Les dits du corbeau noir

DU BARDE PARTIE 5 2018 Y GUEHENNEC 21 01 JANVIER

 

DU BARDE Partie 5 2018  LECTURE BRAN DU 20 01 JANVIER

 

Source d'étude : Yvan Guehennec :

Les Eléments du Barde (Histoire du bardisme celtique)

Edition LN

Les Celtes et la Parole Sacrée (idem)

 

« ...Qu'arrive de bon matin bien vite, celui qui est riche en vision poétique »...

 

«... C'est du chaudron que ma poésie fut déclamée. »

Les dépouilles d'Annwfn. » Taliésin

 

« Tad Aven ; c'est le Père de l'Inspiration bardique. »

(L'awen en gallois, c'est le souffle de l'inspiration. L'awenydd ; c'est le barde inspiré qui possède ce « souffle ».)...

 

 

 

Lisons les extraits qui suivent de la préface de Philippe Jouet :

 

Ce qu'en dit Philippe JOUET dans la préface :

 

« Les druides ce sont ceux qui savent certainement, fidèlement...

Pour Yvan Guehennec, c'est « celui qui sait bien clairement. »..

Il est : l'acier,le druide, le charpentier et le sage...

Dryw c'est le druide, mais aussi le roitelet qui est supérieur à l'aigle...

 

Parmi les conseils aux rois, l'exercice de la Vérité figure en bonne place...

 

«... Qu'il magnifie la vérité, elle le magnifiera...

Qu'il renforce la vérité, elle le renforcera...

Qu'il préserve la vérité, elle le préservera...

Qu'il élève la vérité, elle l’élèvera... »

Auraicept Moraind

 

Les rites fondés sur la Parole prennent place lors des moments critiques de l'année. (En particulier en novembre au solstice d'hiver et début de mai.)

Des joutes oratoires avaient pour fonction de régénérer la terre et d'aider au bon ajustement des saisons...

 

Le mot « Tradition celtique » s'applique aux formes de savoir hérité.

Le renouvellement de ces « formes » fait de la Tradition in ensemble à la fois conservateur et dynamique.

Du point de vue de la forme la Tradition celtique continue la Tradition Indo-Européenne...

Elle exprime une conception du monde qui guide les comportements et peut se concrétiser en institution. Elle est susceptible de réinterprétations en particulier par prolongement analogique (homologie, métaphores qui provoquent des images, etc...)...

 

Le nom conditionne l'existence...

 

C'est dans la poésie que se fait le mieux la conjonction de l'inspiration (nocturne) et de l'exaltation de la forme (diurne). La Parole est le moyen et la forme de la poésie conçue comme un « parler bien charpenté » ; bien « construit ».


Le poète initié réalise toutes les conjonctions suivant le motif de l'assemblage.

 

Le Verbe est associé au monde depuis les origines ; le connaissant est aussi le connu...

 

Le « j'ai été » (de Taléisin ou d'Aneirin) marque le pouvoir intégrateur du Verbe poétique...

 

Comme le langage poétique lui-même, le poète initié est capable d'assumer tous les états, de réaliser toutes les conjonctions.

En cessant d'être lui-même, le barde devient une image de l'Univers, un réceptacle de l'Energie qui l'anime, de l'Awen...

 

A cet égard, Amorgen comme Taliésin sont deux figurations du Verbe traditionnel. Ce procédé témoigne d'anciennes doctrines selon lesquelles le poète initié est familier de toutes les formes impermanentes.
On sait à quel point la poésie celtique a usé des correspondances de » sons (harmonies) et d'énigmes imagées...

 

Les systèmes ternaires de conception indo-européenne sont un mode de pensée nuancé et dynamique »...

 

.....................................................................................

 

« Le barde est un livre vivant .» M Guehennec

 

De son origine :

 

Quand les bardes sont-ils apparus ?

 

En fait, les bardes étant des druides, c'est la question de l'apparition des druides qu'il convient de poser.

Or le druide-barde remonte à la Protohistoire voire à la Préhistoire des Indos-Européens.

