Les dits du corbeau noir

DU FILM : LES CELTES (DIFFUSE SUR LA CHAINE ARTE) ET DU SACRIFICE... COMMENTAIRES BRAN DU 2016 17 04 AVRIL

Les Celtes Film documentaire sur Arte 16 04 2016

 

Commentaires Bran du

 

 

« ...Il serait vain de vouloir dissuader quantité de gens de la cruauté ou du primitivisme des Celtes » « des vieux et inusables clichés »

F le Roux et CH J Guyonvarc'h dans:  la Société Celtique (Edition Armeline)

 

 

Du film lui-même : C'est tout d'abord une belle réalisation cumulant des images et des interviews restituant historiquement et archéologiquement l'univers des Celtes tels que des chercheurs actuels l'appréhendent, mais il semble bien que cette « appréhension » n'est pas identique pour tous les archéologues et que les propos et la compréhension de cette civilisation diffèrent encore entre eux par rapport à des points non négligeables.....

 

Ainsi l'accent est mis ici sur la volonté de démontrer que l'origine de la disparition de la société celtique se trouve dans le fait que les druides pratiquaient des « sacrifices » humains et que cette « abomination » à elle seule à été à l'origine le motif le plus important de la conquête romaine......

(Ce serait, dit-on dans le film, le motif qui fera, par exemple, qu'une légion romaine investira par le glaive l'île et le sanctuaire de Mona et passera par l'épée toute la population ; femmes et enfants compris.)

(En fait, S'il y avait chez les Celtes une classe capable de s'opposer efficacement au monde romain, c'est bien celle des druides et ceux-ci ne manqueront pas d'alimenter la résistance.    Leur siège, ou centre principal, étant sur l'île de Mona on comprend mieux le carnage qui s'y est opéré!)...

 

Dans son ouvrage « Le sacrifice dans la Tradition celtique » CH J Guyonvarc'h (docteur d'Etat et professeur honoraire de celtique) affirme que le sacrifice humain est d'une extrême rareté dans la société celtique. Il regrettera que dans ce domaine sensible l'imagination ait eu plus de part que la science !...

 

On se devrait donc d'être d'une grande prudence dans l'affirmation que les sacrifices humains étaient une pratique courante chez les Celtes car elle n'est pas validée jusqu'à présent par l'ensemble des chercheurs qui se sont penchés sur cette question particulièrement complexe il est vrai...

Nous ne disposons en effet d'aucun texte des druides ou des Celtes pour corroborer ou non la thèse développée ; nous ne pouvons que nous référer à des auteurs romains ou grecs qui en tant qu'observateurs plus ou moins objectifs et compétents en ce domaine, ont relaté, selon leur modèle « culturel », ce qu'ils concevaient, comprenaient et interprétaient du monde Celte...

 

Beaucoup d'interprétations sont donc possibles plus ou moins influencées idéologiquement...

Le professeur V Kruta (qui fait aussi référence » dans le domaine des études celtiques) n'a pas à ce jour validé la thèse développée dans le film....

De même on est en droit de s'étonner que les archéologues du dit film ne savent pas la signification du couvre-chef d'un prince Celte qui a pourtant fait l'objet d'études et de descriptifs nombreux lesquels convergent vers la représentation d'une double feuille de gui telle que le professeur Kruta l'a magistralement démontré !

 

Qu'il y ait eu des « sacrifices humains » dans les sociétés antiques, c'est évident et que les Celtes aient pratiqué ceux-ci de même reste à savoir dans quelles conditions et en s'appuyant sur quelle motivation et justification...

 

Rendre « sacré » ; c'est le sens à donner au terme sacrifice ce qui suppose une notion d'offrande envers des entités « divines » que l'on souhaite honorer ou se concilier de cette façon...

 

Il y a pu y avoir des « sacrifices » volontaires soit des êtres humains qui offrent leur vie à ces entités divines en vue d'obtenir leur protection, aide, bienfaisance et bienveillance vis-à-vis de telle situation mettant en grand péril par exemple leur communauté d'appartenance...

 

IL y a eu également des hommes ou des femmes mis à mort pour sanctionner des actes ou des faits allant gravement à l'encontre d'une éthique de vie ou ayant atteint à celle-ci d'une façon ou d'une autre, mais une façon réprouvée et interdite dans leur communauté humaine...

 

Il y a eu des particularités liés à la complexe société guerrière avec, par exemple, des pratiques dites de la tête coupée qui est d'ailleurs un culte pratiqué dans de nombreuses sociétés humaines... (Appropriation d'une force ennemie, démonstration de son courage à la guerre, trophée de sa victoire etc...)

Il y avait des temples dédiés à ce culte avec d'autres pratiques plus spécifiques à cette classe guerrière, des sanctuaires sur lesquels nous ne pouvons émettre que des « conjonctures » selon l'interprétation qui peut en être fait à défaut d'une source druidique manquante...

Il est troublant aussi que quelques "victimes" aient été retrouvées au fond de puits ou dans des tourbières apparaissant comme étant des lieux de passage vers l'Autre-Monde !

Faire reposer la disparition de la société celtique sur l'hypothèse (non communément validée d'ailleurs par l'ensemble des chercheurs et archéologues bien plus prudents dans ce domaine) que les druides opéraient des « sacrifices humains » est des plus réducteurs et pour le moins « peu objectif et avéré»...

 

Par ailleurs, les archéologues et chercheurs du film précité ajoutent à leur assertion le fait que cette « Guerre des Gaules" aurait commencé lorsque la cité phocéenne de Marseille (Massilia ; un comptoir de commerce) appelle à l'aide les romains du fait des incursions et des pillages qu'elle subit de la part des tribus Celtes qui l'entourent...

 

On peut être plus qu'étonné du silence qui est fait sur la migration des Helvètes et l'appel à soutien des Eduens auprès de César pour les empêcher de traverser leur territoire qui semblent jusqu'alors être le point de départ et le prétexte effectif le moins incontestable de la « conquête romaine » !

 

Il y a donc des divergences de points de vue assez conséquents au sein de la société des chercheurs et archéologues...


On sait que le célèbre ouvrage de Jules César « 
De bello Gallico » (document le plus cité dans le film) est sujet à bien des controverses et à des « manipulations » idéologiques et "politiques" et qu'il ne faut pas prendre à la lettre ses assertions et informations qui sont pour une part d'ailleurs de « seconde main » (faits non observés par césar lui-même.).......

On ne peut donc lui apporter un « crédit » total, loin de là....

Mais, c'est en effet le seul témoignage écrit conséquent dont nous disposons.

Reste à l'étudier avec une très grande prudence....

 

Autres hypothèses :

C'est d'abord un choc entre « culture », (symboliquement entre le « carré » et le « cercle » !)

c'est aussi la revanche et la vengeance d'un peuple (les romains) outragés par le sac de Rome par l'armée de chefs gaulois rassemblés sous le nom générique de Brennus ou Brennos....

(Notons au passage que les romains « peuple dit civilisateur » n'ont vraiment rien à envier à d'autres peuples en terme de sacrifice humain !)...

 

Reste que nous ne pouvons qu'être troublés par des découvertes qui nous apportent des éléments probants sur le « comment » de ces sacrifices (les façons d'opérer...) mais non sur une évidence du pourquoi...

Il y aura donc, livré ici, un espace qui ne peut que faire l'objet d'interprétations, de conjonctures, plus ou moins proches d'une vérité qui nous échappe en grande partie et qui nous échappera encore...

 

Il est cependant « dangereux » voir malhonnête intellectuellement parlant de présenter un « documentaire fiction » s'appuyant sur des conceptions qui peuvent passer pour « vérité absolu » aux yeux du public et qui ne comporte pas de « nuances » ou de « prudence » dans les assertions présentées.....

 

Restituer une « mémoire » historique est une belle mission et vocation, mais elle demande aussi une très grande rigueur et une forte éthique dans cette restitution d'un passé susceptible de mieux faire comprendre l'aventure humaine au cours des siècles et d'éclairer pour partie le devenir humain...

 

Apporter la « connaissance » est « salutaire », mais on ne saurait « ignorer » ce qu'elle exige en terme d'exactitude, de « vérité" et la responsabilité qu'il y a à transmettre, sans les précautions et vérifications d'usage à tout public (ignorant du sujet traité le plus souvent ou pétri de références et projections du type images d'Epinal), des données présentées comme étant une « vérité » unique et exclusive.......

 

Pour en revenir à ce qui a fait que le monde Celte a été, il y a très peu encore, qualifié de : « peuples barbares » incultes (ne pratiquant pas l'écriture), sanguinaires (pratiquant les sacrifices humains), individualistes forcenées ( incapables de s'organiser en Etat ou Fédération de nations), notons qu'on lui a enfin fait justice en rétablissant la réalité et en reconnaissant à cette société humaine le qualificatif de « monde civilisé »... Il n 'en demeure pas moins que les vieux poncifs, les imaginations débordantes et les spéculations arbitraires perdurent....

 

L'ennemi des Celtes :

 

L'ennemi le plus conséquent du monde Celte se trouve au sein même de ses répartitions fonctionnelles avec la classe guerrière (toujours agitée et à contrôler en permanence) et la classe commerçante des producteurs de biens...

Les druides devront s'ingénier à contenir les guerriers et leurs débordements et ce, à partir de leur influence sur la royauté via le roi qui leur doit en grande partie sa fonction et son maintien au sein de celle-ci...

(La disparition du couple "druide-roi" participera grandement du déclin celtique et l'interdiction faite aux druides d'exercer, sous peine de mort, leur sacerdoce au sein de la population, de même.)...

 

Mais ils devront aussi contenir au sein du tissu économique la classe commerçante qui tend à s'exonérer elle aussi des contraintes morales et spirituelles de la classe sacerdotale pour jouir d'une plus grande liberté et indépendance comme en jouissent les commerçants romains ou grecs....

 

La romanisation puis la christianisation viendront compléter et achever un travail idéologique de sape fomenté par une catégorie de Celtes refusant de se plier à l'autorité de la première fonction ; la fonction sacerdotale...

 

La « Matière » entendant imposer ses propres « lois » à l'Esprit elle ne pouvait que contribuer au retour d'un chaos social étant incapable de dispenser par elle-même une sagesse et de maintenir des équilibres et des harmonies toujours précaires...

 

Cet état déplorable et néfaste des rapports défectueux voir antagonistes entre Esprit et Matière est toujours o combien d'actualité et on ne saurait chercher ailleurs la cause des fléaux qui s'abattent sur l'humanité....

 

Reste que le « sacrifice » au sens premier du terme demeure le fait originel et essentiel d'un acte volontaire, lucide et cohérent qui consiste à « rendre sacrée » une offrande faite au divin quand, pour cela et tout cela, la préséance communautaire est donnée au spirituel sur le temporel...

 

En nos rituels c'est la plus belle et généreuse part de notre humanité que nous mettons dans la corbeille mutuelle des offrandes...

 

Nous sommes alors l'Offrande même, l'Offrande de raison, de conscience, de volonté, de désir, de coeur, d'esprit, d'âmes, d'amour ; nous sommes le Don offert à tout ce qui nous a été prodiguement donné par les Forces Energies et Lumières Incréées...



18/04/2016
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 521 autres membres