Les dits du corbeau noir

Fables druidiques bran du sept 2013

De la druidité : Enseignement sous forme de fables    Bran du    08 09 2013

 

La danse de la vie et de la mort sur la Sente de Lumière...

Tu demandes où est la voie...

Tu insistes : par quel chemin ? Celui-ci , celui-là ?

Tu veux savoir absolument par quelle laie, quelle sente, quelle route, entre la certitude et le doute, diriger tes pas...

Tu voudrais un plan, une carte, un itinéraire, une étoile dans le ciel, une étoile sur la terre ; une constellation, un phare puissant sur l'océan houleux de ton désir, de tes aspirations...

 

Et le Sage, lui, te parle de Souffle, de vent, d'onde, de flux, de vibrations...

Il te montre la course des nuages, le cercle de l'espace et du temps, la danse des saisons...

Il dit : «  -L'AWEN voilà le portulan, voilà le Compagnon ! »...

 

Il te fait voir le gui sur la branche, la graine déposée dans le sillon...

Il te montre l'Etoile de la Quintessence au verger de la compréhension...

Il te parle de merle, de cerf, de sanglier et de saumon ,

Il te parle de l'if, du bouleau et du chêne et, de Cerridwen, le fabuleux chaudron...

 

Et toi de répondre : «  - Oui, maître, mais la sente, la voie, le chemin pour ma pérégrination ?

 

Alors l'Ancien prend la pierre dure de ta question et lentement la mâche jusqu'à la résolution....

 

« - Tout est en toi enfoui au plus profond...

remonte le fleuve d'obscurité jusqu'à la source claire et transparente, jusqu'à l'onde blanche...

Creuse, creuse ton puits jusqu'au tréfonds et jaillira la sève franche dans l'aubier de tes interrogations....

Laboure les champs, les jachères de tes questions ; ensemence, ensemence, et conduit ta future et généreuse moisson....

 

L'oiseau est à son chant

L'océan à ses eaux

Cherche comme eux la résonance ;

Retourne la glèbe d'ignorance....

Affouille, explore, et sent

Le rythme d'amour qui bat sous ta peau...

 

L'oiseau de l'aurore chante en ton corps

Tisse pour la mort un fin linceul blanc...

 

Oui l'oiseau est à son chant

Et a son chant l'univers répond....

Que ta clameur à cela se fiance ;

Soit d'ardeur à l'unisson !.... »

 

- Oui, Cher Sanglier, j'entends, je comprend ; cela résonne en moi, éclaire mon noir horizon, mais... pour ma destination... ?

 

Après un nouveau temps de manducation, le Vieux, sous le Pommier,

reprend ses explications... Il montre la pomme sur la branche ; celle-là même venue du Verger d'Avalon, puis dit :

« -Voilà la « rayonnance », voilà la transcendance et voilà l'ascension !...

 

La pomme est au pommier et quelque soit la saison, enseigne qu'il est une île où se meurent les questions....

La vague vient au rivage, y dépose sa leçon, laissant après passage,

de la pomme, que le trognon !...

 

...................................................................

 

 

Il disait :

- « Je voudrais vivre avant que de mourir !... »

Et quelque chose murmurait au fond de lui-même :

Meurt à cela et tu revivras....

Que veux-tu connaître de la vie si la mort ne t'a pas enseigné ce que la vie lui a donné pour qu'elle même soit ?

Accompagne la parousie du couchant et en toi lors, une aube se lèvera ;

Soit le reflux des vagues, des courants et, aux rivages du vivant, plus vif, plus dense et plus ardent, tu reviendras, animer d'éternité la flamme de l'instant !

 

 

 

Comme l'arbre, accepte l'hiver, la rigueur, le froid, le dépouillement et, plus riant sera, en toi, le printemps...

 

Cela qui, en ton cœur, meurt en tes bras, demain, dans les siens te prendra, afin que ta joie demeure !.... »



08/09/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 551 autres membres