Les dits du corbeau noir

DU HAIKU PRATIQUE ESPRIT L'EFFET HAIKU DE PASCALE SENK EXTRAITS BRAN DU 2018 05 09 SEPTEMBRE

 

Canon Corse Mai 2018 013pm.jpg
En Bourgogne Mai 2018 Photos Bran du

 

 

 

 

 

Le Haiku : La Présence attentionnelle

Source : Pascale Senk l'Effet Haiku Points vivre Leduc.S éditeur...

 

 

« Le haiku a sans doute plus à voir avec la vie qu'avec la littérature. »

Michel Pléru

« C'est un résumé plein de l'essentiel ; la vérité du monde... »

Michel Onfray

« une poussière d'événements » pour Roland Barthes

 

 

 

« Lire et écrire des poèmes courts agrandit notre vie. »

« Face à la désorganisation du monde, les haïkus viennent nous rappeler que les cycles de l'univers nous concernent corps et âmes car nous appartenons au cosmos. »...

« C'est cultiver les valeurs essentielles de la vie intérieure et relationnelle. »

 

« Plus ce monde est fou et cruel, plus nous avons besoin d'être attentifs à ce qui vaut la peine de vivre. »

« Les haïkus sont des points d'appui dans le chaos du monde ; des alliés dans une quête de conscience. »

« Avec le haïku on se sent soudain plus vivant. » Pascale Senk

 

 

 

« Laisser venir ce qui vient, laisser opérer l'inattendu et son ravissement subit. » Kaïdin

(Laisser libre cours à ce qui vient à l'esprit.)

 

« Dans la logique du haïku, la vie n'est donc pas séparée de l'écriture puisque la première nourrit la seconde et que les deux vivent l'une de l'autre. Ecrire, c'est vivre et vivre c'est écrire, car il faut vivre pour écrire. »

Michel Onfray

 

 

 

Canon Corse Mai 2018 008pm.jpg

 

 

Pascale Senk nous dit encore ceci :

 

« Dans le peu, on trouve parfois l'abondance ; dans le petit, l'immense ; dans le bref l'éternel...

 

Lire et écrire des haikus intensifie le sentiment d'exister...

(Sentir, ressentir, plutôt que penser.)...

Ce sont là des miettes de réalité vivifiantes... des éclats puissants de vérité... Une œuvre de rafraîchissement...

 

Leur vivacité résiste aux siècles qui passent... Ils ont pouvoir de renouvellement et de régénération...

Ils opèrent une transformation silencieuse...

Ils captent le courant imperceptible du vivant...

(« voir du nouveau dans l'ordinaire. » dit Santoka)...

Ce sont les micros-événements qui constituent la danse du réel...

Le haïku est né du réel et capté par tous les sens en éveil...

 

 

Il ne s'agit ni d'expliquer ni de commenter, mais de « respirer avec »... de respirer « le jeu du vivant qui passe »...

 

C'est, selon Thierry Cazals « être à l'écoute du jaillissement perpétuel de l'instant présent. »... « s'arracher au temps « horizontal » pour entrer dans un temps vertical. »

 

C'est pénétrer (être pénétré de même) la fugacité des êtres et des choses, rechercher l'infinitude dans la finitude...

C'est saisir la crête vitale d'un moment...

« Faire face à la vie dans toute sa lumineuse implacabilité. »

T Cazals

 

C'est un moment pur de jouissance triste...

L'acceptation de l'impermanence...

(La prise de conscience de la fugacité de toute vie n'est pas forcément tragique, elle donne plus de relief et de profondeur aux détails intimes du quotidien. ») T Cazals

C'est une vision globale de l'existence...

C'est pouvoir nommer le vivant parce qu'on le connaît et qu'on le porte en soi...

 

 

 

Canon Corse Mai 2018 071pm.jpg

 

 

« C'est recentrer la pensée sur l'essentiel ; c'est-à-dire sur la grande et fascinante orchestration cosmique dont l'être humain représente un tout petit maillon. »... Daniel Duteil

 

Le haïku réussit la capacité de saisir l'instant...

 

« Le haïku jaillit de la disparition du moi.»

Vincent Brochard

 

« Le haïku est un poème méditatif par excellence. » Fabrice Midal

« La pratique du haïku permet de se sentir pleinement exister, ouvert aux émotions nouvelles. » Marie de Hennezel

 

« Le haïku : quelques mots au bord du silence, un « instant étincelle », un éclat de vie qui vous saisit, vous aimante et tranche sur l'oubli. » Roger Pol Droit

 

« Un jour, je trouverai les mots justes et ils seront simples. »

Jack kerouac

 

 

...........................

 

 

 

Canon Corse Mai 2018 065pm.jpg

 

 

 

NOTES Bran du    05 09 2018

 

 

C'est « l'outil » me semble-t-il par excellence pour se sentir « vivant parmi le vivant » et témoin attentif et concerné par celui-ci dans toutes ses manifestations et surtout les plus infimes et intimes ; celles qui passent le plus souvent inaperçues, mais dont le « détail » à son importance dans la vision et l'entendement que nous en avons afin d'incarner véritablement notre « présence au monde »...

 

Car c'est bien de cela qu'il s'agit dans cet exercice d'attention, d 'écoute et d'observation des êtres et des choses constitutifs de tout l'univers visible ou non...

 

« Respirer » avec le Souffle, les Vibrations, les Flux, les Fluides et les Ondes ; respirer amplement, infiniment, jubilatoirement comme étant de concert avec les mélodies et les symphonies de la Vie...

Faire orchestre avec l'instrument de son être, accordé, sans cesse ré-accordé, avec les tonalités émanant du plus lointain comme du plus proche...

Suivre une certaine partition écrite pour l'équilibre et l'harmonie, mais savoir aussi improviser de sa voix, de sa parole, de ses actes, de son chant, afin d'y apporter judicieusement les notes du cœur et de l'esprit qui sont les nôtres...

 

Trois vers, parfois un peu plus, conformes ou non à la règle des 7/5/7 syllabes, mais assez cursifs et qui soient, authentiquement, spontanément, naturellement, en capacité de captation de l'instant essentiel qui nous a été offert dans le déroulé des jours, des nuits et des saisons...

 

Si je sais encore voir, visualiser, entendre, écouter, sentir, ressentir, percevoir, palper, capter les manifestations singulières, spécifiques, poétiques d'un ensemble qui s'appelle l'existence alors oui je vis la vie de la Vie...

 

La vie dispose de milliers d'ambassades qui déposent leur singulières et inédites offrandes à l'autel de ma joie ou de ma tristesse...

 

La vie aussi n'est qu'un immense partage ; nous sommes les convives du banquet de l'offert, du festin du donné...

 

Lire des haïkus, c'est mettre ses pieds dans le ruissellement d'une claire rivière bordées par des bruissements d'insectes batifolant parmi les fleurs de l'été...

 

Ecrire des haikus ; c'est témoigner de cette rivière, de ces insectes, de cet été et du ravissement lors procurer...

 

Le simple bonheur se tient là sur la table écrite du partage, comme une corbeille de fruits, comme un vase de faïence bleue qui dispense beauté, splendeur et senteur à celles et à ceux qui prennent assise et fondement en poésie...

 

.............................

 

 

 

Canon Corse Mai 2018 020pm.jpg

 

 

 

Haïku de fin août    Bran du

(selon la métrique 7/5/7 syllabes)

 

Le champignon apparut

sur le vieil arbre

dit la mort en celui-ci...

 

Soudain des glands à tomber

sur le haut du toit

le geai à son ouvrage...

 

Plus tard ce matin le coq

debout à chanter

bientôt la fin de l'été...

 

Plouf ! Plouf et encore plouf

les grenouilles

à sauter dans la mare...

 

Les abeilles s'activent

vont sans se soucier

les frelons seront piégés...

 

Il y a un vrai bonheur

et joie retrouvée

au sein de la nature...

 

Ronde des pensées

bienvenue aux cris

du faucon en pleine chasse...

 

Sans nouvelles du monde

la vie en retrait

des vaines agitations...

 

Bruit de moteurs dans les champs

moisson de maïs

plein de chouettes cette nuit...

 

Pierre de pensées

jetées au coeur de l'étang

s'évanouissent les cercles...

 

Dans l'allée forestière

un bain de feuilles

la solitude délaissée...

 

Il se gave le canard

il glane aux champs

le maïs à profusion...

 

Tourne le cadran du temps

faire jouer le chien

vivre cela lors suffit...

 

.........................

 

 

 

Canon Corse Mai 2018 006pm.jpg

 

Quelques termes :

 

 

 

 

Le Haijin : celui ou celle qui pratique le Haïku...

 

le Hokku : soit la première strophe du Haïku.

 

Le Waki : soit la deuxième strophe.

 

L'Ageku : soit la troisième strophe finale...

Le Kigo ou "mot de saison"...

 

Le Jisei ou poème d'adieu voir une épitaphe...

 

Le Shiori ou l'expression d'une compassion...

 

Le Sabi ou la conscience des effets du temps qui passe...

 

Le Renku ou écrire différentes parties d'une œuvre à plusieurs...

 

Le Ginko ou la balade poétique sur un site naturel à plusieurs Haijins...
Le Tensaku : ou comment améliorer un haïku à plusieurs...

 

Le Kukai : soit des réunions-ateliers autour des Haïkus de chacun afin de les « perfectionner »...

 

 

Associer des photos aux haïkus (dans un sens ou un autre)

s'appelle Haïsha...

 

Karumi signifie l'emploi de la légèreté, de la fluidité...

 

Renku : poésie collective

 

le Hokku a précédé le Haîku celui-ci étant les trois derniers vers de ce dernier ; on a « simplifié » un exercice devenu trop laborieux et trop compliqué.

 

Le Haïbun associe prose et Haïku

(Le haïku lors « condense » le paysage par son descriptif cursif.)

 

...............

 

 

Basho... Issa... des modestes et humbles « maîtres » :

 

« D'un beau paysage, il n'est rien de plus que l'on puisse désirer.» Basho XVII siècle Japon ; moine « vagabond » aux semelles de paille toujours en recherche d'une « expansion de conscience et adepte du pèlerinage poétique.» Pascale Senk

 

 

« Sur le point de mourir

n'en laissant rien paraître

le chant des cigales.»                    Basho

 

« Mois et jours sont passants perpétuels, les ans qui se relaient pareillement sont voyageurs. » Basho

 

« Nous sommes vivants

simplement moi et

le coquelicot.»               Issa

 

« Ne possédant rien

le cœur en paix

fraîcheur.»                       Issa

 

 

« A l'homme qui dit

que les gosses l'ennuient

 

les fleurs aussi ne sont rien. »              Issa

 

 

 

 

 

 

Canon Corse Mai 2018 010pm.jpg



05/09/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 517 autres membres