Les dits du corbeau noir

GILBERT AUBERT POETE CHANTEUR DANSEUR MUSICIEN... (TEXTES BARDIQUES) 2020 BRAN DU 16 01 JANVIER

 

archives photosVerbatim bran du 23976pm.jpg

 

 

 

Gilbert AUBERT

 



Beaucoup d'entre vous connaissent Gilbert Aubert, multi-instrumentiste et animateur d'une foule d'événements conviviaux dont la majorité de nos rendez-vous festifs...     Il est de tous nos « Celtivals » depuis leur création et bien avant dans les très nombreux concerts, bals et spectacles que nous avons animés en commun depuis plus de... 50 ans !...

 

 

Lors des rendez-vous estivaux, il anime des ateliers « Haiku » et « Apprentissage des danses traditionnelles »...

 

Son répertoire concerne les airs à danser d'ici, de là-bas et d'ailleurs ainsi que les musiques et chants Médiévaux, Baroques, Renaissance et aussi les Chants de Marins, les Chants à décompter et se propres créations...

 

Il est membre des groupes traditionnels : Molènes et Breudeur an Hent (Les Frères du Chemin)...

 

Depuis plus de cinquante ans donc nous nous adonnons également à la philosophie et à la poésie ainsi qu'à des immersions nombreuses en milieu naturel...(Randonnées accompagnées)...



C'est une autre facette moins connue que je souhaite vous faire découvrir de cet artiste talentueux et généreux... Son Ecriture :

 

 

dahouet fete gilbert juin 2014 016pm.jpg



 

 

ST JEAN D'ETE



Torons bleus

D'algues rêches

Cous noueux

Des flammèches

Dans le feu crépitant



On est là

A attendre

Qu'un éclat

De la cendre

Montre la

Vie du feu



A minuit

Les brasiers

Craquent et puis

Comme déliés

En grand bruit

Tous éclatent



Torons blancs

De fumée

La Saint Jean

Terminée

Plane un chant

Au matin :



« Om Belen

Lug ha Bran

Telem

Dir ha Tan... »

 

…........................................

 

 

 

dahouet fete gilbert juin 2014 119pm.jpg

 

Dans Plinn (A Étienne Collomb)



Un deux trois et quatre

Pieds collés à la terre

Balancement court appuyé

Un deux trois et quatre

Respiration serrée

Rythme qui rien ne perd



Et l'unique cordeau des danseurs verts...



Pulsations brèves de centaines de pieux

Obstinés, sourds et qui s'efforcent

A pétrir la terre douloureuse

Et l'unique force de la seule chaîne

Obsédante comme un cœur décidé et puissant

Les yeux fixes et ronds

Percent la nuit aveugles et visionnaires

Routes d'épaules qui sinuent et se lovent

Buissons de bras aux bourgeons pâles et pleins

Et de têtes impassibles et rythmiques



TAN TAN DIR HO DIR... Tan, tan dir ho dir....



Feu immobile des regards perdus

Acier de coups réguliers et souples



Et l'unique conscience de la chaîne réalisée

Scande aux étoiles la mélopée retrouvée

Aux milieux des cris jaillis oiseaux de feu

Qui percent la nuit, épées de nos cœurs...



TAN TAN DIR HO DIR
HIR ! HIR !

TAN TAN DIR HO DIR
HIR ! HIR !



….....................................



 

 

archives photosVerbatim bran du 24717.jpg

 

 

Ces Gens sont Fous...



Ils vivent autrement

Avec fureur, avec ferveur

Des brasiers dans les yeux

Et des gerbes d'étoiles dans les mains

 

Quels beaux buveurs

Et quels fins chanteurs

Mais quand ils dansent, ils sont fous

Tout bascule dans leurs yeux agrandis

Chutent des ouragans de tristesse

Alors qu'ils vibrent de transes incantatoires

A rebrousse-temps, ils remontent l'espoir

Comme le saumon au printemps

Pour trouver leur paix et leur fin

A grand coup de queue-rêves

Pour vaincre le courant

Qui éteint la vie et rallume leur âme

 

Ces gens sont fous

Quand ils dansent ils pleurent

Et quand ils rêvent, ils rient

 

Ces gens sont fous

Cœurs rudes et âmes tristes

Mais ils chantent

Mais ils dansent

Mais ils boivent

Jusqu'à l’extinction d'étoiles

Jusqu'à l'oubli du matin blême.



….................

 

 

archives photosVerbatim bran du 24434pm.jpg



Le Barde



Le barde est grand

Quand sa voix s'élève

Et remplit l'infini

Mais il est petit

Quand sa voix se perd

Au milieu de la bataille

Du jour et de la nuit

Voix, vois de nulle part

Vérité, vérité inaccessible

A jamais cachée des yeux et des sens

Perception pourtant d'une seule chose, d'une première chose

A travers la cascade bruissante des événements

La vallée originelle sise quelque part

Au fond de rien qui nous oit accessible et imaginable

Nous vibrons au rythme profond

D'une dimension qui n'est pas la nôtre



….



Mais ce langage n'est pas le nôtre

Rien n'est nôtre de ce que nous cherchons

Tout l'amour passe au travers de nous

Comme le regard glissant dans l'eau

Nous passons, nous coulons, nous mourons

Le regard reste, il ne nous appartient pas

Il vient de derrière nous, de très loin



…....



Le barde chante

Le barde s'accorde avec ce rythme fondamental et infini qui nous traverse

Le barde est la poite, la fenêtre

Ses yeux sans fond sont un canal aux eaux limpides

Sa voix transmet l'accord profondeurQui unit nos âmes avec la chose oubliée.

 

........................................................................

 

 

DSC_9478.JPG
Avec le groupe Breudeur an hent

 

 



LES BARDES SONT DEBOUTS (Extraits)(Chanson)



...Leurs voix ont disparu des siècles durant

Un peuple sans nom dérivait à tous les vents

La terre qui se souvient voit et entend

La vague a retrouvé le rivage d'antan

Réveillez-vous ! Réveillez-vous

Les bardes sont debout, réveillez-vous !



Mais où avez-vous appris à rêver l'océan du temps ?

- Oui, le grain lève et les bardes se relèvent.

Mais où avez-vous appris à chanter le feu et la terre ?           - Oui, le grain lève et les bardes se relèvent.

 

 

 

Ne demandez pas qui pourra vous apprendre

Ni sur quel chemin le destin doit vous attendre

Étendez vos filets sur l'immensité

Écoutez la pierre qui parle d'éternité

Réveillez-vous, réveillez-vous

Les bardes sont debout, réveillez-vous !



…......................................................................................

 

 

 

Telenn

 

Harpe

De l'eau

Qui coule

 

 

Escaliers

De lumière

Au travers

 

 

Déblayer le bruit

Jusqu'à l'éclat

Premier

 

 

Celui où les cordes

Claquent leurs gouttes

Sur le granit cymbale

 

 

Réveillant le scintillement

Améthyste et émeraude

Des géodes sonores

 

 

Harpe

Frémissement de peau

A fleur de terre

 

 

Harpe

Souplesse de l'eau

Et de sa voix caressant les roches

 

 

Luisance de lune

Dans la chevelure

des comètes séculaires

 

 

Légendes

Affamées de vastitudes

Derrière les perthuis de nos vies

 

 

Fingall, Gao, Basileïa

Is, Nazca, Vineta

Tocsins tournoyants à vide

 

 

Distorsions

Du zénith et du nadir

Jusqu'au point vernal

 

 

Harpe le centre

Pour spiraler

A nouveau

 

 

Mouvement double

Et complémentaire

Tissage équilibré

 

 

De chaque voie

Harpe note à note

Ambre gris

 

 

Ne tuez plus

Le cétacé

Remorquer de banquises vierges

 

 

Il contient la pierre bleue

Boussole fondamentale

Et devenir des improbables

 

 

Il faut faire aller

La vie

Jusqu'au rêve

 

 

Harpe

Estrans de silence

Et galops sonores

 

 

De l'espace

Pour respirer

Et densifier

 

 

Harpe

Goutte à goutte

Infusion de Vie

 

 

Goutte à goutte

Note à note

Et réintégrer l'enveloppe matricielle

 

 

Se souvenir vite

Marcher lentement

Un plan net comme l'horizon

 

 

Et les harpes sous-marines

Répondront aux cornemuses célestes

Dans le vol tendu d'un goéland

 

 

 

Telenn

Bag Gouelan

E tal an amzer barzh


..............................

 

 

 

 

dahouet fete gilbert juin 2014 028pm.jpg
LES COMPERES...



17/01/2020
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi