Les dits du corbeau noir

Du reghards des autres sur le druidisme 3 études Bran du mai 2014

 

Quelques regards sur les regards portés sur la druidité.... Bran du Mai 2014

 

La toile d'internet et les "écrans" plus ou moins "troubles" qu'elle comporte inévitablement nous donne à voir, via des vidéos et reportages télévisuels, des scènes montrant une image, une figure, de la Druidité à travers des personnes qui à une époque ou une autre l'incarnent à leurs façons...

 

Il est intéressant de suivre, dans le temps, ces témoignages ; l'écart qui existe souvent entre les scènes filmées, leur réalité et les commentaires des observateurs très subjectifs et bourrés de préjugés (Il faut rassurer l'auditeur ou le spectateur et lui donner le "polissage" , le recevable et l'acceptable qu'il attend, le "télévisuellement correcte" de l'époque!)...

Rares, mais précieux, sont les reporters et cinéastes qui sont soucieux d'objectivité et qui ne se contentent pas d'exposer une "surface" qui leur convient et convient à leur "ligne éditoriale", mais qui entrent dans l'élévation et la profondeur qui animent ce qu'ils filment, et ce, avec respect et attention...

Le décalage entre une "réalité" et les commentaires qui l'accompagnent ou les propos préliminaires qui sont tenus avant projection ou visualisation peuvent être parfois des plus surprenants et chargés de paradoxes entre faits, réalité et ressentis... Il est donc très difficile d'exercer dans ce cas un discernement et une compréhension objectivement déterminés...

 

Voici un exemple des plus significatifs de la façon dont l'on pouvait, via un média interposé, percevoir le druidisme, il y a une quarantaine d'années. Il s'agit d'un reportage fait à Drancy en Ile de France lors d'un rituel mené par René et Paul Bouchet du CDG (Collège des Gaules)...

Source INRA ; reportage de Alain Denvers...

 

C'est un reportage commandité par le journal l'Evénement... Voici les termes mêmes de la présentation faite par le présentateur de l'émission :

Le titre tout d'abord : "Les sectes à la française" (Cela augure bien de l'orientation donnée !)

"En allant chercher, on voulant montrer des "druides", nous avions tous en tête et sous les yeux l'affreux "massacre de Guyana"... Car, cela, intolérable, n'arrive pas qu'aux autres et qu'ailleurs dans la lointaine Amérique...

Car enfin... ici, chez nous... règne un certain sectarisme, une marginalité étonnante, avec des rites secrets, une liturgie jamais vue, des individus aptes à opérer des détournements aberrants de "personnalités", des captations de celles-ci....

Certes, cela ne concerne qu'une frange minuscule de la société, qu'un petit groupe minoritaire d'individus qui ne seraient être en aucun cas représentatifs de ce que nous sommes...

Toutefois, cela existe et le reportage qui suit en témoigne et en fait le constat... Il y a des groupes sectaires en France !

Le réalisateur dès les premières images projetées annonce lui aussi ce que l'on doit comprendre de ce "spectacle" : "Les héritiers d'Obélix se sont rassemblés afin de cueillir le gui lors du solstice d'hiver"... Il enchaîne :

Il s'agit pour eux "de magnifier la Gaule et les Celtes à travers une manifestation désuète et folklorique..."

Un druide aura beau expliquer mais en vain qu'il s'agit ici et en cela de rendre hommage à une mémoire et de se mettre en harmonie avec elle et les valeurs qu'elle comporte au-delà du temps et le Grand druide Paul Bouchet "Bod Koad" d'en appeler à la bienfaisance de l'Esprit de ce sol ; les téléspectateurs sont appelés à la réprobation face à cette "secte à la française" !....

 

Voilà comment un média se fait, vis à vis de notre Tradition, à la fois, juge et partie et hélas, bien d'autres exemples ont suivi bénéficiant parfois aussi et il faut le dire de personnages hétéroclites et ambiguës, utilisés dans leur caricature du druidisme et qui ont détourné notre Tradition à leur profit pour en revêtir leur égo et soif de pouvoir au détriment de la dite Tradition et de son véritable visage ici totalement défiguré...

Aux alentours des années 2000, les choses sont allées encore plus loin : Dans une émission intitulée "ciel, mon mardi". Les faits : un journaliste dit d'investigation s'est présenté un samedi dans un restaurant parisien siège des débat de la revue : la Tribune celtique. Après des questions "déplacées" de sa part auxquels il n'a pas été fait réponse car ne nous concernant pas et ne nous intéressant pas, il a assisté à la réunion où se prépare chaque mois la "revue celtique" à venir puis il est parti... Nous avons été amenés à constater et avec stupéfaction quelques jours plus tard que nous avions été filmé de l'extérieur du restaurant, à notre insu, par une caméra cachée qui nous présente , en "voix Off", comme étant un groupe regroupant les tendances néo-nazies en France et en Europe avec à la suite de cela un reportage sur une rencontre en Autriche d'adeptes de cela !!!

Si ce "pseudo journaliste" a fait, quelques temps après, l'objet par ses pairs, sur une autre chaine de télévision, de très sévères interpellations sur la façon dont il bafouait l'éthique même de la profession, il n'en demeure pas moins que grand mal avait été perpétué contre notre Tradition et son "image" couverte lors de honte et de boue...

 

C'est ce qui advient quand des médias s'octroient des pouvoirs au-dessus des lois et des règlements afin d'assoir leur "puissance" au détriment de la vérité et de la réalité !...

 

Cela est encore d'actualité d'ailleurs, car lors des récentes rencontres et assemblées tenues dans le cadre de la Profession de journaliste, il a été rappelé à ceux-ci les règles fondamentales et déontologiques qui doivent être de mise dans l'exercice de ce métier et des exigences et responsabilités qu'il implique dans la diffusion objective et vérifiée de l'information... C'est donc qu'il y a encore de sérieux coups de canif dans le respect de ces recommandations !...

 

..................................................

 

Heureusement, nous pouvons constater de plus en plus aujourd'hui que ces règles sont respectées par une majorité de journalistes (dont certains, il faut le rappeler ici, payent de leur vie le "droit" à une information objective !) et que les différents reportages réalisées depuis, même s'ils comportent encore bien des images d'Epinal, ne portent pas atteinte, avec de telles gravités, à notre Tradition et à ce qui l'anime, et à ceux et celles qui la servent de leur mieux...

 

....................................................

 

Un reportage récent : Celui diffusé par Arte. Le thème : "Druides et régents ; le prince Celte de Glaubert (Allemagne)". A la suite de fouilles importantes réalisées de façon multidisciplinaire sur ce complexe celtique du 5è siècle avant notre ère, il est fait état de plusieurs pistes et hypothèses

censée apportées des éclairages nouveau sur le monde Celte et ses croyances et pratiques..

L'étude d'une fosse de 24 squelettes entassés dans une "fosse dépotoir" proche du sanctuaire du prince en question amène les archéologues à supposer qu'il s'agit là de la résultant d'un sacrifice opéré par le Prince lui-même... Les "victimes" ne sont pas mort de mort naturelle et portent des traces de coups...(Il peut aussi s'agir de la résultante d'une bataille entre clans mais ce n'est là qu'une hypothèse parmi d'autres et peut-être même la plus plausible, mais qui n'est pas "archéologiquement" retenue...)

Cela revient de nouveau à mettre en avant la pratique supposée de sacrifices humains, pratique courante dans l'Antiquité et les Celtes peuvent en effet avoir pratiqué cela via les "ministres du culte et des rites" chargés de cette "exécution"....

Mais un fort doute demeure encore en ce qui concerne soit un usage exceptionnel lors d'événements exceptionnels eux aussi avec des victimes désignés par leurs propres actes répressifs et réprouvés, soit une pratique courante, ce qui n'est tout de même pas la même chose !...

Si l'on avance que la scène reproduite sur le célèbre chaudron de Gundestrup montre un guerrier plongé dans un chaudron, l'interprétation de cette scène évolue dans ce reportage vers l'idée d'un sacrifice de guerrier "brûlé vif" en offrande aux dieux... (Jusque là on parlait d'une scène mythologique instruisant d'une renaissance du guerrier mort après combat avec toutefois pour celui-ci la "perte de la parole", ou encore d'un "rite d'initiation"... mais la tendance à vouloir absolument trouver des preuves de sacrifices généralisés est toujours bien active... César a abondé lui-même en ce sens pour justifier la barbarie que Rome devait vaincre à tout prix tout en reconnaissant que le pire des sacrifices pour un gaulois , un Celte donc, était d'être privé de participation aux "sacrifices" et donc de se retrouver comme un paria exclu de sa société d'appartenance et sans espérance au-delà même de son existence ; une forme de "mort" bien plus considérable et terrible que tout autre atteinte mortelle !...

 

Le commentateur qui n'hésite pas à confirmer l'idée de sacrifices périodiques lors des rituels celtes ajoute cependant, pour revenir à une certaine prudence dans son propos, que, cependant et toutefois, les druides versaient rarement le sang des innocents !...

 

La prudence est de mise et ce sera à l'archéologie d'apporter comme il se doit les preuves argumentées des hypothèses en cours, hypothèses qu'il y aura lieu d'accepter dans leur fondement si fondement il y a...

 

Une autre interpellation majeure se dessine dans le sujet traité et pointe au jour depuis quelques mois. Elle consiste à considérer qu'un "Prince celte" comme celui de Glaubert cumulait à la fois une fonction royale, souveraine, mais qu'il endossait aussi la charge liée au sacerdoce, à la fonction druidique... Jusqu'alors les travaux universitaires couplés avec la recherche archéologique et historique donnait à entendre que selon le schéma indo-européen "classique" des trois classes ou trois fonctions : un druide ne saurait postulé ni assumé une charge "royale" pas qu'un plus qu'un roi une fonction sacerdotale ; préséance étant d'ailleurs donnée à cette dernière fonction sur l'autre...

Il y a eu des "monarchies dites divines ou de droit divin" en effet, mais jusqu'à présent le monde Celte en était exonéré. Voilà encore des hypothèses qui nécessiteront encore beaucoup d'études et d'arguments à étoffer très sérieusement...

 

Tous ces travaux, ces recherches, ces études, ces approches et réflexions qui nous aident à mieux connaître le monde Celte sont les bienvenues et nous devons tenir compte des avancées obtenues et vérifiées afin de faire évoluer aussi notre connaissance et nos pratiques...

 

Le fait de "sacrifier aura toujours le sens de "rendre sacré", mais il est évident que cela implique une connaissance exacte de cet emploi et usage au regard d'une morale, d'une éthique, d'une déontologie qui ne peuvent et ne doivent être évacués ; les druides eux-mêmes ont fait évoluer la société celtique très "belliqueuse" au demeurant en encadrant peu à peu sa fougue guerrière et en la soumettant à des obligations afin d'aller vers une plus grande "pacification" des moeurs et ils n'ont pas hésité pour cela à se lancer entre les "frères affrontés" avec une branche de chêne , ou avec leur harpe et leur chant, pour clamer plus haut et plus fort qu'il appartient à la paix de régner au-delà et par-delà toute la fureur humaine...

 

Parce qu'ils rappelaient à l'homme son devoir sacré envers toute vie et le prix à payé pour conserver une liberté responsable et solidaire, le "Druide" s''est trouvé confronté à une aristocratie et une classe guerrière peu enclines à renoncer à leur orgueil, à leurs prérogatives et à leurs cruautés et ce, avant même que d'être persécuté par les romains et avant que le christianisme ne le chasse machiavéliquement des coeurs et des esprits d'un peuple soumis aux angoisses et peurs savamment entretenues et inculquées...

 

..........................................................

 

Récemment également deux chercheurs et écrivains : Jean Louis Bruneaux et Christian Godineau conjoignent leurs études et compétences pour répondre aux questions de France-Inter sur les druides et leur religion... Et ce, dans le cadre de l'émission 2000 ans d'histoire...

Je relève quelques points de ce débat...

Ils s'accordent sur le fait :

Que nous avons une idée très "réductrice" de ce que furent les Celtes, leur religion et leurs druides...

Que malgré leur "disparition" et plus de deux mille ans après celle-ci, le monde Celte ne cesse d'interroger, d'interpeller, de fasciner même nos contemporains et sans doute à travers des projections, des fantasmes, hérités pour partie de l'imagerie d'Epinal qui entoure les Druides, leurs "mystères" et leurs "rites sanglants", mais aussi du pré-romantisme de Mac Pherson (Ossian) et du romantisme lui-même (Chateaubriand entre autres)...

(L'Europe toute entière a été sous le charme d'Ossian découvrant soudainement qu'il existait aussi, au coeur de ce qui deviendra l'Europe, des épopées et récits aussi extraordinaires que ceux du monde Grec...)

Que la fonction, la présence druidique, est attestée en Angleterre, Irlande et en Gaule mais non au-delà du Rhin...

Que l'histoire des Celtes a été écrite non par eux, mais par les Grecs ou les Romains peu complaisants et objectifs avec ces "Barbares"...

Que si César admirait les guerriers Celtes pour leur courage, il avait tout intérêt à dépeindre, à grands traits, cette "barbarie" afin de justifier sa propre conquête et la faire financer en se présentant avec Rome comme l'ambassade civilisatrice des nations demeurées dans la dite barbarie.

Que les Grecs revisitant leur propre histoire au Vè siècle avant notre ère constatèrent qu'ils ne devaient pas la naissance de la philosophie à eux-mêmes, mais à des "mages perses" ainsi qu'aux druides !!!

Que le terme Druwid doit s'entendre phonétiquement "drououid" ou "druouid" soit en deux termes : "celui qui connaît très fort"...

Que le druide est un personnage fort ancien dont "l'apparition" peut se situer environ mille ans avant notre ère... (A un moment d'ailleurs ou les "mages perses" émergent eux aussi sur la scène politique de leur société en tant que visionnaires et devins, astronomes et détenteurs des premières bases d'observation scientifiques...) (Ce sont aussi ses capacités scientifiques attribuées aux druides qui feront également l'admiration de César...)

Que ce sont effectivement des "prêtres" pour autant que l'on précise ce que l'on entend par ce terme... (Ils ne seraient pas les "servants" de la religion, mais des "organisateurs" des rituels et des sacrifices opérés par des spécialistes de cela sous leur conduite et recommandation...)

Que le rite de la cueillette du gui est bien une "réalité", mais incomprise et sortie d'un contexte plus conséquent, plus large et plus complexe... Ce rite important ne serait pas non plus des plus essentiels parmi les autres pratiques religieuses.)

Qu'il y a bien des "sacrifices" , et sans doute et très exceptionnellement "humain", mais que le sacrifice est essentiellement "animal" et seulement avec un animal domestique qui est le fruit du travail de l'éleveur et non avec des animaux sauvages qui appartiennent aux "Dieux" et non à l'humain...

Que les dieux et les hommes sont censés mangés ensemble l'animal sacrifié lors du banquet ou festin qui suit le sacrifice..

Qu'il y a bien eu des rites spécifiques à la classe guerrière et relatif aux "trophées"... Les ennemis vaincus et morts au combat était décapités et la tête, censée contenir encore leur force et leur courage, conservée précieusement par le guerrier vainqueur... Le reste étant "abandonné" aux Dieux...

Que les romains ont fait de ces pratiques une caricature généralisée afin de justifier leur conquête.

(En terme de "barbarie", ils n'avaient cependant rien à apprendre des Celtes !)

Que, selon les auteurs et cela n'engage qu'eux mêmes, les Celtes croyaient à la métempsycose, les "âmes" se réincarnant sans cesse.... (Une grande prudence serait de mise dans une telle    affirmation !)

Qu'il a existé des "funérailles célestes" ; le corps étant exposé aux oiseaux afin que ceux-ci en l'absorbant aide l'âme à rejoindre le ciel...

Que l'accès au "paradis des Celtes" ne semble concerner que les guerriers braves, les "héros"...

Que la fonction dite "sacerdotale" semble s'appliquer à une sorte de corporation comportant et regroupant des spécialistes et diverses fonctions... Druide, Barde, Servants du Culte...

Que le barde "écrit des poèmes(Sic !) (N'est-t-il pas avéré qu'ils n'écrivaient pas ?) et serait chargé d'organiser les rituels (!)...

Que la conceptualisation et le développement des conceptions religieuses seraient à l'origine la conséquence de la lecture de la carte du ciel et du mouvement des astres...

Que pour faire accroître une compréhension, au "brave peuple", de cette "lecture" et de son interprétation, des personnages illustres ; des "Dieux et déesses", auraient lors été "inventés"...

Que les druides sont indéniablement de Grands savants "polyvalents", des intellectuels, des magistrats, des éducateurs et pédagogues et surtout des philosophes dont l'ensemble des compétences seraient bien supérieures à celui d'un énarque aujourd'hui...

Qu'ils prônaient, comme Pythagore, une philosophie de l'action en s'efforçant de rendre la société et l'être digne d'une sagesse porteuse d'évolution et d'avancées bénéfiques pour tous...

Qu'une réhabilitation des "druides" s'est opérée au cours du 18è siècle avec l'intérêt porté aux mégalithes considérés comme des "temples païens" et avec les nombreux écrits des romantiques inspirés de l'oeuvre de Mac Pherson (quelque peu tronquée historiquement mais génialement inventée) d'Ossian...

Bien que les druides semblent "immortels" dans la conscience ou inconscience collective ils ont fait l'objet de bien des défigurations par rapport à ce qu'ils étaient et ont été...

A la question doit-on prendre au sérieux ces courants de "celtomania" qui se développe et développent en eux de "fâcheuses idéologies", il est répondu que oui notamment en ce qui concerne ce qui est véhiculé de notions liées au racisme et aux races pures !!!

Que si le druidisme gagne en audition et pratique dans les pays anglo-saxons ce n'est pas le cas en France...

 

On voit une fois de plus et pourtant à des niveaux supposés de connaissance et de compétence combien certaines projections et craintes demeurent et se formulent sans qu'aucun arguments avérés et prouvés ne viennent justifier de celles-ci. Et c'est fort dommage pour des universitaires et chercheurs de valider, de cautionner sous leur nom, de telles absurdités et stupidités qui ont pu et peuvent certes exister en des cas et situations des plus isolés sans que cela appelle une généralisation fort préjudiciable en terme de réalité et de vérité pour tous ceux et celles qui servent une Tradition philosophique et spirituelle aux antipodes de ces projections...

Il ne s'agit pas de vouloir en tant que chercheur "intègre" et à juste titre montrer du doigt les caricatures de l'histoire et, par ailleurs et en conclusion, d'en cautionner d'autres tout aussi infondées !!!

 

....................................................



28/05/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 521 autres membres