Les dits du corbeau noir

En résonnance avec les "Aubes armoricaines"

En échos au recueil de Xavier Brosse  « Aubes armoricaines »
Auto-édition avec des textes de Xavier Pierre   (Xavier exposera ses photos au festival ART ETRE et NATURE de juin 2013)       

    Echos et résonnances  : BRAN DU  05 02 2013

Savoir que la lumière
Ordonne aux ombres de s’attacher à elle
Comme un bernique à son rocher !…

Il suffit d’être là
Nos yeux posés, comme un oiseau
Sur notre branche d’homme…

Les pierres en troupeau
Paissent  sous la prairie du ciel ;
Le vent du Nord, aujourd’hui, est leur berger…

Le vent est le chorégraphe de ce ballet d’ailes
Qui peuplent tout l’espace ;
Un espace orchestré par les marées…
Nul buisson chétif, nul panicaut, nul rosier des chiens
Ne pourrait imaginer un ciel sans oiseaux…

Les herbes au premier plan, graciles, légères,
Font l’étendue immense
Et grandes les profondeurs…

Grève reptilienne
Ecailles à découvert
L’équinoxe fait sa mue…

Une nuée mêlée de plumes et d’écume
La vie brasse le ciel et la terre
Verse sa bière au poète…

La poésie se tient
Tout mot déployé
Dans l’envolée du cœur…

La vague force le roc
Mais le roc se refuse
A avouer son amour…

Ici, la terre s’agenouille de toutes ses falaises
Devant la mer souveraine aux grands drapés liquides…
C’est noble révérence  que le salut des herbes et des pierres
Qui agitent leur panache brodé de rose et d’or…

Ici, la beauté vous saisit,
Fait entrer ses sables et ses embruns
Sous la porte du jour…

Un poème n’est jamais qu’un galet
Retiré trop tôt
De l’océan !…

Est-ce, parce que, je ne supporte pas ce gueuloir sur pattes,
Cette foutue humeur, ce sale caractère
Que je préfère les goélettes aux goélands ?

Aimer
C’est se déployer
Vers le haut !…

Ce n’est qu’une touffe d’herbes
Dans le lit des sables…
Mais ma main tremble de fièvre à se porter vers elle !



06/02/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 565 autres membres