Les dits du corbeau noir

ART ÊTRE NATURE 1 : ELEMENTS DE REFLEXIONS (JUIN 2013)

FESTIVAL    ART  ETRE ET NATURE
ARBRE et Monde Végétal  / Art et Création / la Question de l’Etre . Eléments de réflexion, citations et extraits de lecture….
    Juin 2013                Bran du

« Dans le monde scandinave, chez les peuples du nord, l’arbre n’est pas seulement un élément végétal, il est une présence sacrée. Il représente une puissance naturelle de la vie et de la force vitale, une puissance du destin.   Marie Claire  Bernage   Heimdall

Ygdrasill, le frêne magnifique qui se dresse au centre du monde, existe depuis que le monde existe :

« Je me rappelle les géants
Nés à l’origine…
Neuf mondes je me rappelle,
Neuf étendues immenses
Et le glorieux arbre du monde
Enfoncé dessous terre. »                          (Traduction Régis BOYER
                                                                       Les religions de l’Europe)

Odin réveille la « Völva », la voyante, afin qu’elle lui révèle l’histoire et la destinée du monde…   Ygdrasill est le monde lui-même…

« Je sais que se dresse un frêne
S’appelle Ygdrasill,
L’arbre élevé, aspergé
De blancs remous ;
De là vient la rosée
Qui dans le vallon tombe,
Éternellement vert il se dresse
Au-dessus du puits d’Urd. »

Il est le plus grand des arbres. Ses feuilles ruissellent de l’hydromel sacré, ses branches s’étendent aux confins du ciel. 
Odin demeurera pendu pendant neuf nuits afin de découvrir le secret des Runes, une sagesse immémoriale à la saveur dorée et sucrée de l’hydromel…

« je sais que je pendis
A l’arbre battu des vents
Neuf nuit pleines
Navré d’une lance
Et donné à Odin
Moi-même à moi-même donné
A cet arbre
Dont nul ne sait d’où proviennent les racines… »

Celles-ci sont les sources mêmes de la vie…

A ses pieds se trouve la source de Mimir. Qui boit de l’eau de cette source obtient savoir et sagesse… 
La troisième racine du frêne sacré va vers le ciel. Là se trouve la très sacrée fontaine d’Ird où nagent deux signes blancs. C’est là que chaque jour les dieux tiennent leur assemblée… Près de la fontaine vivent les trois normes qui sont le passé, le présent et l’avenir.  Elles ont pour charge de modeler la destinée des hommes… Urd, le passé, va puiser de l’eau sacrée à la source de toute origine et asperge je frêne afin de lui redonner de la vigueur. Cette eau est si sacrée que toutes choses qui tombent dans la fontaine deviennent d’une blancheur immaculée.

Heureux qui peut se nourrir de la sève d’Ygdrasill !

Ygdrasill protège, unit, nourrit… Il est l’énergie inlassable de la vie, la force vitale qui déjoue les pièges de la mort. Eternellement assailli comme toute vie sur terre, il survivra au Ragnarök qui ne fera que l’ébranler.
A son ombre la vie renaîtra par le couple Lif et Lifthrasir (Vie et force vitale) et donneront naissance, nourrit par l’Arbre et sa rosée divine, à une humanité régénérée…

La forêt recèle des richesses, l’arbre à des trésors qu’il dévoile à ceux qui sentent sa vie secrète et la respecte. L’arbre mythique est source de sagesse.
Ecoutons le chant de l’arbre sous le vent… »

……………..//////////………………..
« J’ai changé l’écorce de mon corps
Contre la peau des arbres
Et je me sens
De plus en plus redevenir forêt. »                 Jephan de Villiers
………………………………………………….......................

De la fonction des contes liés à la forêt (Natacha Rimasson-Fertin)
« …Dans la forêt de la vie, parvenir à accéder, par l’autre, à sa richesse intérieure, serait donc l’enseignement du conte. »
………………………………………………….....................
« Au plus profond de la forêt, je m’étais cherché un endroit où les plus vieux chênes et hêtres forment un espace ombreux, comme sacré. Autour de ce cercle resté libre, les buissons les plus épais se refermaient, tandis que des rochers moussus en ressortaient, puissants et dignes, donnant naissance à la cascade d’un torrent vigoureux.
C’est certain, il n’existe pas de plus belles bénédictions divines que celle de n’avoir pas besoin d’image pour susciter simplement en notre sein le dialogue avec la nature. »

Goethe
………………………………………………….......................
« Quand à la pensée qui préside à cette démarche, elle est celle dite écologique ; encore très mal comprise, souvent caricaturée. A la base du discours culturel moderne, il y a l’idée que l’être humain se construit dans la distance qu’il prend avec la nature, que la nature, minérale, animale, végétale se trouve d’un côté, l’humanité (pensée, historicité, liberté, conscience, culture) de l’autre. Pour certains même, être « pour la nature » c’est être « contre l’homme ». Alors qu’il est de plus en plus évident ( et de plus en plus de travaux scientifiques vont dans ce sens) non seulement que nature et pensée, organisme et liberté ne sont pas antinomiques, mais que, sans rapport intelligent et sensible à la nature, l’être humain va se trouver bientôt complètement dépourvu de monde, n’ayant de choix…/… qu’entre un fatras fantaisiste et un contexte totalement stérile. …/… »

Marchez vers cette perception centrale qui, toujours potentielle, mais profondément enfouie en nous, ne vivre qu’à de rares instants. Nous devons apprendre à marcher, voir à danser dans le « Monde Blanc ».   Le monde c’est avant tout la terre. Cette expérience de la terre est expérience de l’incandescence de la terre… Ce qui deviendra plus tard l’intuition, la philosophie, le mythe du Monde Blanc est concentré essentiellement dans le corps érotique au contact des choses et des éléments : les remous de l’eau, le vol absolu des oiseaux, le corps souple du lièvre, les fleurs qui s’ouvrent, les lourdes grappes de baies du sorbier, les seins d’une fille…
Il faut pour cela être au sein de l’univers, percevoir les phénomènes aussi profondément que possible, viser un infini réseau de relation. Voilà pour la pratique pour se                  concentrer et devenir sens cosmique, pour ne devenir qu’une sensation lumineuse, la pointe d’un diamant…
Et concevoir cela comme l’approche d’une source claire…
Tout ceci à condition aussi que l’on sache voir la nature, voir dans la nature, voir dans soi-même. C’est alors refléter l’origine, l’esprit du soleil…
C’est dans le blanc que gît l’essentiel, le temps blanc, les séquences blanches…
Se rappeler alors avec un frisson de reconnaissance que le Paradis des Celtes, c’est-à-dire le chant de la vie portée à sa plus haute intensité, s’appelle en gallois GWENVED : Le MONDE BLANC
Il s’agit d’une revisitassions, d’une réexploration, d’une réjouissance du monde, une modalité d’accord heureux et créatifs, à la fois exact et amoureux, avec son milieu. Développer la sensation de monde, une relation aux êtres de la terre et avoir pleine conscience de cette participation… Ce rapport « amoureux » est fondé sur la découverte d’une commune appartenance, d’une communauté de substance. »
                                                        Kenneth WHITE  (extrait)
…………………………………..
« Je suis le maître tranquille
    Qui conseille les bardes de ce pays
Je suis Taliésin chef des bardes de l’occident.
Talhaearn est le grand maître des astres.
Je connais l’imagination des arbres,
Je connais la signification des arbres.
De l’inscription des arbres des sages
Je comprend mon institut.
Les pointes des arbres imitateurs,
Que murmurent-ils si puissamment ?
Quels sont les divers souffles
Qui sont dans les troncs ?
Ces choses sont lues par les Sages
Qui sont versés dans la Science. »
                                                     Les grands bardes gallois Traduction de Jean Markale
                                                (Il existe d’autres versions ou interprétations de ces textes)
…………………………………………………...........

Pour le poète, philosophe, écrivain, paysan et druide Philéas Lebesgue un druide, c’est :
« Un œil clair qui sache voir la nature
Un corps simple qui sache la sentir
Un esprit droit qui ose la suivre…. »

…………………………………………….

« L’esprit celte voit la merveille dans la nature, concevant celle-ci comme un foyer de possibilités infinies, inédites et inattendues… ici l’homme est mêlé à la totalité, philosophe de la forêt, rôdeur du réel et aventurier de l’abîme…
Une éternelle féérie, une métamorphose sans fin me semblait la loi du monde. »
Ernest RENAN

……………………………………………..
Jean GIONO   l’oiseau bagué et autres extraits

« Un homme avec un cœur bien verdoyant et rien de savoir que celui-là existe, on entend le chant de la flûte et l’espoir vous porte dans les longs chemins qui font le tour des forêts… 
Tu es comme le feuillage que le vent peut retourner, que le soleil pénètre et qui, tout imbibé du monde n’est pas seulement toi, mais toi plus le monde…
Les hommes de la terre… La pluie, le vent, l’orage, chantent à leurs oreilles des enseignements sacrés… L’arbre leur a fait connaître la façon d’être debout…
Tout, tout l’enseigne… Un Esprit - en donnant à ce mot son sens alchimique - un esprit qui, depuis la première Mère des hommes, s’est transmis de cœur en cœur…
Je voulais vous faire comprendre que les hommes ne peuvent se passer d’habitation magique… nous sommes des éléments cosmiques… nous sommes une immense forêt en marche…
Nous avons perdu le grand enseignement, nous ne savons plus écouter et traduire en notre cœur le ronronnement des grandes forces… Il faut des hommes neufs, le contact direct avec les grandes forces…
Il y a « ceux-là » dont les pieds ne savent plus goûter la terre. Ils ont usé leur puissance divine sur de la matière artificielle, sans artères magiques.
Ce sont des hommes et des femmes privés de densité…
La vie est plus belle dans les bois…/… Il est meilleur de vivre là, dans la gloire des arbres, le mystère des ombres, le bruit soyeux des enchantements…
On avait imaginé dans le temps qu’on appelle que les hommes avaient enfin réussi à chasser les dieux de la terre et à s’appeler dieu à leur place… A travers les machines la terre se dédivinisait… …///…
Morgane, elle, continuait à enchanter le temps…
Qui croira désormais à la forêt de Brocéliande ?
La forêt de Brocéliande était de nouveau descendue se planter sur la terre. »
« Le rythme de la terre vivante est perceptible par tous nos sens. »  « Le paysage façonne les âmes. »
…………………………………………

