Les dits du corbeau noir

Habiter la terre en poète (colloque) Extraits avril 2014

 

"Habiter la terre en poète" Colloque (extraits)

 

 

 

Voici quelques extraits d'un colloque qui s'est tenu en 2013 en Mayenne

 

et qui a réunit divers intervenants dont notre ami Bernard Boisson à qui je dois l'ouvrage retiré de ce colloque et donc ces extraits...

 

 

 

 

 

"Exprimer, c'est grandir." Ramuz

 

 

 

"Pratiquement, toujours, sur terre habite l'homme." Hölderlin

 

 

 

"Le monde est tout ce qui arrive." Wittgenstein

 

 

 

"Le saissisement seul pressent quelque chose." Grégoire de Nysse

 

 

 

"Nous avons en notre possession, en tant qu'espèce, des éléments de contentement non encore mis en oeuvre." Edgar Poe

 

 

 

"L'arbre est un symbole du Soi, Il représente le Soi comme un phénomène de croissance.""Il apparaît souvent parmi les figurations archétypales de l'inconscient." Carl Gustav Jung

 

 

 

"La liberté existe toujours, il suffit d'en payer le prix." Montherlant

 

 

 

"Le grand problème de la démocratie, c'est qu'elle devient liberticide dans ses détails." Tocqueville

 

 

 

"Le poète est l'ami de tout vivant sur terre." Ossip Mandelstam

 

 

 

"La force de l'homme vient de la conjonction des contraires." Héraclite

 

 

 

"Etre perpétuellement en état de poésie." Novalis

 

 

 

"Extraire de presque rien quelque chose qui fera sens.

 

"L'écologie n'a pas la place d'une réponse, elle a la place d'une question essentielle.... Il s'agit de reprendre conscience comme quelqu'un qui a perdu connaissance et qui revient à lui...

 

Sans conscience de l'écologie, nous sommes absents du monde...

 

Une conscience consubstantielle à notre existence au monde...

 

Ce n'est pas la terre que l'on fête, mais la conscience que l'on en a...

 

Le spectacle de soi est la maladie de l'époque...

 

Trois questions essentielles : Où suis-je ? Que faire ?              Qui être ?"

 

Les deux notions temps et lieu sont mouvantes, se tressent, se spiralent, l'une, l'autre...

 

La sensation d'être fugacement autre chose qu'être.

 

L'état de la situation relève non un défaut de la pensée mais un défaut de résistance et de passage à l'acte...

 

Nous sommes face à des modèles dominants cyniques, obscènes, parvenus, démodés, usés, inadéquats... Il nous faut nous inviter à une autre économie de vie, à une poéthique de vie..."

 

 

 

Jean Marc Arnould (Arncoat de son nom d'artiste peintre et dessinateur)

 

 

 

Sylvain Tesson (extraits)

 

 

 

"Les fleurs contiennent en elles-mêmes l'écriture de l'univers...

 

La durée : un jaillissement perpétuel d'imprévisibles nouveautés...

 

Le plaisir d'obtenir quelque chose s'associe à ce dont on se défait...

 

Ce que l'on demande à la poésie, c'est d'intensifier la vie...

 

Les poètes ont des visions, des intuitions dont émane quelque chose de chamanique...

 

Les regards contemplatifs et visionnaires deviennent de plus en plus indispensables...

 

Je crois profondément que l'on est élémentaire, que l'on appartient aux éléments...

 

Les individus ce sont des "fonctionnaires" de l'existence !...

 

Vivre ses métamorphoses et transformations...

 

Toute nouveauté passe par un renoncement...

 

Contempler la nature, passer de la division à la vision... Etre le vivant qui regarde le vivant. Etre rempli de l'anonymat et de la vastitude des mondes premiers. Retrouver la virginité de nos émerveillements...

 

Nous immerger en toute profondeur sauvage comme en toute poétique de l'oubli...

 

Voir la nature non pas avec un regard sur mais avec un regard par le dedans... (C'est cela la contemplation véritable.)

 

L'analyse : c'est l'ablation de nos discernements...

 

Il y a une lésion entre notre vital créateur et le vivant de la terre...

 

La dépression contemplative ou un suicide sensitif...

 

Il y a un émiettement de la dimension humaine dans laquelle cesse de passer le grand flux du monde...

 

Une société qui a cessé de respirer la terre..." Sylvain TESSON

 

 

 

..................................................................................

 

 

 

"Nous sommes les produits de toute la complexification de l'univers et, d'une façon qui reste sans doute à déterminer et à penser au plus près, nous sommes les frères de ce dernier dans toute sa globalité."

