Les dits du corbeau noir

Du Côté de chez Nietzsche lecture et commentaires

Du Côte de chez Nietzsche…  (extrait)

Le magazine LE POINT vient de sortir un N° Hors série sur ce philosophe qui n’a pas fini d’interpeller notre conscience….

« Faire de la connaissance l’affect le plus puissant. »  Spinoza (dont Nietzsche se sentait fort proche)

« L’arbre du savoir n’est pas l’arbre de vie. »  Byron (Manfred)

« …Il faut qu’on sache être soi, vivre en soi et par soi…. L’individu humain ne peut, ne doit compter que sur soi. Il est la pensée et l’action libre. » Georges Palente

« La tache suprême de la vie et l’activité proprement métaphysique de l’homme. » Nietzsche

André Gide considérait Nietzsche comme relevant d’une « Energie créatrice » ; « une pensée de l’art et du génie créateur »…

« L’art vaut plus que la vérité » disait lui-même Nietzsche

« Toute volupté veut l’éternité, veut la profonde, profonde éternité ! » Nietzsche

Patrick Wotting relève les points suivants :
« Nietzsche considère que les philosophes sont des médecins qui doivent aider la société à trouver la vraie voie, celle de la vie ; libre et intense…
Les pulsions traduisent les choix primordiaux du vivant. Les attirances ou répulsions invincibles qui structurent sa manière de vivre…
« Le génie réside dans l’instinct. »  Nietzsche
Pour Nietzsche le philosophe se doit d’être une probité irréprochable…
Il s’agit de se détacher des valeurs régnantes pour les interroger…
Le soupçon d’une contradiction entre la réalité et nos vénérations fondamentales ( la vérité, l’être…) jette le discrédit sur ces dernières. Un tel effondrement de repères entraîne pessimisme généralisé et dégoût de l’existence.
Cette évolution tragique compromet l’avenir même de l’homme et justifie l’intervention du philosophe. Les valeurs actuelles sont des valeurs de décadence… Ces valeurs constituent nos conditions de vie (ce ne sont pas des idées purement intellectuelles), elles exercent une influence profonde sur notre évolution. En conséquence le philosophe doit se comprendre comme un « médecin de la culture », c’est-à-dire de l’organisation de l’existence humaine dans toutes ses dimensions.
Nietzsche exprime une pensée axée sur « l’évolution de l’homme » ; la notion de « surhumain » exprimant une forme de santé surabondante….
La culture européenne obéit à des valeurs morales qui condamnent le sensible particulièrement le corps.
Il s’agit lors de penser « par-delà bien et mal »….
Que peut signifier une morale qui assimilant le sensible au mal prescrit à des vivants de prendre pour condition de vie la négation même de l’existence organique ?
Dévoiler que les valeurs avec lesquelles nous avons vécu sont des valeurs de mort qui entraînent l’humanité européenne sur la voie d’un lent suicide…
L’homme à la plus vaste responsabilité, détenteur de la conscience soucieuse du développement de l’homme dans son ensemble. Les valeurs ne sont ni vraies ni fausses, elles sont en revanche bénéfiques ou nuisibles. »
…/…
Le philosophe doit se faire créateur : « Les hommes véritables sont des hommes …/… qui tendent une main créatrice pour s’emparer de l’avenir. »  Nietzsche

Dire oui à la vie, favoriser son intensification….
L’activité artistique libère le désir et l’intensité de la vie. C’est dans l’art que se trouve selon Nietzsche ce qu’il faut décrypter du Réel. La question centrale en la matière c’est de réconcilier l’apollinien (l’harmonie, le rêve, la plasticité…) avec le dionysiaque (la démesure, l’ivresse fusionnelle avec la nature, le déchaînement des forces…)
Voilà une réalité à réconcilier. L’art est le devenir de l’homme : un rêve de perfection et d’harmonie ( le calme et la sagesse du dieu sculpteur…)
Nietzsche sort l’oeuvre du temps de l’histoire et propulse dans celui du devenir, celui de la transformation et de la création.
…/…

Catherine Golliau nous dit ceci du philosophe Nietzsche :
… Nietzsche nous invite à laisser s’épanouir la vie sous toutes ses formes à devenir ce que nous sommes avec honnêteté et courage, à développer une philosophie de l’énergie, de la pulsion et de l’instinct. A apprendre à être libre… A assumer son destin à chaque instant et être prêt à se dépasser…
Lire Nietzsche pour se faire une injection d’intelligence et d’énergie, pour le plaisir et la joie qu’il inspire…
« Vouloir délivre »  Nietzsche
La philosophie doit être une leçon de vie…
« Tu veux avoir la vie facile ? Reste toujours près du troupeau et oublie-toi en lui ! » Nietzsche
Librement, Donner un sens à sa vie…. Fixer ses valeurs propres…

L’éducation selon Nietzsche doit développer l’autonomie et la connaissance de soi chez les élèves….
Pour Daniel Vigneron, Nietzsche, c’est le camp de l’humain et de la liberté du créateur et du philosophe…

…………….

Commentaires Bran du

Art et Création sont des termes récurrents chez Nietzsche, car ils sont des « outils » de libération, d’émancipation vis-à-vis de tous les dogmes asservissants…

Comme Powys ou T H Lawrence, il y a la volonté chez ce philosophe de la vie de réhabiliter les sens, l’émotionnel, le sensitif, de restituer les fonctions du cerveau droit à l’être castré idéologiquement par un cerveau gauche dictateur….

La volonté de créer son « soi » et à travers lui de revisiter et de reconsidérer le rapport de l’être avec lui-même, l’autre, les autres les choses, le monde et l’univers est un « acte libérateur » produit par une pensée philosophique qui est elle-même un art de vivre et  de servir la vie….

Les « valeurs » font-elles aussi l’objet d’une interpellation majeure , un questionnement qui cherche à savoir ce qu’elles servent ou desservent réellement….

Le philosophe condamne les sociétés duelles qui s’affrontent dangereusement comme toute dualité livrée à elle-même et incapable, sans « transcendance », de célébrer la noce des contraires selon le terme d’André Breton.

Nous sommes conditionnés par des valeurs perverties, inversées qui asservissent au lieu de délivrer… Cette inversion des valeurs était pour les sages anciens le signe d’un chaos, d’une décadence de la société humaine et c’était ce qu’ils craignaient le plus…

Nietzsche attend du philosophe (sans dissonance) qu’il aide à soigner une société malade d’elle-même, de son outrecuidance, de son arrogance, de son égotisme, de son orgueil, de ses illusions et artifices, de ses mensonges et de sa cruauté….

La liberté, la créativité, la connaissance, la probité, les saines énergies, la réhabilitation des sens, de l’émotionnel, du corps « sensible », de la, pulsion instinctive, la volupté à être, la métaphysique existentielle, la réconciliation entre Apollon et Dionysos, la loi d’évolution, l’art comme principe et outil de délivrance, la transformation « alchimique » de l’être, la recherche de l’harmonie et de l’équilibre, d’une vie dense et intense, la conscience et la responsabilité d’un esprit, d’une pensée libertaire, l’autonomie et le libre arbitre, la libre critique qu’elle entretient, La recherche du sens à donner à son existence…
Voilà les « matériaux » à inventorier et à adapter philosophiquement à notre quête du juste, du vrai, du beau, de l’accordé, du mesurer, du concordant….

Nietzsche nous à ouvert des pistes afin que nous soyons les explorateurs audacieux de notre propre continent humain…

Oui la volonté délivre, oui l’acte créateur est libérateur…
A nous de savoir l’option qui nous convient… Servir l’être ou le desservir.



05/06/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 533 autres membres