« Retrouver le sentiment perdu d’une sève humaine accordée en profondeur aux saisons, aux rythmes de la planète, sève qui nous irrigue et nous recharge de vitalité, et par laquelle, davantage peut-être que par la pointe de la lucidité, nous communiquons entre nous… »  « On dirait que tout a été dit de l’homme sauf ceci tout de même essentiel :
Cette bulle enchantée, cet espace au fond amical d’air et de lumière qui s’ouvre autour de lui et où tout de même, à travers mille maux, il vit et refleurit. »  Julien GRACQ   ……………………………………….

De la GEOPOESIE (Kenneth WHITE)

« Une nouvelle cartographie mentale…
C’est un mouvement, c’est une exploration située entre poésie, philosophie et science pouvant déboucher sur une dynamique fondamentale…Retoucher terre d’une manière nouvelle et y sentir la force et la fraîcheur d’un espace premier. Une poésie de plein vent…  A la base du mot Monde, il y a la notion de beauté et de fertilité.
Un Monde c’Est-ce qui émerge du rapport entre l’esprit et la terre. Un rapport subtil, sensible et intelligent. Rendre au mot poétique la charge et la force de transformation qu’il peut avoir… »
« Il s’agit d’aller vers un vaste champ ouvert au déploiement d’une vigueur, un îlot de densité. Il s’agit de s »’adonner à une action collective sans rien sacrifier de sa force          individuelle. Soit l’expérience d’un espace désencombré permettant une aisance, une fraîcheur, un étrange élargissement de l’être, une purification du regard, une sensation de commencement… »
…………………………………………
Jean Pierre OTTE (les Gestes du commencement)
« Les gestes premiers ce sont les gestes nés de l’eau, de l’air, du feu et de la terre. Les gestes de la genèse, les gestes essentiels. Ce sont les « gestes artisans »….
Le monde est une émotion. Nous avons oublié que nous sommes extraordinaires, capables de métamorphoses et de merveilles. Il faut que nous prenions racine autant dans la terre que dans l’être…
Je ne parle que de présence au monde, d’une plénitude d’exister à travers de la terre. A partir d’un point, rayonner… Exister à travers d’un paysage qui s’empreint en nous par toute cette porosité magnifique de nos sens…
Vivre dans cette alliance ; appartenir et s’appartenir, ce sont autant d’endroits de communication profonde entre nous, nous-mêmes et le monde qui nous environne. Ici s’acquière et se fortifie la conscience cosmique d’appartenance…
Je rejoins en cela la passion des Celtes de tout sacraliser, fontaines sac rées, arbres, sources, bois, grottes originelles, lieux où souffle l’esprit…
Ce sont nos arches d’alliance, nos lieux de jonction, de coïncidence, d’accord profond.
Ce dont nous avons besoin c’est de l’expérience immédiate de se sentir respirer, palpiter, pervibrer. Plaisir d’exister, de se sentir en vie, ici et maintenant.
Plus que jamais je sais qu’il faut célébrer…
Nous avons un ciel au fond de la tête. Nous allons vers une terre promise à l’intérieur de nous-mêmes et par ces gestes du commencement impliquons-nous en eux, vivons-les.
L’intensité du renouveau sera fonction de la ferveur et de la simplicité avec lesquelles nous redécouvrons ces gestes. »
…………………………………………………...................
Guillevic              Instants épousés :

L’arbre est du temps
Qui n’en finit pas
De s’incarner.

Venez tous
Dans mon royaume
Dit l’arbre
Pour chacun
Il y aura de quoi.

Ces arbres, comment faire
Pour que ce soit en moi qu’ils vivent,
Portent sève, fassent des feuilles
Qu’ils ne perdront pas ?

Dis-moi :
Vivre, qu’est-ce que c’est ?
- Regarde le jardin.

……………………………………………….

« Les transitions vers une nouvelle fertilité de l’esprit viennent d’une plongée dans les profondeurs de l’intuition. »   Whitehead   L’Aventure des idées
…………………………………………….
« Retrouver des foyers d’énergies. Un univers d’enchantements créateurs, une sensation cosmique d’une rare densité, d’une rare fluidité. »  W Withman
……………………………………………
« La Terre est une poésie vivante. »  H Thoreau
Arpenter la forêt pour « analyser la relation mystérieuse entre soi et le non humain, et mieux se comprendre par la méditation du milieu naturel. » (Balade d’hiver)
…………………………………………….

« Cœur du ciel, Cœur de la terre
Donnez-nous votre signe, votre mot,
Tant qu’il y aura le jour, tant qu’il y aura la lumière.
Quand vient le temps des semailles, l’aube,
Y aura-t-il une route verdoyante, un chemin verdoyant ? »   Texte Maya
………………………………………….
« Homme, humilité, humour, humus… »  Pierre RABHI
…………………………………………
« L’arbre et à la fois unique et pluriel… C’est une « colonie »…
La disparition des forêts se double d’un génocide, car il y a des hommes qui vivent là, sans détruire quoi que ce soit. Un génocide institutionnalisé par la recherche du profit ; qu’est-ce que ce monde là ? »
Comprendre le règne végétal exige une « révolution intellectuelle »…
L’homme humain qui se dit « supérieur » possède 2600 gênes dans son ADN alors qu’in simple grain de riz en détient 50000 : » Francis HALLE
…………………………………………………..........
Arnaud TORTEL
« Tant que nous continuerons de nous battre contre la nature, nous ne pourrons pas la comprendre et encore moins l’aimer…
Chacun des actes que nous accomplissons s’inscrit au cœur même de l’humanité et le fait réagir…
En innovant, en inventant, une nouvelle manière de penser et d’agir, nous agissons pour l’ensemble de l’humanité…
Nous sommes encore incapables de comprendre que la nature est indispensable à la vie ! Les peuples sages de la planète ne sont pas ceux que l’on croit… les sociétés primitives ont beaucoup à nous apprendre : comment vivre en harmonie avec la Terre-Mère ?
Ils la respectent et ne tuent que pour se nourrir. Ils respectent toute la création comprenant qu’ils font partie d’un tout. Ils ne se sentent pas hors du monde, investis d’un pouvoir particulier… Ils n’estiment pas comme nous que la nature est faite pour être domestiquée, domptée, maîtrisée d’une main de fer… Ils ont appris à l’écouter, à l’aimer, comme une entité hautement intelligente, et chaque acte est pesé, réfléchi, avant d’être posé. Ils communient et communiquent avec l’univers dans lequel ils ont une place pendant que nous saccageons et détruisons…. Les vrais trésors sont dans les profondeurs de notre âme, à portée de main…. La nature nous renvoie à la vie véritable, celle qui pousse à sentir, à apprendre, à réfléchir et finalement à aimer…Nous ne faisons qu’un relié à la même source. »
………………………………………………
« Ce qui est mis en pratique dans un coin, même retiré du monde, amène à l’humanité entière une nouvelle façon de penser. »   Ruper SHELDRAKE
…………………………………….
« Mais pourquoi Dieu rit-il en regardant l’homme qui pense ? …/…
Parce que l’homme n’est jamais ce qu’il pense être. »  Milan KUNDERA
…………………………………………….
« Ce qui compte vraiment dans la sauvegarde des condors et de leurs congénères, ce n’est pas tant que nous en avons besoin de ces condors, c’est que nous avons besoin des qualités humaines qui sont nécessaires pour les sauver ; car ce sont celles-là mêmes qu’il nous faut pour nous sauver nous-mêmes. »   Ian mac Millan
…………………………………………….
« L’univers apparaît comme une tempête de beauté infinie… Il n’y a que dans la nature que l’on renaît..; »  John MUIR (The Wilderness sage. Le sage des terres sauvages)
………………………………………………..


Tagore (de l’aube au crépuscule)  extrait
« … Ma voix s’étrangle et mes chants se taisent aujourd’hui. Ci-gît le monde dont je rêve, enchaîné et détruit dans la spirale noire du mensonge. Et je me tourne vers Toi ; ô Dieu, les larmes aux yeux? Je t’implore et te pose cette odieuse question :
Leur as-Tu pardonné et les as-tu jamais aimé ceux qui ont souillé Ton air et éteint Ta Lumière ?    Tiens-toi tranquille, ô mon cœur car ces arbres montent vers les cieux comme ma prière s’élève vers Dieu.  Mon chant a célébré les fleurs de ton printemps et rythmé le bruissement de tes feuilles. Mon chant s’est élevé dans le silence de Tes nuits et la paix de Tes matins… Et dans la mélodie de mon chant ont pénétré les premières pluies de l’été sur les feuilles …/…
Quand j’aurai accordé le luth de ma vie, chacun de Tes attouchements y jouera la musique de l’amour
TERRE-MERE… Une brume de larmes recouvre la beauté de Ta création et je verserai mon chant sur Ton visage de tendresse et je verserai mon amour sur ta poussière en détresse, Terre-Mère… »
…………………………………….
« Désormais l’essence de la nature doit s’exprimer symboliquement ; un nouveau mode de symboles est donc nécessaire. » Nietzsche naissance d’une tragédie
…………………………………………………
« La terre est une vallée où poussent les âmes. » Keat
…………………………………………..
« Les poètes ne changent pas le monde, mais sans les poètes le monde ne change pas. »
Jean Michel Maulpoix (Domaine public)
………………………………….
« Je suis le poème dans mon corps. » Daniel Oster (l’individu littéraire)
……………………………….
« Comment rejoindrait-on des êtres qui ne parviennent pas à se rejoindre eux-mêmes ?» Roger MUNIER  Opus Incertum
……………………………………….
« Vous n’êtes pas entré avec moi dans les fibres que la terre a cachées. » Pablo NERUDA Chant Général
…………………………………….
« Comme une eau, le monde vous traverse et pour un temps vous prête ses couleurs. »
Nicolas BOUVIER  l’Usage du monde
…………………………………….
« Les saisons ici sont fidèles et on les tient en haute estime. Que de traces à retrouver, que de sources à rendre folle et aussi que de pâtures pour les mots. » Michel Cosem
…………………………………..
« Ma voie est celle de l’unité qui embrasse l’universel » Confucius
……………………………….
Christian Bobin parlant de St François d’Assise  (le Très Bas)
« Ma sœur la rivière, mon frère le vent, ma sœur l’étoile, mon frère l’arbre… »
François replace cela comme cela doit être dans l’intensité d’une même origine, remis entre les mains d’une même immensité. »
………………………………………….
« Nous allons être conduits à changer nos comportements et nos croyances ou bien crever. »   Moebius
………………………………………….

« On ne peut rien enseigner à autrui. On ne peut que l’aider à le découvrir lui-même. »
« Nous devons être le changement que nous voulons voir dans le monde. »  « le développement ce n’est pas avoir davantage mais d’être davantage.»   Gandhi
……………………
« Comment bien vivre ? Ses questions essentielles traduisent la nécessité de soulager en urgence le corps souffrant et l’esprit épuisé… L’aspiration au sacré, la recherche de soi, du sens de la vie, la quête d’identité, tout cela devient primordial comme le besoin de rites et de symboles, de questionnement philosophiques voir métaphysiques… C’est l’usage de la philosophie comme sagesse et art de vivre, d’une philosophie qui soit une manière de vivre. » Le Monde des religions
……………………………
« Le propre de l’homme, c’est donc la vie de l’esprit, puisque l’esprit constitue essentiellement l’homme. »  Aristote (Ethique à Nicomaque)
…………………………
« La créativité est dans toute la nature qui s’auto-crée, s’auto-développe. » Spinoza
« Sentir et expérimenter le fait que nous sommes éternels. »  (idem)
……………………………………………..
« Les relations affectives, les rituels, rendent l’invisible présent »  Boris Cyrulnik
………………………………………..
« L’art ne reproduit pas le visible. »  Klee
…………………………………….
« La création qui chaque jour me sauve. »  Raak prim net
« Mais, c’est pour cela que nous sommes au monde ! Pour inventer la vie. » H Gougaud
…………………………………..
« La célébration du cycle de la nature permet à l’homme de porter un regard de connivence sur son propre schéma de progression ; de la naissance à la renaissance en passant par tous les stades de la perte, de l’abandon et de la révolte. » Thierry Pyras
………………………………….

« Transmet l’esprit des choses et n’oublie pas que l’esprit réside aussi dans les montagnes et les plantes ; elles ont une âme, et c’est le ciel qui leur à donnée. La forme naît de l’informe ; il ne faut pas avoir peur du chaos. »  Fabienne Verdier
……………………………………………
« Fais-moi sage, de sorte que je puisse comprendre ce que tu as enseigné à mon peuple et les leçons que tu as cachées dans chaque feuille, chaque rocher. »  Indien Ojibwa
…………………………………………..
Celui qui ignore les Traditions n’a rien pour éclairer son chemin. » Indien Navajo
…………………………………………
« C’est beau, en vérité, c’est beau…
Je suis l’esprit à l’intérieur de la terre
Les pieds de la terre sont mes pieds,
Les jambes de la terre sont mes jambes,
La force de la terre est ma force.
C’est beau, en vérité, c’est beau…
Les pensées de la terre sont mes pensées,
La voix de la terre est ma voix,
La plume de la terre est ma plume. …/…
Tout ce qui entoure la terre m’entoure et moi je suis la parole sacrée de la Terre !
C’est beau, en vérité, c’est beau…

Chant cérémoniel Navajo
……………….
« Désormais, c’est à tous les hommes qui aiment à la fois la poésie et la science, à tous ceux qui veulent travailler de concert au bon heur commun, qu’il appartient de lever le sort jeté sur les sources par les prêtres ignorants du Moyen-Age… Quand nous aurons enfin compris entièrement la source et qu’elle sera devenue notre associée fidèle dans l’œuvre d’embellissement du globe, alors nous apprécierons d’autant mieux le charme et la beauté. L’eau, comme la terre qu’elle anime, doit nous sembler de jour en jour plus belle, depuis que la nature s’est relevée, non sans peine, de sa longue malédiction. »
Elysée Reclus (Histoire d’un ruisseau)
« Comment mettre en concordance la pensée, la vision qu’on a de la vie, du monde, par rapport à un mode d’existence ? » Idem
……………………………..
« Eduquer ce n’est pas remplir des vases, mais allumer des feux. » Montaigne
………………………………..
« Plus de partage, moins de compétition…
La modernité a créé des ruptures sans précédent dans la projection des valeurs, les rapports à la nature, l’organisation sociale… Elle a provoqué un désastre dans la disparition des espèces et des cultures… Faire comprendre aux enfants que l’élément de la pérennité, de la durée de l’élément vital, c’est la nature… »  Pierre Rhabi
« Le problème du monde d’aujourd’hui c’est que sa logique est dénouée d’humanisme, de sens et de valeurs spirituelles. »  Pierre Rhabi
……………………………
« La nature est un professeur, par un fournisseur. » Janine Benyus (Sylvicatrice)
…………………………….
« La nature parle et le genre humain n’écoute pas. » V HUGO
……………………..
« Il faut soit infléchir la trajectoire du train soit changer de train. » François Lemarchand
……………………………………..
« La prochaine révolution industrielle sera fondée non sur ce que l’on extrait de la nature mais sur ce que l’on apprend d’elle. »  Elisabeth Laville et Marie Balmain
……………………………
« Il y a en nous un magnifique secret : celui de notre présence au monde et pour le vivre pleinement, il nous faut redécouvrir le sens de ce qui nous est le plus intime… Notre souffle, ce formidable instrument de libération. » Marc de Smedt
……………………………………….
« Regardez, utilisez vos sens, ils vous ouvriront les portes de l’univers. »  Hermann de Vries
……………………………..
« Garder sans cesse à l’esprit que notre sort est dans les mains de la nature. » Nicolas Hulot
……………………..
« L’homme nie son appartenance à la nature et s’en sépare avec violence dans un délire appelé humanisme. Cette notion nie toute transcendance de l’humain par rapport à la nature. La vraie question c’est comment harmoniser l’esprit et la nature? » Denis Marquet
………………………………..
« Lorsqu’un seul homme rêve, ce n’est qu’un rêve, mais si beaucoup d’hommes rêvent ensemble, c’est le début d’une nouvelle réalité. »  F Hundertwasser
…………………………..
« Notre conception étroite de l’intelligence est mise au défi par l’évolution de nos connaissances sur le monde naturel car nous voyons qu’il existe bien une ou plusieurs autres formes d’intelligence dans la nature. »  Jéremy Narby
…………………………….
« Rien n’est extérieur à la vie. En elle tout réside, d’elle tout provient. » Nietzsche
« Aimer la vie, cette fois, c’est aimer qu’elle revienne à l’infini… Nous apprenons trop, nous ne pensons pas assez… Entretenir la puissance créatrice… C’est à une danse hardie que ressemblera la haute culture… A une rapsodie poétique… dans un grand OUI à l’existence. » « La plus belle chose que nous puissions éprouver c’est le côté mystérieux de la vie. C’est le sentiment profond qui se trouve au berceau de l’art et de la science véritable. » Nietzsche
……………………..
L’Etre est-ce qui n’en finit pas d’advenir. »  Heidegger
………………….
« Je ne parlerai pas, je ne penserai rien : mais l’amour infini me montera dans l’âme, et j’irai loin, bien loin, comme un bohémien, par la nature - heureux comme avec une femme. » Rimbaud
…………………………………
« C’est un paysage de grande âme mais les gens médiocres y mourraient d’ennui et peut-être de peur. »  Barbey d’Aurevilly
« La beauté, c’est l’absolu d’une émotion ressentie dans l’échange avec l’univers. » Albert Jacquard (la Légende de la vie)
……………………….
« Quiconque n’aura pas vécu heureux chaque jour et aura attendu le bonheur pour le lendemain aura mal vécu. » Montaigne
……………………..
« Il n’y a pas de vent favorable à celui qui ne sait où il va. »  Sénèque
……………………………..
« Il faut réconcilier les deux dimensions de l’homme : l’une spirituelle, et l’autre sociale, et pour cela se réconcilier en nous-mêmes et changer notre comportement. » Bernard IBAL   (Le XXIè siècle en panne d’humanisme)
…………………………….
« L’art est une « nécessité intemporelle »… Forte, absolue, visionnaire…  L’art aide à comprendre la réalité du présent. »   Giuseppe Penone
……………………………..
« L’ailleurs est plus important que jamais pour participer au désapprentissage de nos certitudes. »  Pascal Dibie ( la passion du regard)
……………………………..
« Penser et être revienne au même. » Parménide
……………………………..
« La physique moderne laisse entrevoir  ceci : l’esprit de l’homme émerge des profondeurs se situant bien au-delà de la conscience personnelle ; plus on va profond, plus on se rapproche d’un fondement universel qui relie la matière, la vie et la conscience. »   Jean Guitton
……………………………………………
« Il n’y a pas concrètement de la Matière et de l’Esprit, mais il existe seulement de la Matière devenant Esprit. »  Pierre Theilhard de Chardin
………………………..
« Le mouvement va de l’unité à la diversité et se dirige vers des formes supérieures d’unité dans la diversité, créant l’ordre à partir du désordre, élaborant des structures là où il n’y en avait pas auparavant. »   Arthur Koestler
………………………….
« L’avenir aura besoin non de politique et de religion, mais de science et de spiritualité. »  Tawaharlàl Nehru
……………………………….
« Il devient indispensable que l’humanité formule une nouvelle mode de pensée si elle veut survivre et atteindre un plan plus élevé. »  Einstein
……………………………..
« Celui qui connaît l’art de vivre avec soi-même ignore l’ennui. » Erasme
…………………………………..
« Ce qui compte dans une vie, c’est l’intensité d’une vie, non la durée. » je donne priorité au spirituel sur le matériel… L’homme n’est pas fait pour rester figé. »
Vivre debout, c’est essayer de vivre dignement. »   « On n’est que le présent. » Jacques Brel
………………………..
« Si une plante ne peut vivre selon sa nature, elle meurt. Et il en est de même pour un homme. »  « Ne peut-il exister de gouvernement où ce ne seraient pas les majorités, en quelque sorte, qui trancherait du bien ou du mal, mais la conscience ? » « Une minorité est sans pouvoir tant qu’elle se conforme à la majorité ; ce n’est même pas alors une minorité ; mais elle est irrésistible lorsqu’elle fait obstruction de tout son poids. » « Nous sommes tous amenés en dernier ressort à rendre hommage et allégeance à notre propre médiocrité. »   H D Thoreau  La désobéissance civile
……………………………
« Laissez être,  laissez croître »    Tao The King
……………………………..
« Le sens de la vie m’attire vers la Nature, mais avec elle surgit aussi un fort sentiment de mort. Mouvement, changement, lumière, croissance et allitération sont l’âme de la Nature, les énergies que j’essaie de faire passer à travers mon œuvre…
Travailler sur les arbres et les pierres pour essayer de capter les énergies qu’ils contiennent…. » Andy Goldworthy
…………………………………..
« Ramener ce qui est vivant au milieu de ce qui est mort. »  Ramuz
…………………………………….
Nous sommes les feuilles d’un même arbre ; un même vent nous anine. »  Denez Prigent
…………………………………….
« La vérité à une autre profondeur ; elle puise dans la matrice même de la terre. » J M Le Clézio
……………………………………..
« La patrie de l’homme, c’est l’univers. » Démocrite
« O Arbre, accueille-moi ! La terre et le ciel tout entier, il les faut pour que tu tiennes droit ! » Simon Agnel (Tête d’or)
……………………………………………
« Le primitif est celui qui vit en amitié avec les nuits, le monde des arbres et de l’herbe, les eaux vivantes, le menu peuple des terriers et des nids. » Maurice Genevoix (La route de l’aventure)
………………………………………
« La mort des religions primitives n’était-elle pas le germe de la mort de la nature ? »  
……………………………………..
« Pour le tzigane vivre c’est humer les émanations de la nature par tous les pores, c’est rassasier avec friandise les yeux de toutes ses formes et de toutes ses couleurs et puis rire, danser, chanter et musiquer, jusqu’à l’épuisement de toutes ses forces. »  Frantz Liszt
……………………………..
« Qui ne connaît pas la source ne connaît pas la rivière. » « Las arbres sont les seuls êtres vivants qui n’ont pas besoin de tuer pour vivre. »     Claude Signol (la rivière espérance)
……………………………..
« L’art est aussi complexe que la vie. »  Abdelkader Alloula
…………………………..
« Les racines de l’arbre sont les nôtres, son destin est le nôtre, sa vie et sa mort sont notre vie et notre mort. »  Nils Udo
……………………………
« Le destin de l’homme est lié dès l’origine à la nature. » « une œuvre s’enracine dans une quête commune à toutes les sociétés humaines. L’homme se cherche dans la nature et la nature le renvoie à lui-même. La nature n’est plus le modèle, mais l’objet même de l’activité artistique.  L’artiste agit comme médiateur.  Le rôle de l’œuvre est de nous faire partager une vision du monde, une façon d’être au monde. »     H Besacier
………………………..
« Et quand je touche en moi l’homme le plus profond, le soleil et la pluie craquent parmi les branches. »   Charles le Quintrec
……………………..
« Je poserais ma pensée sur la frange des arbres, très doucement pour ne pas déranger l’ordonnance du monde… petit à petit montera le chœur de toutes les choses pour lesquelles je suis. »  Béatrice kad
…………………………….
« Tout le visible adhère à l’invisible, tout l’audible adhère à l’inaudible, tout le sensible adhère au non sensible. »  Novalis
……………………………..
« Etre l’air, l’eau, le ciel et la terre, s’en remplir jusqu’à ce que notre substance ait perdu toute son identité. » Gilbert Aubert
……………………………..
« Se mélanger aux branches et aux brandes… le geste du primitif qui s’allie à la terre, l’embrasse.  Etre : c’est-à-dire se fondre, aspirer à la grande paix végétale, la paix verte aux chaleureux relents d’humus. Tenir l’alliance de l’arbre et de la terre. Oui, c’est cela sans doute qui m’a fait renaître à soi-même. »   Thierry Gwigourel
……………………………..
« Des terres neuves par là-bas, dans un très haut parfum d’humus et de feuillages…
Qu’on m’enseigne le ton d’une modulation nouvelle…
C’est de l’homme qu’il s’agit et de son renouement…
La terre avec nous, et la feuille…
Les temps vont revenir qui ramèneront les rythmes des saisons.
Les nuits vont ramener l’eau vive aux tertres de la terre…
Eclate o sèvre non sevrée ! …/…
La vie remonte vers ses sources. »   St John Perse
……………………………
« Je me tiens aux aurores de l’arbre, là où l’ombre est un soleil ; j’essaie d’accorder l’oiseau à la branche. Ramassons le soleil sous l’alibi des feuilles mortes. »   Jean Speranza
……………………………..
« On est soi-même la racine et l’arbre de son identité et de son peuple. »
Chérif Khaznadar
………………………….
« Créer, c’est agir, c’est laisser parler l’univers en soi. C’est donner la vie dans un temps et un espace magique. »  Maurice Béjart
……………………………
« Perdant ses racines, l’homme perd ce qui est le plus authentique en lui. » Heidegger
……………………………..
« Nous sommes dieu, dans la feuille, la fleur et souvent le fruit…
Seul celui qui est nu s’épanouit au soleil.
Seul, celui qui est naturel enfourche le vent. »   Khalil Gibran
……………………………………….
« La terre et moi ne faisons qu’un. »   Nuage Rouge
…………………………………..

« Hommes vous tronçonnez la parole des poètes, votre couche de songes est faite de feuilles mortes qui ne reçoivent ni semence, ni germe de vie et vos lendemains sont faits de sèves pantelantes sur les troncs abattus de l’avenir et de l‘espérance… »   Bran du

L’homme fait aller la faucille
Sur les talus et les fossés de la vie,
La mort fauche avec lui !

La nature inspire, enseigne
Une conscience en jaillit
Qui fait naître l’être par son acte créateur…

On ne greffe pas des branches mortes sur l’arbre de la vie !   Bran du
……………………………………………….

« Ce monde, il faut commencer par le créer. Ta raison, ton imagination, ta volonté, ton amour doivent devenir ce monde. »  Nietzsche
……………………………………….
« La terre en sa sagesse se nourrira d’un nouvel humus. »   Danielle Pallec (Si faibles nos racines)
………………………………………….
« La forêt naît du regard du veilleur qui la traverse… Il la revisite, il la reconstitue et la clairière semble être le lieu idéal de sa quête. »  Philippe Le Guillou
………………………………….
« l’Etre est d’abord moitié brute, moitié forêt ; mais l’air veut devenir esprit, l’homme apparaît. »   Victor Hugo
……………………………………..
« Les hommes, d’où vient, d’où revient sans cesse leur nom sinon de l’humus. »  Michel Serres (Statues)
………………………………….
Argile et roc ici, mais l’homme encore à naître. »   Audrey Bernard
…………………………………..
« Puisses-tu croître et devenir forêt, un monde ardent où tous les bourgeons s’épanouissent ! »  Holderlin
………………………………………..
« Soyez… Celui qui marche sur la terre à la rencontre des grands lieux d’herbe. » St John Perse
………………………………..
« L’humanité reviendra à la forêt et renaîtra d’elle. »  Philippe le Guillou
…………………………………..
« Je suis un être humain, un morceau vivant du cosmos. »   Edgar Morin
……………………………………..
« Si tu veux réussir a ce que vive un arbre, projette autour de lui cet espace intérieur qui réside en toi. »  «  Entrez en vous-mêmes, sondez les profondeurs où votre vie prend sa source. »     R M Rilke
………………………………………………….....
« Arbre, le plus profond des gouffres de lumière sur les sources perdues qui recherchent un nom. »   Claude Serreau (revue Arthus)
…………………………………………….
« Homme et arbre, le même feu central, ensemble nous respirons. »  André Peragallo
……………………………………………..
« Chaque être s’enracine, en songes, en désirs. Sa sève est de lumière qu’il y consente ou non mais si tarit la fontaine, tarit aussi la vie. »  Jeanne Maillet
…………………………………………….
« Remplissez-moi de toutes les voix de l’univers, dotez-moi de leurs palpitations et aussi celles de la nature.
Les mots substantiels sont dans la terre et la mer… ils sont dans l’air, ils sont en vous…
Prenons pied dans le sol, sommes rochers, sommes chênes, poussons dans les clairières, côte à côte… »   Walt Whitman  (Feuille d’herbe)
……………………………………………..
« Terre nous sommes là… Il y en a qui ont conservé la pureté du cœur.
Ils sont là ceux qui ont sauté la barrière… Baignés du bain de la vie…
Là s’élèvera une chanson de grande source. »  ‘L’accord est la seule joie au monde… Se mêler dans les grands sentiments du granit, dans la révolution du soleil. Retrouver l’odeur joyeuse et anisée de l’humus… Il est bien vrai que le cœur illumine. »   Jean GIONO
…………………………………………
« Je ne suis pas d’un seul pays, je suis du cœur de ceux que j’aime. Je ne suis pas d’un seul soleil, je pousse mes branches au cœur de ceux que je rencontre Je pousse mes racines au cœur de ceux qui vivent»  Christian Jacques
…………………………………………….
« Je te convie à l’épaisseur du monde, aux reptiles de l’arbre volubile, à l’alliance, aux avalanches vibratiles des feuilles, à ce désir insinuant qui navigue dans la feuille.    La substance jaillit des spirales du monde.»   Béatrice Kad
………………………………………..
« Aimez-vous les uns les arbres, il poussera des forêts qui s’aimeront, des feuilles à l’envers qui s’aimeront, l’été, l’hiver, qui s’aimeront… Tous en troncs ! »   Joel Sadeler
……………………………….
« Ecoute, le soleil avance, infléchit tes gestes, cherche ton nom !   Tu as inversé la mémoire pour une étoile retrouvée. Maintenant la nuit se prosterne, l’herbe parle et tout ce que l’on forçait violemment à se taire se met à bruire infiniment sous les yeux nouveaux-nés.»   Jeanne Maillet



17/06/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 550 autres membres