Les dits du corbeau noir

IMBOLC 2018 BRAN DU INITIALISATION DU THEME PARTIE 1 ET 2 (A SUIVRE) 25 12 DECEMBRE

 

IMBOLC 2018

iconographies dec 2016 118pm.jpg
Dessin Ambigatos

 

Partie 1 /

(Source Philippe Jouet Dictionnaire de Mythologie et de Religion Celtique Embanner éditeur.)

 

Philippe Jouet nous dit que les attestations mythologiques relatant la fête d'Imbolc sont rares et confirment ce qu'en disaient de même Françoise Le Roux et Ch J Guyonvarc'h.

 

 

La fête d'Imbolc (Imolk, Imolg...) :

Le sens tourne autour des termes tels que : nettoyer, laver, purifier, baigner...

Pour Ch J Guyonvarc'h, Imbolc signifie « une ablution purificatoire »...

A ceci s'ajoute un autre sens : celui de la lactation des brebis (période de l'agnelage.)

 

Elément mythologique :

Cuchulainn se bat, sans se reposer, de la Samain à Imbolc date à laquelle il prend un sommeil réparateur aidé en cela et soigné par Lug... La lutte se tient tout au long de la périlleuse traversée hivernale ; la période la plus sombre de l'année...

Philippe Jouet voit en cela un rite de sortie de l'hiver...

 

La fête d'Imbolc sera approximativement remplacée par la fête de la Chandeleur le 2 février et recouverte par la fête de (sainte) Brigite (Féil brigde.)...

 

Si l'on considère que la Brigd païenne qui a servi à la construction de la Sainte a retenu les traits d'une divinité aurorale on peut envisager qu'Imbolc inaugurait la période des Aurores de l'année (la période de la croissante Lumière)...

 

Pour les Bretons cette fête s'appelle « Deiz ar Goulou » « Goulou (deiz) » ; « Le Jour de Lumière », mais aussi « Gouel Berc'hed » ; la « Fête de Brigitte »...

 

..........////..........

 

 

iconographies dec 2016 094pm.jpg
Dessin Bran du

 

 

 

On ne saurait en effet dissocier la fête d'Imbolc de la divinité hauturière qui préside aussi à son déroulement : Brigh ou Brighid ; la Grande Déesse...

soit :

La Mère de tous les Dieux...

La « Flamme d'or étincelante » (Implorée pour être conduit au Royaume éternel.)...

La « Branche en fleur. »...

Le « Soleil resplendissant » (capable de gagner les batailles contre toutes les épidémies.)...

« L'Esprit de Vie » selon les conceptions Indo-Européennes. (Il donne le jour au nouveau Soleil.)...

L'ancienne figure Indo Européenne de l'Aurore et de l'Année. (Figure du ciel diurne.)...

La Gardienne des foyers, associée à la Vache blanche aux oreilles rouges (Vache de l'Autre-Monde) ; abondante pourvoyeuse de nourritures...

Brigh brasse une bière inépuisable...

Brigit ; c'est la « Banfile » ou « Bandrui » (Femme poète, Femme druide, savante et voyante.)(La Femme de Science et de Sagesse.)...

C'est la Déesse que les poètes adoraient parce que sa protection était grande et célèbre.

Elle a deux sœurs : Brigit ; la Femme médecin (Be legis)...

Brigit ; la femme du travail de la forge ( Be goib nechta)...

Toutes sont donc filles du Dagda...

Elle est mère aussi de trois dieux membres des Tùatha Dé Danann

qui sont trois divinités préposées aux changements de cycle...

(Nous sommes là dans des exemples appliqués de la tri-fonctionnalité Indo-Européenne.)...

Comme Minerva ; voire la Femme Bison-Blanche amérindienne, elle enseigne tous les arts manuels...

 

En fait Brig recouvre en une seule déesse et divinité tous ses avatars ; c'est une seule et même « Force, Energie et Lumière »...

 

 

Brighid soit : « Haut élevé, hauteur, colline »...

ou encore Brigh « hauteur et force » associée...

C'est l'Aurore captive retenue dans la montagne originelle, mais aussi la princesse des contes séquestrée dans une tour (par un « prince noir ») et qu'il faut délivrer...

 

Brigh est la fille du Dagda (Dagodevos) ; le Dieu « Bon » des Tùatha des Danann, mais à la massue ambivalente donnant la vie ou la mort...

Elle est l'épouse de Bress ; un « Fomoire » ; entité liée au monde souterrain et obscure... Elle est donc placée dans une situation intermédiaire entre le monde diurne et le monde nocturne...(Le passage de l'un à l'autre.)...

 

Elle a un fils : Rùadan le « Petit Rouge » ; un substitut malheureux du soleil qui tentera de tuer le dieu forgeron des Tùatha Dé Danann : Goebniu, mais ce dernier le transpercera de sa lance...

Brigh versera des larmes qui seront celles de la première lamentation survenue en Irlande...

 

On dit que c'est elle qui inventa un sifflet pour appeler la nuit....

 

.........................................

 

 

005pm.jpg
L'homme-vert

 

 

 

Partie 2 : AUTRES PISTES et compléments :

Source :

Les Jumeaux Divins dans le Festiaire celtique. Daniel Gricourt et Dominique Hollard

Terre de Promesse éditeur (Au cœur des Mythes)...

 

 

 

Ces deux auteurs argumentent fortement sur l'idée que l'année celtique divisée en deux périodes symétriques et égales (la période sombre et la période lumineuse et claire) seraient chacune sous le patronage de l'un des deux jumeaux divins ( les Dioscures Celtes) , les divinités gémellaires, que sont Cernunnos pour la période allant de Samain à Beltaine puis Lugh (Lugus) pour celle allant de Beltaine à Samain...

 

Ces deux divinités s'affrontent, mais renaissent périodiquement et président à l'apogée de leur pouvoir saisonnier sur le temps qui leur est imparti... ils règnent donc alternativement selon la règle dite de l'alternance saisonnière.

 

Ils associent à cette répartition divine « équilibrée » et « cohérente » le périple annule de la « Voie des âmes » des désincarnés ou défunts qui passeraient avec Cernunnos au Solstice d'hiver la porte de l'Autre Monde via la « voie lactée » mais, reviendrait se « réincarner » avec Lugus à partir de la porte solsticiale de Beltaine....

J’émets à l'heure actuelle de forts doutes sur cette notion audacieusement avancée de « réincarnation » du type « pythagoricienne » qui est très loin de faire l'unanimité chez l'ensemble des chercheurs passés et présents... Mais affaire à suivre...

 

.................

 

 

Cernunnos 2017 mars 002pm.jpg

 

 

Imbolc selon les auteurs précités :

 

C'est une fête (luni-solaire donc « mobile ») située symétriquement au milieu de l'hiver...

Au cœur du sombre semestre, cette solennité irlandaise est une fête de lustration destinée à laver les souillures accumulées pendant l'hiver (fête relayée à l'époque chrétienne par la célébration de St Brigitte (1 février) et la Purification de la Vierge.)... (Le 2 février) (Et ce en remplacement et recouvrement du culte de la déesse Brighid.)...

 

 

A noter : Il y a, dans le festiaire celtique, une autre fête, organisée de façon comparable par Lugh, lors de la Lugnasad de début août, et ce, en l'honneur d'une divinité féminine ; celle consacrée à Tailtiu ; la nourrice et la mère adoptive du dieu lumineux. (Lugh)...

 

V Guibert de la Vaissière considère la fête d'Imbolc comme étant la « Fête des Femmes »... (ET Lugnasad la Fête des « Mères »  NDR?)

 

…..........................

 

 

 

Iconographie celte 2017 009pm.jpgDessin de Bruce

 

 

Les auteurs attribuent la période allant de Samain à Beltaine à la régence souveraine de Cernunnos qui serait encore présent à l'époque médiévale aux alentours du 3 et 4 février...

 

Ils rattachent aux manifestations festives purement féminines d'autres liesses « dionysiaques » celles-ci rattachées par excellence au célébrissime carnaval (cernvalos ou le Prince des Cornes ou le Roi Cornu...) (Figure hautement liée aussi à Cernunnos comme on sait.)

 

Cernunnos, un temps exilé (renvoyé) dans les forets ou marais (soit aux portes du monde civilisé), est censé « ressurgir » sur terre le 3è et dernier jour du Triduum d'Imbolc...

