Les dits du corbeau noir

IMBOLC 2020 BRAN DU SUITE (PARTIE 2) 07 01 JANVIER

 

 

Nuages Dec 2019 086.JPG


Photo Bran du

 

 

 

 

Imbolc : "Jour de Lumière" et "Chant des Lueurs" (Suite)

Bran du le 07 janvier 2020

 



Ce que nous pouvons retenir afin de donner sens et Essence à ce rituel et concevoir les mots, gestes, pratiques en adéquation avec l'Esprit qui l'anime, afin d'être sur la fréquence relationnelle d'entendement avec ce que la cérémonie exprime et manifeste, afin d'être "accordé" et en résonance ajustée avec les émanations spirituelles qui en constituent le fondement, l'animation et l'élévation......

Et, en tout cela, participer de l'équilibre et de l'harmonie, de leur restauration ou « confortation », en nous-mêmes, entre nous et au-delà de nous, afin de procurer un « état d'être » pacifié, serein, cohérent, concordant, fervent, respectueux et confiant, en juste résonance avec ses croyances et conceptions en terme de spiritualité et de philosophie existentielle...

 



Cette fête du calendaire celto-druidique encore appelée "Roue de l'année" est placée plus particulièrement et spécifiquement sous l'égide d'un féminin dont la nature se veut fertile et féconde soit génitrice du « Vivant » et du renouveau, d'une revitalisation », de la Nature Elle-même et de toute la « Création » et donc incluant le « plan humain » mit en vibrante et aimante correspondance avec les plans transcendants divins et sacrés...



 

Les notions de naissance et de renaissance, de renouveau, de remise à « neuf »... sont ici essentielles et prépondérantes et se doivent d'être exprimées, formulées, mises en œuvre sous diverses formes ( réelles, symboliques, analogiques, poétique, bardiques, etc...) au cours de la rituélie...

 

De même pour ce qui se rapporte à la notion d'obscurité et de lumière, d'ombre et de clarté...

 

 

 

 

 

Nuages Dec 2019 101.JPG

 

 

 

 

Nous sommes invités à enfantement, à mise ou remise au monde ainsi qu'aux ensemencements et emblaves du cœur et de l'esprit en accord et compréhensions des enseignements que dispensent les divers vecteurs de notre Tradition associée et issue des leçons que la Nature et l'Univers n'ont jamais cessé de nous dispenser afin de demeurer en osmose et en symbiose avec les lois universelles du Vivant...

 



La haute figure « féminine » qui prédispose à cette cérémonie est la « Mère des Dieux » soit des Forces, Energies et Lumières qui président aux destinées des mondes en concordance avec le Principe et L'Essence dont Elles sont les émanations et radiations...

 

 

La qualification et dénomination « D'ESPIT DE VIE » attribuée à la Déesse par une christianisation (bien en mal de la faire disparaître à tout jamais), ne fait que refléter son étincelant rayonnement à travers les siècles et les générations qui se sont succédées...

 



Cela permet de remettre la religion à, sa juste place en tant que formes subordonnées à un « Fond », innomé et innommable en son Essence, qui a préséance sur elle et qui s'appelle la Spiritualité !...

 



Ce « Fond » émetteur et transmetteur dépend, pour son « incarnation » de nos capacités de réceptivité... C'est-à-dire de nos « entendements » conscients et lucides, sensibles et intelligents, objectifs et réalistes, fervents et croyants, confiants et ouverts, libres et responsables...



 

Si nous pouvons comprendre que nous sommes appelés, individuellement et communautairement, à une sorte de partenariat de co-réalisation, de « collaboration » en terme d'évolution  et d'accroissement d'expérience et donc de données informatives au plus haut niveau de l'Univers, alors notre Vie trouvera en cela une stimulation et émulation exceptionnelle nous permettant de mettre et d'offrir au monde cette part singulière et spécifique dons nous sommes, chacun et chacune, détenteurs...

 

 

Cela nous aidera grandement à identifier nos potentialités et à les dégager de leur gangue de méconnaissance afin qu'elles puissent enfin accéder à leur manifestation et créativité...

Cela alimentera substantivement de même nos désirs et nos volontés de construire et de bâtir peu à peu l'Etre auquel nous aspirons...

 

 

 

 

Nuages Dec 2019 052.JPG

 



 

 

IMBOLC : Une fête « féminine » donc Présidée par la Mère des Dieux, la Déesse, la Dame de Vie, la Branche Fleurie, la Flamme Etincelante, la Flèche de Feu, le Feu de l'Aurore, la Patronne des Poètes, Forgerons, Artisans et Musiciens, la Fille du Dieu Bon (le Dagda), la Sage Femme, la Vasque d'Abondance, la Banfile (Poétesse/ Barde)...



 

Cette fête est un « Festin de Femme » et un « Festin de l'Âme »...

C'est cela qu'acclame la flamme dansante de notre cœur...

 

Le feu comme l'eau seront nos partenaires de réalisation...

 



Il est dit que Elle aussi nous accompagnera comme Morgane a accompagné Arthur en l'île d'Avalon, en les Îles d'Eternelles Jeunesse, dans « la Plaine des Femmes et des Plaisirs », dans le « Pays bien aimé »...



 

La spiritualité celtique est ce « Sein des seins » intarissable qui allaite généreusement et abondamment autant le corps que l'esprit, le cœur et la pensée et qui est littéralement une « Subtance de Vie » aussi essentielle à notre existence que la sève dans l'aubier d'un arbre...

 

 

Avant de mettre en œuvre le déroulé de la cérémonie offrons la corbeille fleurie de nos sensibilités et de nos intelligences, les fruits maturés de nos méditations et réflexions à Cela qui Fût, Est et Serra et concrétisons nos entendements au sein du rituel dont nous sommes la principale des Offrandes...

 



La « qualité » du bon déroulé d'un rituel réside dans le temps accordé à sa préparation et aux convergences d'entendements qui lieront la communauté et ses membres permettant de réaliser ce que l'on appelle une « osmose »...Soit cette capacité et volonté d'être tous accordés sur la même fréquence et « longueur » d'ondes...

 

Car un rituel constitue un état « vibratoire » qui ne peut être l'objet de parasitages !

 

 

 

Nuages Dec 2019 038.JPG

 

 

 

 

Quelques pistes proposées :

 

 



 

Les textes anciens parlent de la fête d'Imbolc associée aux « averses » fécondantes... Et CH J Guyonvarc'h considère que le terme même signifie une « ablution purificatoire » L'eau est étroitement associée à l'enfantement féminin et à l'apparition de la Vie...

 

Comme le feu, elle participe grandement à une « purification », à un nettoyage autant du corps, que du cœur, que de la pensée et du « mental »...

 

 

Il y aura donc lieu « d'incorporer » cette dimension dans le rituel, en amont et dans son déroulé...

 

 

Tout ce qui participe d'une notion de « symbiose » est bienvenue...

Nous naissons ou renaissons traditionnellement au sein du « clair-obscur » comme l'aube ou l'aurore ; dans un état « intermédiaire » identique à celui de Brigit/Brigid qui relève par sa naissance autant du monde diurne que du monde nocturne, ce qui autorise un dialogue fécond et conciliateur entre des dualités a priori opposées, mais capables de transcendance et d'entendement mutuel...

 

 



 

Les invitations de la Déesse :

 

 



 

Brigid nous invite à « forger » notre corps, notre cœur, notre esprit, nos pensées...

 

A nous faire l'artisan de notre propre existence, de notre propre cheminement, de notre propre "navigation"...

 

 

De même à prendre soin ( ramener l'équilibre et l'harmonie)

 

 

De même à « repoétiser » notre monde intérieur et celui qui nous entoure...

 

A Enfanter d'autres perspectives de Vie...

 

A renouer avec l'essentialité, le fondamental, l'originel, l'élémentaire...

 

A faire de nos actes des actes « primordiaux » qui aient sens et Essence...

 

A repenser nos « reliances » avec tout Cela...

 

A être les vecteurs sensibles et intelligents d'un « renouveau »...

 

A se doter d'une âme sourcière et « puisatière »...

 

 

Féerie de Noël 12 Dec 2019 382.JPG

 



07/01/2020
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi