Les dits du corbeau noir

HISTOIRES DE PIERRES ( ST ANTOINE DU ROCHER / SUEVRES) BRAN DU 2020 15 01 JANVIER

 

 

 

 

 

Histoires de Pierres :

St Antoine du Rocher (Val de Loire) Bran du

En pays Carnutes...

 



C'est une sorte d'île au milieu des blés moissonnés depuis deux lunes où nous avons glané trois beaux épis sur le terre couchés ; trois longs baisers entre une Mère et ses trois filles, celles qui, selon la légende, ont construit ce temple entre humus et éther...

Insulaire est ce lieu implanté au milieu de la plaine céréalière, entouré de seigle, d'avoine et de blé, de tête blondes et aurifères se balançant au gré de la fantaisie des vents et se couchant parfois quand trop forte sont les marées du ciel...

Près du porche de l'Est se tient un buisson de fragon ; « l'herbe au serpent » qui dit-on guérit aussi de la morsure... du temps !

A la porte de l'Ouest un chêne a été planté, il y a déjà fort longtemps, il offre chaque année au sanctuaire une couronne de glands...

Une allée mène jusqu'à ce lieu anciennement sacré, un aubépin placé en avant garde du temple inaugure notre marche...

Arrivés à proximité des grandes pierres, nous trouvons sur le sol du verre brisé provenant de bouteilles de bière ; signes tangibles d'une ivresse qui ne sait plus, en ce siècle, qu'être tristement mortelle !



Nous sommes devant ne magnifique allée couverte, du type « angevin » avec un imposant et massif portique d'entrée spécifique à ce style d'architecture mégalithique...

Une couronne de gui a été posée sur la table centrale...

Au centre de ce cercle végétal , au cœur de celui-ci, réside comme un puits d'éternité dont on ne saurait atteindre le fond … Une « béance » qui ouvre sur « l'immensité » et que rien ne saurait combler ni le temps, ni l'espace, ni nos pensées...



C'est comme un grand navire sépulcral aux voiles faites de nuages et dont l'étrave sillonne un océan mémoriel qui transcende les formes et apparences...

Cela s'apparente à une lampe minérale aux éclats alternés entre lumière et obscurité, une « veilleuse« », vigilante, attentionné, une gardienne ancestrale, servante des eaux et des feux comme les vestales de jadis...

Elle a résisté à l'assaut des siècles, à l'avidité, à l’opprobre du clergé, à la mécanisation agricole et à l'accroissement des surfaces via le remembrement...

Seul, le temps lui a apposé son sceau et ses marques...

Les enfants de la région ont joué et sauté dessus ses longues tables et on venait en famille le dimanche à la belle saison pour étendre une nappe blanche sur la verdeur de sa prairie...

Certains amoureux y ont passé la nuit empruntant au ciel ses plus belles étoiles... !

Depuis cinq millénaires, elles sont de ce paysage qu'elles ont façonné d'une foi, d'une croyance inaltérable, mais que l'oubli et l'orgueil religieux et clérical ont tenté de faire disparaître à tout jamais....

Mais qui peut dire qu'il peut faire taire l'esprit qui couve sous une telle matière ?...

L'absence même évoque ici une présence qui se révèle au plus profond et au plus lointain de la conscience......



Toute pierre à son chant et son poème...



Puissions-nous l'entendre et le laisser se répandre en sa chambre et sa grève d'Amour !...



….......................



La Pierre de Suèvres... (Val de Loire)



C'est un énorme bloc de forme rectangulaire sur lequel a été tracé un labyrinthe et ce, sous la forme d'une triple enceinte, laquelle attestée comme étant de facture celtique...

Elle fût le centre du rassemblement périodique des tribus gauloises en cet espace qui se voulait aussi frontière entre les divers territoires ; mais surtout un lieu de convergence propice au renforcement des entendements et des pactes d'amitié...

Qui regarde ce motif comprend avec l'intelligence du cœur qu'il invite tous et chacun à mener son chemin jusqu'à un centre « médiateur » qui le replacera en équilibre et en harmonie en sa chair, en sa terre, en ses pensées, en ses actes et en intime correspondance et adéquation avec les lois, les cycles et les rythmes de l'univers...



Ce sont ces pierres des symboles qui nous conduisent à l'unité, en convergence de compréhension et en concordance d'être là où nous nous devons d'être, d'agir et de vivre...

Quelques cupules parsèment sa surface et recueillent les eaux du ciel et où soleil et lune s'en viennent miroiter et se baigner...



Sur cette pierre et avec un shaman amérindien, nous avons ritualisé au solstice d'été sans nécessité d'ententes préalables tant nous étions en intime et profonde correspondance de fond et de forme quant aux mots et au gestes ponctuant le sacre de l'instant et son déroulé......

Nous avions en nous un identique labyrinthe et un commun serpent pour nous y guider !.... Aussi une déesse et un fil d'or innomé...



Une triple enceinte peut-être apparenté aux prémices d'une croix druidique telle qu'elle sera par la suite représentée. Il s'agit toujours de figurer le cheminement de nature « initiatique » d'un état à un autre de nos plans et niveaux de conscience...



Au rendez-vous central donné, il n'est que lumière à rayonner !..



…..............................................





16/01/2020
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi