Les dits du corbeau noir

Entretien avec Gwenh’lan (Le Souezec ) Grand druide de la Gorsed de Bretagne (récemment désincarné)

Entretien avec Gwenh’lan (Le Souezec ) Grand druide de la Gorsed de Bretagne (récemment désincarné)

 

«  Le druidisme possède encore de nos jours tous les ingrédients qui font qu’une tradition est vivante et qu’elle entend bien perdurer… Elle entend (cette voie particulière traditionnelle si méconnue) participer au grand concert des spiritualités de ce nouveau millénaire. Le druidisme est une tradition véritable et solide (…/…)

 

Le druidisme est une réalité historique et contemporaine qui possède ses racines et ses justifications… Il n’est pas qu’une manière de réapprendre la nature, bien qu’il soit aussi cela sans l’ombre d’un doute. S’il peut être assurément qualifié de Tradition spirituelle, il n’en est pas moins une religion très ancienne dans lequel l’homme dialogue avec les dieux qui s’expriment dans tous les éléments qui composent notre univers visible et invisible, ses énergies manifestées… Cette tradition druidique nous semble avoir aussi d’autres avantages dans notre modernité qui développe tant de systèmes qui séparent les hommes. Le druidisme reconnaît en effet l’existence des autres dieux de la planète sous toutes leurs formes. (Ce ne sont pas les siens mais reconnaissance est faite de leur réalité.) Cette position, religieusement parlante, est très tolérante. C’est une approche certaine de l’unité, mais qui reconnaît, néanmoins, la réalité du multiple… Le druidisme contemporain peut être entrevu comme un facteur de paix sociale puisqu’il est fondamentalement impossible qu’il puisse engendrer un intégrisme religieux quelconque si ses bases historiques et théologiques sont bien intégrées…

 

Il existe aussi un autre facteur contenu dans l’évolution de notre civilisation qui vient assurer une compatibilité et une actualité entre le druidisme et la modernité en mutation : il s’agit de l’écologie ; la dite écologie développe un plan éthique particulier ainsi qu’une philosophie de la vie caractéristiques qui lui font aborder des domaines philosophiques concernant les réels besoins de chaque être humain… Par sa fonction a être une religion de la nature, le druidisme peut amener là aussi un prolongement philosophico-religieux avec sa connaissance des plantes, son dialogue avec les éléments et cette mixité fondamentale entre l’homme et la nature qui est son centre traditionnel… »

 

Serge Blanchet auteur des entretiens ajoute : « Nous ne devons donc pas considérer le druidisme et les valeurs culturelles qu’il transporte comme une originalité parmi d’autres dans le concert des aventures spirituelles mais comme l’émergence d’une réalité profonde constitutive des structures que nous habitons depuis quatre mille ans… »



20/11/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi