Les dits du corbeau noir

ESTIVAL 2012 : ATELIER MELUSINE (AOÛT 2012)

PRELIMINAIRES À L'ATELIER MÉLUSINE

Bran du, le 08 08 2012

 

 

A Patricia et Valérie,

en remerciement de leurs animations au sein de l’Atelier de Mélusine (ESTIVAL 2012)

 

 

Le serpent/dragon : des mots et des images...


«L’imagination est plus importante que le savoir »

Einstein

 

« … Et elle arriverait soudain

À la tête de son escorte de servants décharnés

Et de cerfs de givre,

Portée par le souffle glacé du Dragon.

Elle arriverait, réveillant un flot de vagabonds et de chiffonniers

Transportant des ballots d’âmes, l’Originelle et l’Ancestrale.

La seule qui puisse affronter l’Archange et dire :

« J’étais Reine, avant le glaive et la soumission. »

Philippe LE GUILLOU Arrée L’Archange et le Dragon éd Artus

 

« …Comme dans les temps anciens, le dragon peut demeurer ou redevenir symbole de l’ambivalence, de la dualité. Il est cette zone d’ombre, faite de pulsions instinctives, qui fait partie de la nature humaine et lui est peut-être indispensable pour compenser son désir de lumière, de spiritualité, de détachement matériel.

La puissance du dragon séduit de nouveau. Son souffle peut insuffler du dynamisme et ses ailes lui permettent de surmonter les obstacles…. »

Claire Arlaux « Le Dragon en Bretagne » Mythes et Symboles éd Keltia Graphic

 

Aerouant (en breton) : c’est le Serpent/Dragon, le Maître absolu des Eléments

 

« … Face à face avec une bête sauvage,

Un œil rouge au milieu du front,

Des écailles vertes autour des épaules

Et la taille d’un taureau de deux ans.

La queue tordue comme une vis de fer,

La gueule ouverte jusqu’aux oreilles,

Armée de défenses blanches et aigües

Comme celle du sanglier, sur toute l’étendue.

Trois jours qu’ils combattaient ainsi,

Sans pouvoir se vaincre l’un, l’autre… »

Sant Efflam hag ar Roue Arzur (Gwerz de St Efflam et du roi Arthur) extrait

(St Efflam fera jaillir une source du sommet de la roche verte en frappant par trois fois avec son bâton la dite roche. Artur lors s’y désaltérera et retrouvera force et santé lui permettant de terrasser le dragon.)

« Le dragon rouge sera le premier » Prophétie de Merlin (Barzaz Breizh) H de la Villemarqué


Il est en Bretagne quatre statues de « cavalier à l’anguipède » (Plouaret, Briec, Plomelin, Landudal). Celles-ci remontent au temps celtique…. L’une telle montre « le monstre » (à poitrine de femme) terrassant cavalier et cheval pour les dévorer… C’est, en Gaule, l’une des plus anciennes représentations de la lutte ancestrale entre des forces opposées que l’on connaisse sous la forme de statuaires…



Le serpent/dragon et le monde celte

 

Le monde celte a abondamment représenté le serpent/dragon qui sinue entre toute opposition assurant la circulation des énergies premières au-delà des antagonismes ambiants… Il est le circulant, le médian et le transcendant… Il relève d’un triptyque originel et archétypal lié à la fertilité, la puissance et la souveraineté… (Voir la figure du serpent à tête de bélier).

Cernunnos est le Maître suprême de celui qui sinue entre tous les éléments et les enlace de sa bave afin que naisse « l’Oursin de la quintessence » ( Voir le Barzaz Breiz « Merlin et l’œuf de serpent marin » et le chaudron de Gundestrup)

 

 

Au commencement, j'étais le chaos...

 

En amont d'un atelier Mélusine, pourrait se tenir un atelier préliminaire de danse/écriture (écrire procède aussi de certaines chorégraphies !) qui pourrait s’intituler : « Au commencement, j’étais le chaos » permettant à chacun de relater sa propre cosmogénèse (complément à l’Aventure Elémenterre)…

Revisiter en silence et en action, dans l’ombre et la lumière, l’espace/temps où le ciel rejoint la terre (aile aimant terre) afin de recréer la chambre originelle, le berceau primordial, la matrice qui fonde et forge le mental…. L’accouchement de l’être, l’enfantement de l’Essence au sein de tous les sens convoqués, assemblés et concélébrés…
 
Les quatre phases de l'atelier Mélusinien
Les mots et les gestes qui jaillissent de façon pulsative, instinctive, intuitive, visionnaire au sein de l’Atelier de Mélusine fort apparenté à un athanor propice aux transformations et métamorphoses essentielles permettent d’épurer le « grossier » afin d’atteindre au subtil…. (Il paraît que cela passe par une phase dite du "corbeau" symbolisant la Noire et Divine Matéria Prima !)
 

Ce sont, en cet atelier mélusinien, quatre phases, jalons, étapes et expériences, complémentaires et en résonnances sensuelles, émotionnelles et intelligentes, qui vous sont proposées afin que le corps renoue avec son Anima et son Essence… C’est un cheminement progressif, reptilien, ondulatoire et donc « serpentaire » à travers une conjonction corporelle, sensible et psychique mise au service d’une quête sacrée originale et originelle…

 

L’aboutissement de cette chorégraphie cardinale et élémentaire opère ses processus évolutifs entre zénith et nadir afin de faire « Centre » avec la transparente nudité de l’être au cœur de la quintessence de la vie…en la Farine de l’Air…

 

Un passage de l’eau d’ici à l’eau de là !…

En rappelant sans cesse que «  le chemin du sacré est le chemin de l’amour ».

 

 

 

 

 

L'ATELIER MÉLUSINE À L'ESTIVAL 2012

 

 

 

Lorsque Mélusine a eu connaissance de l’Estival de Brocéliande, elle s’y est tout naturellement invitée trouvant que c’était là l’occasion idéale de transmettre l’enseignement qui lui tenait à cœur, à travers la danse et l’écriture. Et, comme nous nous proposions d’être ses intermédiaires, elle nous a communiqué certaines expériences dont elle nous a confié le partage alentours.

 

Mais tout d’abord, est-il besoin de présenter Mélusine ? C’est une fée, comme on le sait, mais une fée pas tout à fait comme les autres. Chaque samedi, en grand secret, elle retrouve sa forme sacrée : la queue de serpent dont sa mère, fée elle aussi, l’a dotée afin qu’elle puisse remplir sa tâche humaine. Quelle tâche ? Celle de “passeuse d’amour” – « initiatrice », en d’autres termes – pour l’homme qui accepterait de ne rien savoir de sa condition. Dans le même temps, elle allait vivre, elle aussi, une initiation en expérimentant le grand pouvoir de métamorphose qui permet de devenir « dragon volant». Nous savons, bien sûr, que le dragon est la quintessence des quatre éléments : il vit dans les entrailles de la terre, sa peau est recouverte d’écailles pour aller dans l’eau, il est doté de puissantes ailes de chauve-souris pour trouver dans les airs davantage de subtilité et ses poumons exhalent du feu…  

 

L’expérience de sa « terre intérieure »

 

Pour l’expérience de la terre, Mélusine nous a invitées à sentir notre cœur battre et à réveiller la terre avec nos pieds, au rythme de la pulsation. C'est alors que nous avons perçu en retour l’écho du cœur de la terre et avec elle la "vibration" de la terre intérieure de Mélusine. Les mots ci-après n'en sont que la traduction...

 

Mélusine est née sur les terres d’Ecosse où son père, Elinas est roi. Quant à sa mère, la fée Presine, elle est originaire d’Avalon, sœur de Morgane, dit-on. Nous allons voir que la terre intérieure de Mélusine est toute contenue dans celle de sa mère Presine. Retour en arrière, dans une forêt où Presine se ressourçait près d’un point d’eau, dans un lieu qui ressemblait à l’endroit où nous sommes présentement. Presine avait entonné un chant étrangement beau, lorsqu’un cavalier vient à passer par là : c’est Elinas d’Albanie, roi d’Ecosse (qu’on appelait aussi « Albanie », c'est-à-dire «le pays Blanc» au Moyen Âge). Il est subjugué par ce chant magnifique, il trouve la Dame très belle et l’amour le submerge. Il déclare sa flamme et les choses vont très vite. Un mariage est décidé auquel Presine met cependant une condition : Elinas ne doit pas la voir « pendant ses couches ». Elinas promet… Quelque temps plus tard, trois filles naissent le même jour et Elinas, tout joyeux, oublie sa promesse : il pénètre dans la chambre où vient de se dérouler le Grand Mystère de la Création. L’interdit est transgressé. Presine ne peut plus rester avec son mari. Elle prend ses trois filles et retourne dans l’île d’Avalon, la « terre » où les filles grandiront…. Les années passent. Un jour, elles apprennent pourquoi leur mère avait dû quitter leur père.  Elles conçoivent un plan pour punir celui-ci : il sera enfermé jusqu’à la fin de ses jours dans une montagne magique. Presine est furieuse que ses filles aient ainsi outrepassé leurs droits. Elle leur inflige à chacune une punition. Celle de Mélusine sera de devenir, tous les samedis, « serpente du nombril en aval», mais si un homme consent à l’épouser en acceptant de ne jamais la voir le samedi, alors, elle mènerait la vie d’une femme mortelle.

 

Voilà donc de quoi est constituée la terre intérieure de Mélusine : elle a grandi en Avalon, elle a été frappée par ce qui peut sembler une malédiction, mais qui s’avèrera un chemin initiatique.

 

Danse-Terre 
A la danse de la Terre, vous êtes invités ! Paume sur le cœur, sentons comme il bat. Bien sentir le battement de son cœur, puis soulevons nos pieds au rythme de sa pulsation. Sentons notre cœur battre ! Battons la mesure avec nos pieds, appelons la Terre à se réveiller ! Sentons d’où part notre énergie vers nos pieds ! Battons la mesure, remercions la Terre et transmettons notre énergie du bassin, vers nos pieds. Puis,  de nos  pieds vers le cœur de la Terre. Notre cœur et celui de la Terre se relient. Sentez-vous comme la Terre nous répond en écho ? L’énergie nous revient du cœur de la Terre jusqu’à notre bassin. La Terre réveille notre terre intérieure.

 

Ecriture : « je suis »

Mélusine vous invite à vous asseoir et à prendre feuille et stylo pour mettre votre corps en graphie :
Votre terre ainsi réveillée, il vous suffit d’écrire la phrase proposée par Mélusine et de la continuer en vous laissant aller, en laissant aller le stylo, sans aucune autre pensée que les mots qui jaillissent au bout de votre stylo. Il s’agit d’une écriture spontanée tout droit sortie de votre corps et de votre cœur :

« Moi, (noter son prénom), je suis celui/celle que je suis en ma terre intérieure. Je suis singulier(e) et divinement étrange car je suis… »

 

               

L’expérience de l’eau de ressourcement

 

Pour l’expérience de l’eau, Mélusine nous a invitées à trouver en nous des mouvements arrondis, des courbes, des cercles, des ondulations, des pieds à la tête. Peu à peu, l’eau de ressourcement de Mélusine s’est répandue en nous et nous a parlé de la célébration de la vie dans la joie naturelle d’être…

 

Comme sa mère avant elle, Mélusine se tient près d’un point d’eau. Il s’agit de la Fontaine de Soif en forêt de Coulombiers dans le Poitou. Comme pour sa mère avant elle, un cavalier vient à passer. Mais celui-là ne voit rien et ne semble pas prêt à se désaltérer. Il erre sans but car il vient de tuer son oncle dans un accident de chasse et en est fort affligé. Mélusine s’approche de lui, l’appelle par son nom « Raymondin », lui dit déjà tout connaître de son histoire et promet de faire de lui le seigneur le plus considérable et le plus illustre de son lignage s’il accepte de l’épouser. Comme sa mère avant elle, elle pose une condition : il ne devra jamais chercher à la voir le samedi ni savoir ce qu’elle fait... Raymondin qui, un instant plus tôt, était désemparé, est soudainement empli de joie, d’amour et d’ardeur. Il promet, bien sûr… Et bientôt, voilà notre couple marié et installé dans le château de Lusignan où Mélusine suit le cours normal de la vie de toute femme mortelle. Dans la nouvelle condition qui est la sienne, plus question de jouer les Dames de l’eau près des fontaines. Pour compenser, elle a fait installer, dans une pièce réservée à son seul usage, une magnifique cuve de marbre. Là, chaque samedi, elle retrouve sa forme sacrée (« serpente du nombril en aval ») et se rebranche à ses eaux matricielles où elle se régénère. Sans retenue aucune, elle s’ébat dans son bain, déploie sa longue queue de serpent et l’agite à grands renforts d’éclaboussures.

 

A travers son expérience de l’eau, Mélusine nous enseigne combien elle se sent vibrante de vie, dans la plus haute expression de son énergie.

 

Danse-eau

A la danse de l’eau, vous êtes invités ! Imaginons que nous entrons dans l’eau. Conscience des pieds. Pour se mouvoir dans la fluidité, chaque pied fait des courbes, des cercles… sur place tout d’abord puis en bougeant dans l’espace aquatique… Expérimentons aussi de garder les pieds serrés et de faire des cercles avec nos genoux, puis avec nos hanches comme si nous voulions faire des ronds dans l’eau autour de nous… Puis laissons onduler notre colonne vertébrale. Les épaules à leur tour s’enroulent, entrainent les coudes, les poignets, les doigts… Abandonnons maintenant notre tête aux remous de l’eau, laissons-là ballotter, balancer, rouler… Célébrons ensemble la vie dans la joie naturelle d’être et ressentons l’énergie que cela nous procure.

 

Ecriture : « je ressens »

Invitation à écrire : Après la danse de l’eau, Mélusine nous invite à laisser jaillir les mots sur papier comme l’eau jaillissant d’une source. Laissons cette énergie fluide du bain de ressourcement de Mélusine nous entraîner vers une nage inconnue. Elle nous demande d’écrire une phrase ouvreuse de flots puis de laisser couler les mots qui viendront à sa suite !

« Moi, (noter son prénom), je connais mon bain de ressourcement. Ce qui me rend joyeux et vibrant, c’est… »

 

 

L’expérience du feu créateur

 

Toute vibrante encore de son ressourcement, Mélusine nous a invitées à l’enseignement suivant. Elle a mis nos corps en mouvement en l’animant de lignes et d’angles qui prenaient leur forme spécifique à chaque souffle expulsé, comme dans les arts martiaux. Et la suite de l’histoire de Mélusine nous est parvenue…

 

Faire de Raymondin un grand Seigneur : telle avait donc été donc la promesse de Mélusine. Elle lui conseille tout d’abord de demander au Comte de Poitiers de lui donner « autant de terres qu'il pourra enclore dans une peau de cerf ». Mais comme elle fait découper la peau de cerf en fines lanières, cela permet d'entourer un immense territoire. Les terres acquises, elle les fait défricher puis convoque les meilleurs maçons et tailleurs de pierres de la région et commence son œuvre de bâtisseuse. Le château de Lusignan, bien sûr, mais aussi les châteaux de Parthenay, de Mervent, de Vouvent, de Saint Maixent, de Châtelaillon, de Talmont, une partie de la ville de la Rochelle, ainsi que beaucoup d'autres villes et forteresses sans compter des églises et des chapelles. On dit que « Les ouvriers travaillaient si vite et si bien que ceux qui passaient par là étaient stupéfaits. Mélusine les payait tous les samedis… Ils trouvaient aussi à profusion du pain, du vin et de la viande, et tout ce qui leur était nécessaire. Mais ce qui est le plus curieux, c'est que personne ne savait d'où venaient les ouvriers » (Jean d’Arras).

Au-delà de ses productions de bâtisseuse, la fécondité de Mélusine s’étend à la maternité. N’est-elle pas Mère Lusine ? Elle donne le jour à dix enfants, tous des garçons.

Elle détient aussi la force guerrière, ce qui lui permet d’encourager Raymondin à combattre pour reprendre possession d’un héritage en Bretagne (à Guérande). Dans cette action, il se couvre d'honneur et de gloire et est reconnu comme un valeureux chevalier.

Quant à la  fonction sacrée de Mélusine, elle transparait partout : dans la particularité physique dont chacun de ses enfants est doté (une dent immense, trois yeux, une oreille plus grande que l’autre…), dans ses constructions où elle s’est toujours arrangée pour qu'il manque une pierre afin d'y laisser la marque de son œuvre…

 

A travers son expérience du feu, Mélusine nous donne un sacré exemple – autant qu’un exemple sacré – de l’utilisation de l’énergie sous une forme créative.

 

Danse-Feu 

A la danse du feu créateur, vous êtes invités ! Explorons, expérimentons des gestes francs et tranchés ! Des gestes qui se répètent inlassablement, accompagnés de l’expulsion de l’air de votre corps. Des angles, des droites, des segments. Mettons-y notre force ! Mélusine arpente son territoire et les châteaux surgissent de terre. Elle décide, elle choisit, elle tranche, elle dit oui, elle dit non, elle convainc, elle fixe, elle détermine, elle sait ce qu’elle veut, elle sait ce dont elle ne veut pas, elle statue, elle fait des choix. Elle s’engage.

 

Ecriture : « je décide, je choisis »

Invitation à écrire : 

Mélusine vous invite à traduire la danse du feu en mots enflammés sans toutefois brûler le papier, un feu qui créateur qui ne brûle pas ! Quelques mots à écrire pour entretenir les braises :
« Moi, « prénom », j’ai choisi, décidé et construit. Jusqu’à ce jour, mes plus belles œuvres de vie sont… » ;  « Aujourd’hui, je m’engage à… »

 

 

L’expérience de l’air

 

Forte de son feu créateur Mélusine nous a montré ensuite comment rendre celui-ci plus subtil en ressentant le pouvoir de l’air, depuis nos mains jusqu'à l'ouverture de nos puissantes ailes de dragon. A travers cette expérience, nous avons perçus la suite de l’histoire de Mélusine.  

 

Le château de Lusignan est prospère. Raymondin est devenue un seigneur respecté et Mélusine a réalisé le but qu’elle s’était fixé. Il reste à mettre Raymondin à l’épreuve. Mal conseillé par son frère très jaloux, il veut vérifier ce que son épouse fait si secrètement chaque samedi. Aussi, de la pointe de son épée, il perce un trou dans la porte du « sanctuaire » où Mélusine se régénère. Il l’aperçoit alors « dans un grand bassin de marbre avec des escaliers qui descendent jusqu’au fond. Le bassin avait près de quinze mètres de circonférence. Jusqu’au nombril Mélusine avait l’apparence d’une femme et elle peignait ses cheveux. A partir du nombril, elle avait une énorme queue de serpent, grosse comme un tonneau pour mettre des harengs, terriblement longue, avec laquelle elle battait l’eau qu’elle faisait gicler jusqu’à la voûte de la salle » (Jean d’Arras). Raymondin est bouleversé par sa découverte mais honteux aussi de sa curiosité. Il rebouche vite le trou de la porte tandis que Mélusine, qui a connaissance de son geste, feint d’ignorer ce qui est arrivé. Une autre chance lui est donnée mais maintenant « il sait » et cela change tout ! Quelque chose va se passer qui le mettra en face de son épreuve. L’un de ses fils (Geoffroy la Grande Dent) incendie l’abbaye où un de ses frères s’est fait moine. Raymondin rentre alors dans une très grande colère. Il dit que tout ce malheur vient de sa femme qui a engendré des êtres viciés et il l’accuse, en public d’être une « très fausse serpente » ! Cette fois, c’en est trop ! Raymondin a transgressé par deux fois l’interdit et, comme sa mère avant elle, Mélusine ne peut plus rester. Elle pousse un terrible soupir, explique ses origines, donne ses dernières recommandations, puis elle ouvre la fenêtre, déploie de puissantes ailes qu’on ne soupçonnait pas et se transforme en dragon volant en poussant des cris déchirants. Elle fait encore trois fois le tour de la forteresse afin de repasser devant la fenêtre ouverte où se tient Raymondin désespéré, puis s’éloigne définitivement… enfin presque. 

 

A travers son expérience de l’air, Mélusine nous enseigne à déployer nos ailes pour nous montrer au monde, tels que nous sommes…

 

Danse-Air : rencontre de l’autre à travers la danse

A la danse de l’Air, vous êtes invités ! Comme Mélusine déployons nos ailes ! Nos ailes de Dragon ! Sentons l’air à partir de la  paume de nos mains et laissons les coudes puis les épaules se mouvoir en battement depuis les paumes des mains. Expérimentons notre vol puis partons rencontrer l’autre ! Partageons notre regard, notre sourire et notre danse.

 

 

Ecriture : « J’aime, j’exprime, je vois » 

Invitation à écrire : Mélusine vous invite à écrire votre cri d’amour. « Le temps est venu où ma singularité se voit et s’exprime. J’aimerais crier au monde que j’aime, j’aime par-dessus tout… »

 

 

Le dragon volant (la Nwyrve, farine de l’air)

 

Mélusine a activé en nous les quatre éléments. Ils œuvrent maintenant de concert à travers notre corps de dragon volant. Nous allons pouvoir passer ensemble dans l’Autre Monde, celui dans lequel Mélusine continue à œuvrer…

 

Car si elle est maintenant invisible aux yeux des humains, Mélusine est restée une « voyageuse d’entre deux mondes », liée à la Mort autant qu’à la Vie.

- A la Mort ? Chaque fois qu’un membre des Lusignan vient à mourir, elle prévient par son cri étrange qui résonne autour du château, un cri semblable, dit-on, à celui de la « banshee irlandaise ».

- A la Vie ? On sait qu’en grand secret, elle revient chaque nuit allaiter ses deux derniers garçons.

 

Chère Mère Lusine, Raymondin a échoué, mais ne veut-elle pas donner à sa descendance mâle une nouvelle chance en l’abreuvant d'un doux nectar d'amour distillé goutte à goutte ? A travers son histoire qu’elle propage jusqu’ici, elle continue à œuvrer dans l’ombre. Dans sa mue perpétuelle, le serpent n’enseigne-t-elle pas que la femme est reliée, par son cycle, aux rythmes cosmiques ? Qu’elle est, de ce fait, un trait d'union entre l’humanité et l'univers, dépositaire des secrets célestes et gardienne de l'Eternel, Graal d'une quête où les chevaliers s’abreuvent depuis la nuit des temps…

 

Or, le chemin du Sacré est aussi celui de l'Amour. Dans la quintessence qu’exprime le dragon volant, Mélusine enseigne que la femme est cette "passeuse d'amour" dont la plus belle tâche est de relier l’homme aux Dieux afin qu'il retrouve en lui-même, la trace de sa divinité… 

 

Ecriture

Invitation à écrire : A votre voisin ou voisine, vous êtes invités à partager l’un et l’autre votre écrit qui a jailli de l’histoire de Mélusine et des différentes danses. Mélusine vous écoute et s’en réjouit !

 

Danse-quintessence

A la danse quintessence, vous êtes invités !  Distribuons-nous de façon égale, au Nord, au Sud, à l’Est et à l’Ouest et laissons-nous danser, dans chaque groupe, le mouvement de l’élément adéquat, au même son de tambour… Lorsque le rythme s’activera, laissons-nous aimanter par le centre où nous nous rejoindrons. Permettons à nos bras de s’élever vers le ciel, laissons nos poignets  se mouvoir comme ballottés par un souffle léger, suivons-en le mouvement de nos regards et laissons nos corps d’osciller doucement. Nous sommes dans l’Autre Monde mais nous n’avons pas quitté celui-là. Sommes-nous devenus invisibles ? 

 

 

 

Pour aller plus loin…

 

Les sources de Mélusine
- Jehan d'ARRAS, La noble Hystoire de Luzignen (en prose), vers 1392 - Dijon et Paris, L. Stouff, 1932 - Le Roman de Mélusine ou l'Histoire des Lusignan, trad. Michèle Perret, Paris, Stock, 1979 - Flammarion, 1997.
- COUDRETTE, Le Roman de Mélusine (en vers), vers 1401 - Mellusine, Niort, Fr. Michel, 1854 - Le Roman de Mélusine ou Histoire de Lusignan par Coudrette, édition critique de Eléanor Roach, Paris, éd. Klincksieck, 1992 - avec introduction de Laurence Harf-Lancner, Paris, Flammarion, 1993.

- Le fond archétypique bien antérieur à la légende de Mélusine qui plonge ses racines dans l’ancienne mythologie des Déesses-Mères. Le folklore en a conservé des échos.

 

Les ateliers d’écriture de Valérie

http://valbizeul.jimdo.com/atelier-d-écriture/

 

Le « mouvement intérieur » de Patricia

www.mouvement-interieur.org

 

L’article sur Mélusine dans « Le Cercle des Cercles »

http://lecercledescercles.wordpress.com/2012/06/15/melusine-et-le-feu-dans-leau/



07/08/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 562 autres membres