Les « écoles bardiques » existent depuis la nuit des temps, c'est-à-dire depuis la naissance de l'institution des druides...

 

Le premier témoignage en Gaule sur l'existence des druides et des bardes est celui de Diodore de Sicile entre 60 et 30 avant notre ère historique...

 

L'Irlande et l'Inde présentent les mêmes Traditions liées à l'importance du mot et de la sentence ordonnée...

 

Le Nord et l'origine bardique...

 

Nous savons que l'origine de notre Tradition est « polaire », que les druides primordiaux qui enseignèrent le druidisme résidaient dans les îles du Nord du Monde et analogiquement dans le Nord de l'Ecosse ou de l'Irlande, lieux de toutes les Initiations !...

 

Les grands bardes mythologiques (car ils n'ont jamais existé et ne sont que des allégories fortement brillantes) dont les deux « Myrddin », tous les « Cynfeirdd », (ou Bardes premiers comme Taliésin, Aneirin, Talhaearn ou Blwchfordd , Cian ou Kian) sont tous associés au Nord du pays encore appelé la « Hen Ogled »(Le Vieux Nord.) (Elle est, chez les Brittons (Cambriens, Corniques et Bretons Armoricains), l'équivalent du « Nord » irlandais soit la direction par laquelle arriveront en Irlande les Tuatha Dé Danann (les gens de la Déesse Dana, dépositaires des enseignements du druidisme reçus dans les îles du nord du monde.)...

 

Hen Ogled ; le Vieux Nord de la Bretagne insulaire, joue le rôle des îles du Nord du Monde, lieu mythique de la Tradition irlandaise...

Les « gwyr y Gogled » sont les « Hommes du Nord » ;

Des Bretons (d'Ecosse) en lutte contre les Saxons.

 

Les Celtes honorent la Puissance Créatrice, la Mère de leur cosmogonie née aux franges arctiques du cercle polaire...

 

Les textes mythologiques urlandais et gallois situent toujours le secret du druide et l'origine des celtes vers les régions septentrionales (Pour la Tradition irlandaise c'est vers l'Ecosse, soit vers le Nord.

 

De Taliésin : (Fils de Ceridwen)...

 

Tal-Lesin. Le mystique Taliésin est le maître du Verbe, le créateur du Chant, de la Parole... C'est druide primordial au « front d'argent » (brillant d'intelligence)...

Son équivalent irlandais est Fintan Mac Bochra « le feu brillant (de la parole) »...

 

Parmi les fonctions bardiques :

 

« L'une des tâches du barde était de rappeler par son chant, le pourquoi et le commencement de la cérémonie ; le comment et le pourquoi de la forme du németon et des calculs savants qui le mettent en place...

(Le dit németon est une représentation du « Nem » soit de la voûte céleste.)...

 

Le barde interpelle et invoque la Puissance originelle et les Dieux...

 

Le rôle du barde est de conserver et d'enseigner la Tradition.

Il connaît, chante et réécrit si nécessaire tous les grands textes mythologiques irlandais (et/ou autres) notamment les différents cycles et types de récits...

 

Le barde a pour rôle également de juger de la valeur des hommes, de leur courage, de leurs vertus, (mais la tradition bardique ne juge pas selon des critères chrétiens)...

 

Le barde chantait à chaque grand repas (festin, banquet)...

 

Le barde parcourait les itinéraires mythiques de l'Irlande afin de connaître les mythes attachés aux hauts lieux, ceux-ci identifiés par leur toponymie...

 

En Irlande, le Dinnshenchas était l'un des ouvrages que le barde devait parfaitement maîtriser. C'était l'une des pièces maîtresses de l'enseignement bardique...

 

L'Art de la Parole :

 

Elle s'insère dans la trilogie ordonnée et cohérent du monde Indo-Européen : PENSEE / PAROLE / ACTION...

L'ouvrage du barde s'insère dans schéma conceptuel de cette triade...

 

L'art de la Parole est l'art essentiel chez les Celtes à côté du travail du forgeron et du joueur de harpe.

La Parole à tous les pouvoirs, mais posséder l'art de la Parole est chose difficile et restreinte. Les druides sont les maîtres en ce domaine. Ils possèdent et maîtrisent « bérla » La Parole des lèvres selon le terme irlandais. En tant que file, ils pratiquent « bérlana » « la Langue des voyants »...

La langue travaillée des poètes ; c'est béarla na bhdileadh en irlandais moderne.

 

C'est du «Feu » et de « l'Eau » que jaillit le monde au commencement de celui-ci ; le monde avec la Parole et tous les êtres... (Un jour ils recouvriront la terre.)...

 

La Triade par excellence qui, dans le monde Indo-Européen, conduit la pensée et la met en œuvre se résume en trouvant sa force et sa dynamique cohérente c'est : Pensée – Parole – Action...

 

Dans la cosmogonie des origines, la musique, les couleurs, les paroles, les gestes mêmes, possédaient une connotation religieuse très forte...

 

La Parole régule la société par l'éloge ou le blâme.
La société n'est pas une culture du « péché », mais de la « honte ». Elle pose un acte de Vérité (Gounid ar Wirionez en breton.)

C'est une « parole-flèche » qui atteint sa cible...

 

La Parole sacrée c'est celle des dieux et de ceux qui se tournent vers eux...

Son usage s'entouraient de précautions quasi rituelles qui engageait l'honneur du porteur de parole, voire l'existence de l'usager !...

 

L'erreur dans le domaine magico-religieux ou politique peut dans le discours avoir de graves incidences sur la portée du discours et sa compréhension par autrui.

Les Anciens avaient bien saisi l'importance fondamentale de la langue...

 

Le pouvoir de la Parole se double de la puissance du souffle qui a donné naissance à l'image du « vent druidique ».

l'airbe drùad la barrière druidique est une ligne magique que nul ne peut franchir au risque d'y perdre sa vie...

 

Existence et Parole sont associées.

Ce qui n'a pas de nom n'existe pas...

 

L'univers des Celtes est lié au maintien de l'harmonie terrestre et divine dont la Parole ajustée et l'un des vecteurs essentiels.

 

La plus belle des langues est celle de la perfection, c'est elle qui permet de communiquer avec les dieux et avec la Puissance Créatrice... Une langue parfaitement ajustée et en état de perfectionnement permanent...

 

Dans la Tradition Indo-Européenne, la Parole est, avant tout, issue des eaux originelles. Dans la Tradition de l'Inde védique (L'Inde ancienne des brahmanes) la Parole a donné naissance à l’œuf cosmique (l'embryon d'or) que l'on retrouve dans la Tradition gauloise (l’œuf de serpent marin du Barzaz Breizh)...

 

Le barde est un professionnel de la Parole laquelle se doit d'être « ajustée et charpentée »...

 

Il y a divers types de chants ; leurs emplois touchent, par exemple, l'invocation, la protection, la magie et la médecine...

Tous cela doit être ordonné ; doit participer d'une mise en bon ordre...

Parole et vérité :

 

« Ar Gwyr a-enep ar bed » ne veut pas dire la vérité à la face du monde, mais le vrai pour l'honneur de notre existence. (Bed en breton c'est le monde des vivants)...

 

L'acte premier est le conte ou le chant, expression de la Parole Vraie...

 

Le « Vrai » est le fondement du bon ordre. La parole véridique est garante quand elle se manifeste, de l'équilibre cosmique et social...

 

La toute Puissance :

C'est la « Flaith » en Irlande (Dana ; Don...)(L'Energie Une et Universelle)...

Aucune force n'est soumise aux dieux puisque le dieu n'est qu'une énergie, une puissance...

la « Toute Puissance n'est le propre d'aucun dieu en particulier. Les dieux ne représentent pas toute la puissance (celle-ci est la « Flaith » irlandaise, le fondement naturel de toute réalité. Elle est ni temporelle ni spirituelle. Elle est la PUISSANCE.

Aucun dieu n'a de pouvoir absolu sur d'autres dieux...

 

Des Dieux :

 

Avant de patronner les réalités sociales, les dieux sont des puissances en rapport avec les mouvements de l'Univers et les cycles dont l'année est le modèle sensible...

 

Dans une religion polythéiste, les dieux sont innombrables.
Il y a continuité entre dieu, les hommes et le monde. Ce tout articulé laisse se manifester des énergies ; ce sont des émanations de l'énergie universelle...

 

Les structures anciennes issues de la religion cosmique déterminent les valeurs fondamentales des dieux (ce sont des systèmes de représentation en interaction constante.)

 

Toute une corporation de poètes a poursuivi l'art de la Parole ordonnée – Les cynfeirdd utilisaient une métrique très ordonnée.

 

Les premiers poètes de l'île de Bretagne furent les premiers bardes ou cynfeirdd localisés dans la Hen Ogled (le Vieux Nord).

Les poèmes étaient faits, d'abord, pour être chantés en assemblée...

L'art de la langue est appelé cynghanedd ; c'est-à-dire harmonie/équilibre...

Cet art se formule de quatre façons :

Harmonie croisée, en biais, du son, du mouvement.

Chaque type à une versification particulière...

 

Au pays de Galles, les cynfeirdd constitueropnt très tôt l'Urdd Fardoll : l'Ordre Bardique. Cette organ isation avait des règles, une hiérarchie interne.
Venait en premier le pencerdd (le recteur du chant)

le bardd teulu (le barde du clan)

le cerddor (le récitant)...

 

 

Musique :

 

A l'instar du Dagda (Dagodevos en gaulois) et des grands poètes le barde se doit de posséder la connaissance et la maîtrise des trois airs fondamentaux : l'air du rire et du plaisir, l'air de la tristesse et celui de l'ensommeillement...

 

La récitation des poèmes accompagnée par la harpe se nommait la Cerdd...

Il existait un autre type de poèmes appelé la Pryddest et écrit en vers sans rimes. Les auteurs de ce type de poème étaient les « Prydyddion »....

 

D'après certains textes, le roi Edouard 1er (1239/1307) aurait ordonné le massacre des bardes gallois du fait que ceux-ci continuaient d'organiser le retour d'Arthur et donc le retour du pouvoir breton au détriment des Saxons...

 

 

Druide et Barde :

 

Ni le Druide, ni le Barde, ne peuvent être historiquement et fonctionnellement séparés.

 

Le Féminin « barde » :

Le vieil irlandais fait état du terme « ban-bard » (femme-barde) mais aussi de « Ban-filé » (femme-druide ou druidesse).

Ceci lasse supposer qu'il y avait des femmes qualifiées de druide ou de barde... Il est certain que les femmes participaient au culte de façon non négligeable...

 

Des Celtes :

 

Ce qui a toujours liés les Celtes entre eux, c'est le sentiment de l'appartenance à une même communauté. Ce sentiment n'est pas le fruit du hasard, c'est la persistance d'une vision identique du monde ; c'est la réalité d'une spiritualité particulière.

Cette vision et cette spiritualité sont les descendants de la « Weltanschauung » ; la « Vue du Monde » héritée des Indos-Européens et véhiculés par les langues et la Tradition Celtique.

Cette vision du monde concerne à la fois l'individu et les siens.

(Des groupes d'individus liés par leur appartenance initiatique commune.)...

 

Les Celtes perpétuent le souvenir de leurs ancêtres et de cette façon permettent à ceux-ci de continuer à vivre dans l'Autre-Monde, avec ce monde ci...

 

Le Dernier barde armoricain :

 

Il s'agit de Kadiou qui était au service d'Hoel comte de Cornouailles au milieu du XIiè siècle. Après lui la fonction traditionnel du barde breton disparaît...

 

Le bardisme médiéval est l'héritier de la Tradition celtique, son réservoir potentiel...

 

Les Celtes ont historisés leur mythologie, ils ont également rendu mythique leur propre histoire et ce fut là l'ouvrage des bardes...

 

 

A SUIVRE



21/01/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 495 autres membres