 

"Comment mener sa vie sans écouter les chansons de la terre"...

 

Michel Cazenave

 

 

 

"Aimer est un geste qui nous relie au cosmos, car il y a aussi de l'amour à l'oeuvre dans l'univers."

 

"Les mécanismes coopératifs et les processus de symbioses sont d'une importance décisive."

 

"Un principe d'associativité : une association qui aboutit à l'émergence de propriétés nouvelles. C'est par l'associativité que la nouveauté a émergé, que l'univers a progressé.

 

(Exemple : juste après le Big-Bang se forment les bosons de Higgs soit des particules élémentaires qui se combinent en quartz pour leur conférer une masse.)"

 

Exemple de symbiose : l'arbre et le champignon (échange suc nutritifs de la sève contre phosphate fournit aux racines.)

 

(Ou encore la symbiose algue et lichen...)

 

La Loi universelle :c'est l'équilibre qui est l'absence d'excès."...

 

 

 

Jean Marie Pelt

 

...........................................................................

 

 

 

"La logique de l'association est créatrice de vie et de sociabilité."

 

Pierre Kropotkine

 

 

 

"La science ou recherche fondamentale est la science en elle-même. Il s'agit d'un effort de la pensée humaine pour rechercher une meilleure compréhension du monde dans lequel nous vivons.

 

La science appliquée ou techno-science, c'est l'utilisation des connaissances scientifiques à des fins pratiques. (C'est le terrain des politiques et des entreprises et non plus celui des acteurs d'une quête de la connaissance.)

 

La marche vers la connaissance est une marche en avant perpétuelle.

 

La science fondamentale est totalement internationale."

 

 

 

Il n'y a pas vraiment un changement total de paradigme, mais une relativisation des anciennes représentations de notre image du monde car elles ne peuvent plus alors prétendre à dire la totalité du monde...

 

En science, nous observons depuis 1995 "une pluralité de mondes" (des systèmes planétaires en dehors de notre système solaire) (des planètes qui tournent autour d'autres étoiles dans l'univers soit des exoplanètes...)

 

Cela interroge la place de l'homme dans l'univers. Il y a peut-être d'autres formes de vie sur d'autres planètes, peut-être même des formes de vie inédites.""Plus nous regardons dans le lointain, plus nous regardons dans le passé." "On peut voir le Big-bang mais non l'écouter... Un rayonnement cosmologique primordial appelé rayonnement fossile a été découvert en 1965." "13,8 milliards d'années se sont écoulées depuis le Big-Bang qui est l'origine de l'univers ; de l'univers primordial soit dans ses tout premiers instants.""Nous sommes face à notre destin cosmique."

 

La recherche actuelle : celle d'une nouvelle théorie scientifique qui fusionnerait la physique quantique et la gravité soit une physique quantique de la gravitation universelle...

 

Les tout débuts de l'univers nous échappent toujours et la raison pour laquelle l'expansion de l'univers est en phase d'accélération...

 

Nous sommes dans un univers ouvert à l'infini..."

 

 

 

"La musique est fondamentale, elle est une communication avec les autres, avec la nature et avec le cosmos. Elle a des répercutions énormes sur l'être humain et cela dans toutes les cultures de l'humanité.

 

Le chant est d'abord l'expression du corps, de soi-même. Avec le chant, c'est notre corps qui est l'instrument."

 

"Habiter la terre en poète, c'est d'abord affirmer une présence au monde, une conscience du moment présent. Habiter la terre avec une vision globale, créative, intuitive,c'est créer en nous et autour de nous des espaces de réflexion, des espaces de pensée, des espaces d'art aussi. C'est vivre en étroite symbiose avec la nature."

 

 

 

Sylvie Vauclair (Astrophysicienne)

 

...........................................................................

 

 

 

"Il n'y a pas de certitudes historiques que nous irions vers le meilleur, nous pouvons aussui aller vers le pire !" André Gorz

 

 

 

"La nécessité d'une nature sauvage (comme celle entrevue par H D Thoreau), c'est de permettre un lien avec une part de nous-mêmes et avec une certaine spiritualité. L'atrophie menace les humains appareillés de technologies... (Des humains accaparés par leurs ouvrages mortifères !)                 La permanence de la nature permet de renouer avec l'expérience vécue ; un état de fait et de conscience dont nous privent des prothèses multiples...

 

La modernité ; c'est le déboisement, le refus du "noir", du "sombre"...

