Les dits du corbeau noir

Du rationnel et de l'irrationnel : Foi et croyance Bran du sept 2014

L'abstrait et le concret réflexion     Bran du      Sept 2014

 

Nous sommes devant des questions si essentielles, si conséquentes, si ardues, qu'il est bien difficile, audacieux, téméraire voir prétentieux ou orgueilleux de vouloir y répondre avec une totale certitude supposant une honnêteté intellectuelle et morale sans faille...

 

Nous sommes ici dans le domaine de la "croyance" (action de croire une chose vraie, vraisemblable ou possible...)

Des millions d'individus au cours des siècles et de générations se sont posées l'universelle question qui englobe l'Etre, sa présence au monde, le pourquoi et le comment de celle-ci et ce qu'il en résulte après le passage en l'au-delà pour ceux et celles qui en envisage un...

 

Bien des coeurs et des esprits, et non des moindres, ont tenté de chercher une réponse satisfaisante à de telles interrogations qui affrontent le visible et l'invisible, le connu et l'inconnu, le fini et l'infini, le relatif et l'absolu... Ils ont mobilisés pour cela tous leurs sens et toutes leurs facultés intelligentes et analytiques en espérant pouvoir soulever "un coin de ce voile"...

 

Toute réponse ne peut être, au premier plan, qu'individuelle et éventuellement partagée de façon collective et communautaire...

Nul ne détient "LA VERITE", mais une parcelle plus ou moins claire ou encore enténébrée de celle-ci selon des entendements et des convictions d'abord personnels et partagés ou non par un plus grand nombre ensuite...

 

C'est aussi une affaire de "FOI" qui pour l'origine objectif du terme consiste à croire en quelqu'un ou en quelque chose et d'avoir confiance en lui ou en cela.... Cela peut être envers Dieu ou envers un dogme religieux qui tente de le "définir" et d'en approcher la "substance" selon des préceptes à suivre obligatoirement le plus souvent...

 

La FOI c'est aussi l'assurance donnée d'être fidèle à sa parole, à ses engagements et serments, d'accomplir exactement ce que l'on s'est engagé à réaliser...

 

La Foi est le fait de CROIRE et implique une relation de CONFIANCE et de FIDELITE dans ses engagements et sa "CONVICTION"... Retenons cela....

 

La raison, la science, les expériences mobilisées, se trouvent et se trouveront toujours devant une "pure abstraction", chaque découverte renvoyant vers d'autres inconnus parfois plus immenses encore que les limites supposées...

On traque le COMMENT en butant sans cesse sur le POURQUOI...

 

Vouloir comprendre et "savoir" sont des démarches des plus "naturelles" et tout individu est amené un jour ou un autre à réfléchir sur sa propre existence...

Ce besoin (que l'on peut qualifier de "vital") se trouve inmanquablement confronté aux limites de nos capacités humaines et ne peut déboucher que sur des spéculations plus ou moins argumentées, étayées et qui sont de nature à convaincre...

 

Toute conception, conviction, élaboration doctrinale voire dogmatique reposent sur des "projections" et des hypothèses dont on ne peut valider véritablement et indiscutablement le bien fondé de façon "concrète", vérifiable et vérifiée "ici et maintenant"...

 

Même si, et c'est heureux, une convergence s'opère depuis peu entre la démarche scientifique et son "éthique" et la démarche philosophico-spirituelle qu'incarnent les sagesses traditionnelles de tous les peuples afin de mettre en commun divers outils d'entendement et de connaissance, leurs efforts conjugués butteront sur les mêmes murs de la rationalité, toux ceux dressés devant l'irrationnel, l'absolu, l'infini, où se tient, se cache, se masque, peut-être, la réponse à toute question...

 

Ceci devrait nous amener à une extrême humilité, à une sage "mesure" devant le démesuré et l'immensité galactique de l'univers et ce qui l'anime, l'agence, l'ordonne de façon époustouflante et fantastique...

 

Il est envisageable de concevoir une "doctrine" qui soit un "outil" de quête et de recherche qui propose, en toute conscience, liberté et responsabilité des "pistes" à défricher et explorer individuellement,

 

mais on ne saurait imposer à l'individu un dogme qui l'oblige à concevoir sa vie en fonction de ce que l'on veut qu'elle soit...

 

On ne saurait en aucun cas atteindre à la liberté et à la dignité d'un homme ou d'une femme en le contraignant à croire ou en manipulant son coeur et son esprit pour l'amener à croire... ce qui serait abuser de sa confiance et interférer gravement sur sa croyance ou incroyance en totale contradiction avec ce que CROIRE implique et signifie et avec ce que le mot FOI suggère...

 

Nos Grands Anciens et Grandes Anciennes se sont bien gardés d'élaborer un dogme, mais ont proposé une doctrine porteuse de sagesse et de haute spiritualité invitant à la recherche individuelle et communautaire d'équilibre et d'harmonie...

 

Ils ont laissé la liberté à leur peuple de "pratiquer" selon leurs croyances les héritages venus des temps les plus anciens en terme de rites et religions populaires, mais ont invité ceux et celles qui souhaitaient élever leur conscience et leur connaissance à participer à l'élaboration et à la "confortation" de nouveaux concepts en terme autant de philosophie que de spiritualité complétant le "religieux" initial par ces deux dimensions "équilibrantes" pour l'individu et sa communauté d'appartenance... (En fondant une sorte d'éthique d'attitudes et de comportements participant des apports précités...)

 

Ils ont pris soin de ne rien codifier, de ne rien figer, de ce qu'ils considéraient qu'une phase d'entendement promise à des évolutions dans le temps... Ils savaient que, à l'image de la nature, de l'univers, de la vie elle-même, tout était sujet à transformation, à changement, à métamorphose... le corps, le coeur comme l'esprit...

 

Nous sommes, si nous le voulons, si nous le désirons, par conviction, croyance et confiance, des héritiers de Ceux-ci et de Ceux-là qui ne se considéraient que comme courbes et spirales de l'immense et infinie danse et chorégraphie de la vie et de l'univers...

 

Nous sommes LIBRES de concevoir ou non, de croire ou non mais, si nous optons pour une "croyance" en manifestant en cela notre "foi" alors nous sommes tenus à "fidélité" et au respect de nos volontaires et lucides engagements...

 

Vouloir cheminer au sein d'une quête en s'appuyant sur ce qui ne peut être qu'une parcelle, qu'une simple partie, d'un Tout incommensurable, infini, absolu et irreprésentable "rationnellement", c'est, quoi qu'il en soit, faire partie intégrante de ce Tout... Et cela devrait amplement "suffir" à nourrir et fortifier nos humbles "convictions" !....

 

Bien fraternellement Bran du



19/09/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 533 autres membres