Il aurait disparu dès Samain passé ( comme l'ours entré dans sa tanière vers le 11 février). On le retrouve donc surgissant de nouveau à Imbolc (comme l'ours sorti de sa caverne en général vers le 2 février.)...(Trois mois exactement après sa « disparition ».)

 

Imbolc ; c'est lors l'amorce du prochain réveil de la Nature, demeurée comme morte pendant les trois mois d'hiver..

L'absence de Cernunnos correspond aux trois mois qu'il passe alors dans le monde chthonien...

 

Par son retour, Cernunnos déclenche/éveille la montée dans les plantes de la sève et engendre les poussées de lait chez les femelles fécondées...

Le lait : liquide vital dans les célébrations autour d'Imbolc (Notion de croissance et de gonflement.)...

 

(Dionysos « apparenté » à Cernunnos » est le dieu de tous les fluides vitaux : sang, sperme, sève des plantes et lait.)...

 

Pour les auteurs et avec les réserves émises de ma part :

Se tiennent lors des rites de fécondité centrés sur le renouveau des âmes à renaître au cours de l'année dans le corps des femmes en âge de procréer.

Il y aurait donc une résurgence des âmes « défuntes » lors du Carnaval ; des « âmes-souffles »... (Âmes comparées à des étincelles ou petites flammes)...

A noter que Cernunnos est aussi maître du feu, de la foudre. Il est un dieu de la forge également... (Il est également lié, comme Lugh, aux soins prodigués par l'eau.)

 

Cernunnos serait donc aussi un guide et un passeur d'âmes qui se manifeste peu avant Imbolc pour accompagner depuis la sphère terrestre vers l'Autre-Monde les âmes défuntes depuis la précédente célébration estivale...

 

La migration supposée des âmes à Imbolc est induite par le passage temporairement accessible de la porte solsticiale d'hiver...

Le voyage des trépassés, un semestre plus tard, relèverait, lui, de la porte solsticiale d'été...

La Voie des Âmes serait la Voie lactée Traditionnellement assimilée au « chemin céleste » qu'empruntent les âmes défuntes pour rejoindre l'Autre-Monde...

(Il y aurait, sur ce chemin, cet itinéraire, à deux voies, au cours de l'année, un mouvement ascendant et descendant des âmes trépassées ?)...

 

 

C'est une fête de « revitalisation » qui se tient à la sortie de la période hivernale...

On peut parler à propos du temps sacré d'Imbolc d'une irruption du sauvage dans la société humaine en vue de sa régénération impérative pour l'arrivée du printemps et le bon déroulement de la saison chaude (la Belle-Saison)...

 

Mais il faut que la société maîtrise cette irruption divine incontrôlable et dangereuse de l'animalité, de la folie et de la marginalité qu'est Cernunnos...

D'où son « expulsion » vers « l'Autre Monde » une fois ses manifestations célébrées....

 

Il demeure toutefois le souverain de la période hivernale jusqu'au retour de Lugh à Beltaine, début mai...

 

Les Dieux jumeaux Cernunnos puis Lugh se répartissent donc la présidence de la roue de l'année équitablement. Ils jouent selon les auteurs précités un rôle majeur dans le basculement semi-annuel de la dite année...

 

........

 

 

stele picte avril 2017 002pm.jpg
Stèle Picte

 

 

De Brig : c'est la Nature

Pour J P Savignac ; c'est « l'Eminente »...

 

Selon le conte traditionnel : la « fille aux mains coupées » ; mains qu'elle recouvrera à la Belle Saison grâce à une eau guérisseuse...

 

C'est une figure de la Nature. Son « départ » correspond au thème de la Terre Gaste ; c'est-à-dire l'hiver, saison où l'on taille les arbres. Son retour se fait au printemps, saison où les branches bourgeonnent... Elle a deux enfants que l'on peut selon J P Savignac assimiler aux dieux gémellaires Cernunnos et Lugh...

 

......................................

 

A SUIVRE

 

Divers et Flora Aout 2017 004pm.jpg

L'année, sa roue aux huit barreaux !...



25/12/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 521 autres membres