Les dits du corbeau noir

Initiation (approche et exercice) Bran du 13 08 2012

 

INITIATION      première approche  Bran du       13 08 2012

Source : G BERTIN : De la quête du Graal au Nouvel âge « Initiation et Chevalerie » ed Vega

La clairière Kan ar Vuhez associée à la Clairière Mère de la Comardiia Druidiacta Aremorica de Divona et Odaccos à la joie d’accompagner plusieurs demandes d’initiation à divers degrés d’engagement et de responsabilité ; des initiations qui se tiendront entre initiés en 2013 (Sont concernés trois femmes et deux hommes...)

Afin de préparer comme il convient les uns et les autres à ces étapes conséquentes dans la pérégrination existentielle sur la roue des années et des sages et dans le cercle de Vie, une première étude est proposée à la manducation et à la macération silencieuse des postulants et postulantes…

Cependant, nous avons tous et toutes à « renaître », à nous régénérer, à nous « revitaliser » périodiquement au sein d’un processus alchimique et symbolique de Mort/Renaissance et cette préparation peut s’avérer bonne conseillère et accompagnatrice des transformations et mutations salvatrices à venir… A chacun lors de concevoir de cœur et d’esprit le rituel approprié à ses vives et claires aspirations…

Au commencement était l’initiation !… Initium ; in ihum à le sens de « mise sur la voie »… In-ire en latin : aller dans…

Il s’agit de faire confiance à la terre de notre destinée, à ce terreau en nous, en défrichant et labourant ceux-ci afin de leur confier nos graines d’espérances , une espérance qui accepte temporairement de « mourir » dans les ténèbres pour mieux renaître dans la lumière…              Alors sur cette terre native en gésine nous lancerons à la volée les poignées de graine de notre devenir et nous irons, comme en semant, d’un sillon à un autre en recouvrance d’un germe de vie…  Terre matricielle et Eau Originelle et sourcière, associées au Feu spirituel et au Souffle de l’Awen, nous consacrerons dans la transcendance et quintessence spirituelle…

Georges Bertin, grandement initié lui-même, propose comme modèle initiateur celui de l’adoubement du chevalier lequel repose sur la légende arthurienne et les mythes et archétypes qui en sont les parties fondatrices et constituantes tout en ajoutant à ce choix celui par exemple d’une actualisation des schémas initiateurs à travers la formation professionnelle que l’on pourrait ainsi dispenser aujourd’hui afin d’atteindre une reconnaissance basée sur des valeurs proches et aussi « efficientes » pour le candidat et sa communauté d’oeuvriers ou ses pairs…
Une transposition fort intéressante adaptée donc au monde moderne redonnant sens et essence à une avancée, à une progression, en connaissance et maîtrise en invitant chacun à parfaire sans cesse son métier et les divers « outils«  pour l‘accomplissement de celui-ci…

L’auteur nous propose diverses citations pour mieux cerner le processus initiatique :

« Une expérience symbolique authentique est recommandée à l’homme… »   Gilbert DURAND

« Le passage est un temps de marge, et la marge, comme le marginal, reste le lieu de toutes les potentialités. » Magali HUMEAU

« Le rite crée du lien en mettant des formes à des énergies débridées. »                                 Thierry GOGUEL D’ALLONDANS

« Apprendre m’apparaît comme se déterminer dans l’indétermination.»  Georges LERBET

Il s’agit donc d’un rite de « pas sage » qui met sur la voie ( une voix aussi qui appelle et qui est enfin entendue !) après quelques errances et égarements nécessaires ; l’errance trouvant une orientation et une destination, claire, incitative, stimulante, volontairement et consciemment choisie et l’égarement au sein du labyrinthe, un accès vers un Centre enfin perçu et révélé qui justifie à lui seul toutes les mouvances de la Quête…

Il s’agit encore de « se déterminer soi-même face à un champ, un ensemble de possibles… » avant l’engagement ferme, volontaire et lucide qui en résulte et les orientations nouvelles que cela propose…

Ce passage est symboliquement figuré et procède par loi analogique afin d’en favoriser grandement la compréhension, l’adhésion, l’acceptation et l’investissement…   Il s’agit de franchir un espace réputé difficile afin d’atteindre l’autre rive qui appelle et réceptionne une fois les peurs et l’ignorance terrassées…  Il est bon, souhaitable, de se rappeler que Bran à la tête de son armée fera passer celle-ci sur son propre corps pour lui permettre de vaincre ses appréhensions, ses « terreurs » en montrant ainsi que tout chef véritable se doit d’être un pont !                            Nous comprendrons alors qu’en ce « rite de passage », il appartient à nous-mêmes d’être le pont, la passerelle, qui nous conduira d’un niveau et d’un état de conscience à un autre… plus satisfaisant et plus gratifiant pour notre sage évolution…

Nous passerons lors de l’errance au chemin offert et de l’égarement à la recouvrance axiale et cardinale nous restituant notre vrai Cœur et notre propre Centre…

Il y a en ce basculement de l’être « une quête de soi et de sens à l’intérieur de l’expérience qui agit comme une destruction puis une reconstruction identitaire » (un démembrement individuel puis un remembrement personnel à finalité collective…)

«Le parcours initiatique passe par la confrontation à soi-même… »                                                 En reliant, en ce parcours des dédales du labyrinthe, le profane au sacré, l’impétrant acquière la Con-Naissance…

« Si l’on peut distinguer à l’étude des sociétés trois phases d’initiation :                                           1 tribale 2 religieuse 3 magique… Ceci pouvant impliquer : des rites dits de « séparation », une « mise à l’écart » et une « agrégation au groupe»…


On retiendra trois étapes fondamentales (fondant et forgeant le « mental » donc) : l’expérience de la « mort », la communication d’une connaissance, l’expérience du sacré… » Ceci afin de révéler « la lumière que l’on a en soi »…

« Les rites sont des modalités d’accompagnement de ce pas sage… »

Georges Bertin fait l’inventaire des matériaux qui participent du « cortège du Graal » : une Coupe sacrée / un Tailloir d’argent / Une pierre de souveraineté, l’Epée dans la pierre et une Table Ronde autant d’éléments d’un puzzle à rassembler dans la lumière…

Le CHAUDRON d’abondance, de connaissance, de santé et de renaissance…

Je propose à tous les candidats et candidates à l’initiation druidique de remonter directement au prototype « grallien » et d’œuvrer symboliquement et analogiquement en lien direct avec le Chaudron celtique en proposant à tous les postulants et postulantes de voyager dans le cœur et autour de celui-ci ( lequel Chaudron repose et est tenu par trois liens ; la Force, l’Energie et la Lumière et trois supports : l’Amour, la Connaissance et la Création… )  Tout se tient dans le Chaudron ! Et celui-ci est gardé par 9 guerriers tenant chacun une lance enfoncée dans l’un des 9 anneaux qui ceinturent le dit Chaudron… (On pourrait identifier ces gardiens en se rappelant la grande prière des druides et druidesses !…)

Le Chaudron est l’archétype majeur, car il est lui aussi mort et renaissance et contient les « mystères celtes » en chaque gravure, en chaque trait qui le parcourent… Il est en matière de Connaissance l’Esprit de Connaissance…  Il est le don, l’abondance, la générosité, l’offrande et l’offertoire, la fin et le recommencement, l’équilibre et l’harmonie, la maîtrise et l’entendement… Toutefois, il se brise devant le mensonge, l’orgueil et la cruauté !!!

Voilà un « premier exercice » préparatif… Je souhaite à tous et à toutes une belle et lumineuse exploration « chaudronesque »…

En complément :

« Le Graal est…/… Chaudron des celtes, vase sacré d’abondance et de régénération, but ultime de la quête… C’est un archétype mystique constitué d’images dont Gilbert DURAND nous a appris qu’il conjuguait celle de la Femme, de la Nuit, de la Mère, de la Demeure et celle du Centre…

Le mythe chevaleresque est une quête d’immortalité et enseigne l’origine des choses… Il réincarne l’Ame au centre d’un Monde

Le mythe « porte en lui la possibilité de retrouver le contact avec l’expérience intense et sacrée qui lui a donné naissance… Il peut être joué et quand il est joué, il reprend vie, retrouve la vie qui l’a engendré. » Ménard

« Nous sommes des êtres discontinus, mais nous avons la nostalgie de la continuité perdue. »             G Bataille

La quête chevaleresque du Graal était symbole d’un système de valeurs. Elle demeure comme l’incarnation, la cristallisation sociale de ces valeurs qui nous ont été léguées par nos ancêtres. C’est la fonction de l’initiation que d’en assurer la transmission en même temps que de préparer l’initié à s’armer pour les confronter aux données de son monde contemporain.

« Un valeur est une croyance persistante. » E Kant

L’initiation a pour fonction essentielle de revitaliser la nature humaine.

G Bertin 2008



13/08/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 567 autres membres