraires.)… Le Tao est mouvement et transformation. Il se meut en mouvement circulaire. Il est le début, la fin, le point d’origine et celui de l’aboutissement. Bien que jamais inchangé, il est mouvement perpétuel. Il est la voie et ce qui la trace…

« Le corps vivant s’accorde au monde,
S’appuie sur le Père et la Mère,
Son Souffle est rythmé et harmonieux. »  Anonyme Viè siècle en Chine

« Se placer à l’origine du monde, d’une part pour le refaire, mais aussi pour en saisir la créativité incessante en une régénération continue pour retrouver la puissance organisatrice de l’univers et se joindre à elle, et enfin pour dépasser celui-ci en bouclant le cercle par la jonction de l’unité première et de l’unité déployée en une unité ultime qui conjoint la Source originelle dans la multiplicité des Etres. »

« A l’origine, il y eut la Grande Simplicité, la Grande Génèse, le Grand Avénement, la Grande Blancheur…
Grande Simplicité : on ne voit pas le Souffle
Grande Genèse : c’est le commencement du Souffle
Grand Avénement : C’est le commencement de la Forme
Grande Blancheur : C’est le commencement de la Matière…
L’Un se changea en sept et le sept en neuf… Neuf est le terme (la plénitude) Il se change alors à nouveau en Un. L’Un est l’avénement des changements de forme. »

« Chacun retourne à sa racine (à l’origine) Lao 16
« Racine et branche se répondent mutuellement. »  Huainan Zi 3

Le retour à l’origine n’annule pas le déplacement dans la multiplicité…
Le Centre est le lieu vers lequel on retourne, où tout converge, et complémentairement à partir de quoi tout se diffuse…
Le Centre est lié très étroitement à la notion d’harmonie qui a valeur cosmique, où chacun trouve sa place selon un ordre où toute chose trouve réponse.

Le Centre est le lieu de l’Homme. C’est l’espace dans lequel s’entrecroisent le Yin et le Yang pour donner Naissance au monde, le lieu où se place l’adepte en sa méditation, le prêtre dans le rituel, à partir duquel et vers lequel ils peuvent communiquer avec le Ciel comme avec la Terre. Aux notions de juste milieu, d’équilibre (propre aussi au confucianisme) les taoïstes ajoutent le sens de Centre originel. ..

Ce « retour » au plan cosmique se fait en se plaçant à l’émergence de la vie qui est aussi la source de la lumière, laquelle se situe au Nord.

« Le Trois * de la Triade parfait est un Trois qui ne diffère pas de l’Un. L’Un de l’unité parfaite est un Un non distinct du Trois. »

« Purifiez votre corps et retournez au souffle Un.
Purifiez votre souffle et retournez au vide
Alors vous serez uni au Tao. » « Vous serez appelé Homme véritable. »
Shangyang zi

* le Trois ce sont les Trois puissances : le Ciel, la Terre et l’Homme…


"L’Un est le fondement
Le Deux son opération
Et le Trois la Création."

Le corps se construit à l’image de l’univers. En lui, cinq agents se déploient pour répondre aux quatre sources*.
* Ce sont les essences condensées du yin et du yang

« …La vie est purifiée du bruit et de la poussière.
Mon corps brille d’un éclat de jade,
Mon visage émet une lumière dorée ;
Je vole léger (comme) une plume, marchant dans les airs,
Je m’élève vers la Porte du soleil… »  Dz 1323.5a

« Mon corps flotte sur les rais de lumière »…

Le Tao : Un maître d’alchimie intérieure, qui vise à transformer l’être humain en pure lumière.
« Ce par quoi vit la vie, c’est la mort. »   Huizong  1100-1125

"Ce qui peut « muter », se « transformer », est dit « spirituel ».

…………………………………………

Commentaires : Bran du

Il sera on ne peut plus cours (ce qui est fort rare pour un barde !!!)

Je ne saurais guère ajouter à tout ceci dont le Cercle épouse le Nôtre !

Chacun et chacune y puiseront des éléments essentiels pour leur « initiation » ou le renouvellement périodique de celle-ci…

Ce n’est qu’un chant de « correspondances » et de « résonnances ajustées »…

En ces claires vibrations émanant d’un superflux cosmique et tellurique, ajouter serait du superflu !
Pour terminer en partie ce tour d’éventail élargi :

Ceci extrait de « Femme qui courre avec les loups » :
Fr Clarissa Pinkola

« La mort danse avec la vie pour cavalière. »

« L’initiation construit une arcade sous laquelle il faut se préparer à passer pour avoir accès à une nouvelle manière d’être, à une connaissance nouvelle. La « Selva Subterrànéa » est une initiation dans la forêt souterraine. Il faut y suivre comme une ombre le chant profond : le Canto Hondo…
Traquer « l’intrus » ou « l’intruse » en soi est le début de l’initiation…
Il est nécessaire de rétablir l’intuition, laquelle fait partie de l’initiation…
Le retour en soi-même, c’est retrouver l’eau claire, celle qui peut nourrir la vie créatrice ; la chaleur, celle qui peut aider à retrouver une sexualité sacrée…
L’amour donne le chant et le chant nous guide et nous convie à créer. »

……………………………………………

Restons dans le « Féminin » avec notre sœur Morgane :

« Connaître c’est etre, savoir, c’est exister; » Ne confondons pas le chemin et le but ; s’initier s’est apprendre à mourir, aux idées reçues avant toutes choses, s’initier, c’est devenir Soi, sans mimétisme, dans sa liberté de perceptions retrouvées. Etre initié, c’est une porte qui nous est ouverte, mais c’est nous qui la franchissons, ce n’est pas un but, c’est le moyen et le début du chemin spirituel et de la conscience de « qui on est », car c’est par la conscience que l’Homme est relié au divin ! C’est un réveil et un éveil. Cette « initiation » pet venir seul à seul, entre le « haut et le bas », par les épreuves de la Vie, ou transmise via un humain, par une décision qui lui appartient en son âme et conscience… »

Quelques citations pour compléter et enrichir les méditations des soirées et matin d’automne :

« Le chemin initiatique conduit à l’inconnu de soi-même, à l’individuation… Sur ce chemin, le chêne devient chêne. »                    C.G Durkheim

« La Tradition, c’est transmettre le feu, pas vénérer les cendres. »               Gustav Mahler

« C’est du heurt des contrastes que naît la vie. »  C G Jung

« Tout commence dans la matière et tout finit dans l’esprit. » T De Chardin

« Tout ce qui est dans le flot est dans le reflux. » La vieille de Beara (Irlande)

« La seule façon d’accomplir c’est d’être. »  Lao tseu

« Dans notre cœur, nous découvrons notre chemin de vie, c’est-à-dire ce que nous avons à réaliser sur terre pour retourner, à la lumière. »
Jean Louis Abrassart

« Pour accéder à la vie véritable et prendre le chemin de la vérité, l’être humain repassera par le Centre pour la deuxième naissance ; naissance de l’enfant divin en nous. »  Roland Arnold   - le Temple de l’Ame

« La clef ne se transmet pas par des écrits mais s’infuse dans l’esprit au moyen de l’esprit. »  Agrippa d’Aubigné

(Merci à Brestos pour l’envoi d’une partie de ces citations.)

Bonne lecture, bon parcours, belles lumières à vous…



29/09/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 548 autres membres