 

Il est temps d'en finir avec un dualisme caractéristique du règne dit des Lumières, avec cette opposition radicale entre nature et humanité.

 

L'humain est partie prenant de la nature...

 

Cette part naturelle de la condition humaine a été niée...

 

Cette nature, il faut l'extérioriser pour la reconnaître. Il ne s'agit pas de fusionner nature et culture, humain et nature...

 

 

 

Il y a des milliers d'initiatives de transitions, petites ou grandes, vers un monde plus sobre, plus juste,plus poétique qui prennent sens par leur multiplicité. Ce sont là des expériences premières, on en trouve à tous les étages de la société, en tous lieux, dans le monde entier....

 

Ce mouvement constructeur est largement enclenché. Il exprime le désir d'une vie plus harmonieuse entre humain et avec la nature ; le désir d'un bien vivre..."

 

Geneviève Azam (Economiste)

 

.................................................

 

"Tu dois changer ta vie." Rainer Maria Rilke

 

 

 

"Pourquoi réduire, de toute force, la multiplicité des manières d'être à une seule ? (Reducto Ad unum)" Auguste Comte

 

 

 

"Nous avons tous les éléments en nous pour être heureux, amoureux et émerveillés." La proposition : "R.E.V" : R pour Résistance créative E pour Expérimentation créative et V pour Vision transformatrice. Soit un trépied pour une économie sociale et solidaire."...

 

Patrick Viveret

 

.............................................................

 

 

 

"Notre monde repose sur le postulat de la démesure...

 

(L'hubris en grec à le sens de démesure et c'est un délit devant les dieux.)

 

Nous sommes depuis le XVIIè siècle dans une période dite historiquement Anthropocène. L'action humaine n'a plus un impact local mais global, planétaire sur le fonctionnement de la nature, de l'écosystème (modifications, dérangements...)...

 

Avec l'occidentalisation du monde; c'est la victoire du marché, de la marchandise et du capital...

 

On réforme, on réajuste, sans changer la logique profonde du système, qui est la démesure...

 

La réponse : la décroissance, la simplicité volontaire, la sortie du développement...

 

Nous devons retrouver des valeurs éternelles que l'on trouve dans toutes les civilisations, dans toutes les sagesses de l'humanité y compris les religions.

 

Le but de l'homme sur terre doit demeurer la recherche du bonheur, de la félicité, cela ne peut s'atteindre que par la reconnaissance de la limite...

 

Comprendre que la planète à des limites infrangibles ( que l'on ne doit pas franchir...)

 

Cela suppose l'auto-limitation, la modération, l'harmonisation, la mesure...

 

Il est souhaitable de décoloniser l'imaginaire...

 

Retrouver une forme d'ataraxie ( absence de troubles, tranquillité de l'âme...)

 

Etudier et pratiquer la résilience soit un exercice de la pensée préventif et curatif... (Anticiper les crises à venir... crise = crisis = changement)...

 

 

 

Le capitalisme prône que l'avidité est une bonne chose !

 

C'est en fait l'origine des démesures qui entraînent un système d'aliénation psychologique, psychique et culturel qui ravage le monde, les humains et la nature."

 

Serge Latouche (Economiste)

 

 

 

...................

 

Le mot "valeur" à l'origine (valor) exprime une force vive ; une force de vie et le mot bénéfice (benefacio) veut dire faire le bien...

 

..................

 

 

 

"Le matrimoine" ou écosophie est une relation sensible au monde...

 

Nous sommes, via la religion interposée, appelés à un au-delà de ce que nous vivons réellement au présent...

 

On n'existe qu'en fonction et grâce à l'autre qui nous permet d'être ce que l'on est...

 

Le nous constitue une appartenance simultanée à des groupes et à des lieux...

 

Nous sommes portés par un élan qui nous conduit au-delà de notre petite personne vers et dans une conscience du nous. C'est l'expérience plus intense d'un vécu ici et maintenant.

 

Dépasser les limites de notre individualité pour nous inscrire, nous insérer, dans une réalité plus vaste... Soit une transcendance immanente...

 

Dans cette perspective là j'emploie de plus en plus fréquemment le terme de "paganisme"... lequel ne renvoie pas essentiellement à une posture religieuse, car il se distingue du polythéisme, mais a une inscription dans le lieu. (Sens du mot paganus : paysan, celui qui habite un lieu dans la campagne.)

 

L'écosophie : c'est l'attachement viscéral à un lieu où je vis avec d'autres... C'est la sagesse de la Maison...

 

La notion d'individuation définit le passage du petit Moi isolé au Grand Soi... Ce nous, ce soi, rassemble les morts, le divin, le Ciel et la Terre comme le pensait M Heidegger le philosophe."

 

Michel Maffesoli sociologue (le temps des tribus)

 

............................

 

"Héraclite est le penseur de l'Harmonie et de la complémentarité et du devenir, mais aussi celui qui pense la contradiction..." Mohamed Taleb

 

 

 

"En toute chose l'Un,

 

Et dans l'Un toute chose,

 

Voir l'image de Dieu sur une herbe, un caillou, l'esprit de Dieu chez l'homme et dans les animaux.

 

Là est ce que l'on se doit d'avoir au fond du coeur." Novalis

 

 

 

La transcendance de l'Un (qui est présent dans chaque fragment de toute chose)... l'Un comme réalité ultime, se déploie dans notre réalité la plus intime...

 

(L'Unus Mundi : l'Un du Monde)...

 

Si le monde est cosmos et non pas chaos, c'est parce que l'Âme du monde lui donne forme et cohérence...

 

Cette Âme cosmique universelle n'est pas seulement tournée vers le sensible, elle est aussi animée par la nostalgie de son origine et c'est pourquoi elle veut s'unifier, retourner à l'Un...

 

Retrouver la pacification du coeur (qalb salim en arabe)...

 

 

 

"Devant le Dieu qui réside dans le feu et dans l'eau, dans les arbres et les plantes, immanent en ce monde et dans tout l'univers, nous nous inclinons, nous nous inclinons.

 

Les quatre éléments, terre eau air et feu, forment un tout et sont pleins de l'âme universelle...

 

Texte cité par R Tagore qui ajoute : "Depuis les temps anciens, notre esprit indien s'est développé au contact intime et constant de la nature, et l'aspiration à l'unification avec les âmes animales et végétales à toujours été inhérente à l'âme indienne."

 

 

 

Prôner un singulier universel...

 

L'homo viator c'est l'homme qui chemine, qui marche...

 

Le poème est un plus grand arpenteur de la terre que le langage et la philosophie.

 

La poésie est le compas du monde. La parole agissante, c'est le poème...

 

Nous sommes en phase de "chosification"... Il s'agit d'opposer à l'entreprise mortifère, la profondeur qualitative des hommes, des femmes, des peuples, de la nature vivante et de la multitude des relations qui se nouent entre eux... " Mohamed Taleb

 

..............................

 

 

 

"L'essence de la philosophie, c'est de comprendre la terre."

 

Bruno Pinchard

 

 

 

"L'amour n'est pas appris. (il nous appartient de l'apprendre.) M Rilke

 

 

 

"Le poète c'est le magicien de l'insécurité." René Char

 

 

 

Tout poème nous replace dans une cordialité qui nous unit simplement...

 

 

 

L'être humain n'est plus une source mais une ressource d'énergie... c'est la dictature de l'utilité...

 

La dévastation, c'est ce qui ronge notre monde sans que nous nous en apercevions...

 

Comment entraver ce que nous sommes, l'artifice de ce que nous sommes ?

 

Comprendre la souris, c'est comme on me l'avait appris à l'école, c'est la disséquer !

 

Le plus difficile est le plus simple. Il faut aimer immédiatement sans attendre.... L'amour, nous ne le méritons jamais...

 

Il y a dans l'amour un don qui dépasse toute mesure...

 

C'est plus du côté d'une certaine spiritualité, voir de la mystique ou de la poésie, que l'on peut trouver une parole qui dise la vérité de l'amour...

 

Aimer, c'est faire ouvrage d'attentions, de désencombrement. C'est une forme d'entraînement...

 

"L'amour est la tâche parfaite que rien ne peut remplacer." Emily Dickinson

 

Entrer par la méditation en rapport avec le présent sans rien vouloir obtenir de lui. C'est cela la gratuité déconcertante de l'amour...

 

Il existe une bonté intrinsèque de l'être humain. La bonté, c'est l'espace d'une infinie fragilité et d'une infinie tendresse...

 

La poésie, c'est ce qui fonde une dignité de l'être humain...

 

Une oeuvre d'art, c'est une oeuvre qui fasse surgir le monde !

 

Toute oeuvre d'art véritable est un mandala parce qu'elle nous parle d'une guérison qui nous fait naître à neuf...

 

Quel serait le visage d'un mandala moderne qui puisse guérir la souffrance précise de notre monde ?

 

Fabrice Midal (philosophe)

 

....................................................................

 



29/04/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi