Les dits du corbeau noir

Du Chaudron celtique Etude et documents partie I

Le chaudron d'abondance     Etude      Bran Du      Nov 2012

                « Doux chaudron des cinq arbres »  
                        Kadeir Taliesin / le Fauteuil de Taliésin
          (Les cinq arbres sont ici l’épicéa, l’ajonc, la bruyère, le peuplier à feuilles blanches et l’if)

« Je connais le grand et le petit chaudron… »  Formule rituelle prononcée par Cuchulainn faisant état du soleil et de la lune (geste de Cuchulainn)

…………………………………………………

« Le premier mot pour le chaudron, quand fut-il prononcé ?
Par le souffle de neuf damoiselles il est gentiment chauffé.
N’est-ce pas le chaudron du chef d’Annwm, dans ses caractéristiques,
bordé d’une rangée de perles ?
Il ne fera pas bouillir la nourriture d’un lâche ou d’un parjure.
Une épée brillante jaillira vers lui (…/…) et devant les portes de la froide demeure
les cornes de lumière brilleront… »
Preiddeu Annam  (les Dépouilles d’Annwm)    Robert Graves Les Mythes Celtes Edition du Rocher
(La virginité est garante de force pure ainsi les 9 jeunes filles autour du chaudron d’Annwm qui chauffent celui-ci de leurs souffles.  Yvan Guehennec  Les Eléments du Barde Edition LabelLN
…………………………………….
 
Source : Le Dictionnaire des Symboles  de Jean Chevalier et Alain Gheerbrant et pour la partie celtique : CH J GUYONVARC’H  (extraits)

Le chaudron chez les Celtes est d’abondance… Il dispense une nourriture inépuisable, symbole d’une connaissance sans fin…

La littérature celtique distingue Trois types de Chaudron :

Le chaudron du Dagda le « Dieu-Druide »… le « Seigneur de la Science »,  le « Dieu-Bon » le Dagodevos des gaulois… (Le Rouge de la Science Parfaite)..; Il est l’abondance même… Personne ne quitte ce chaudron sans être rassasié… Ce chaudron contient non seulement la nourriture de tous les hommes, de la terre, mais aussi toutes les connaissances de tout ordre.


Le chaudron de la résurrection dans lequel selon le récit gallois du Mabinogi de Branwen, on jette les morts afin qu’ils ressuscitent le lendemain…

Le troisième type de chaudron est un chaudron sacrificiel. Le roi déchu qui n’a pas su assurer et assumer sa mission s’y noie dans le vin ou la bière à la fin de son règne qui coïncide avec la fête de la Samain…  (Ce chaudron sacrificiel serait alors consacré à Teutatès)(le "Père de la tribu")

Ce chaudron des Celtes est l’ancêtre, le prototype, de ce qui sera appelé plus tard, lors de la christianisation des textes et thèmes mythologiques, le Graal…

Kerridwen  qui est aussi la déesse des forgerons, des médecins et des poètes (sous la forme de Brigit par exemple)  avait également son chaudron ; un chaudron constituant un centre d’inspiration et de pouvoirs magiques…

La majorité des chaudrons mythiques et magiques des traditions celtiques (leurs rôles sont identiques dans les autres mythologies indo-européennes) ont été trouvés au fond de l’Océan ou des lacs…
Le chaudron miraculeux de la tradition irlandaise, Murios tire son nom de « muir » ; la mer (la force magique réside dans l’eau) (Cette « force » est souvent symbolisée par une liqueur magique, ambroisie ou eau vive… Ils confèrent l’immortalité ou la jeunesse éternelle, transforme celui qui les possèdent (ou qui s’y plonge) en héros ou en dieu…

En d’autres Traditions :

En Chine ce chaudron est appelé Ting c’est un « Vase » lequel est une image du Grand Oeuvre Alchimique. Il est aussi appelé « Chaudière »… (« Quand la chaudière a un pied cassé, le bouillon du seigneur se renverse.»  le Bouillons contenu dans la « chaudière«  représente la quintessence des vertus du dit Seigneur !  (Le chaudron repose sur une « base Trois » qui assure l’équilibre et l’harmonie, il peut être aussi soutenu par trois chaînes. Si l’une des chaînes casse ou que l’un des pieds du trépied se rompt le chaudron se renverse avec son contenu. Rompre la « base Trois » revient à revenir à une dualité qui n’est pas en capacité lors de maintenir l’équilibre et l’harmonie.) (Note de la rédaction) le premier chaudron tripode fut fondu par Jouang-ti, qui en obtint le pouvoir de divination, de fixation des cycles et d’immortalité… Les tripodes apparaissent en même temps que les sages ; ils disparaissent si la vertu s’altère. Yu-le-Grand, Grand organisateur de l’Empire, fondit NEUF chaudrons, avec le métal apporté de NEUF régions. Ils symbolisaient l’union de ces NEUF régions en leur centre… (Ils recevaient par le haut les influences du ciel)… Lors de la décadence d’une dynastie, les chaudrons s’enfoncèrent dans l’eau et disparurent… Le premier empereur,         Ts-inche houangti tenta d’en retirer un de la rivière Sseu ; il en fut empêcher par un dragon. (Sa vertu n’était pas de celles qui permettent d’obtenir les chaudrons.)…

L’alchimie interne (nei-tan) fait du corps humaine le chaudron tripode, où s’élabore l’élixir de l’immortalité…

Le chaudron symbolise le lioeu et le moyen de la revigoration, de la régénérescence, voire de la résurrection soit des profondes transmutations biologiques… L’ambivalence de son symbolisme fait aussi du chaudron un prélude par la mort et la cuisson, à la naissance d’un être nouveau. »

…………………………………..

Le chaudron du Dagda ( son équivalent dans la tradition brittonique est le chaudron de résurrection
Peir Diwrnach ou Per Dadeni ; le récipient dit « Mwys Gwyddno », qui fournit une nourriture inépuisable dans la nuit de novembre ; le chaudron initiatique de Ceridwen. (En breton : Per Diwrnac’h, Per Dadenin, Meuz Gweznou, Per Keridwenn…
Source : Les Celtes et la Parole sacrée  Yvan Guéhennec Edition LABEL LN

……………………………………

Chaudron : L’un des quatre principaux talismans des Tuatha Dè Danann, attribué au Dagda. Il fonctionne comme chaudron d’abondance, comme moyen de résurrection et comme symbole de souveraineté. Dans cette dernière utilisation il a pour équivalent ou substitut la coupe remplie de boisson enivrante (qui procure l’ivresse du pouvoir). Associé à la lance dans des cortèges mythiques qui préfigurent celui du Graal, il est rempli de sang ou de poison dans lequel il faut plonger la lance pour l’empêcher de tout détruire autour d’elle. Le Graal chrétien de la littérature arthurienne est la continuation du chaudron du Dagda, mais il est, négativement, l’abolition de la Souveraineté celtique puisque dans la conception chrétienne, le Christ est roi et que la pape est aussi détenteur du pouvoir temporel.   François Le Roux/Christian-J Guyonvarc’h : les Druides  Ed Ouest-France

………………………………

Chaudron : Thème pan-celtique et plus généralement indo-européen… Jamais le chaudron n’est vide de son contenue tant matériel que spirituel…
Taliésin ( le barde ) doit sa science et son inspiration au chaudron de derridien et Bran lui doit sa résurrection… Il vient de Murias où r éside le druide primordial Semias.
JP Persigout  Dictionnaire de Mythologie Celtique (Edition du Rocher)

…………………………………

Chaudron : C’est le centre du rite… Un chaudron « initiatique »… Bran possède ce chaudron (dans le majong de Branwen) il sera sa résurrection »… Bran est maître des festins (y compris d’immortalité)…
Les chaudrons celtiques sont des récipients merveilleux qui prodiguent des dons de toutes sortes et, en tout temps, une abondante nourriture… Ils rendent les morts à la vie… Ils sont, pour certains, chaudrons de science ou de divination… Celui du Dagda est particulièrement sacré… Il est « l’objet du sacrifice » et lié au sacerdoce…
Jan De Vries  La Religion des Celtes

………………………………

Chaudron :  Il sert à faire bouillir (la nourriture des braves entre autres destinataires) ey il « produit » l’Univers… Les Hommes, la Nourriture, la Sapience et l’Inspiration proviennent de lui. C’est un alambic et dans l’homme, c’est son cœur… Il est suspendu par 9 chaînes ; en face de chacune se plaçait un barde armé d’une lance. Chacun des 9 hommes mettait la partie de sa lance dans un trou pratiqué à l’extrémité de la chaîne qui était devant lui puis ces 9 hommes chantaient un poème et les assistants mettaient dans le chaudron le salaire qu’ils leur donnait… (En Irlande le chaudron se dit cerdé et désigne à la fois l’art poétique et le métier de forgeron…)
Patrice Genty Etude sur le Druidisme. Éditions Traditionnelles

…………………………

Chaudron : Arthur patt pour s’emparer du chaudron qui appartient au seigneur d’Annwfn ; un chaudron incrusté de pierres précieuses sur ses bords et chauffé par le souffle de 9 jeunes filles vierges… ce chaudron ne peut bouillir la viande des lâches…)
Yvan Guehennec  Les Eléments du Barde

…………………………………

Le chaudron dit de Gundestrup (une sorte de condensé de la mythologie ou croyance celtique) est un récipient cultuel particulièrement important et précieux… L’usage fortement présumé :Il permet de servir des repas sacramentels et il a un rôle liturgique…
Tous les chaudrons ont une fonction conséquente… Ils cuisent une nourriture se renouvelant sans cesse…
Miranda Green  les Druides Edition Errance

Le chaudron de Brendigeit Bran (Bran le béni) Rend la vie aux guerriers trépassés. Il occupe une très importante place dans les mythes gallois… (En Grande Bretagne Rosmerta à pour attribut une cuve ou un sceau qui s’apparentent au symbolisme du chaudron)  On a découvert des dépôts rituels de chaudrons dans les lacs écossais… Ces récipients sont traditionnellement associés aux banquets et à l’abondance… On rapproche le symbolisme de la tête coupée (celle de Bran entre autres têtes dans le Mabinogi de Branwen) à l’idée d’une régénération ( attribution des mêmes propriétés entre chaudron et tête)…
Le roi Arthur gardera de justesse la vie lors de son expédition pour s’emparer du chaudron magique d’Annwm…
La Bruidhen  : c’est l’Auberge de l’Autre Monde. Y réside un inépuisable chaudron d’abondance…
Récipient et liquide possèdent tous deux un formidable pouvoir de régénération.
Il y a un fort lien entre ces chaudrons et le rituel de l’Eau…
Miranda Jane Green    Mythes Celtiques    Edition du Points

…………………………………..

Chaudron : il est au cœur des festins. Il est la marque, une fois débordant de nourriture ou de boisson, de la générosité du don rituel royal. Il est le gage de la fonction royale et l’objet de la souveraineté. C’est le contenant mystique du soleil, le réservoir de la lumière et de la chaleur, la source de vie et de fertilité… (Un Chaudron solaire)…
Chaque tribu a possédé son chaudron sacrificiel. Le Graal sera lui aussi source de soleil et de vie…
Il s’agit de « retrouver le soleil pour redonner vie au monde…)
(Cela s’applique à, ce soleil « noir » en nous appelé à retrouver son ciel matriciel et se vibrations lumineuses et chaleureuses… NDR)
Le chaudron sacré de l’ancienne religion a repris sa place dans les cieux où depuis nul homme n’a été « assez hardi » pour aller le chercher…
Jean M Ricolfis  Celte et Gaulois  I Croyances et cultures (Centre de documentation pédagogique de Paris)
………………………………………………

Découvertes archéologiques :
On à découvert dans une tombe datée du VIIè siècle av JC en Autriche un ensemble en bronze représentant une chasse au cerf rituelle, au centre de la représentation se tient une déesse ou une prêtresse qui porte au bout de ses bras levés un chaudron sacré…
De même dans le tumulus d’un prince Celte  (Eberdingen-Hochdorf 6è siècle av JC) on a trouvé un grand chaudron (d’origine Grecque) qui fut rempli d’hydromel (400 litres au moins) pour les banquets dans l’au-delà… Le service à boire comprenait 9 cornes ornées de feuilles d’or.
(Le monde celtique Patrick Galliou Universel Grasserot)

…………………………………

SACRE CHAUDRON !    Bran du

Nous pouvons tous êtres les récipiendaires de ce récipient distributeur d’une nouvelle ère ; une aire sacrée comme il se doit pour deux mains !

Quel symbole !  Et il y a de quoi s’allaiter à ce bol et à ce sein !….

Que ce chaudron soit le prototype d’un futur Graal est une chose mais qu’il soit une dimension universelle, la Coupe des coupes, en est une autre qui ne saurait avoir de limites en l’absolu et l’infini… Il est l’immortalité… la mort alitée au chevet de la vie ! Une moralité qui soit une éthique, une façon de vivre, de se relier, d’aimer, d’entraider, de créer, d’éveiller, de transmettre et de mourir…

Nous sommes cela, dans l’esprit du « contenant » et nous aspirons au contenu…

Nous ne pouvions trouver plus grand, plus profond, plus immense symbole que ce Chaudron des Celtes pour donner vie à notre « association » laquelle entend bien remplir son chaudron de connaissance, de santé, d’équilibre, de dives nourritures et de fortifiants breuvages, afin de rassasier ceux et celles qui viendront aimablement puiser dans tout ce qu’il propose de vertus nutritives pour leur être et la croissance de celui-ci…

Mais pour se nourrir de ces éléments primordiaux, de ces substances essentielles, il est dit que nous devons en être dignes car le dit chaudron ne peut dispenser de bienfaits là où règne le déséquilibre et la disharmonie, là où l’instrument du cœur et de la pensée de chacun sonne en dissonance… Là où la concorde, la juste mesure, l’accord intime et profond se trouvent parasités par des comportements et des attitudes qui ne relèvent pas des hautes vibrations et ondes qui circulent dans le dit chaudron !…

Ce chaudron, c’est analogiquement notre athanor interne, le creuset de nos singulières et plurielles transformations/transmutations… Et les opérations qui se déroulent dans le secret du corps et de l’âme requièrent la plus grande prudence et le plus grand respect des cycles et des rythmes…

L’excès sous quelques formes que ce soit est de nature à fissurer le dit chaudron, voir à le faire éclater…   Puisse le souffle Incréé, les ondes magiques du chaudron, nous préserver de tels funestes éclats et veiller sur la Source d’abondance dispensatrice de vie et d’espérance…

Nous avons là réunis pour notre méditation et notre réflexion toute la nourriture nécessaire, tout ce qui en ce toujours difficile passage de l’hiver constitue la part solaire de notre devenir…

 

Chaudron : additif : Les textes anciens relatent parmi les aventures de Bran celle de sa rencontre avec un géant et sa femme (encore plus grande que ce dernier). Leur posant la question traditionnelle « Quel voyage est le vôtre? », il reçoit du géant roux la réponse. Ce dernier explique que sa femme est enceinte et qu’elle mettra sous peu au monde le plus beau des guerriers qui puisse avoir été engendré…
Toutefois les comportements du couple exaspère les habitants qui se sentent « bousculé » par leur présence et même ulcéré de devoir les supporter dans leur entourage. Les habitants décident de construire une maison en fer afin de chauffer celle-ci à blanc quand le géant et la géante seront rentrés dedans sous le prétexte de participer à un banquet auquel ont les a invité… Le traquenard échouera et les habitants seront tués… Le couple quittera cette terre inhospitalière et c’est pourquoi Bran les rencontre sur sa terre… Bran recevra le chaudron et le couple peupla le pays de leurs descendants ; leurs fils seront tous des guerriers émérites…
(Les Royaumes Celtiques Ed Armeline) Myles DILLON / Nora K CHADWICK / Françoise LEROUX / CH J GUYONVARC’H

Dans l’histoire de FINN Mac Cumhail le « brillant » qui fut élevé à la fois par une druidesse et une prophétesse et qui sera le héros du cycle de Leinster ; encore dit du cycle Ossianique (XIIè siècle), il est dit que le héros sera mis en présence d’un Chaudron autour duquel chante neuf bardes armés d’une lance, une fois le chant terminé Finn dépose dans le dit chaudron le salaire qu’il accorde aux bardes en remerciement… (Finn a remplacé tardivement Cuchulainn dans les récits des bardes. Il est présenté comme ayant une origine identique au grand dieu Lug, comme un dieu chasseur et guerrier…  C’est en observant trois gouttes d’un saumon sacré qu’il recevra la Connaissance…
C’est plutôt un héros populaire plus qu’un « Dieu »…           (Sources citées ci-dessus)

CAER SIDHI (le Shid) (L’Autre Monde) possède un chaudron gardé par 9 jeunes filles…

 

 

L'Etude à venir sera consacrée au Chaudron de Gundestrup



12/11/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi